Dépêches de Fides en Françaishttp://www.fides.org/Les Dépêches de l'Agence Fidesen-usEUROPE/CONFEDERATION HELVETIQUE - 20% des enfants non concernés par des vaccinations d’importance vitalehttp://www.fides.org/fr/news/37512-EUROPE_CONFEDERATION_HELVETIQUE_20_des_enfants_non_concernes_par_des_vaccinations_d_importance_vitalehttp://www.fides.org/fr/news/37512-EUROPE_CONFEDERATION_HELVETIQUE_20_des_enfants_non_concernes_par_des_vaccinations_d_importance_vitaleGenève – Chaque année, un nouveau-né sur cinq ne reçoit pas les vaccinations d’importance vitale et la nécessité de réfrigérer correctement les vaccins représente une grave barrière à l’amélioration des taux de couverture des vaccinations. Des vaccins thermiquement stables entre 2 et 8°C sont nécessaires. C’est l’alarme lancée par Médecins sans frontières à la veille de la Semaine mondiale de l’immunisation qui s’ouvre aujourd’hui et se conclura le 30 avril. « Sur la base de notre expérience – peut-on lire dans le communiqué parvenu à l’Agence Fides – la nécessité de conserver les vaccins au sein de la chaîne du froid tout au long de leur trajet en direction du patient est l’une des barrières majeures à une action d’immunisation efficace ». Bien que ceci ne constitue pas un problème insurmontable dans les pays riches, il représente en revanche un obstacle important dans les pays en voie de développement, en particulier dans les zones chaudes, isolées et où la couverture électrique nécessaire à la réfrigération est peu fiable. Cette difficulté est l’une des causes des bas taux de vaccination dans certains pays au point que, chaque année, ce sont plus de 22 millions d’enfants de moins d’un an qui ne sont pas vaccinés. Des preuves toujours plus évidentes montrent également que certains vaccins peuvent être tenus hors de la chaîne du froid pendant un certain temps. Dans ce qu’il est convenu d’appeler « chaîne de température contrôlée » , certains d’entre eux peuvent quitter la chaîne du froid pendant une brève période immédiatement avant d’être utilisés, ce qui faciliterait la logistique de transport dans sa phase finale et cruciale, à savoir du dernier centre sanitaire jusqu’aux villages les plus reculés. Thu, 24 Apr 2014 00:00:00 +0200EUROPE/ITALIE - Témoignages sur Internet de quatre jeunes au service des derniers dans des contextes missionnaireshttp://www.fides.org/fr/news/37511-EUROPE_ITALIE_Temoignages_sur_Internet_de_quatre_jeunes_au_service_des_derniers_dans_des_contextes_missionnaireshttp://www.fides.org/fr/news/37511-EUROPE_ITALIE_Temoignages_sur_Internet_de_quatre_jeunes_au_service_des_derniers_dans_des_contextes_missionnairesRome – Le 30 avril, s’ouvriront les sélections des quatre jeunes bénévoles entendant vivre et raconter une expérience d’un mois au services des plus humbles et des plus oubliés en Inde, au Kenya, au Mozambique et aux Philippines. La Conférence épiscopale italienne a en effet lancé le projet « Dans un autre monde » afin de favoriser le rapprochement entre les jeunes d’une part et le monde de l’Eglise en général et le monde des missions et de l’aide au prochain en particulier d’autre part.<br />Les jeunes sélectionnés pourront vivre une expérience de bénévolat en collaborant pendant un mois aux activités de la structure qui les accueillera : la Maison de la Providence pour les fillettes des rues de Calcutta , le centre Kivuli pour les enfants des bidonvilles de Nairobi géré par l’association Amami , les différentes structures de Médecins avec l’Afrique CUAMM au Mozambique et la Little Nazareth Home pour fillettes de Manille . De ce travail. Ils seront témoins au travers de la publication sur le site Internet de matériel multimédia qu’ils recueilleront au cours de leur expérience de vie… <br/><strong>Link correlati</strong> :<a href="http://www.inunaltromondo.it">Pour de plus amples informations</a>Thu, 24 Apr 2014 00:00:00 +0200ASIE/TERRE SAINTE - Pour le Directeur de Caritas Jérusalem, le peuple fête la réconciliation entre les forces politiques palestinienneshttp://www.fides.org/fr/news/37510-ASIE_TERRE_SAINTE_Pour_le_Directeur_de_Caritas_Jerusalem_le_peuple_fete_la_reconciliation_entre_les_forces_politiques_palestinienneshttp://www.fides.org/fr/news/37510-ASIE_TERRE_SAINTE_Pour_le_Directeur_de_Caritas_Jerusalem_le_peuple_fete_la_reconciliation_entre_les_forces_politiques_palestiniennesRamallah – « La population d’ici est toute contente et les palestiniens de la Bande de Gaza sont encore plus contents que nous ». C’est ainsi que s’exprime le Père Raed Abusahlia, prêtre palestinien et Directeur général de Caritas Jérusalem, décrivant ainsi les sentiments qui prévalent au sein de la population palestinienne après l’annonce de la réconciliation entre Hamas – mouvement islamiste qui contrôle la bande de Gaza – et les forces politiques liées à l’OLP, qui dirigent l’Autorité nationale palestinienne.<br />Au cours des colloques entre les représentants du Hamas et les envoyés du Fatah ayant eu lieu le 23 avril, a été mise au point la formation, d’ici cinq semaines, d’un gouvernement palestinien d’unité nationale. D’ici six mois, les palestiniens seront appelés à voter pour élire le nouveau « Conseil législatif national ». « La réconciliation entre les forces politiques palestiniennes – observe le Père Raed Abusahlia – a suscité des réactions négatives en Israël mais aussi aux Etats-Unis. La division des palestiniens était un facteur qui affaiblissait le processus de paix. Tout le monde pensait : avec quelle force les palestiniens peuvent-ils participer au processus de paix s’ils sont divisés entre eux ? Seule une politique impériale pouvait penser imposer une pacification apparente en excluant Hamas et la population de Gaza après la catastrophe provoquée dans ce territoire qui est devenue une prison à ciel ouvert caractérisée par la pauvreté, le manque d’eau et d’électricité, la pollution et les incursions militaires israéliennes ». Selon le prêtre du Patriarcat latin de Jérusalem, « le chemin visant à atteindre la réconciliation effective sera long et difficile. Il faudra l’accompagner et le vérifier pas à pas, mais les réactions de ceux qui se prétendent démocrates me surprennent lorsqu’ils prétendent empêcher les palestiniens d’exercer pleinement la démocratie au travers d’élections libres ». Selon le Directeur de Caritas Jérusalem, il faudra accepter le verdict des urnes même en ce qui concerne les voix recueillies par Hamas. Dans le même temps, le Père Raed Abusahlia prévoit une perte de vitesse électorale du mouvement islamiste après que les palestiniens « aient vu les résultats et les effets de ce choix ». Thu, 24 Apr 2014 00:00:00 +0200AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Protestation à Juba de la communauté originaire du Darfour suite au massacres de Bentiuhttp://www.fides.org/fr/news/37509-AFRIQUE_SOUDAN_DU_SUD_Protestation_a_Juba_de_la_communaute_originaire_du_Darfour_suite_au_massacres_de_Bentiuhttp://www.fides.org/fr/news/37509-AFRIQUE_SOUDAN_DU_SUD_Protestation_a_Juba_de_la_communaute_originaire_du_Darfour_suite_au_massacres_de_BentiuJuba – Le chef de la communauté originaire du Darfour à Juba, capitale du Soudan du Sud, a annoncé des manifestations suite aux massacres intervenus à Bentiu, dans l’Etat d’Unité, où plusieurs centaines de personnes ont été tuées après que les rebelles de Riek Machar aient repris le contrôle de la ville le 15 avril dernier.<br />La Mission de l’ONU au Soudan du Sud accuse les rebelles d’avoir sélectionné les victimes sur base ethnique, en les prenant parmi les ethnies non Nuer . Parmi les victimes, se trouvent par ailleurs des personnes originaires du Darfour, la région du Soudan à son tour en proie à la guerre entre différents groupes armés et les militaires de Khartoum. Parlant à la radio catholique Bakhita Radio, le représentant de la communauté du Darfour à Juba, Abdalla Hamed, a affirmé que les personnes originaires du Darfour tuées à Bentiu étaient des marchands et non pas des guérilleros qui appuyaient le Président Kiir comme l’affirment les rebelles.<br />Selon Hamed, dans la seule mosquée de Bentiu, 420 personnes ont été tuées sachant que ceux qui ont cherché refuge dans l’église catholique et à l’hôpital ont eux aussi été massacrés. Thu, 24 Apr 2014 00:00:00 +0200AFRIQUE/REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE - Témoignage de l’Evêque de Bossangoa, enlevé par les rebelles ayant assassiné un prêtre de son Diocèse : « les rebelles voulaient me tuer »http://www.fides.org/fr/news/37507-AFRIQUE_REPUBLIQUE_CENTRAFRICAINE_Temoignage_de_l_Eveque_de_Bossangoa_enleve_par_les_rebelles_ayant_assassine_un_pretre_de_son_Diocese_les_rebelles_voulaient_me_tuerhttp://www.fides.org/fr/news/37507-AFRIQUE_REPUBLIQUE_CENTRAFRICAINE_Temoignage_de_l_Eveque_de_Bossangoa_enleve_par_les_rebelles_ayant_assassine_un_pretre_de_son_Diocese_les_rebelles_voulaient_me_tuerBangui – « Une grande mésaventure, qui m’a conduit loin, dans l’est de mon Diocèse » : c’est ce que déclare S.Exc. Mgr Nestor Désiré Nongo-Aziagbia, Evêque de Bossangoa en décrivant à l’Agence Fides l’enlèvement dont il a été victime de la part d’une formation de rebelles de la coalition Seleka.<br />« Mercredi 16 avril – raconte à Fides Mgr Nongo-Aziagbia – je ramenais dans ma voiture trois prêtres de mon Diocèse dans leur Paroisse lorsque, aux alentours de 17h00, nous avons été interceptés par des rebelles de la coalition Seleka placés sous les ordres d’un « colonel » qui se trouvait à Bossangoa lorsque les rebelles occupaient la ville ».<br />« J’ai été conduit devant ce « colonel » - poursuit l’Evêque – qui m’a accusé d’avoir fait échouer son plan de reconquête de Bossangoa, d’avoir fait circuler sur Internet des déclarations diffamatoires sur son compte, d’avoir recueilli à Bantangafo des informations que j’aurais dû transmettre aux forces internationales présentes en Centrafrique, celles de l’opération Sangaris et celles de la MISCA et enfin d’avoir organisé la résistance dans la ville afin d’empêcher sa reconquête de la part de ses hommes ».<br />L’Evêque ajoute que « les rebelles m’ont retiré ma croix pectorale, mon anneau épiscopal et les ornements liturgiques qui se trouvaient dans ma valise. Puis nous avons été conduits, moi et mes trois prêtres, en direction de Sidot pour y être tués. A la hauteur de Kabo , notre convoi a été arrêté grâce à l’intervention de la communauté internationale et surtout du commandant de la zone militaire locale de la Seleka, un « général » qui n’était pas d’accord avec l’ordre d’exécution émis par son subordonné. Après cette pérégrination, qui a duré tout le Jeudi Saint, le Vendredi Saint, nous avons été reconduits à Bantangafo où le Commandant de la MISCA est venu nous prendre en hélicoptère pour nous permettre de rentrer chez nous ».<br />Toujours dans le Diocèse de Bossangoa, le 18 avril, Vendredi Saint, a été tué le Père Christ Forman Wilibona. « Le Père Wilibona était l’un de mes prêtres – raconte à Fides Mgr Nongo-Aziagbia – qui rentrait en moto de la Messe Chrismale et a rencontré un barrage de rebelles de la Seleka, associés à des éléments Peuls qui l’ont tué, en ouvrant le feu contre lui à 12 reprises ».<br />« Le Père Wilibona est mort sur le coup – poursuit l’Evêque. La population locale a cherché à récupérer son corps mais ses assassins ont empêché pendant 3 à 4 heures de s’en approcher. Finalement, les habitants du village ont pu l’enterrer, sachant que son corps a ensuite été reporté avec l’aide de la Croix Rouge à la mission de Paoua, où le Père Wilibona était Curé ».<br />« Tout le nord de mon Diocèse est occupé par les rebelles de la coalition Seleka, qui dictent leur loi malgré la présence des forces internationales. Je me demande dès lors à quoi sert leur présence en Centrafrique ? » conclut Mgr Nongo-Aziagbia. Thu, 24 Apr 2014 00:00:00 +0200OCEANIE/PAPOUASIE NOUVELLE GUINEE - Pèlerinage à pieds à l’occasion des 80 ans de l’Evangélisation des hauts plateaux de Papouasiehttp://www.fides.org/fr/news/37506-OCEANIE_PAPOUASIE_NOUVELLE_GUINEE_Pelerinage_a_pieds_a_l_occasion_des_80_ans_de_l_Evangelisation_des_hauts_plateaux_de_Papouasiehttp://www.fides.org/fr/news/37506-OCEANIE_PAPOUASIE_NOUVELLE_GUINEE_Pelerinage_a_pieds_a_l_occasion_des_80_ans_de_l_Evangelisation_des_hauts_plateaux_de_PapouasieMount Hagen – Un pèlerinage de 15 jours afin de rendre grâce à Dieu pour l’arrivée de la Bonne Nouvelle sur les hauts plateaux centraux de la Papouasie Nouvelle Guinée : c’est ainsi que l’Archidiocèse de Mount Hagen a rappelé l’arrivée des premiers missionnaires servites qui arrivèrent dans les territoires de la Papouasie centrale en 1934, établissant les premières missions dans la zone. 80 ans après l’arrivée des premiers pionniers, les fidèles de l’Archidiocèse vivent un temps d’action de grâce et de reconnaissance « pour toutes les bénédictions reçues de Dieu par l’intermédiaire des missionnaires » indique une note envoyée à Fides par l’Archidiocèse. Dans cet esprit, plus de 500 fidèles, 3 prêtres et 9 séminaristes ont accompli un pèlerinage à pieds de Madang à Mount Hagen, en suivant le même parcours que les premiers missionnaires, sur un terrain accidenté et impraticable, « dans le cadre d’une épreuve de foi et de force physique ». Les participants au pèlerinage ont visité le mémorial dédié aux deux premiers missionnaires, le Père Carl Morschheuser et le Père Eugene Frank, qui furent tués par des indigènes du cru. L’Archevêque de Mount Hagen, S.Exc. Mgr Douglas Young, a accueilli et encouragé les pèlerins, affirmant que « le pèlerinage est le signe d’une famille qui chemine ensemble et partage l’Evangile en tant qu’Eglise vivante dans le Christ ».<br />Au cours de la seconde semaine de pèlerinage, les marcheurs se sont déplacés depuis Mount Hagen pour visiter d’autres églises et missions sur les hauts plateaux, renouvelant l’esprit de foi, d’espérance et de charité des premiers annonciateurs de l’Evangile.<br />Les religieux Servites, au cours de leurs décennies de présence, ont également été actifs dans les domaines scolaire et sanitaire qui, depuis lors, se sont fortement développés. Aujourd’hui, 40% des services sanitaires et éducatifs sur les hauts plateaux sont fournis par l’Eglise catholique. Thu, 24 Apr 2014 00:00:00 +0200AFRIQUE/ZAMBIE - Nomination du Recteur du Séminaire propédeutique interdiocésain « Centre spirituel Emmaüs » de Lusakahttp://www.fides.org/fr/news/37505-AFRIQUE_ZAMBIE_Nomination_du_Recteur_du_Seminaire_propedeutique_interdiocesain_Centre_spirituel_Emmaues_de_Lusakahttp://www.fides.org/fr/news/37505-AFRIQUE_ZAMBIE_Nomination_du_Recteur_du_Seminaire_propedeutique_interdiocesain_Centre_spirituel_Emmaues_de_LusakaCité du Vatican – S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, en date du 10 janvier 2014, a nommé Recteur du Séminaire propédeutique interdiocésain Centre spirituel Emmaüs sis dans l’Archidiocèse de Lusaka le Père Shoba Nyanbe, de la Compagnie des prêtres de Saint Sulpice .<br />Le nouveau Recteur est né le 31 juillet 1973 et a été ordonné prêtre le 28 juin 2003, étant incardiné dans le Diocèse de Monze. Après son ordination, il a exercé son ministère pastoral en Paroisse avant de suivre des études de formation sulpicienne aux Etats-Unis et d’étudier la liturgie en Irlande. Depuis 2013, il était Acting Rector du Centre spirituel Emmaüs. Thu, 24 Apr 2014 00:00:00 +0200OCEANIE/NOUVELLE ZELANDE - Nomination du Recteur du Séminaire interdiocésain Sainte Croix sis à Aucklandhttp://www.fides.org/fr/news/37504-OCEANIE_NOUVELLE_ZELANDE_Nomination_du_Recteur_du_Seminaire_interdiocesain_Sainte_Croix_sis_a_Aucklandhttp://www.fides.org/fr/news/37504-OCEANIE_NOUVELLE_ZELANDE_Nomination_du_Recteur_du_Seminaire_interdiocesain_Sainte_Croix_sis_a_AucklandCité du Vatican – S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, en date du 24 janvier 2014, a nommé Recteur du Séminaire interdiocésain Sainte Croix sis dans le Diocèse d’Auckland le Père Brendan Peter Ward, du clergé du Diocèse de Dunedin.<br />Le nouveau Recteur est né le 14 janvier 1957 et a été ordonné prêtre le 15 décembre 1995. Il a obtenu un Mastère en Psychologie de la religion près le Heythrop College, au Royaume-Uni. Il a été Vicaire et Curé de différentes Paroisses. Depuis peu, il a été nommé Curé de la Paroisse Saint Joseph de Queestown, dans le Diocèse de Dunedin. Thu, 24 Apr 2014 00:00:00 +0200ASIE/PAKISTAN - Jeune chrétien tué pour avoir refusé de se convertir à l’islamhttp://www.fides.org/fr/news/37503-ASIE_PAKISTAN_Jeune_chretien_tue_pour_avoir_refuse_de_se_convertir_a_l_islamhttp://www.fides.org/fr/news/37503-ASIE_PAKISTAN_Jeune_chretien_tue_pour_avoir_refuse_de_se_convertir_a_l_islamLahore – Pâques endeuillée pour la communauté chrétienne de Lahore : Haroon, dit Sunny, un jeune chrétien de 22 ans, a été tué par un jeune musulman parce qu’il avait refusé de se convertir à l’islam. L’épisode, qui remonte au 16 avril, vient d’être porté à la connaissance de l’Agence Fides. Haroon, d’humbles origines, avait depuis peu commencé à travailler comme domestique auprès de l’habitation d’une famille musulmane aisée de Lahore. Il travaillait là aux côtés d’un musulman, Umer Farooq, gardien de la maison. Celui-ci a commencé à se moquer quotidiennement de la foi chrétienne d’Haroon, en le menaçant et l’invitant à se convertir à l’islam. Il affirmait que « embrasser l’islam est beau », lui promettant une vie « dans le luxe et le mariage avec une riche femme musulmane ». Haroon a résisté, refusant d’abjurer sa foi chrétienne.<br />Lorsque Haroon a dit à son père ce qui lui arrivait, ce dernier lui a conseillé d’ignorer Farooq. Le 16 avril, Farooq a commencé à parler de nouveau de religion et à exercer des pressions sur Haroon. S’étant énervé, il a ensuite demandé au jeune chrétien pour quelle raison il était inébranlable. Haroon a expliqué être « un vrai disciple de Jésus Christ ». Farooq est alors devenu agressif et a ouvert le feu sur Haroon, le tuant d’une balle dans la tête. Par la suite, il a commencé à crier qu’Haroon avait tenté de se suicider.<br />La police, appelée par la famille, a placé le gardien en garde-à-vue mais n’a pas enregistré de plainte à son encontre, considérant plausible la version du suicide. Les chrétiens du lieu ont alors organisé une manifestation devant le commissariat de police. Umer Farooq se trouve encore en garde-à-vue et l’enquête de police concernant son cas fait se poursuit.<br />Dans un message envoyé à Fides, Nasir Saeed, Directeur de l’ONG CLAAS , qui a des sièges au Royaume-Uni et au Pakistan, a condamné l’homicide, en rappelant : « Nous avons lu dans un récent rapport que 1.000 jeunes chrétiennes et hindoues sont converties de force à l’islam chaque année. Les cas dans lesquels de jeunes chrétiens sont contraints à se convertir sont fréquents et s’ils refusent, ils sont tués ou impliqués dans de faux cas de blasphème. Dans ces affaires, la justice doit garantir les libertés individuelles et punir les coupables : c’est là la seule dissuasion possible. A la base de ces cas se trouve une intolérance religieuse diffuse et la haine à l’encontre des minorités ». Thu, 24 Apr 2014 00:00:00 +0200AFRIQUE/EGYPTE - Possible participation des candidats Sabbahi et al-Sisi à la veillée pascale célébrée par le Patriarche copte orthodoxehttp://www.fides.org/fr/news/37502-AFRIQUE_EGYPTE_Possible_participation_des_candidats_Sabbahi_et_al_Sisi_a_la_veillee_pascale_celebree_par_le_Patriarche_copte_orthodoxehttp://www.fides.org/fr/news/37502-AFRIQUE_EGYPTE_Possible_participation_des_candidats_Sabbahi_et_al_Sisi_a_la_veillee_pascale_celebree_par_le_Patriarche_copte_orthodoxeLe Caire – Deux candidats aux élections présidentielles égyptiennes, le Maréchal Abdel Fattah al-Sisi et Hamdeen Sabbahi, pourraient participer à la veillée pascale qui se tiendra samedi soir en l’église d’Abbasiya au Caire. La nouvelle, provenant de sources de l’Eglise copte orthodoxe puis confirmée par des responsables du comité électoral du Maréchal al-Sisi, a été reprise par la presse égyptienne alors que toutes les églises chrétiennes présentes en Egypte s’apprêtent à célébrer, le même jour, Pâques de Résurrection. La liturgie sera célébrée par le Patriarche copte orthodoxe, Tawadros II. La sécurité autour de la Cathédrale sera assurée par les forces de sécurité et par l’armée, flanquées de bénévoles de la communauté copte.<br />Le Maréchal al-Sisi, qui a déjà présenté les signatures nécessaires pour soutenir sa candidature, est considéré par tous les observateurs comme le favori dans le cadre des prochaines élections présidentielles qui se tiendront les 27 et 28 mai. Récemment, il a déclaré que « la question religieuse est la bataille et le défi le plus important que le peuple égyptien se trouve à affronter », souhaitant que prévale « une nouvelle vision » et une « compréhension moderne et adéquate de la religion islamique ». Wed, 16 Apr 2014 00:00:00 +0200ASIE/SINGAPOUR - Invitation de l’Archevêque de Singapour : « proclamer l’Evangile avec joie et passion »http://www.fides.org/fr/news/37501-ASIE_SINGAPOUR_Invitation_de_l_Archeveque_de_Singapour_proclamer_l_Evangile_avec_joie_et_passionhttp://www.fides.org/fr/news/37501-ASIE_SINGAPOUR_Invitation_de_l_Archeveque_de_Singapour_proclamer_l_Evangile_avec_joie_et_passionSingapour – Pâques invite tous les fidèles à « proclamer l’Evangile avec joie dans notre réalité de Singapour » : c’est ce qu’indique dans son Message pascal adressé à tous les fidèles, l’Archevêque de Singapour, S.Exc. Mgr William Goh. Dans le texte du Message, envoyé à Fides, Mgr Goh rappelle que Résurrection signifie « vaincre le désespoir par l’espérance, dépasser la haine par l’amour, l’injustice par le pardon » et propose aux fidèles trois éléments de réflexion.<br />Le premier est « la nouvelle vie dans le Christ » : « Le triomphe de Dieu sur la croix enlève le péché et la mort une fois pour toutes et nous donne une nouvelle espérance. En tant qu’enfants de l’espérance, nous cherchons à nous libérer de la violence, de la colère, de la malice, de la médisance et de vivre comme des créatures nouvelles dans le Christ », comme « des enfants ressuscités » dans les circonstances quotidiennes, dans la vie personnelle, familiale et au travail.<br />Le deuxième point consiste dans « la rencontre personnelle avec le Seigneur ressuscité », qui est le message central de Pâques, remarque l’Archevêque. « La présence des disciples au Sépulcre nous fait réfléchir. C’est seulement lorsque nous avons fait l’expérience de cette rencontre que nous pouvons connaître l’amour du Père » explique le message, invitant les fidèles à « une vie christocentrique ». La rencontre avec le Christ est, en effet, « une expérience qui implique le cœur, l’esprit et le corps » et de cette rencontre avec le Christ ressuscité, qui « n’est pas une simple compréhension intellectuelle de la foi, nous trouvons la force de passer au travers des épreuves et des défis de la vie ».<br />L’Archevêque conclut par une troisième réflexion, en invitant à « aller de l’avant avec joie » : « l’Evangile est la source de notre joie et doit être proclamé avec joie et passion » dans la réalité de Singapour. « Il doit être présenté comme quelque chose de très beau : cette beauté est Jésus Christ, le Seigneur ressuscité, qui vient nous donner la vie en abondance, une joie que le monde ne peut nous donner et la vérité qui nous rend libres ». Le texte s’achève par un chaleureux « bienvenu » aux nouveaux frères baptisés et sur le souhait qu’ils puissent être remplis de la grâce de Dieu. Wed, 16 Apr 2014 00:00:00 +0200ASIE/NEPAL - Grande joie pour les 60 catéchumènes qui recevront le Baptême la nuit de Pâqueshttp://www.fides.org/fr/news/37500-ASIE_NEPAL_Grande_joie_pour_les_60_catechumenes_qui_recevront_le_Bapteme_la_nuit_de_Paqueshttp://www.fides.org/fr/news/37500-ASIE_NEPAL_Grande_joie_pour_les_60_catechumenes_qui_recevront_le_Bapteme_la_nuit_de_PaquesKatmandu – « Nous nous préparons actuellement dans un climat de grande attente et de grande joie à célébrer la Résurrection de Notre Seigneur. Pour notre petite communauté catholique, il s’agit de la plus grande des fêtes et cette année également, un bon nombre de personnes, environ 60 dans l’ensemble du Népal, recevra le Baptême au cours de la nuit de Pâques ». C’est ce qu’indique dans un entretien accordé à l’Agence Fides le Père Pius Perumana, Pro-vicaire apostolique du Népal.<br />« Les catéchumènes ont vécu un temps de grandes attentes en vue du jour où ils deviendront de plein droit membres de l’Eglise. Ils se sont préparés à Pâques au travers de moments forts de pénitence, de jeûne et de prière au cours du Carême – poursuit-il. Dans toutes les Paroisses de la vallée de Katmandu, nous avons vécu un chemin quadragésimal intense et profond, avec des moments de retraite spirituelle significatifs et des initiatives de solidarité et d’aide aux plus pauvres » explique-t-il.<br />Pâques au Népal constitue un moment de grande joie et aussi de « témoignage public » : « les communautés chrétiennes fêtent Pâques dans tout le pays et pas seulement au travers des célébrations à l’église mais aussi par le biais de cortèges et de manifestations publiques de joie visant à annoncer la beauté de la foi, la victoire du Christ sur la mort et la certitude de la Vie éternelle » déclare à Fides le Pro-vicaire apostolique.<br />Les chrétiens au Népal jouissent d’une plus grande liberté religieuse depuis 2008 lorsque fut abolie la monarchie hindoue et que le pays est devenu une république. Selon des données fournies à Fides par le Vicariat apostolique, les catholiques au Népal sont environ 8.000 alors que les chrétiens représentent dans leur ensemble 7% de la population totale, qui est de 30 millions d’habitants environ. Wed, 16 Apr 2014 00:00:00 +0200AFRIQUE/KENYA - Requête du Cardinal Archevêque de Nairobi : « garantir la sécurité dans le respect des droits fondamentaux »http://www.fides.org/fr/news/37499-AFRIQUE_KENYA_Requete_du_Cardinal_Archeveque_de_Nairobi_garantir_la_securite_dans_le_respect_des_droits_fondamentauxhttp://www.fides.org/fr/news/37499-AFRIQUE_KENYA_Requete_du_Cardinal_Archeveque_de_Nairobi_garantir_la_securite_dans_le_respect_des_droits_fondamentauxNairobi – Conjuguer les besoins de sécurité et le respect des droits fondamentaux sans discrimination de religion, de tribu ou d’ethnie. C’est ce qu’ont demandé les principales confessions chrétiennes du Kenya par l’intermédiaire de S.Em. le Cardinal John Njue, Archevêque de Nairobi, au cours d’une conférence de presse tenue en la chapelle de Tous les Saints de la capitale kenyane, au cours de laquelle a été adressé un message commun aux fidèles à l’occasion de Pâques.<br />Au Kenya, après les derniers attentats attribués aux Shabaabs somaliens, les forces de sécurité ont mis en place une vaste campagne de recherche des suspects qui a soulevé des critiques et des préoccupations de la part de différentes agences humanitaires craignant des discriminations à l’encontre des réfugiés et des citoyens d’origine somalienne. A compter du 4 avril, 4.000 personnes environ ont été arrêtées sur l’ensemble du territoire kenyan, en particulier dans le quartier somalien de Nairobi, Eastleigh. Après avoir été détenus dans des centres de police ou dans les stades en vue de leur identification et d’un interrogatoire, une partie des personnes arrêtées a été relâchée alors que 82 somaliens ont été expulsés du pays.<br />« Nous faisons appel au Président et aux principales agences gouvernementales afin qu’ils intensifient leurs efforts pour garantir un pays sûr aux générations actuelles et futures » a déclaré le Cardinal. Dans le même temps, il a demandé aux agences de sécurité de conduire leurs opérations de manière à « préserver la dignité de la vie qui doit demeurer une priorité ».<br />Le Cardinal Njue a rappelé la diffusion d’armes illégales dans le pays, qui a atteint des niveaux « alarmants » et contribue à augmenter le nombre des crimes violents. « Vols à main armée, vol de bétail, braconnage, viols et autres crimes mineurs doivent être affrontés » – a affirmé le Cardinal qui a dénoncé –« la négligence et la corruption qui se trouve derrière toute arme illégale ». Wed, 16 Apr 2014 00:00:00 +0200AMERIQUE/HONDURAS - Appel à tirer au clair l’homicide d’un salarié de Radio Progreso, station des Jésuiteshttp://www.fides.org/fr/news/37498-AMERIQUE_HONDURAS_Appel_a_tirer_au_clair_l_homicide_d_un_salarie_de_Radio_Progreso_station_des_Jesuiteshttp://www.fides.org/fr/news/37498-AMERIQUE_HONDURAS_Appel_a_tirer_au_clair_l_homicide_d_un_salarie_de_Radio_Progreso_station_des_JesuitesYoro – Une autre personne travaillant dans les moyens de communication populaires a été assassinée au Honduras. Il s’agit de Carlos Hilario Mejia Orellana, responsable du marketing et des ventes de Radio Progreso, station des Jésuites et membre de l’Equipe de réflexion, d’enquête et de communication de la Compagnie de Jésus au Honduras. L’homme a été poignardé mortellement le 11 avril dans son habitation de la ville de Progreso, dans le département de Yoro, au nord du pays, alors même qu’il faisait l’objet de mesures de protection individuelles mises en place depuis 2009 par la Commission interaméricaine des droits fondamentaux.<br />« Cet acte criminel contre notre compagnon d’équipe, Carlos Mejía Orellana – affirme dans la communication parvenue à Fides le Père Ismael Moreno, SI, cadre de la radio et lui aussi membre de l’ERIC – représente un coup porté contre notre travail, contre notre institution et nous devons donc dénoncer ce fait parce qu’il viole le travail de la communication en violant notre droit à la liberté d’expression et la vie de tout membre de notre équipe. Pour nous, il est fortement suspect que cet acte criminel soit intervenu à la veille de la Semaine Sainte, lorsque tout ferme pour les fêtes, en particulier les institutions responsables d’administrer la justice ».<br />Un appel en faveur d’une enquête sérieuse et rigoureuse permettant de mettre au clair les circonstances de l’homicide et de punir les coupables a été lancé par les ONG présentes dans la zone, par Reporters sans frontières, avec le soutien du Père Ismael Moreno. Wed, 16 Apr 2014 00:00:00 +0200ASIE/IRAQ - Message de Pâques du Patriarche de Babylone des Chaldéenshttp://www.fides.org/fr/news/37497-ASIE_IRAQ_Message_de_Paques_du_Patriarche_de_Babylone_des_Chaldeenshttp://www.fides.org/fr/news/37497-ASIE_IRAQ_Message_de_Paques_du_Patriarche_de_Babylone_des_ChaldeensBagdad – « Je souhaite que les célébrations de la Sainte Paque, Pâques de Résurrection et de vie nouvelle, mettent fin à la souffrance de notre peuple ». Tel est le vœu conclusif exprimé dans le Message de Pâques diffusé par le Patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako. « Malgré la situation préoccupante dans laquelle nous vivons en Irak – souligne le Patriarche dans le message parvenu à l’Agence Fides – les célébrations de la Semaine Sainte rendent vivante notre mémoire chrétienne et nous donnent une espérance vive. Jésus est le cœur de ces événements. Son corps détruit puis ressuscité est la force qui nous pousse vers la vie nouvelle. Même en ces moments noirs, Sa Résurrection surgit comme le soleil sur nous et sur l’humanité ».<br />Le Patriarche invite tout un chacun à profiter de la Semaine Sainte et du Temps pascal pour « examiner notre vie et découvrir ce que nous demande Celui qui est fêté, le Christ », pour « nous rencontrer dans nos églises et dans nos maisons pour fêter, prier, rendre grâce, nous réjouir ensemble en nous aidant réciproquement » et pour être pour tous, dans toutes les situations, « un exemple vivant dans la vie communautaire au travers de notre comportement, de notre loyauté, de notre renoncement et de notre amour » afin de « renforcer l’appartenance à la Patrie en éliminant la discorde et en semant l’espérance ». Dans cet esprit – a ajouté le Patriarche – « on ne demeure pas dans la condition de se sentir menacés malgré notre nombre ».<br />Le Message de Pâques offre également au Chef de l’Eglise chaldéenne l’occasion de souligner le prochain rendez-vous électoral auquel le pays est appelé alors qu’il souffre encore de violences sectaires. « Nous devons participer nombreux aux prochaines votations dans un esprit de responsabilité » écrit le Patriarche, suggérant d’orienter le choix vers « des personnes qualifiées et loyales qui s’engagent pour le bien de la patrie et pour son progrès, s’appuyant sur les véritables valeurs de la liberté, de la dignité et de la justice sociale ». Les élections nationales, prévues pour le 30 avril, devront désigner les 325 membres du Parlement – dont 5 sièges sont réservés aux chrétiens – appelés ensuite à élire le Président et le Premier Ministre irakiens, dans le respect du système qui réserve la Présidence de la République à un kurde et la charge de Premier Ministre à un chiite. Wed, 16 Apr 2014 00:00:00 +0200ASIE/PAKISTAN - Appel de la Fédération des Associations pakistanaises en Italie au gouvernement italien afin qu’il « demande l’abrogation de la loi sur le blasphème au Pakistan »http://www.fides.org/fr/news/37496-ASIE_PAKISTAN_Appel_de_la_Federation_des_Associations_pakistanaises_en_Italie_au_gouvernement_italien_afin_qu_il_demande_l_abrogation_de_la_loi_sur_le_blaspheme_au_Pakistanhttp://www.fides.org/fr/news/37496-ASIE_PAKISTAN_Appel_de_la_Federation_des_Associations_pakistanaises_en_Italie_au_gouvernement_italien_afin_qu_il_demande_l_abrogation_de_la_loi_sur_le_blaspheme_au_PakistanRome – Un appel arrive au gouvernement italien en provenance de la Fédération des Associations pakistanaises en Italie. Dans un message envoyé à Fides, Adan Farhaj Bakhsh, Président de la Fédération, demande au gouvernement italien de « s’activer auprès du gouvernement pakistanais et de demander l’abrogation de la loi sur le blasphème au Pakistan ». L’appel a été accueilli favorablement par une motion approuvée à l’unanimité par le Conseil régional de la région italienne des Marches. « La plainte du Président de la Fédération, qui a demandé notre soutien, est claire. Cette loi prévoit la peine de mort pour ceux qui manquent de respect au prophète Mahomet et se trouve souvent utilisée pour des vengeances et à des buts privés, s’abattant en particulier sur les minorités religieuses au Pakistan » affirme la motion, envoyée à Fides.<br />Le texte approuvé continue : « Les libertés de parole et de religion constituent un droit fondamental pour toute personne. Nous ne pouvons y demeurer indifférents. 85% des cas de plaintes pour blasphème sont des faux. Le chrétien Sawan Masih est l’une des plus récentes victimes de cette loi, au travers de laquelle il a été condamné à mort suite à des accusations injustes de blasphème. Les époux Shafqat et Shagufta Emmanuel, condamnés pour un message de texte blasphématoire, et Asia Bibi, constituent seulement quelques-uns de ceux qui sont injustement détenus et sur lesquels pèsent une condamnation à mort pour blasphème. Chaque nation devrait élever la voix contre ces injustices et demander avec force au gouvernement pakistanais la libération des innocents incarcérés et l’abolition de cette loi inique qui suffoque l’essence de la liberté » conclut la motion. Wed, 16 Apr 2014 00:00:00 +0200AMERIQUE/PEROU - Arrivée sur le marché national des petits producteurs d’ananas grâce au soutien de la Caritashttp://www.fides.org/fr/news/37495-AMERIQUE_PEROU_Arrivee_sur_le_marche_national_des_petits_producteurs_d_ananas_grace_au_soutien_de_la_Caritashttp://www.fides.org/fr/news/37495-AMERIQUE_PEROU_Arrivee_sur_le_marche_national_des_petits_producteurs_d_ananas_grace_au_soutien_de_la_CaritasSatipo – Avec le soutien de la Caritas Pérou, les petits producteurs d’ananas de Satipo, sise dans la forêt péruvienne, sont parvenus à faire un pas en direction du marché national et international. Il s’agit d’Agroideas, une initiative publique qui promeut des activités durables dans le secteur de la vente de denrées alimentaires. Dans le cadre du programme en question, un financement a été obtenu afin d’améliorer la production de jus et de pulpe d’ananas, qui est actuellement de 480 tonnes par an, dans le but d’atteindre les 720 tonnes et d’entrer sur le marché national et international.<br />La note envoyée à l’Agence Fides indique que le fait que les petits producteurs soient intégrés sur un marché très compétitif avec un produit de qualité constitue un grand succès pour Caritas Pérou. Cette dernière a commencé cette œuvre en 2002 et, après avoir amélioré la production, elle a introduit en 2007 d’autres variétés d’ananas, se concentrant sur la qualité. Les conditions climatiques de Satipo ont contribué de manière notable à ce résultat.<br />Au travers de ce programme soutenu par la Caritas, la situation socioéconomique de 381 familles de Satipo et de Chanchamayo s’est notablement améliorée, faisant de ces petits agriculteurs de véritables entrepreneurs qui parviennent désormais à faire parvenir leurs produits dans la capitale, Lima, et même dans un certain nombre de pays étrangers. Wed, 16 Apr 2014 00:00:00 +0200AMERIQUE/VENEZUELA - Pour l’Evêque de Ciudad Guayana, « la situation du pays ne dépend pas seulement d’un problème politique »http://www.fides.org/fr/news/37494-AMERIQUE_VENEZUELA_Pour_l_Eveque_de_Ciudad_Guayana_la_situation_du_pays_ne_depend_pas_seulement_d_un_probleme_politiquehttp://www.fides.org/fr/news/37494-AMERIQUE_VENEZUELA_Pour_l_Eveque_de_Ciudad_Guayana_la_situation_du_pays_ne_depend_pas_seulement_d_un_probleme_politiqueCiudad Guayana – « Selon moi, la situation du pays ne dépend pas seulement d’un problème politique mais d’autres éléments qui ont des racines profondes dans la société comme la famille par exemple. Chaque jour, elle se désintègre un peu plus et, dans les familles où règne la violence, les enfants apprennent à être violents. Lorsqu’ils grandissent, ils continuent à être violents. Une famille au sein de laquelle les parents sont absents commence à s’effriter, de même que la société. Il existe une profonde crise de la famille et de la foi. Ce qui doit nous unir est la foi en tant que famille, parce que nous sommes enfants de Dieu. Ainsi, nous ne devons pas agresser l’autre ou le haïr parce que nous pensons différemment mais nous devons nous respecter réciproquement » : telles sont les paroles de l’Evêque de Ciudad Guayana, S.Exc. Mgr Mariano José Parra Sandoval, reportées dans une note envoyée à l’Agence Fides.<br />Mgr Parra Sandoval, dans un entretien accordé à la presse locale à l’occasion de la Semaine Sainte, a été invité à s’exprimer également sur le dialogue comme solution pour résoudre la grave situation dans la quelle se trouve le pays. L’Evêque a souligné qu’il existe des conditions : « Je ne peux pas m’asseoir et parler avec quelqu’un qui m’insulte. Il faut fixer des conditions au gouvernement comme le fait de punir la violence des deux côtés parce que, lorsque je vois que l’opposition se retrouve en prison et qu’il n’en est pas de même pour les partisans violents du gouvernement, qui utilisent les bandes armées pour combattre la partie adverse alors je ne crois pas qu’il y aura la paix. Bien davantage, la paix n’est pas possible lorsqu’une partie est punie et que l’autre fait ce qu’elle veut et je le dis non pas par ouï-dire mais parce que je l’ai vu ».<br />Bien que désormais le dialogue de paix ait commencé, les groupes de l’opposition attendent des gestes concrets exprimant la disponibilité du gouvernement à apporter une solution aux requêtes fondamentales de la population. Wed, 16 Apr 2014 00:00:00 +0200AFRIQUE/OUGANDA - Démission de l’Evêque de Kasese et nomination de son successeurhttp://www.fides.org/fr/news/37482-AFRIQUE_OUGANDA_Demission_de_l_Eveque_de_Kasese_et_nomination_de_son_successeurhttp://www.fides.org/fr/news/37482-AFRIQUE_OUGANDA_Demission_de_l_Eveque_de_Kasese_et_nomination_de_son_successeurCité du Vatican – Le Saint-Père François, en date du 15 avril 2014, a accepté la renonciation au gouvernement pastoral du Diocèse de Kasese présentée par S.Exc. Mgr Egidio Nkaijanabwo, conformément au canon 401 § 1 du Code de Droit canonique. Le Pape a nommé Evêque de ce même Diocèse de Kasese le Père Acquirino Francis Kibira, Recteur du Séminaire national Saint Paul de Kinyamasika, sis à Fort Portal.<br />Le nouvel Evêque est né le 16 avril 1958 dans le village de Kigoto-Bulyansungwe, du district de Fort Portal. Il a étudié la Philosophie au Grand Séminaire national Katigondo de Masaka et la Théologie au Grand Séminaire Sainte Marie de Ggaba, Kampala . Il a été ordonné prêtre le 23 septembre 1984 et a été incardiné dans le Diocèse de Fort Portal. Après son ordination, il a exercé les ministères suivants : 1984-1985 : Assistant près la Paroisse de Bukwali, Fort Portal, 1985-1987 : Enseignant au Grand Séminaire national Katigondo de Masaka, 1987-1991 : Etudes en Ecriture Sainte à l’Institut pontifical biblique de Rome, avec résidence au Collège pontifical Saint Paul, 1991-1995 : Responsable de la formation permanente du clergé, 1992-1995 : Enseignant et Doyen des études au Grand Séminaire national Saint Paul de Kinyamasika, sis à Fort Portal, depuis 1995 : Recteur du Grand Séminaire national Saint Paul de Kinyamasika, sis à Fort Portal. Wed, 16 Apr 2014 00:00:00 +0200AFRIQUE/NIGERIA - Nomination de l’Evêque d’Abeokutahttp://www.fides.org/fr/news/37483-AFRIQUE_NIGERIA_Nomination_de_l_Eveque_d_Abeokutahttp://www.fides.org/fr/news/37483-AFRIQUE_NIGERIA_Nomination_de_l_Eveque_d_AbeokutaCité du Vatican – Le Saint-Père François, en date du 15 avril 2014, a nommé Evêque du Diocèse d’Abeokuta Mgr Peter Kayode Odetoyinbo, Curé et Vicaire général de l’Archidiocèse d’Ibadan.<br />Le nouvel Evêque est né le 28janvier 1964 à Ibadan, dans l’Archidiocèse d’Ibadan. Après avoir fréquenté les écoles locales, il est entré au Grand Séminaire Saints Pierre et Paul de Bodija où il a suivi les études de Philosophie et de Théologie. Il a été ordonné prêtre le 7 octobre 1989 pour l’Archidiocèse d’Ibadan. Après son ordination, il a exercé les ministères suivants : 1989-1992 : Vicaire paroissial, 1990-1996 : Vice-directeur du programme Renew Process Ibadan Archdiocese, 1992-1996 : Enseignant au Petit Séminaire et chargé des Paroisses Saint Patrick et Saint Ignace de Loyola, 1996-2000 : Etudes en vue de la Licence et du Doctorat en Histoire de l’Eglise près l’Université pontificale grégorienne, depuis 2001 : Prêtre résident en la Cathédrale Sainte Marie d’Ibadan, Curé de l’église de l’Assomption de Bodija, Enseignant d’Histoire de l’Eglise au Séminaire Saints Pierre et Paul, depuis 2003 : Enseignant d’Histoire de l’Eglise à l’Institut dominicain, 2002-2007 : Président de l’Association des prêtres diocésains du Diocèse d’Ibadan, 2002-2008 : Secrétaire des prêtres diocésains de tout le territoire Yoruba. Depuis 2009, il est Vicaire général de l’Archidiocèse. Wed, 16 Apr 2014 00:00:00 +0200