AFRIQUE/RD CONGO - Témoignage d'un missionnaire sur la condition des enfants entre guerres, violences, famines, Ebola et Covid-19

mardi, 30 juin 2020 enfance   violence   ebola   corona virus   missionnaires  

Kinshasa (Agence Fides) – La description sans fard de la condition de l'enfance congolaise arrive de l'UNICEF et elle la fait ressortir comme l'une des plus préoccupantes du monde. Les décennies de guerre et d'instabilité politique, la pauvreté endémique d'un pays en réalité aux ressources presque infinies, les exodes continuels de dizaines de milliers de familles, les épidémies présentent une lourde addition dont les enfants sont les premiers à faire les frais. L'Agence de l'ONU fait état d'une centaine de dénonciations de graves violations des droits des enfants depuis le début de cette année alors que des 200.000 personnes en fuite depuis janvier, une très large majorité serait composée de mineurs. « Alors que le monde entier, y compris le Congo, était au prises avec le corona virus – déclare à Fides le Père Gaspare Di Vincenzo, missionnaire combonien à Butembo, au Nord Kivu – la guerre ici continuait sans trêve et s'est même aggravée. Des zones du Nord Kivu et de l'Ituri se succèdent des nouvelles parlant de massacre et à ce que nous racontent les fuyards, dont certains de nos laïcs dont les familles ont été massacrées, les milices se trouvant à la frontière avec l'Ouganda détruisent actuellement tout sur leur passage, chassant les civils, s'appropriant des maisons et des terrains de la zone par ailleurs très productifs. Pour le moment, ce sont 2.500 familles qui ont trouvé refuge ici à Butembo. Elles ont été accueillies par des familles du lieu dans des situations, comme on peut bien l'imaginer, d'extrême précarité. Nous, comboniens, cherchons à pourvoir aux biens de première nécessité grâce notamment aux aides provenant d'Italie. La Caritas est en difficulté et ne parvient pas à intervenir. Naturellement, ainsi que le dénonce l'UNICEF, les premiers à faire les frais de cette situation sont les enfants. Outre à avoir perdu des membres de leurs familles et à avoir été témoins de violences, ils souffrent de très graves formes de malnutrition. Nous accueillons ici une cinquantaine d'enfants – orphelins et enfants des rues – mais la situation de l'enfance dans notre pays est dramatique ».
La condition des enfants n'est cependant pas la seule mauvaise nouvelle récente. Le virus Ebola, dont les foyers des régions orientales viennent d'être déclarés définitivement éteints après plus de deux ans, a refait son apparition dans l'ouest du pays, faisant de nouvelles victimes.
« Chez nous et dans toute la zone de Beni, il n'existe plus de cas depuis longtemps – après qu'en 2018 soient mortes 2.134 personnes du virus en question NDR – mais les nouvelles nous parvenant de l'ouest du pays sont très mauvaises. Sur la base des données en notre possession, nous pouvons dire que, dans la province d'Equateur, ont déjà été enregistrés les premiers morts – 5 selon les sources gouvernementales. Le Congo fait face également au corona virus – 6.700 cas et 153 morts NDR – et le confinement cause actuellement d'énormes dommages à son économie déjà fragile. Espérons que le foyer soit immédiatement contenu sans quoi, il s'agirait d'une énième tragédie ». (L.A.) (Agence Fides 30/06/2020)


Partager:
enfance


violence


ebola


corona virus


missionnaires