Dépêches de Fides en Françaishttp://www.fides.org/Les Dépêches de l'Agence Fidesen-usEUROPE/ALLEMAGNE - Le souhait des Chanteurs de l’Etoile : « assurer une nutrition saine aux enfants des Philippines et du monde entier »http://www.fides.org/fr/news/39147-EUROPE_ALLEMAGNE_Le_souhait_des_Chanteurs_de_l_Etoile_assurer_une_nutrition_saine_aux_enfants_des_Philippines_et_du_monde_entierhttp://www.fides.org/fr/news/39147-EUROPE_ALLEMAGNE_Le_souhait_des_Chanteurs_de_l_Etoile_assurer_une_nutrition_saine_aux_enfants_des_Philippines_et_du_monde_entierAachen – Pour la 57ème fois au cours des jours qui précéderont l’Epiphanie, les Chanteurs de l’Etoile de l’Enfance missionnaire allemande défileront dans les rues du pays avec leurs chants de Noël. « Porter la bénédiction, être bénédiction : une nutrition saine pour les enfants des Philippines et du monde entier » est le slogan de la Campagne de cette année, selon les informations parvenues à l’Agence Fides.<br />Quelques 842 millions de personnes de par le monde souffrent la faim ou ne disposent pas de suffisamment de nourriture pour mener une vie saine. Par ailleurs, 2,6 millions d’enfants de moins de cinq ans meurent chaque année des conséquences de la malnutrition. Plus de 162 millions d’enfants sont trop petits pour leur âge et 50 millions d’autres ont un déficit pondéral par rapport à leur taille, ce qui constitue deux signes de la malnutrition.<br />Mais les enfants malnutris ne sont pas les seuls destinataires de l’engagement des jeunes de l’Enfance missionnaire allemande : enfants des rues, orphelins à cause du SIDA, enfants qui ne peuvent fréquenter l’école ou qui n’ont pas accès à une eau propre dans plus de 100 pays du monde reçoivent de l’aide par le biais des fonds recueillis dans le cadre de la campagne des Chanteurs de l’Etoile.<br />Endossant les tenues des Rois Mages, avec la comète et leurs chants durant le temps de Noël et les premiers jours de la nouvelle année, les Chanteurs de l’Etoile frappent aux portes des maisons allemandes. Environ 500.000 enfants des Paroisses catholiques d’Allemagne porteront la bénédiction « C+M+B » aux familles, recueillant des offrandes pour leurs camarades qui souffrent dans le monde entier. La collecte des Chanteurs de l’Etoile allemands est devenue la plus grande initiative de solidarité du monde entier dans le cadre de laquelle des enfants s’engagent en faveur d’autres enfants moins favorisés. Fri, 19 Dec 2014 00:00:00 +0100ASIE/PAKISTAN - Fausse plainte pour blasphème déposée contre 11 chrétienshttp://www.fides.org/fr/news/39146-ASIE_PAKISTAN_Fausse_plainte_pour_blaspheme_deposee_contre_11_chretienshttp://www.fides.org/fr/news/39146-ASIE_PAKISTAN_Fausse_plainte_pour_blaspheme_deposee_contre_11_chretiensIslamabad – Onze chrétiens d’Islamabad, dont un pasteur protestant, ont fait l’objet d’un dépôt de plainte pour blasphème de la part d’une femme, Naseem Bibi, dans le cadre d’une vengeance concernant une dispute privée. La femme avait en effet fait l’objet d’une plainte et a réagi en faisant état d’un présumé blasphème, entièrement inventé. Ainsi que l’a indiqué à Fides l’avocat chrétien Sardar Mushtaq Gill, la femme, qui était par le passé chrétienne, s’est convertie à l’islam voici une vingtaine d’année, épousant un musulman dont elle a eu trois enfants.<br />La femme a indiqué à la police que le pasteur Karamat Masih et 50 autres chrétiens avaient fait irruption chez elle, la menaçant et diffamant l’islam et le coran. Quatre des chrétiens concernés par la plainte ont par ailleurs été arrêtés et se trouvent en garde-à-vue.<br />Maître Gill remarque : « Les cas dans lesquels la loi sur le blasphème est utilisée pour frapper les minorités religieuses ou pour résoudre des disputes et des rivalités privées ou simplement comme instrument de chantage sont toujours plus fréquents. Il faut d’urgence que l’Etat arrête et condamne ceux qui formulent de telles accusations infondées. Il s’agit d’une nouvelle tendance, très dangereuse. Dans un contentieux déjà ouvert au pénal, les faits sont manipulés en utilisant le blasphème pour miner la contrepartie ». Fri, 19 Dec 2014 00:00:00 +0100AFRIQUE/KENYA - Affrontements entre parlementaires sur la modification de la loi antiterrorisme pouvant remettre en cause l’exercice des libertés fondamentaleshttp://www.fides.org/fr/news/39145-AFRIQUE_KENYA_Affrontements_entre_parlementaires_sur_la_modification_de_la_loi_antiterrorisme_pouvant_remettre_en_cause_l_exercice_des_libertes_fondamentaleshttp://www.fides.org/fr/news/39145-AFRIQUE_KENYA_Affrontements_entre_parlementaires_sur_la_modification_de_la_loi_antiterrorisme_pouvant_remettre_en_cause_l_exercice_des_libertes_fondamentalesNairobi – Des affrontements physiques ont eu lieu entre députés de la majorité et de l’opposition au Parlement de Nairobi au cours du vote de l’amendement controversé à la loi antiterrorisme qui affaiblirait, selon différents représentants des organisations pour les droits fondamentaux, la protection des libertés fondamentales . Le siège du Parlement demeure sous la garde des forces de l’ordre en prévision de manifestations de la part des partis d’opposition.<br />La modification de la loi antiterrorisme, affirme le gouvernement, s’est rendue nécessaire pour faire face à la menace des miliciens somaliens d’Al Shabaab, qui ont récemment perpétré des massacres de civils innocents dans le nord du Kenya .<br />Les craintes de l’opposition et de la société civile quant au fait que les nouvelles mesures antiterroristes cachent le désir du gouvernement d’imposer une limitation aux libertés civiles, ont été renforcées par la décision des autorités de dissoudre 510 ONG, dont certaines sont accusées de financer les Shabaabs.<br />Dans un communiqué conjoint, les Ambassadeurs à Nairobi des Etats-Unis, du Royaume-Uni, d’Australie, des Pays-Bas, d’Allemagne, du Danemark, de France, de Suède et du Canada, affirment qu’il est important que la nouvelle législation, « tout en renforçant la sécurité, respecte les droits de l’homme et les engagements internationaux » pris par le Kenya. Thu, 18 Dec 2014 00:00:00 +0100AMERIQUE/ETATS UNIS - Communiqué du Président de la Commission Justice et Paix de la Conférence épiscopale en faveur d’une coopération dans différents domaines avec Cuba après l’annonce de la normalisation des rapports bilatérauxhttp://www.fides.org/fr/news/39144-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Communique_du_President_de_la_Commission_Justice_et_Paix_de_la_Conference_episcopale_en_faveur_d_une_cooperation_dans_differents_domaines_avec_Cuba_apres_l_annonce_de_la_normalisation_des_rapports_bilaterauxhttp://www.fides.org/fr/news/39144-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Communique_du_President_de_la_Commission_Justice_et_Paix_de_la_Conference_episcopale_en_faveur_d_une_cooperation_dans_differents_domaines_avec_Cuba_apres_l_annonce_de_la_normalisation_des_rapports_bilaterauxNew Mexico – La Conférence épiscopale des Etats-Unis d’Amérique , par un communiqué signé par S.Exc. Mgr Oscar Cantù, Evêque de Las Cruces et Président de la Commission Justice et Paix de la Conférence épiscopale, a exprimé sa satisfaction suite à l’annonce de la normalisation des relations diplomatiques avec Cuba et de la libération de l’américain Alan Gross et d’autres prisonniers accusés d’espionnage.<br />« En outre, nous sommes encouragés – est-il indiqué dans la note envoyée à l’Agence Fides – par l’annonce de la part de l’Administration d’actions importantes qui favorisent le dialogue, la réconciliation, le commerce, la coopération et le contact entre nos nations et nos citoyens respectifs ».<br />« Nous croyons que le moment est venu pour les Etats-Unis d’établir de pleines relations diplomatiques avec Cuba » a affirmé Mgr Cantù. Au nombre des actions souhaitables, il a indiqué l’abolition de toutes les restrictions concernant les voyages à Cuba, l’abandon du terme « terroriste » attribué à toutes les réalités de Cuba, la promotion des échanges commerciaux et la révocation des restrictions relatives aux affaires et aux finances.<br />Le communiqué propose en outre de favoriser la coopération dans les secteurs de la protection de l’environnement, du contrôle du trafic de drogue et d’êtres humains et dans le domaine scientifique. « La participation est la manière de soutenir le changement à Cuba et de supporter le peuple cubain dans sa recherche de la démocratie, des droits fondamentaux et de la liberté religieuse » a conclu Mgr Cantù. Thu, 18 Dec 2014 00:00:00 +0100ASIE/TERRE SAINTE - Message de Noël du Patriarche latin de Jérusalemhttp://www.fides.org/fr/news/39143-ASIE_TERRE_SAINTE_Message_de_Noel_du_Patriarche_latin_de_Jerusalemhttp://www.fides.org/fr/news/39143-ASIE_TERRE_SAINTE_Message_de_Noel_du_Patriarche_latin_de_JerusalemJérusalem – La « Ville Sainte bien-aimée Jérusalem a ruisselé de sang et de larmes » et l’antagonisme religieux met en danger sa mission de « ville de la paix et de la coexistence interreligieuse ». Le Patriarche de Jérusalem des Latins, S.B. Fouad Twal, tire partie du traditionnel Message de Noël pour retracer avec un regard de foi les événements qui ont marqué au cours de ces derniers mois la vie des peuples qui habitent la Terre Sainte. Une compte-rendu dans lequel se mêlent douleur et espérance, désespoir et consolation, en un temps marqué par la visite du Pape François, la nouvelle guerre de Gaza et les attentats contre des lieux de prière.<br />Dans son message, diffusé par les moyens de communication du Patriarcat et parvenu à l’Agence Fides, le Patriarche qualifie de « succès sur le plan pastoral et œcuménique » le pèlerinage du Pape François en Terre Sainte et rappelle que « cette visite a donné lieu ensuite à cette magnifique rencontre de prière dans les Jardins du Vatican en présence du Président Abbas, de l’ancien Président Peres et du Patriarche Bartholomé. Même si nous n’avons pu en voir les fruits concrets, toute prière est valide et les fruits peuvent venir plus tard, comme l’olivier planté à cette occasion pourrait bien donner de nombreux fruits dans le futur ». Le regard du Patriarche latin s’attarde ensuite sur les violences et les tragédies qui ont marqué ces derniers mois, de la guerre à Gaza aux actes de violence ou de vengeance contre des personnes innocentes, tels que l’attaque contre une synagogue et celles contre des mosquées. « La même semaine, les Chefs Chrétiens de Terre Sainte ont visité la synagogue Har Nof pour condamner l’acte inhumain perpétré en ces lieux, et ont visité la Mosquée Al Aqsa pour demander le respect de l’ancien Statu Quo ». <br />Le message patriarcal en appelle à la « responsabilité des dirigeants politiques – Israéliens et Palestiniens – pour trouver et faciliter une solution. Grande aussi est la responsabilité de la communauté internationale pour aider ces deux parties à s’aider elles-mêmes ». A propos de la violence djihadiste qui bouleverse l’ensemble du Proche-Orient, le Patriarche valorise la « claire condamnation, de la part de dirigeants arabes et musulmans, de ces idéologies religieuses radicales ».<br />Dans son Message de Noël, S.B. Fouad Twal évoque également la question des regroupements familiaux – dont l’absence empêche de nombreux couples de vivre ensemble lorsque le conjoint d’un palestinien ne dispose pas de la nationalité israélienne – et le cas de la vallée de Crémisan, zone mise en danger par le projet de mur de séparation. « Nous espérons que la Cour Suprême israélienne laissera les 300 hectares de la Vallée de Crémisan, ainsi que les deux monastères Salésiens côté Palestinien. Aujourd’hui, nous sommes inquiets parce que les derniers développements de la récente audience penchent d’un autre côté. Nous craignons que la Cour décide que les terres appartenant aux 58 familles chrétiennes palestiniennes, soient séparées de Beit Jala. Une telle décision ferait du mal à notre communauté et nous espérons que les juges sauront se laisser inspirer par des principes éthiques sans se soumettre à la pression politique ». Thu, 18 Dec 2014 00:00:00 +0100AFRIQUE/SIERRA LEONE - Appel du Secrétaire général de la Conférence épiscopale en faveur de l’hôpital de Serabu concernant Ebolahttp://www.fides.org/fr/news/39142-AFRIQUE_SIERRA_LEONE_Appel_du_Secretaire_general_de_la_Conference_episcopale_en_faveur_de_l_hopital_de_Serabu_concernant_Ebolahttp://www.fides.org/fr/news/39142-AFRIQUE_SIERRA_LEONE_Appel_du_Secretaire_general_de_la_Conference_episcopale_en_faveur_de_l_hopital_de_Serabu_concernant_EbolaFreetown – « La situation créée par l’épidémie d’Ebola est véritablement horrible. Nos opérateurs sanitaires sont soumis à des risques très sérieux et certains d’entre eux ont perdu la vie » affirme le Père Paul Sandi, Secrétaire général de la Conférence épiscopale de Sierra Leone et de Gambie, lançant un appel à soutenir l’hôpital catholique de Serabu, qui se trouve à 225 Km de Freetown, la capitale de la Sierra Leone. La structure sanitaire compte 80 lits et suit 3.000 patients par an provenant de six villages environnants.<br />Selon les Evêques locaux, l’hôpital a urgemment besoin de médicaments, de gants, de masques de protection et d’autre matériel médical pour faire face non seulement à Ebola mais également au choléra, au paludisme et à la typhoïde, infections qui se répandent actuellement à cause de l’instabilité sociale et économique causée par la pandémie d’Ebola.<br />L’épidémie d’Ebola en Sierra Leone, en Guinée et au Liberia a actuellement de lourdes répercussions sur le tissu économique et social de ces pays. Selon l’Organisation de l’ONU pour l’Agriculture et l’Alimentation , un million de personnes vivant dans les trois pays touchés par l’épidémie se trouvent en danger alimentaire suite aux conséquences de l’épidémie. « La fermeture des frontières, les mesures de quarantaine, l’interdiction de la chasse et d’autres restrictions prises pour endiguer la diffusion du virus font obstacle à l’accès de la population à la nourriture » affirme un communiqué de la FAO et du Programme alimentaire mondial, organismes qui lancent un appel en faveur d’une action urgente au profit des pays touchés. Thu, 18 Dec 2014 00:00:00 +0100AMERIQUE/COLOMBIE - Selon l’Evêque auxiliaire de Cali, « le cessez-le-feu unilatéral doit être sans conditions »http://www.fides.org/fr/news/39141-AMERIQUE_COLOMBIE_Selon_l_Eveque_auxiliaire_de_Cali_le_cessez_le_feu_unilateral_doit_etre_sans_conditionshttp://www.fides.org/fr/news/39141-AMERIQUE_COLOMBIE_Selon_l_Eveque_auxiliaire_de_Cali_le_cessez_le_feu_unilateral_doit_etre_sans_conditionsBogotá – « Le cessez-le-feu unilatéral doit être sans conditions » a déclaré le Secrétaire général de la Conférence épiscopale de Colombie, S.Exc. Mgr José Daniel Falla Robles, Evêque auxiliaire de Cali, après avoir appris l’annonce de la part du groupe des guérilleros des FARC d’un cessez-le-feu unilatéral à durée indéterminée, à partir du 20 décembre.<br />« Il doit s’agir d’un cessez-le-feu unilatéral dans tout le sens du mot, c’est-à-dire sans aucune condition au gouvernement, du moment que l’Etat doit continuer à travailler pour défendre la souveraineté de la nation » a mis en évidence l’Evêque, selon les informations parvenues à l’Agence Fides. « Si les FARC s’engagent sur ce point, il est nécessaire que cela s’accompagne de la fin des enlèvements, des cultures illégales et d’autres choses semblables, de manière à ce que le gouvernement ne soit pas contraint à intervenir contre eux » a déclaré l’Evêque.<br />Mgr Falla Robles a rappelé que l’Eglise avait demandé un geste de cette portée à la guérilla et a par suite accueilli favorablement l’annonce. En outre, il a affirmé que cette action indique le sérieux avec lequel le groupe armé FARC prend part au processus de paix avec le gouvernement. Thu, 18 Dec 2014 00:00:00 +0100OCEANIE/PAPOUASIE NOUVELLE GUINEE - Appel de l’Evêque d’Alotau en faveur de la population réduite à la faim par les conséquences du passage du cyclone Itahttp://www.fides.org/fr/news/39140-OCEANIE_PAPOUASIE_NOUVELLE_GUINEE_Appel_de_l_Eveque_d_Alotau_en_faveur_de_la_population_reduite_a_la_faim_par_les_consequences_du_passage_du_cyclone_Itahttp://www.fides.org/fr/news/39140-OCEANIE_PAPOUASIE_NOUVELLE_GUINEE_Appel_de_l_Eveque_d_Alotau_en_faveur_de_la_population_reduite_a_la_faim_par_les_consequences_du_passage_du_cyclone_ItaAlotau – « Je lance un appel d’urgence en faveur de la population du sud-est de mon Diocèse d’Alotau. En ce moment, des milliers de personnes souffrent d’une grave pénurie de nourriture et sont réduites à la faim, à cause du cyclone Ita, qui a frappé la côte sud-est en avril dernier et a détruit la majeure partie de leurs cultures ». Tel est le message diffusé par S.Exc. Mgr Rolando C. Santos, C.M, Evêque d’Alotau, fortement préoccupé pour une portion du peuple de Dieu qui lui est confié. L’Evêque raconte à Fides : « Le Père Tony Young, MSC, Curé de Nimoa, in loco, s’est fortement engagé à demander des aides et à distribuer des denrées alimentaires à quelques 800 familles. Nous avons demandé l’aide du gouvernement provincial de Milne Bay. Nous faisons également actuellement appel à la population locale, en demandant à ce qu’elle porte des aides à l’Eglise en ces jours de la neuvaine de Noël » indique Mgr Santos. « La Caritas Papouasie Nouvelle Guinée a fourni des aides humanitaires en mai dernier. Toutefois, c’est surtout en cette période que la population de Nimoa connaît une situation de sérieux besoin. Nous renouvelons l’appel au réseau Caritas mais également à tous les autres Diocèses et institutions. Nous accueillerons favorablement toute forme de soutien, tant sous la forme de donations financières que d’aides humanitaires ». Thu, 18 Dec 2014 00:00:00 +0100ASIE/IRAQ - Transformation en prison du Monastère Saint Georges de la part du prétendu « Etat islamique »http://www.fides.org/fr/news/39139-ASIE_IRAQ_Transformation_en_prison_du_Monastere_Saint_Georges_de_la_part_du_pretendu_Etat_islamiquehttp://www.fides.org/fr/news/39139-ASIE_IRAQ_Transformation_en_prison_du_Monastere_Saint_Georges_de_la_part_du_pretendu_Etat_islamiqueMossoul – Dans la ville de Mossoul, prise en juin par les miliciens djihadistes du prétendu « Etat islamique », les églises chrétiennes continuent à être transformées en prisons. Au cours de la fin de semaine dernière, les djihadistes du prétendu « Etat islamique » ont transféré au moins 150 prisonniers bandés et les menottes aux poignets dans l’antique Monastère Saint Georges appartenant à l’Ordre antonien de Saint Hormisdas des Chaldéens. C’est ce qu’indiquent des sources locales, entrées en contact avec le site Internet irakien ankawa.com. Parmi les prisonniers, précédemment détenus dans la prison de Badush – évacuée en prévision d’une possible attaque de la part de la coalition formée contre le prétendu « Etat islamique » - se trouveraient des chefs de tribus sunnites opposés au prétendu « Etat islamique » et des anciens membres des services de sécurité démantelés par les djihadistes.<br />Les dernières photos du monastère circulant sur Internet font état du fait que la croix surmontant la coupole de Saint Georges a été brisée, suivant le destin de celles d’autres églises chrétiennes occupées par les djihadistes. Précédemment, des sources locales avaient indiqué à l’Agence Fides que des groupes de femmes avaient été transférés dans ce même monastère.<br />« Les nouvelles et les photos des églises occupées par les djihadistes – affirme à l’Agence Fides le Père Rebwar Audish Basa, Procureur de l’Ordre antonien de Saint Hormisdas des Chaldéens – rendent encore plus douloureuses les blessures intérieures des chrétiens ayant fui Mossoul et la plaine de Ninive, qui se préparent à passer le premier Noël loin de ces lieux qu’ils aiment tant. Eglises et monastères subissent maintenant la profanation de ceux qui ne montrent aucune pitié, pour rien ni pour personne ». Thu, 18 Dec 2014 00:00:00 +0100ASIE/PAKISTAN - Minute de silence et de recueillement dans les écoles catholiques et prière pour la paix à Noël établies par une note officielle de la Conférence épiscopalehttp://www.fides.org/fr/news/39138-ASIE_PAKISTAN_Minute_de_silence_et_de_recueillement_dans_les_ecoles_catholiques_et_priere_pour_la_paix_a_Noel_etablies_par_une_note_officielle_de_la_Conference_episcopalehttp://www.fides.org/fr/news/39138-ASIE_PAKISTAN_Minute_de_silence_et_de_recueillement_dans_les_ecoles_catholiques_et_priere_pour_la_paix_a_Noel_etablies_par_une_note_officielle_de_la_Conference_episcopaleKarachi – Les écoles catholiques de tout le Pakistan observent aujourd’hui une minute de silence et de recueillement au cours de la prière du matin, en souvenir des victimes de l’attaque des talibans contre l’école militaire de Peshawar. Telle est l’initiative prise par les Evêques pakistanais qui, dans un communiqué envoyé à Fides, condamnent « la violence brutale » et expriment leur « pleine solidarité aux familles des victimes ». La note officielle, signée par l’Archevêque de Karachi, S.Exc. Mgr Joseph Coutts, Président de la Conférence épiscopale, demande en outre à toute les communautés chrétiennes du Pakistan de « célébrer Noël de manière sobre, par respect pour la douleur des familles et de l’ensemble de la nation ».<br />Noël, affirme la note, sera une occasion pour « adresser à Dieu une prière spéciale pour les victimes de Peshawar » mais également pour les deux époux chrétiens, Shahzad et Shama Masih, brûlés vifs par une foule de musulmans au Pendjab au début du mois de novembre. « En ce jour de la naissance de Jésus Christ, Prince de la paix – exhorte le texte – que tous les chrétiens prient de manière fervente pour la paix au Pakistan. Il est du devoir de tout chrétien de promouvoir la paix, la réconciliation, l’harmonie, l’unité. Les chrétiens s’unissent à tous les citoyens pakistanais, de toute religion, pour vaincre la violence et le terrorisme ».<br />Le texte demande au gouvernement, aux partis politiques et aux responsables religieux de « demeurer unis face à la tragique attaque de Peshawar » et invitent les institutions à prendre des mesures adéquates pour assurer la protection des écoles dans tout le pays. Thu, 18 Dec 2014 00:00:00 +0100AMERIQUE/CUBA - Communiqué de la Conférence épiscopale après l’annonce de la reprise des relations diplomatiques entre les Etats-Unis et Cubahttp://www.fides.org/fr/news/39137-AMERIQUE_CUBA_Communique_de_la_Conference_episcopale_apres_l_annonce_de_la_reprise_des_relations_diplomatiques_entre_les_Etats_Unis_et_Cubahttp://www.fides.org/fr/news/39137-AMERIQUE_CUBA_Communique_de_la_Conference_episcopale_apres_l_annonce_de_la_reprise_des_relations_diplomatiques_entre_les_Etats_Unis_et_CubaLa Havane – « Nous avons appris les importantes déclarations du Président de Cuba, Raul Castro, et du Président des Etats-Unis, Barack Obama, qui marquent une nouvelle étape dans les relations entre nos deux pays. Nous rendons grâce au Seigneur, en cette veille de Noël, en ce que de nouveaux horizons d’espérance illuminent la vie du peuple cubain parce que les bonnes relations sans tension entre des peuples aussi proches constituent le fondement d’un avenir prometteur ». Tels sont les termes du communiqué de la Conférence épiscopale de Cuba, parvenu à l’Agence Fides, daté du 17 décembre et signé par le Secrétaire générale de celle-ci. Le texte a été rédigé après l’annonce de la reprise des relations diplomatiques entre les Etats-Unis et Cuba.<br />« Nous exprimons une gratitude spéciale au Pape François, que les deux Chefs d’Etat ont reconnu comme un important médicateur d’un désir qui devient réalité. Nous espérons que la volonté exprimée par les Présidents contribuera au bien-être matériel et spirituel de notre peuple. Nous apprécions fortement le retour des trois cubains libérés dans leur patrie et dans leurs familles, ainsi que le geste humanitaire vis-à-vis du prisonnier américain qui a pu rencontrer sa famille ».<br />La Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège a publié le communiqué suivant : « Le Saint-Père désire exprimer sa vive satisfaction pour la décision historique des gouvernements des Etats-Unis d’Amérique et de Cuba d’établir des relations diplomatiques afin de surmonter, dans l’intérêt de leurs citoyens respectifs, les difficultés qui ont marqué leur histoire récente. Au cours de ces derniers mois, le Saint-Père François a écrit au Président de la République de Cuba, S.E. M. Raul Castro, et au Président des Etats-Unis, S.E. M. Barack H. Obama, pour les inviter à résoudre des questions humanitaires d’intérêt commun, dont la situation d’un certain nombre de détenus, afin de lancer une nouvelle phase dans les rapports entre les deux parties.<br />Le Saint-Siège, en accueillant au Vatican, au cours du mois d’octobre dernier, les délégations des deux pays, a entendu offrir ses bons offices afin de favoriser un dialogue constructif sur des thèmes délicats, duquel ont découlé des solutions satisfaisantes pour les deux parties. Le Saint-Siège continuera à assurer son appui aux initiatives que les deux Nations entreprendront afin de développer leurs relations bilatérales et de favoriser le bien-être de leurs citoyens respectifs ». Thu, 18 Dec 2014 00:00:00 +0100AFRIQUE/BURKINA FASO - Engagement des Camilliens dans la lutte contre la menace du virus Ebolahttp://www.fides.org/fr/news/39136-AFRIQUE_BURKINA_FASO_Engagement_des_Camilliens_dans_la_lutte_contre_la_menace_du_virus_Ebolahttp://www.fides.org/fr/news/39136-AFRIQUE_BURKINA_FASO_Engagement_des_Camilliens_dans_la_lutte_contre_la_menace_du_virus_EbolaOuagadougou – Le Bénin, le Burkina Faso et le Togo n’ont, pour l’instant, pas enregistré de cas de malades atteints par le virus Ebola. Toutefois, la probabilité demeure très forte à cause de la proximité avec les pays ayant confirmé la présence du virus. Pour être en mesure de faire face à une éventuelle diffusion du virus Ebola, un séminaire de cinq jours dédié à la gestion des urgences et à la réduction des risques vient de s’achever à Ouagadougou. Y ont participé 27 membres de la Famille camilliennes – 10 provenant du Bénin, 2 du Togo et 15 du Burkina Faso – religieux, Filles de Saint Camille, membres de la Famille camillienne laïque, de l’Union Catholique des Agents de Santé de l’Action Sociale de Ouagaa et du Flambeau de la Charité. La rencontre a été présidée également par S.Em. le Cardinal Philippe Ouédraogo, Archevêque de la capitale. Ce séminaire visait à enseigner aux participants les différents instruments d’organisation des communautés touchées et à aider à développer un plan d’action dans les lieux caractérisés par une situation d’urgence spécifique. Il s’est conclu par la visite de l’un des camps de réfugiés sis dans la ville de Sagniogniogo où les participants et des réfugiés sélectionnés ont mis en pratique les techniques apprises. Wed, 17 Dec 2014 00:00:00 +0100AMERIQUE/COSTA RICA - Redémarrage de la campagne contre la faim pour aider en particulier les familles en état de pauvretéhttp://www.fides.org/fr/news/39135-AMERIQUE_COSTA_RICA_Redemarrage_de_la_campagne_contre_la_faim_pour_aider_en_particulier_les_familles_en_etat_de_pauvretehttp://www.fides.org/fr/news/39135-AMERIQUE_COSTA_RICA_Redemarrage_de_la_campagne_contre_la_faim_pour_aider_en_particulier_les_familles_en_etat_de_pauvreteSan José – Afin de diminuer le nombre de costaricains qui souffrent la faim – environ 400.000 selon le rapport de la FAO – la Fondation Caritas Costa Rica promeut une collecte de fonds au travers de la campagne « Un grain de café pour le bien social ». Le Président de Caritas Costa Rica, S.Exc. Mgr Angel San Casimiro Fernández, Evêque d’Alajuela, en présentant la campagne, le 15 décembre, a indiqué que l’idée est celle de combattre la faim, en particulier en aidant les familles qui vivent dans la pauvreté.<br />« Personne ne peut se rendre compte de combien de personnes – et il y en a beaucoup – souffrent la faim au XXI° siècle. On a peine à croire que ces personnes doivent chercher la nourriture qui leur est nécessaire dans les poubelles » a réaffirmé Mgr San Casimiro Fernández.<br />La campagne, explique la note envoyée à Fides par la Caritas Costa Rica, prévoit que, pour chaque kilogramme de café vendu, les producteurs donnent 200 colones en vue de l’acquisition de denrées alimentaires pour les familles nécessiteuses. La campagne rentre dans le cadre de l’initiative globale promue par la Caritas Internationalis en octobre dernier afin de combattre la faim dans le monde au travers d’actions concrètes dans chaque pays. Wed, 17 Dec 2014 00:00:00 +0100AFRIQUE/RD CONGO - Ouverture de la réunion des « sages » visant à mettre fin aux massacres sur le territoire de Benihttp://www.fides.org/fr/news/39134-AFRIQUE_RD_CONGO_Ouverture_de_la_reunion_des_sages_visant_a_mettre_fin_aux_massacres_sur_le_territoire_de_Benihttp://www.fides.org/fr/news/39134-AFRIQUE_RD_CONGO_Ouverture_de_la_reunion_des_sages_visant_a_mettre_fin_aux_massacres_sur_le_territoire_de_BeniKinshasa – Aujourd’hui, 17 décembre, s’ouvre à Beni, au Nord Kivu , une réunion de trois jours visant à chercher à mettre fin à la spirale de violence qui bouleverse actuellement le territoire de Beni où, au cours de ces dernières semaines seulement, 270 personnes ont été tuées suite aux actions de groupes armés .<br />« L’objectif principal de ce cadre est d’amener les Sages de cette région à se parler et à s’écouter afin que les uns et les autres soient mis en contribution pour arrêter la spirale des violences qui prend en étau la population de la Ville et du Territoire de Beni » affirme une note envoyée à l’Agence Fides par la Coordination de la Société civile du Nord Kivu, qui a promu l’initiative.<br />Parmi les participants se trouvent des ministres, des sénateurs, des députés, des opérateurs économiques, des responsables religieux chrétiens et musulmans, des représentants de la société civile, provenant de Beni et de Butembo, de la capitale de la RDC, Kinshasa, de Goma , de la province orientale et d’autres parties du pays.<br />« Pour notre structure, le Dialogue franc devra aboutir à s’apercevoir des causes profondes à la base de la détérioration de la sécurité, à la base des massacres à Beni pour aboutir aux engagements personnels collectifs, des recommandations communes au Gouvernement Congolais et à la Communauté Internationale pour une résolution durable de la crise » conclut le communiqué.<br />Les guérilleros d’origine ougandaise des ADF-Nalu ont été accusés des derniers massacres mais, comme nous l’avons indiqué à plusieurs reprises , différents observateurs remarquent que des causes plus profondes sont à l’origine de ces crimes. Wed, 17 Dec 2014 00:00:00 +0100ASIE/IRAQ - Intensification des aides de la Caritas Irak au profit des 6.000 familles réfugiées à Dohukhttp://www.fides.org/fr/news/39133-ASIE_IRAQ_Intensification_des_aides_de_la_Caritas_Irak_au_profit_des_6_000_familles_refugiees_a_Dohukhttp://www.fides.org/fr/news/39133-ASIE_IRAQ_Intensification_des_aides_de_la_Caritas_Irak_au_profit_des_6_000_familles_refugiees_a_DohukDohuk – L'équipe de la Caritas irakienne oeuvrant dans la région de Dohuk, au Kurdistan irakien, a activé un programme de soutien qui prévoit la distribution d’aides et la fourniture d’assistance à 6.000 familles évacuées dispersées dans différentes zones de la province du gouvernorat homonyme. Au cours des prochaines semaines, le rythme des initiatives humanitaires de la Caritas au profit des évacués de la région sera intensifié. C’est ce qu’indique sur le site Internet irakien ankawa.com Imad Noel Noam, vice-directeur de la section locale de la Caritas. Les destinataires des aides sont des évacués musulmans, chrétiens et yézidis ayant fui Mossoul et la plaine de Ninive, tombées sous le contrôle des djihadistes du prétendu « Etat islamique ». Le programme prévoit la distribution de biens de subsistance – nourriture, vêtements, poêles – à au moins 100 familles par jour et l’organisation de programmes récréatifs pour les enfants. Au cours de la première phase – expliquent les responsables de la Caritas – le temps employé pour recueillir les noms des destinataires et le peu de coordination avec les agences gouvernementales et internationales ont ralenti le lancement du programme d’aides. Maintenant, en revanche, la distribution des vivres et du matériel a lieu à plein régime, dans des lieux et à des moments préétablis. Wed, 17 Dec 2014 00:00:00 +0100AFRIQUE/SOUDAN - Vingt nouvelles stations de radio au Darfour et au Sud Kordofanhttp://www.fides.org/fr/news/39132-AFRIQUE_SOUDAN_Vingt_nouvelles_stations_de_radio_au_Darfour_et_au_Sud_Kordofanhttp://www.fides.org/fr/news/39132-AFRIQUE_SOUDAN_Vingt_nouvelles_stations_de_radio_au_Darfour_et_au_Sud_KordofanKhartoum – En janvier, le Soudan prévoit de lancer 10 stations de radio en ondes courtes au Darfour et dix autres au Sud Kordofan. Les nouvelles stations présenteront des programmes dans les dialectes locaux, en réponse aux transmissions de Radio Dabanga, afin de tenter de réduire l’influence de cette dernière sur les populations de ces régions, en particulier au Darfour. Selon le Ministère de l’Information, en ce qui concerne le Sud Kordofan, les radios auront pour but d’atteindre la population Nuba qui vit dans les zones contrôlées par les rebelles. Les parlementaires soudanais ont critiqué les services des moyens de communication officiels, les décrivant comme faibles et manquant d’offre en matière d’informations, demandant à réduire ou à fermer totalement la radio. Wed, 17 Dec 2014 00:00:00 +0100AFRIQUE/NIGERIA - Plus de 5.000 évacués fuyant Boko Haram accueillis dans les Paroisses de Maidugurihttp://www.fides.org/fr/news/39131-AFRIQUE_NIGERIA_Plus_de_5_000_evacues_fuyant_Boko_Haram_accueillis_dans_les_Paroisses_de_Maidugurihttp://www.fides.org/fr/news/39131-AFRIQUE_NIGERIA_Plus_de_5_000_evacues_fuyant_Boko_Haram_accueillis_dans_les_Paroisses_de_MaiduguriMaiduguri – La situation des évacués accueillis à Maiduguri, capitale de l’Etat de Borno, dans le nord du Nigeria, provenant des zones tombées sous le contrôle de Boko Haram est dramatique. Par ailleurs, on craint que, parmi ces personnes, se cachent des terroristes de Boko Haram prêts à frapper dans le centre de la ville. C’est ce qu’affirme une note envoyée à l’Agence Fides par le Père Gideon Obasogie, Directeur des Communications sociales du Diocèse de Maiduguri, dont le territoire s’étend sur les Etats de Borno et de Yobe ainsi que sur certaines zones de celui d’Adamawa.<br />« La situation des évacués ne s’est pas améliorée parce que les zones de l’Etat d’Adamawa attaquées précédemment se trouvent encore sous le contrôle de Boko Haram » indique le Père Obasogie. Les nouvelles attaques ont accru le nombre des personnes ayant trouvé refuge à Maiduguri et les camps d’accueil sont désormais saturés. « Le flux d’évacués accroît le risque que des membres de Boko Haram ne se fassent passer pour des évacués afin d’entrer à Maiduguri » ajoute-t-il.<br />L’Evêque de Maiduguri, S.Exc. Mgr Oliver Dashe Doeme, se prodigue actuellement afin d’offrir de l’aide aux quelques 5.000 évacués accueillis dans trois Paroisses de la ville : la Cathédrale Saint Patrick, l’église Saint Hilaire et l’église Saint Augustin.<br />Lors d’une rencontre avec les évacués, le 2 décembre, Mgr Doeme les a encouragés, en rappelant que ceux qui les persécutent « peuvent nous insulter, nous blesser, détruire nos propriétés et nous priver de travail, voire même nous tuer mais ils ne pourront pas nous priver de la foi ». L’Evêque a invoqué la protection de la Très Sainte Vierge Marie et a écouté les récits des évacués, dont certains ont échappé de peu à la mort en se cachant pendant des jours dans la montagne, sans nourriture ni eau potable. Nombre d’entre eux ont des membres de leurs familles qui sont portés disparus, peut-être tués au cours des attaques. Aux évacués, ont été distribués des sacs de riz et de haricots, de l’huile, du sel, des couvertures et des moustiquaires. Wed, 17 Dec 2014 00:00:00 +0100AMERIQUE/ARGENTINE - Nouvelle rencontre entre la Présidence de la Conférence épiscopale et le Chef de l’Etathttp://www.fides.org/fr/news/39130-AMERIQUE_ARGENTINE_Nouvelle_rencontre_entre_la_Presidence_de_la_Conference_episcopale_et_le_Chef_de_l_Etathttp://www.fides.org/fr/news/39130-AMERIQUE_ARGENTINE_Nouvelle_rencontre_entre_la_Presidence_de_la_Conference_episcopale_et_le_Chef_de_l_EtatBuenos Aires – La Présidence de la Conférence épiscopale argentine sera reçue le 22 décembre par le Président argentin, Cristina Kirchner, au siège du gouvernement, pour une rencontre protocolaire. Cette dernière intervient après quelques frictions entre le gouvernement et les Evêques dues à l’insistance de l’Eglise sur les problèmes de la diffusion du trafic de drogue et de la violence, de la précarité du travail et de la généralisation de la corruption, qui ont provoqué les fortes réactions du parti aux affaires .<br />La note parvenue à Fides indique en outre que la Commission permanente de la CEA est réunie ces jours-ci afin de décider la méthodologie à appliquer en ce qui concerne la préparation du Synode ordinaire sur la Famille, qui se tiendra en octobre 2015. Ce sera également l’occasion de préparer un Message au peuple de Dieu pour Noël. Wed, 17 Dec 2014 00:00:00 +0100ASIE/PAKISTAN - Selon la Human Rights Commission of Pakistan, « les talibans et le Pakistan sont incompatibles »http://www.fides.org/fr/news/39129-ASIE_PAKISTAN_Selon_la_Human_Rights_Commission_of_Pakistan_les_talibans_et_le_Pakistan_sont_incompatibleshttp://www.fides.org/fr/news/39129-ASIE_PAKISTAN_Selon_la_Human_Rights_Commission_of_Pakistan_les_talibans_et_le_Pakistan_sont_incompatiblesLahore – Le massacre de Peshawar marque une césure dans l’histoire du Pakistan et établit de manière irréfutable que « les talibans et le Pakistan sont incompatibles ». C’est ce qu’affirme une note de la Human Rights Commission of Pakistan , la principale ONG pakistanaise engagée dans la défense des droits fondamentaux, diffusée de manière capillaire sur le territoire. L’attaque terroriste de Peshawar constitue « une tragédie nationale qui doit faire ouvrir les yeux de quiconque » affirme la note envoyée à Fides, se référant au gouvernement de Nawaz Sharif qui avait cherché un dialogue et un accord avec les talibans.<br />Selon la HRCP, il s’agit d’une « tragédie nationale de proportions immenses, la pire de l’histoire » surtout à cause de l’objectif choisi : des enfants. « Rien ne justifie un massacre aussi brutal contre des enfants » remarque le texte, réaffirmant l’absolue « incompatibilité entre le Pakistan et les talibans ». La tragédie « démontre une fois encore que le Pakistan ne connaîtra pas la paix tant que la folie des talibans ne sera pas vaincue dans toutes ses manifestations ».<br />L’ONG demande au gouvernement fédéral de « poursuivre cette bataille, en en faisant une priorité, à tous les niveaux » et de « punir ceux qui ont ordonné le massacre des enfants ». « La lutte contre les talibans – conclut le texte – est la lutte pour la vie des enfants du Pakistan et signifie leur assurer un avenir exempt des brutalités que les militants représentent ». Wed, 17 Dec 2014 00:00:00 +0100ASIE/PAKISTAN - Pour le Directeur exécutif de la Commission Justice et Paix de la Conférence épiscopale, après le massacre de Peshawar, il est urgent de « redécouvrir l’unité »http://www.fides.org/fr/news/39128-ASIE_PAKISTAN_Pour_le_Directeur_executif_de_la_Commission_Justice_et_Paix_de_la_Conference_episcopale_apres_le_massacre_de_Peshawar_il_est_urgent_de_redecouvrir_l_unitehttp://www.fides.org/fr/news/39128-ASIE_PAKISTAN_Pour_le_Directeur_executif_de_la_Commission_Justice_et_Paix_de_la_Conference_episcopale_apres_le_massacre_de_Peshawar_il_est_urgent_de_redecouvrir_l_uniteLahore – « Le seul chemin, la seule riposte possible au terrible massacre de Peshawar est de redécouvrir l’unité du pays, de redécouvrir le noyau d’humanité et de coexistence qui fonde la nation, d’envoyer un message fort d’unité contre la violence et le terrorisme, message qui doit partir non seulement du gouvernement mais du cœur de chaque pakistanais ». C’est ce qu’affirme à l’Agence Fides Cecil Shane Chaudhry, Directeur exécutif de la Commission Justice et Paix de la Conférence épiscopale, après l’attaque perpétrée par les talibans pakistanais contre une école militaire de Peshawar hier, 16 décembre. L’action terroriste a fait 142 morts dont 132 enfants, choquant l’ensemble de la nation.<br />Aujourd’hui, des veillées de prière et des rencontres de réflexion sont organisées dans tout le Pakistan au cours d’une journée de deuil national. Selon des sources de Fides, des prières et des veillées ont lieu également dans de nombreuses églises.<br />Dans un entretien accordé à Fides, Cecil Shane Chaudhry indique : « Le massacre est un coup porté au cœur de la nation et pose une question non seulement au gouvernement mais à chaque citoyen. Où allons-nous ? Quel pays construisons-nous ? Les églises et des nombreuses organisations de la société civile font ce qu’elles peuvent en promouvant la paix, la tolérance, l’harmonie, les aides humanitaires. Aujourd’hui, il est urgent de redécouvrir les racines de la coexistence civile, sociale et religieuse au Pakistan ». En outre, poursuit-il, « se pose fortement la question de savoir qui sont ceux qui fomentent et font usage de l’intégrisme religieux islamique ».<br />L’avocat catholique Mushtaq Gill Sardar, actif défenseur des droits fondamentaux, contacté par Fides, remarque : « Nous condamnons avec force cette atrocité. En tant que chrétiens au Pakistan, nous nous sentons unis à nos compatriotes musulmans, marqués par la douleur et nous unissons nos prières aux leurs. Nous leur disons : nous pleurons avec vous vos êtres chers et vos enfants. Nous sommes à vos côtés : notre humanité commune l’exige. Nous demandons au gouvernement pakistanais de mettre en place des mesures sérieuses afin d’éradiquer le terrorisme et l’extrémisme religieux du Pakistan. Il est temps d’agir contre ceux qui diffusent ouvertement la haine religieuse, l’extrémisme et le terrorisme au nom de la religion ». Wed, 17 Dec 2014 00:00:00 +0100