Dépêches de Fides en Françaishttp://www.fides.org/Les Dépêches de l'Agence Fidesen-usASIE/IRAQ - Appel d’une organisation orthodoxe russe au Président irakien en faveur de la remise en liberté de Tareq Azizhttp://www.fides.org/fr/news/38746-ASIE_IRAQ_Appel_d_une_organisation_orthodoxe_russe_au_President_irakien_en_faveur_de_la_remise_en_liberte_de_Tareq_Azizhttp://www.fides.org/fr/news/38746-ASIE_IRAQ_Appel_d_une_organisation_orthodoxe_russe_au_President_irakien_en_faveur_de_la_remise_en_liberte_de_Tareq_AzizMoscou – Le Président de la Société impériale de Palestine, Serghey Stapashin, a envoyé un message au nouveau Président irakien, Fouad Masum, afin de demander la libération de l’ancien ministre des Affaires étrangères et vice-premier ministre irakien, Tareq Aziz, par un temps bras droit de Saddam Hussein, qui se trouve incarcéré depuis 12 ans. « Cette personne de 78 ans – peut-on lire dans l’appel de Serghey Stapashin distribué aux moyens de communication russes et consulté par l’Agence Fides – est sérieusement malade. Elle a fait un ictus, souffre d’une forme aigue de diabète et a des problèmes cardiaques et pulmonaires ». Dans la situation irakienne actuelle, marquée par les « atrocités commises par les terroristes de l’Etat islamique – peut-on lire dans l’appel – un acte de grâce vis-à-vis de Tareq Aziz aiderait à promouvoir les principes humanitaires au sein de la société irakienne et enverrait un signal clair et positif à l’ensemble de la communauté internationale ». Des indiscrétions portant sur une possible remise en liberté imminente de Tareq Aziz avaient déjà circulé au début du mois de septembre. En 2010, la Cour pénale de Bagdad l’avait condamné à mort, le reconnaissant coupable de « crimes contre l’humanité ». Au début de 2013, ses avocats avaient rendu publique son intention d’en appeler par écrit au Pape, pour faire savoir qu’il préférait être exécuté que de supporter encore la détention dans les conditions dans lesquelles il se trouve.<br />Tareq Aziz, originaire de Tal Kaif, dans la plaine de Ninive, appartient à une famille chrétienne de tradition chaldéenne. La Société impériale orthodoxe de Palestine, fondée en 1882 par le Tsar Alexandre III notamment pour renforcer la présence de la Russie au Proche Orient, fut dissoute après la révolution de 1917 mais a été à nouveau enregistrée sous son nom historique auprès des autorités russes en 1992. Fri, 24 Oct 2014 00:00:00 +0200ASIE/PAKISTAN - Opinion du Supérieur provincial des Capucins au Pakistan à propos des conséquences de la confirmation de la condamnation à mort d’Asia Bibihttp://www.fides.org/fr/news/38745-ASIE_PAKISTAN_Opinion_du_Superieur_provincial_des_Capucins_au_Pakistan_a_propos_des_consequences_de_la_confirmation_de_la_condamnation_a_mort_d_Asia_Bibihttp://www.fides.org/fr/news/38745-ASIE_PAKISTAN_Opinion_du_Superieur_provincial_des_Capucins_au_Pakistan_a_propos_des_consequences_de_la_confirmation_de_la_condamnation_a_mort_d_Asia_BibiLahore – « La tolérance et le pardon sont deux valeurs importantes, présentes non seulement dans le Christianisme mais également dans l’islam et dans d’autres religions du monde. Nous travaillons avec ardeur en faveur de l’harmonie religieuse au Pakistan et pour diffuser un message de paix et de tolérance. Nombre de chercheurs musulmans connus sont à nos côtés. La décision confirmant la peine de mort pour Asia Bibi porte également préjudice au chemin que nous parcourons et à l’œuvre que nous accomplissons, en harmonie avec les responsables musulmans ». Telle est l’opinion exprimée à l’Agence Fides par le Père Francis Nadeem OFM Cap, Supérieur provincial des Capucins au Pakistan et fondateur du Conseil pour le Dialogue interreligieux à Lahore.<br />Le religieux affirme : « Nous sommes en total désaccord avec la confirmation de la peine capitale. Il s’agit d’un fait très douloureux et décevant. Le tribunal n’a pas fait preuve d’une authentique justice parce qu’Asia Bibi n’a jamais commis de blasphème. Le procès se base sur le témoignage de deux femmes – deux sœurs – mais derrière les accusations se trouve quelque chose d’autre. Le procès est le fruit d’un complot » conclut le Père Nadeem. Les franciscains du Pakistan continueront à prier pour le salut d’Asia Bibi et de toutes les victimes innocentes du mauvais usage de la loi sur le blasphème. Fri, 24 Oct 2014 00:00:00 +0200AMERIQUE/BRESIL - Communiqué de la Conférence épiscopale : « pas de retour en arrière à propos des droits des peuples indigènes »http://www.fides.org/fr/news/38744-AMERIQUE_BRESIL_Communique_de_la_Conference_episcopale_pas_de_retour_en_arriere_a_propos_des_droits_des_peuples_indigeneshttp://www.fides.org/fr/news/38744-AMERIQUE_BRESIL_Communique_de_la_Conference_episcopale_pas_de_retour_en_arriere_a_propos_des_droits_des_peuples_indigenesBrasilia – La Présidence de la Conférence nationale des Evêques du Brésil a diffusé hier, 23 octobre, un communiqué exprimant sa préoccupation quant aux droits des peuples indigènes après la décision de la Cour Suprême Fédérale d’annuler les effets des ordonnances du Ministère de la Justice reconnaissant les territoires occupés par les populations indigènes dans les Etats de Maranhão et du Mato Grosso do Sul. Le communiqué, parvenu à l’Agence Fides, a été approuvé par le Conseil permanent de la Conférence épiscopale, qui s’est réuni à Brasilia du 21 au 23 octobre.<br />« La Conférence épiscopale s’attend à ce qu’il n’y ait pas de retour en arrière en ce qui concerne la conquête des droits des indigènes et en particulier s’agissant de la délimitation de leurs territoires » indique la note. « La garantie des territoires des peuples indigènes est un droit acquis et ratifié dans la Constitution fédérale, fruit de la lutte ardue de nombreuses personnes au sein de la société brésilienne. Malheureusement, les intérêts économiques ont empêché la démarcation des terres indigènes, qui constitue la réalisation de ce droit constitutionnel. Dès lors, une grande partie des populations indigènes du Brésil continue à vivre en exil, loin de sa propre terre, à cause de la spoliation et des violences commises contre leurs communautés ». <br/><strong>Link correlati</strong> :<a href="http://www.fides.org/por/attachments/view/file/cnbb_povos_indigenas_23102014.doc">Communiqué de la Conférence épiscopale du Brésil (en portugais)</a>Fri, 24 Oct 2014 00:00:00 +0200AFRIQUE/RD CONGO - Appui des jeunes de la société civile du Sud Kivu à la position des Evêques contre la révision de la Constitutionhttp://www.fides.org/fr/news/38743-AFRIQUE_RD_CONGO_Appui_des_jeunes_de_la_societe_civile_du_Sud_Kivu_a_la_position_des_Eveques_contre_la_revision_de_la_Constitutionhttp://www.fides.org/fr/news/38743-AFRIQUE_RD_CONGO_Appui_des_jeunes_de_la_societe_civile_du_Sud_Kivu_a_la_position_des_Eveques_contre_la_revision_de_la_ConstitutionKinshasa – Les prises de position se multiplient en faveur des Evêques de République démocratique du Congo qui, dans leur dernière Lettre pastorale, se sont déclarés contraires à une révision de la Constitution qui permettrait au Président Joseph Kabila de briguer un troisième mandat présidentiel consécutif .<br />La position de la Conférence épiscopale a suscité une série d’intimidations de la part de prétendus « jeunes catholiques », allant de la tentative de remettre à la Nonciature apostolique à Kinshasa une pétition au Pape François à l’agression de deux prêtres « coupables » d’avoir lu la Lettre pastorale durant la Messe .<br />En réponse à ces actions d’intimidation, les jeunes catholiques et non de la société civile du Sud Kivu ont lancé une pétition soutenant la Conférence épiscopale. « Nous récusons donc la démarche de certains jeunes égoïstes manipulés, se disant catholiques mais pour la plus part fils et filles, partisans de ces politiciens qui ont détruit le pays et qui assombrissent l’avenir de plusieurs générations par leurs politiques égocentriques » peut-on lire dans le texte de la pétition, envoyée à l’Agence Fides.<br />Rappelant que les jeunes représentent 70% de la population congolaise, les signataires invitent les nouvelles générations à éviter de se laisser manipuler par les hommes politiques : « nous sommes le fer de lance de la nation, l’avenir au présent. Pour ce faire, nous devons prendre conscience de la responsabilité qui est la nôtre dans le devenir démocratique de ce pays ».<br />Les Evêques des Etats-Unis ont, eux aussi, offert leur soutien à leurs confrères congolais au travers d’une lettre adressée par S.Exc. Mgr Richard Pates, Evêque de Des Moines et Président de la Commission internationale Justice et Paix de la Conférence épiscopale américaine, à Russ Feingold, Envoyé spécial américain dans la Régions des Grands Lacs et en RDC. La lettre critique la tentative de Joseph Kabila de chercher à modifier la Constitution. « Cette manœuvre politique exclut l’opposition et détruit le pacifique processus démocratique » affirme l’Evêque de Des Moines. Fri, 24 Oct 2014 00:00:00 +0200AMERIQUE/BOLIVIE - Pas de soins médicaux pour 50% des enfants nés avec la maladie de Chagashttp://www.fides.org/fr/news/38742-AMERIQUE_BOLIVIE_Pas_de_soins_medicaux_pour_50_des_enfants_nes_avec_la_maladie_de_Chagashttp://www.fides.org/fr/news/38742-AMERIQUE_BOLIVIE_Pas_de_soins_medicaux_pour_50_des_enfants_nes_avec_la_maladie_de_ChagasLa Paz – La maladie de Chagas est une pathologie infectieuse qui se transmet par le biais de la piqûre de punaises de différents genres. Elle provoque des douleurs d’estomac, des cardiopathies et peut également causer la mort. En Bolivie, la moitié des enfants contaminés par la maladie de Chagas congénitale ne reçoit pas de soins parce que, à cause de problèmes culturels, leurs parents s’y opposent. Face à cette urgence, l’Ambassade brésilienne vient de donner 30.000 médicaments destinés à 250 enfants nés avec la maladie. Selon le responsable du Programme national de la maladie de Chagas du Ministère de la Santé, en 2013, 67.327 femmes enceintes ont été placées sous contrôle. De ce total, 19.327 ont été trouvées positives à la maladie. Le test a été également pratiqué sur 15.055 enfants nés dans la région du Chaco, sachant que 232 ont été trouvés positifs et seulement 130 ont reçu des médicaments ad hoc. Ce qui veut dire qu’environ la moitié des enfants affectés par la maladie de Chagas de manière congénitale n’a pas d’accès aux soins.<br />Dans certaines petites communautés du Chaco, les parents refusent de signer l’autorisation aux soins parce qu’ils craignent pour la vie de leur enfant. Actuellement, les autorités sanitaires locales se sont engagées dans la diffusion d’informations concernant la maladie, afin que les mères commencent à se fier de la médecine, permettant ainsi à leurs enfants de recevoir des soins. Selon les données du Programme national de la maladie de Chagas, en Bolivie, de 2006 à ce jour, 2.581 cas ont été enregistrés chez les enfants de 1 à 5 ans, 23.544 cas dans la tranche d’âge 5-15 ans et 58.580 cas chez des personnes de plus de 15 ans. Le gouvernement mène des campagnes de prévention dans les zones endémiques du pays, que sont les départements de Cochabamba, de Tarija et de Chuquisaca. Fri, 24 Oct 2014 00:00:00 +0200ASIE/INDONESIE - Appui du Diocèse de Ruteng à la campagne contre l’exploitation minière dans l’île de Floreshttp://www.fides.org/fr/news/38741-ASIE_INDONESIE_Appui_du_Diocese_de_Ruteng_a_la_campagne_contre_l_exploitation_miniere_dans_l_ile_de_Floreshttp://www.fides.org/fr/news/38741-ASIE_INDONESIE_Appui_du_Diocese_de_Ruteng_a_la_campagne_contre_l_exploitation_miniere_dans_l_ile_de_FloresFlores – Des milliers de prêtres, de religieux et de laïcs de toutes les Paroisses, d’élèves du secondaire et d’étudiants de l’île de Flores, la forteresse catholique de l’Indonésie, se sont rassemblés pour contester les projets d’extraction minière dans l’île. La campagne de sensibilisation contre l’exploitation minière à Flores, qui causerait de sérieux dommages à l’environnement, dure depuis des mois et a connu un moment de forte visibilité le 13 octobre.<br />Ainsi que l’indique le service d’information de la Conférence épiscopale d’Indonésie, consulté par Fides, le Diocèse de Ruteng a réaffirmé officiellement sa position contraire aux projets d’extraction minière. Le Diocèse s’étend sur un territoire où résident plus de 700.000 catholiques, qui constituent 83% de la population totale. « Le Diocèse de Ruteng estime que la création de mines en vue de l’extraction de manganèse, d’or et de minerai de fer, provoquerait de sérieux dommages écologiques et mettrait en danger la vie des personnes à Flores. L’exploitation minière causera un processus systématique et massif d’appauvrissement de la population indigène » avec pour possible conséquence « de déchaîner le conflit social, d’altérer les lois tribales et étatiques ». En outre, elle induirait « les compagnies d’affaires à engager des équipes de sécurité pour intimider les résidents » indique le document publié en 2014, à l’issue du Synode diocésain de Ruteng. De telles dynamiques sont connues et s’enregistrent déjà dans l’île philippine de Mindanao.<br />La manifestation du 13 octobre a été organisée par la Commission Justice et Paix du Diocèse de Ruteng et s’est déroulée pacifiquement, avec des chants spirituels et la récitation du chapelet. L’Evêque du lieu, S.Exc. Mgr Hubertus Leteng, a remarqué « le devoir de sauvegarder l’intégrité de la Création ». Les manifestants ont demandé au gouvernement local de bloquer les projets et les permis d’extraction minière. Ils demandent en outre aux législateurs de promulguer des règles claires afin de ne pas laisser aux sociétés étrangères la gestion arbitraire de l’environnement et de la vie de l’île. Fri, 24 Oct 2014 00:00:00 +0200AMERIQUE/ETATS UNIS - Des millions d’enfants et de jeunes se sentant en danger dans leur famillehttp://www.fides.org/fr/news/38740-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Des_millions_d_enfants_et_de_jeunes_se_sentant_en_danger_dans_leur_famillehttp://www.fides.org/fr/news/38740-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Des_millions_d_enfants_et_de_jeunes_se_sentant_en_danger_dans_leur_familleNew York – De par le monde, un enfant meurt toutes les cinq minutes suite à des actes de violence. Selon un récent rapport rendu public par l’UNICEF sous le titre « Enfants en danger : agir pour mettre fin à la violence contre les enfants », des millions d’enfants et de jeunes de moins de 20 ans ne se sentent pas en sécurité à leur domicile, dans leurs écoles et communautés. Parmi les données les plus inquiétantes se trouve celle selon laquelle, de par le monde, un enfant meurt toutes les cinq minutes suite à des actes de violence. Le phénomène concerne le monde entier et n’est pas rare ou limité aux seuls pays les plus reculés. En effet, il ressort du document que 75% des morts infantiles enregistrées de par le monde ont lieu en dehors des zones de conflit. Il s’agit d’un problème global de dimensions épidémiques. Fri, 24 Oct 2014 00:00:00 +0200ASIE/TERRE SAINTE - L’écologie, « terrain commun » aux trois religions abrahamiqueshttp://www.fides.org/fr/news/38739-ASIE_TERRE_SAINTE_L_ecologie_terrain_commun_aux_trois_religions_abrahamiqueshttp://www.fides.org/fr/news/38739-ASIE_TERRE_SAINTE_L_ecologie_terrain_commun_aux_trois_religions_abrahamiquesJérusalem – Dans un monde marqué par l’explosion des intégrismes et des sectarismes ethniques et religieux, l’écologie se pose en possible terrain de convergence et de collaboration entre les différentes traditions religieuses, à commencer par celles qui partagent la même origine abrahamique. Tel est le message clef qui ressort du colloque intitulé Foi et écologie, organisé par l'Interfaith Center for Sustainable Development, la Fondation Konrad Adenauer et le Studium Theologicum Salesianum le 22 octobre à Jérusalem.<br />Différentes interventions ont été assurées par des représentants des trois religions monothéistes présentes en Terre Sainte. Entre autre, a pris la parole le Père Biju Michael SDB, Directeur du Studium Theologicum Salesianum, qui a évoqué l’intérêt croissant pour les problématiques environnementales s’étant développé dans le monde catholique, surtout dans le sillage du magistère des derniers Papes, faisant directement référence aux prises de position en la matière de Saint Jean Paul II. Le rabbin Michael Melchior a rappelé quant à lui la vocation propre des traditions religieuses en matière de contribution à la sauvegarde de la Création, y compris au profit des générations futures. De son côté, S.Exc. Mgr William Shomali, Vicaire épiscopal du Patriarcat de Jérusalem des latins, a proposé le fondement biblique de la sauvegarde de la Création, faisant référence au récit de la Genèse dans lequel Dieu Lui-même remet à l’homme la bonne œuvre sortie de Ses mains, lui commandant de la protéger.<br />Mgr Shomali ne s’est pas limité à des déclarations de principes – ainsi que le rapportent les sources officielles du Patriarcat latin consultées par l’Agence Fides – rappelant que la pollution de l’eau dans la bande de Gaza et dans la région de Jérusalem représente un problème réel y compris pour les populations de Terre Sainte. De son côté l’imam Wisam Bahrum a exposé la perspective islamique sur les problématiques environnementales, interprétant le récit de Noé et de l’Arche de l’Alliance comme expression du commandement divin de protéger les plantes et les animaux. Pour sa part, Nurit Yaffe, de l'Academic College of Tel Aviv Yaffo, qui a affronté la question d’un point de vue scientifique, a rappelé l’urgence de choix politiques globaux s’inspirant à la prise de conscience du fait que « les ressources que nous partageons sur la terre sont limitées » et que certaines d’entre elles – comme le pétrole – ne sont pas renouvelables. C’est pourquoi – a affirmé l’universitaire israélienne – tout le genre humain est obligatoirement impliqué dans les problématiques concernant la gestion durable de l’environnement, les différentes traditions religieuses trouvant dans ce cadre un potentiel terrain d’action commune. Fri, 24 Oct 2014 00:00:00 +0200AFRIQUE/LIBYE - Témoignage du Vicaire apostolique de Benghazi : malgré les affrontements, les marchés sont bien achalandéshttp://www.fides.org/fr/news/38738-AFRIQUE_LIBYE_Temoignage_du_Vicaire_apostolique_de_Benghazi_malgre_les_affrontements_les_marches_sont_bien_achalandeshttp://www.fides.org/fr/news/38738-AFRIQUE_LIBYE_Temoignage_du_Vicaire_apostolique_de_Benghazi_malgre_les_affrontements_les_marches_sont_bien_achalandesBenghazi – « On continue à vivre dans la peur et l’insécurité. Espérons que viennent bientôt des temps meilleurs » déclare à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Sylvester Carmel Magro, Vicaire apostolique de Benghazi, chef-lieu de la Cyrénaïque, où, selon ses déclarations, « nous entendons chaque jour les échos des affrontements à la périphérie de la ville » entre les forces du Général Haftar et les groupes islamistes qui la contrôlent. Mgr Magro indique que, malgré les combats, « grâce à Dieu, les ravitaillements alimentaires ne manquent pas. Le pain est présent et marchés et supermarchés sont bien achalandés ». « C’est le temps de la prière et de la patience » conclut Mgr Magro qui s’apprête à accueillir les fidèles demeurés sur place pour la Messe dominicale, anticipée au vendredi. Fri, 24 Oct 2014 00:00:00 +0200AMERIQUE/MEXIQUE - Appel et prières en faveur des jeunes enlevés : « faites-les revenir vivants »http://www.fides.org/fr/news/38737-AMERIQUE_MEXIQUE_Appel_et_prieres_en_faveur_des_jeunes_enleves_faites_les_revenir_vivantshttp://www.fides.org/fr/news/38737-AMERIQUE_MEXIQUE_Appel_et_prieres_en_faveur_des_jeunes_enleves_faites_les_revenir_vivantsChilpancingo – La marche pèlerinage qui a eu lieu hier, 23 octobre, s’est achevée par un appel à la réconciliation de la part de l’Evêque de Chilpancingo-Chilapa , S.Exc. Mgr Alejo Zavala Castro, et par une requête de sa part aux ravisseurs de 43 élèves, celle de « les faire revenir vivants ». La marche a débuté à la Normal rurale Ayotzinapa, l’école fréquentée par les jeunes enlevés. Elle a vu la participation de parents, d’enseignants, d’élèves, de membres de congrégations religieuses et d’habitants de la zone. Après quatre heures de marche, elle s’est achevée au travers de la Messe présidée par Mgr Zavala Castro.<br />Selon la note envoyée à l’Agence Fides par des sources locales, l’Evêque a ainsi exprimé les sentiments de tous les participants : « Nous éprouvons une profonde douleur à cause de cette disparition et cette Messe est célébrée afin de demander au Créateur qu’ils soient en vie, pour inciter à vivre dans l’harmonie et pour le respect de la vie ». La Messe a débuté à 17.00 et s’est achevée, par hasard, à17.56, à l’heure où, selon la presse locale, se répandait la nouvelle selon laquelle le gouverneur de Guerrero, Angel Aguirre Rivero, avait démissionné de ses fonctions.<br />Les 43 élèves ont été enlevés par des hommes armés alors qu’ils tenaient une conférence de presse dans le cadre de laquelle il racontaient l’agression subie le 26 septembre . Par la suite, différents membres de la police municipale locale ont été arrêtés parce que reconnus auteurs de la première agression armée qui avait provoqué 6 morts et une vingtaine de blessés. Quelques jours plus tard, ont été trouvées des fosses communes contenant les corps de personnes assassinées également par la police municipale. Fri, 24 Oct 2014 00:00:00 +0200AFRIQUE/COTE D’IVOIRE - Nomination du Recteur du Grand Séminaire Saint Paul sis dans le Diocèse de Yopougonhttp://www.fides.org/fr/news/38736-AFRIQUE_COTE_D_IVOIRE_Nomination_du_Recteur_du_Grand_Seminaire_Saint_Paul_sis_dans_le_Diocese_de_Yopougonhttp://www.fides.org/fr/news/38736-AFRIQUE_COTE_D_IVOIRE_Nomination_du_Recteur_du_Grand_Seminaire_Saint_Paul_sis_dans_le_Diocese_de_YopougonCité du Vatican – S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, en date du 19 septembre 2014, a nommé Recteur du Grand Séminaire national philosophique Saint Paul dit « Abadjin-Kouté », sis dans le Diocèse de Yopougon , le Père Bonzo Jean Kouassi, du clergé diocésain de Grand-Bassam.<br />Le nouveau Recteur est né à Dabou le 30 mars 1972 et a été ordonné prêtre le 26 avril 2003. Il a étudié la philosophie au Grand Séminaire Abadjin-Kouté et la théologie au Grand Séminaire d’Anyama. En 2008, il a obtenu une Licence en Théologie dogmatique à l’Université catholique de l’Afrique de l’Ouest et en 2011, un Doctorat près l’Université pontificale urbanienne, à Rome. Il a exercé différentes charges pastorales au niveau diocésain et national, y compris avant son ordination. Fri, 24 Oct 2014 00:00:00 +0200AFRIQUE/NIGERIA - Nouveaux attentats de Boko Haram et enlèvements de 60 jeunes filles supplémentaireshttp://www.fides.org/fr/news/38735-AFRIQUE_NIGERIA_Nouveaux_attentats_de_Boko_Haram_et_enlevements_de_60_jeunes_filles_supplementaireshttp://www.fides.org/fr/news/38735-AFRIQUE_NIGERIA_Nouveaux_attentats_de_Boko_Haram_et_enlevements_de_60_jeunes_filles_supplementairesAbuja – Les espoirs de paix s’amenuisent après que cinq personnes aient trouvé la mort dans un attentat à la bombe ce matin à la gare routière d’Azari, dans l’Etat de Bauchi, dans le nord du Nigeria et que 60 jeunes filles aient été enlevées dans deux localités de l’Etat d’Adamawe. Selon la presse locale, 40 jeunes filles ont ainsi été enlevées à Waga Mangoro et 20 autres à Garta, dans le cadre de deux attaques, au cours desquelles plusieurs habitations ont été incendiées.<br />Ces jours derniers, des rumeurs avaient couru sur un possible accord de trêve entre le gouvernement d’Abuja et le groupe islamiste Boko Haram, accord qui aurait prévu la libération des 200 jeunes filles enlevées à Chibock en avril dernier.<br />L’annonce des nouveaux enlèvements est parvenue alors que le Parlement d’Abuja approuvait la requête du Président Goodluck Jonathan d’un milliard de dollars de fonds d’urgence pour acquérir des armements destinés à la lutte contre Boko Haram. Thu, 23 Oct 2014 00:00:00 +0200AFRIQUE/BENIN - Nouveau projet de scolarisation au profit de 450 enfants du nord du payshttp://www.fides.org/fr/news/38734-AFRIQUE_BENIN_Nouveau_projet_de_scolarisation_au_profit_de_450_enfants_du_nord_du_payshttp://www.fides.org/fr/news/38734-AFRIQUE_BENIN_Nouveau_projet_de_scolarisation_au_profit_de_450_enfants_du_nord_du_paysSinendé – L’ONG Educo, née de l’union entre Intervida et Educación Sin Fronteras, a promu un projet de scolarisation et d’amélioration des instituts d’éducation à Sinendé, dans le nord du Bénin, à 564 Km de Porto Novo, la capitale. Le projet s’adresse aux enfants de six à huit ans dont la formation sera financée par des sponsors. L’ONG cherche environ 450 familles en mesure de soutenir économiquement 450 enfants vivant en conditions de pauvreté extrême. L’association garantit qu’elle s’occupera de financer l’instruction des enfants, leur fournissant le matériel scolaire et cherchant à améliorer leurs conditions de vie, outre à rénover les écoles. En outre, elle offrira des laboratoires de soutien afin que les parents puissent suivre l’instruction de leurs enfants. Sinendé est une zone rurale dans laquelle vivent des familles en majorité paysannes. Educo est active dans 68 écoles du Bénin et dans 6 communautés depuis 3 ans. Il s’agit d’une ONG globale de coopération au développement et de sauvegarde des droits de l’enfance. Le Bénin est un pays dans lequel 47% de la population vit avec moins de 1,25 USD par jour. L’espérance de vie y est de 59 ans et le taux de mortalité infantile des enfants de moins de 5 ans est de 90 pour mille nés vivants. Le taux de l’analphabétisme féminin parmi les adultes est de 72% alors que celui des hommes est de 55%. L’ONG est présente dans 16 pays du monde et agit au profit de 500.000 enfants. Concrètement, en Afrique, elle est présente, outre au Bénin, au Sénégal, au Burkina Faso, au Mali et au Ghana. <br/><strong>Link correlati</strong> :<a href="www.educo.org">Pour de plus amples informations</a>Thu, 23 Oct 2014 00:00:00 +0200AFRIQUE/ALGERIE - Vers l’Assemblée interdiocésaine de l’Eglise catholiquehttp://www.fides.org/fr/news/38733-AFRIQUE_ALGERIE_Vers_l_Assemblee_interdiocesaine_de_l_Eglise_catholiquehttp://www.fides.org/fr/news/38733-AFRIQUE_ALGERIE_Vers_l_Assemblee_interdiocesaine_de_l_Eglise_catholiqueAlger – Une quarantaine de représentants des quatre Diocèses d’Algérie se réuniront à Alger les 24 et 25 octobre dans le cadre de l’Assemblée interdiocésaine nationale de l’Eglise catholique. La rencontre de réflexion, de prière et d’étude des problèmes se déroulera en l’église Notre-Dame d’Afrique et en la Cathédrale du Sacré-Cœur. L’Assemblée représente un passage important dans le chemin accompli par les communautés catholiques d’Algérie au cours de cette année, marqué par différents moments de communion et de confrontation interdiocésains.<br />« Depuis les premiers siècles – peut ont lire dans la prière composée pour l’occasion et distribuée à toutes les communautés d’Algérie – Tu n’as pas cessé d’appeler des disciples à être signes de Ta "dilection" pour tous, sans distinction, dans notre pays. Depuis le temps des premiers martyrs jusqu’à nos jours, Tu n’as cessé de nous montrer le chemin de Ton Évangile par la vie des Saints et des Saintes de notre peuple. Tu vois Seigneur que notre quotidien n’est pas toujours facile. Il nous arrive de n’être pas bien reçus, d’être parfois humiliés, rejetés, mais nous savons que Tu ne nous abandonnes jamais dans les épreuves. Pardonne-nous quand nous ne sommes pas fidèles ou quand la peur nous fait te renier. Merci pour Ton Esprit ardent qui nous guide durant notre pèlerinage sur la terre ». Thu, 23 Oct 2014 00:00:00 +0200EUROPE/ESPAGNE - 100.000 chrétiens tués chaque année à cause de leur foihttp://www.fides.org/fr/news/38732-EUROPE_ESPAGNE_100_000_chretiens_tues_chaque_annee_a_cause_de_leur_foihttp://www.fides.org/fr/news/38732-EUROPE_ESPAGNE_100_000_chretiens_tues_chaque_annee_a_cause_de_leur_foiMadrid – Le Centre pour les Etudes du Christianisme global des Etats-Unis estime qu’environ 100.000 chrétiens meurent chaque année à cause de leur credo religieux soit une moyenne d’un toutes les cinq minutes. En outre, dans différents pays, de nombreuses minorités religieuses subissent violence et persécution. Pour n’en citer que quelques-uns, en Irak, en Syrie, au Nigeria, au Cameroun, au Soudan, au Pakistan, en Somalie et en Egypte, des personnes âgées, des femmes, des hommes et leurs enfants chrétiens vivent dans des conditions de totale insécurité. Ils sont chassés de leurs maisons, incarcérés pour blasphème et tués brutalement. Des églises sont incendiées lors des célébrations liturgiques. Des fillettes sont enlevées et contraintes à se marier. Parmi les différentes initiatives en faveur de la liberté de religion et de culte, la fondation espagnole CitizenGo, constituée pour promouvoir le respect de la dignité humaine et des droits qui en découlent dans tous les contextes, et la Fondation internationale Novae Terrae ont promu une pétition en vue de la protection des chrétiens et des autres minorités religieuses au Proche Orient et dans d’autres parties du monde, où le phénomène de la persécution religieuse est constant. Jusqu’ici, la pétition a recueilli plus de 200.000 signatures. Les deux fondations sollicitent les responsables européens et des autres continents afin qu’ils s’engagent en faveur de la liberté de religion et de culte contre tout type de persécution. Thu, 23 Oct 2014 00:00:00 +0200ASIE/IRAQ - Décret du Patriarche de Babylone des Chaldéens à propos des prêtres et religieux expatriés sans l’accord de leurs supérieurshttp://www.fides.org/fr/news/38731-ASIE_IRAQ_Decret_du_Patriarche_de_Babylone_des_Chaldeens_a_propos_des_pretres_et_religieux_expatries_sans_l_accord_de_leurs_superieurshttp://www.fides.org/fr/news/38731-ASIE_IRAQ_Decret_du_Patriarche_de_Babylone_des_Chaldeens_a_propos_des_pretres_et_religieux_expatries_sans_l_accord_de_leurs_superieursBagdad – « Avant d’être ordonné, le prêtre promet d’offrir toute sa vie à Dieu et à l’Eglise. Il s’agit d’une offrande qui se base sur l’obéissance sans aucune réserve aux supérieurs ». Pour les moines, par ailleurs, « les vœux sont absolus : chasteté, obéissance et pauvreté ». C’est au travers de ce rappel ferme concernant les engagements liés à la vocation sacerdotale et religieuse que commence le Décret publié le 22 octobre par le Patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako, visant à rendre publiques les mesures disciplinaires prises à l’encontre d’un certain nombre de prêtres et de religieux chaldéens qui, au cours de ces dernières années, ont quitté l’Irak sans l’accord de leurs supérieurs, demandant l’asile dans les pays occidentaux.<br />« Nous avons – peut-on lire dans le Décret patriarcal, parvenu à l’Agence Fides – des exemples lumineux de prêtres de nos jours, qui nous donnent des leçons de foi éloquentes ». Le Patriarche cite les Pères Hana Qasha et Ragheed Ganni, ainsi que S.Exc. Mgr Paulus Faraj Rahho, tués ces dernières années, ainsi que les cas des prêtres enlevés qui sont restés dans le pays et de ceux qui, après avoir été chassés de leurs maisons, ont suivi leurs fidèles, partageant leur condition d’évacués. Conformément au Droit canonique et aux règles de la vie religieuse, le Décret suspend de l’exercice du ministère sacerdotal six moines et six prêtres diocésains qui ont quitté leurs Diocèses et communautés religieuses en Irak pour émigrer et se transférer à l’étranger sans l’accord de leurs supérieurs, acceptant des charges pastorales auprès des communautés chaldéennes de la diaspora.<br />La publication du Décret – avertit le Patriarche – a été précédée par les consultations ad hoc du Synode permanent de l’Eglise chaldéenne et de la Congrégation pour les Eglises orientales et fait suite à « de nombreux ultimatums et tentatives, malheureusement stériles » de la part des précédentes autorités de l’Eglise et des communautés religieuses, afin de freiner un phénomène déplorable, qui a fait scandale parmi les fidèles de l’Eglise chaldéenne. Thu, 23 Oct 2014 00:00:00 +0200AFRIQUE/ZAMBIE - Contribution de l’Eglise à la croissance de la nation en cinquante ans d’indépendancehttp://www.fides.org/fr/news/38730-AFRIQUE_ZAMBIE_Contribution_de_l_Eglise_a_la_croissance_de_la_nation_en_cinquante_ans_d_independancehttp://www.fides.org/fr/news/38730-AFRIQUE_ZAMBIE_Contribution_de_l_Eglise_a_la_croissance_de_la_nation_en_cinquante_ans_d_independanceLusaka – « L’Eglise catholique fait partie intégrante de la société de la Zambie, partageant les joies et les souffrances de la nation. C’est pourquoi elle est considérée avec un grand respect et son influence s’est accrue grâce à sa conduite et à sa voix prophétique » écrit à l’Agence Fides le Père Bernard Makadani Zulu, Directeur des Œuvres pontificales missionnaires de Zambie, à l’occasion des 50 ans de l’indépendance nationale.<br />L’Eglise a donné, et continue à offrir, une contribution fondamentale à la croissance matérielle et spirituelle du pays. Dans le domaine sanitaire, par exemple, l’Eglise, par le biais de ses 17 hôpitaux, 38 centres sanitaires ruraux et différents programmes communautaires de base, fournit 40% des soins sanitaires du pays. Le programme qui a permis à la Zambie de réduire l’incidence du virus du SIDA a également bénéficié d’un fort soutien de la part de l’Eglise. Ainsi que le rappelle le Père Bernard Makadani Zulu, « l’Eglise a pris soin en premier lieu des pauvres, offrant de l’assistance à plus de 200.000 personnes qui vivent avec le SIDA et à plus de 100.000 orphelins devenus tels à cause du virus ».<br />La contribution de l’Eglise est également importante dans le domaine éducatif – des écoles rurales à celles des villes, considérées comme les meilleures du pays – et dans celui du développement économique. L’Eglise a ainsi promu la montée en puissance de l’agriculture organique et durable.<br />Au cours de ces 50 années d’indépendance, la communauté catholique est devenue autosuffisante en ce qui concerne le personnel ecclésiastique, grâce aux nombreuses vocations sacerdotales et religieuses, au point que des missionnaires zambiens ont été envoyés au Nigeria, au Rwanda, au Cameroun, au Paraguay, en Italie, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.<br />Conjuguant le passé et l’avenir, le Père Bernard Makadani Zulu indique, au nombre des défis futurs que l’Eglise devra relever, le clivage entre riches et pauvres, la diffusion de la sorcellerie et du satanisme – des personnes ayant été tuées à cause de ses croyances – et l’alcoolisme. Pour y faire face, l’Eglise doit être capable d’approfondir la foi, d’accroître l’indépendance économique et de promouvoir l’évangélisation, y compris au travers de l’utilisation des moyens de communication, anciens et nouveaux . Thu, 23 Oct 2014 00:00:00 +0200EUROPE/ESPAGNE - Lettre ouverte du Service conjoint d’animation missionnaire : « trop préoccupés par « nos » problèmes alors que des milliers de personnes meurent chaque jour »http://www.fides.org/fr/news/38729-EUROPE_ESPAGNE_Lettre_ouverte_du_Service_conjoint_d_animation_missionnaire_trop_preoccupes_par_nos_problemes_alors_que_des_milliers_de_personnes_meurent_chaque_jourhttp://www.fides.org/fr/news/38729-EUROPE_ESPAGNE_Lettre_ouverte_du_Service_conjoint_d_animation_missionnaire_trop_preoccupes_par_nos_problemes_alors_que_des_milliers_de_personnes_meurent_chaque_jourMadrid – « Naturellement, la Journée missionnaire mondiale en Espagne a eu une ombre de tristesse et de douleur : la mort de deux missionnaires à cause du virus Ebola et une infirmière contaminée » rappelle la Lettre ouverte du SCAM composé par les missionnaires de diverses congrégations religieuses et séculières présentes en Espagne, parvenue à Fides. « Nous sommes solidaires des opérateurs sanitaires dans tous les pays et de tous ceux qui sont engagés dans la défense des autres – poursuit le texte – alors que nous remercions ceux qui font réfléchir la société espagnole sur les différents graves problèmes qui existent ailleurs ».<br />Les missionnaires dénoncent le fait qu’une partie importante des autorités, des hommes politiques et des moyens de communication de masse ont concentré leurs critiques sur la « possible irresponsabilité » de l’infirmière contaminée puis guérie du virus Ebola. « Il est indigne – soulignent-ils – de ne pas reconnaître et prendre en compte surtout son attitude de service, de dévouement et de sacrifice dans le cadre d’un travail dangereux ».<br />L’organisme missionnaire espagnol est amer en outre parce qu’un « autre secteur de la population – y compris les autorités – a donné des preuves répétées d’égoïsme, d’individualisme et d’obstination, se préoccupant de manière exagérée de « nos » seuls problèmes – pour notre sécurité – oubliant complètement les pays les plus touchés par Ebola et, naturellement, par d’autres maladies et catastrophes qui causent des milliers de morts chaque jour. Quelqu’un a dit, justement, que ces personnes se préoccupent « plutôt de se sauver des pauvres que de sauver les pauvres », élevant tout type de murs et de barrières qui nous isolent et les isolent. Dans ce monde globalisé, ce n’est plus possible : ou bien nous nous sauvons tous ou nous mourrons ensemble ! ».<br />En conclusion, les missionnaires écrivent : « nous demandons aux autorités et à l’ensemble de la société espagnole de traiter les migrants avec toute la dignité qu’ils méritent, migrants qui ont quitté leur patrie et leurs familles – et Dieu seul sait quelles souffrances se cachent derrière cette migration – pour rechercher une vie meilleure ». Thu, 23 Oct 2014 00:00:00 +0200EUROPE/SLOVAQUIE - Parler aux jeunes et les intéresser à la mission de l’Eglise: lancement d'un nouveau site Internet de la part des Œuvres pontificales missionnaireshttp://www.fides.org/fr/news/38728-EUROPE_SLOVAQUIE_Parler_aux_jeunes_et_les_interesser_a_la_mission_de_l_Eglise_lancement_d_un_nouveau_site_Internet_de_la_part_des_OEuvres_pontificales_missionnaireshttp://www.fides.org/fr/news/38728-EUROPE_SLOVAQUIE_Parler_aux_jeunes_et_les_interesser_a_la_mission_de_l_Eglise_lancement_d_un_nouveau_site_Internet_de_la_part_des_OEuvres_pontificales_missionnairesBratislava – C’est dans le but d’atteindre les jeunes générations et d’attirer leur attention sur les efforts accomplis par l’Eglise dans le domaine des Missions que les Œuvres pontificales missionnaires de Slovaquie ont lancé leur nouveau site Internet. Le Père Viktor Jakubov, Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires, informe l’Agence Fides qu’au sein du nouveau site, sont présentes des informations sur les objectifs et les activités des Œuvres, des mises à jours sur les projets financés et des nouvelles des Eglises en terres de mission. En outre, le site se propose d’être attentif au problème de la pauvreté et des discriminations en tout genre. Relié aux réseaux sociaux, le nouveau site présente une navigation plus facile et peut être visualisé sur les dispositifs portables . Les Œuvres pontificales missionnaires souhaitent qu’au travers de ce site, un plus grand nombre de personnes, en particulier de jeunes, puisse être impliqué dans l’œuvre de propagation de la foi. <br/><strong>Link correlati</strong> :<a href="http://www.misijnediela.sk">Site des Œuvres pontificales missionnaires de Slovaquie</a>Thu, 23 Oct 2014 00:00:00 +0200AFRIQUE/COTE D’IVOIRE - Nomination du Recteur du Grand Séminaire Notre-Dame de Guessihio sis dans l’Archidiocèse de Gagnoahttp://www.fides.org/fr/news/38727-AFRIQUE_COTE_D_IVOIRE_Nomination_du_Recteur_du_Grand_Seminaire_Notre_Dame_de_Guessihio_sis_dans_l_Archidiocese_de_Gagnoahttp://www.fides.org/fr/news/38727-AFRIQUE_COTE_D_IVOIRE_Nomination_du_Recteur_du_Grand_Seminaire_Notre_Dame_de_Guessihio_sis_dans_l_Archidiocese_de_GagnoaCité du Vatican – S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, en date du 19 septembre 2014, a nommé Recteur du Grand Séminaire national théologique Notre-Dame de Guessihio, sis dans l’Archidiocèse de Gagnoa , le Père Darius Assande Ekou, du clergé archidiocésain d’Abengourou.<br />Le nouveau Recteur a 46 ans. Il est né à Bongouanou et a été ordonné prêtre le 7 septembre 1996. Après avoir obtenu un Baccalauréat en Théologie au Grand Séminaire Saint Cœur de Marie d’Anyama, il a obtenu une Licence puis un Doctorat en Théologie près l’Université pontificale du Latran, à Rome. Depuis 2011, il enseigne la Doctrine sociale de l’Eglise au Grand Séminaire de Gagnoa. Thu, 23 Oct 2014 00:00:00 +0200