Fides News - French (Standard)http://www.fides.org/Les Dépêches de l'Agence FidesfrLes contenus du site sont publiés sous licence Creative Commons.ASIE/MYANMAR - Un prêtre catholique arrêté par les rebelles et accusé d'avoir des contacts avec l'armée régulièrehttp://www.fides.org/fr/news/70606-ASIE_MYANMAR_Un_pretre_catholique_arrete_par_les_rebelles_et_accuse_d_avoir_des_contacts_avec_l_armee_regulierehttp://www.fides.org/fr/news/70606-ASIE_MYANMAR_Un_pretre_catholique_arrete_par_les_rebelles_et_accuse_d_avoir_des_contacts_avec_l_armee_reguliereHakha - Le prêtre catholique P. Noel Hrang Tin Thang, curé de l'église catholique de la ville de Surkhua, dans le diocèse de Hakha, a été pris et arrêté par les milices locales de l'État birman de Chin, les groupes armés rebelles du territoire, connus sous le nom de "Hakha-CDF", qui s'opposent à la dictature militaire. Le groupe est connu sous le nom de "Chinland Defence Forces" , situé dans l'État de Chin, dans l'ouest du Myanmar, à la frontière avec l'Inde. En avril dernier, des groupes de résistance armée se sont formés dans l'État pour lutter et s'opposer à la répression menée par les militaires du Tatmadaw, l'armée régulière birmane.<br />L'arrestation a eu lieu le 25 juillet car, selon le porte-parole des CDF, le prêtre est accusé d'entretenir des contacts avec l'armée du Myanmar et est soupçonné d'être un informateur de l'armée contre la résistance. Le prêtre a été arrêté avec un catéchiste alors qu'il achetait des médicaments pour son peuple dans la capitale Hakha.<br />La communauté locale nie toute implication politique du prêtre qui a déjà aidé de nombreuses personnes déplacées en les accueillant dans l'enceinte de son église. Comme l'a rapporté à Fides le Père Paul Thla Kio, prêtre de Hakha, les rebelles disent avoir vu le Père Noël Hrang Tin Thang avoir des contacts avec un général de Tatmadaw.<br />Le général, explique le père Paul, est un catholique qui va à l'église et se rend souvent à la résidence des prêtres. En fait, le prêtre a demandé au général d'éviter les combats dans la ville et le général a écouté sa demande. Les prêtres catholiques mettent leurs ressources et leur autorité morale et spirituelle au service de la population, pour éviter les souffrances et les conflits, en travaillant pour la paix.<br />L'Église catholique de la ville de Surkhua, dans le diocèse de Hakha, s'est engagée à fournir un abri et de la nourriture à de nombreuses personnes déplacées, dont des femmes, des personnes âgées et des enfants, qui ont fui leurs maisons en raison des combats intenses entre l'armée birmane et les Forces de défense de la Chine , <br />L'Église catholique de la ville de Surkhua, dans le diocèse de Hakha, s'est engagée à fournir un abri et de la nourriture à de nombreuses personnes déplacées, dont des femmes, des personnes âgées et des enfants, qui ont fui leurs maisons en raison des combats intenses entre l'armée birmane et les Forces de défense de la Chine , <br />Le père Hrang Tin Thang, curé de Surkhua, a amené toutes les personnes âgées, les handicapés et les enfants de la ville, qui n'ont pas pu fuir dans les forêts, dans son église paroissiale où, avec l'aide des Sœurs de la Petite Voie, une congrégation religieuse locale, il leur offre un abri, des soins et de la nourriture, accomplissant ainsi une œuvre de charité sans aucune discrimination religieuse, destinée aux plus faibles et aux plus sans défense.<br />Comme l'a expliqué à Fides le Père Paul Thla Kio, prêtre local du diocèse de Hakha, capitale du Chin, même les militaires birmans, qui contrôlaient le complexe, n'ont pas commis de violence mais ont encouragé les prêtres et les religieuses à poursuivre leurs œuvres de miséricorde et de charité, envers la population sans aucune menace. Sat, 31 Jul 2021 13:01:01 +0200ASIE/INDE - Démission de l'évêque de Nalgondahttp://www.fides.org/fr/news/70605-ASIE_INDE_Demission_de_l_eveque_de_Nalgondahttp://www.fides.org/fr/news/70605-ASIE_INDE_Demission_de_l_eveque_de_NalgondaCité du Vatican - Le Saint-Père François a accepté la démission du gouvernement pastoral du diocèse de Nalgonda , présentée par S.E. Mgr Joji Govindu. Sat, 31 Jul 2021 12:27:10 +0200AFRIQUE/MADAGASCAR - "Non à la déstabilisation et à la prise de pouvoir par la force", disent les Évêqueshttp://www.fides.org/fr/news/70604-AFRIQUE_MADAGASCAR_Non_a_la_destabilisation_et_a_la_prise_de_pouvoir_par_la_force_disent_les_Evequeshttp://www.fides.org/fr/news/70604-AFRIQUE_MADAGASCAR_Non_a_la_destabilisation_et_a_la_prise_de_pouvoir_par_la_force_disent_les_EvequesAntananarivo - " Nous sommes contre toute forme de déstabilisation et de prise de pouvoir par la force ", a déclaré Son Eminence le Cardinal Désiré Tsarahazana, Archevêque de Toamasina et Président de la Conférence Episcopale de Madagascar, lors de la rencontre avec le Président de Madagascar, Andry Rajoelina.<br />La délégation de l'Eglise catholique a été reçue par le chef de l'Etat le 29 juillet. Les autres membres du bureau permanent de la Conférence épiscopale de Madagascar, dont son vice-président et son secrétaire général étaient également présents.<br />Le Cardinal a réaffirmé que l'Église catholique ne fait pas de politique et que ni les Évêques ni les prêtres ne cherchent à occuper des postes politiques, car la politique n'est ni la mission ni la vocation des hommes d'Église. "Nous n'avons pas de candidat à un quelconque poste politique", a-t-il réaffirmé.<br />Selon les autorités malgaches, le président Rajoelina a été victime d'une tentative d'assassinat qui a été déjouée par la police locale avec la coopération des services de renseignement d'autres pays, dont les États-Unis.<br />Le 21 juillet, le procureur général de la Cour d'appel d'Antananarivo, Berthine Razafiarivony, a indiqué qu'au moins six personnes avaient été arrêtées dans le cadre de cette tentative d'assassinat visant à renverser les institutions légitimes du pays. Deux citoyens ayant la double nationalité française et malgache, se trouvent parmi eux dont l'organisateur présumé du complot, Paul Maillot Rafanoharana. Rafanoharana, ancien officier français de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, se présente sur son profil LinkedIn, comme " conseiller de l'Archevêque d'Antananarivo ", Son Excellence Mgr. Mgr Odon Marie Arsène Razanakolona, qui a nié toute implication dans cette affaire. Une affaire dont les contours sont encore confus. Une compagnie pétrolière locale a déclaré avoir reçu un courriel de Rafanoharana lui demandant 10 millions d'euros et promettant, en échange, de signer des contrats pétroliers en cours de négociation. <br />Selon des sources de presse, le plan des conspirateurs était de recruter 15 mercenaires hautement qualifiés pour tuer le président malgache, dans un assaut rappelant celui mené contre le président d'Haïti, Jovenel Moise, le 7 juillet. 11 gendarmes et autres fonctionnaires malgaches font également l'objet d'une enquête en rapport avec le projet d'attentat. <br />Pendant ce temps, la situation humanitaire dans la Grande île s'aggrave. Une déclaration conjointe de l'UNICEF et du PAM indique qu'au moins un demi-million d'enfants de moins de cinq ans seront touchés par la malnutrition aiguë, dont 110 000 dans des conditions graves, dans les zones touchées par la sécheresse dans le sud de Madagascar, avec des dommages irréversibles sur leur croissance et leur développement. Plus d'un million de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire dans le sud de Madagascar et le nombre de personnes se trouvant dans des conditions "catastrophiques" devrait doubler pour atteindre 28 000 d'ici octobre", indique le communiqué. <br /><br />Sat, 31 Jul 2021 11:14:11 +0200AMÉRIQUE/COLOMBIE - Les Évêques se joignent au cri de "tant de frères et sœurs qui demandent la paix, le respect de la vie et des droits de l'homme"http://www.fides.org/fr/news/70603-AMERIQUE_COLOMBIE_Les_Eveques_se_joignent_au_cri_de_tant_de_freres_et_soeurs_qui_demandent_la_paix_le_respect_de_la_vie_et_des_droits_de_l_hommehttp://www.fides.org/fr/news/70603-AMERIQUE_COLOMBIE_Les_Eveques_se_joignent_au_cri_de_tant_de_freres_et_soeurs_qui_demandent_la_paix_le_respect_de_la_vie_et_des_droits_de_l_hommeBogota - " Les Évêques catholiques de Colombie soutiennent ce cri pour la paix, la vie et le respect de la dignité humaine de tant de nos frères et sœurs ", a déclaré la Conférence Épiscopale de Colombie, exprimant son soutien et sa solidarité avec l'évêque de Buenaventura, Monseigneur Rubén Darío Jaramillo Montoya, qui a vécu cette semaine la " Journée de la vie ", à travers des événements religieux, culturels et de réflexion, dont le point culminant sera le 30 juillet avec une marche pour répudier la violence.<br />Par cette initiative, le diocèse de Buenaventura a voulu se joindre au cri de ses habitants pour demander une nouvelle fois la paix et la réconciliation pour cette région en proie à la violence et aux inégalités. "Nous ne pouvons pas rester silencieux", a déclaré Monseigneur Jaramillo Montoya, dans un message vidéo, expliquant que cette journée a été convoquée parce que durant les 20 premiers jours de juillet, il y a eu 24 meurtres, en plus des extorsions, vols, disparitions et enlèvements qui se poursuivent.<br />Du 26 au 30 juillet, diverses initiatives ont eu lieu, notamment l'allumage d'une bougie dans les maisons, représentant la lumière du Christ, afin de l'invoquer pour les familles et la ville ; une journée interconfessionnelle à travers les réseaux sociaux ; 1. 1 000 arbres ont été plantés en signe d'espoir et de vie ; une visite a été effectuée dans sept zones vulnérables où la violence est la plus répandue : les habitants portaient des vêtements blancs, tandis que des ballons blancs étaient exposés dans les maisons et les bureaux en signe de paix ; des réflexions et des moments culturels et ludiques ont été organisés sur la situation de violence à laquelle la population est confrontée.<br />Dans une déclaration, les Évêques du Pacifique et du Sud-Ouest de la Colombie ont également déclaré qu'ils se joignaient au cri du peuple de Buenaventura pour la paix et le respect de la vie. "L'heure n'est pas à l'indifférence", écrivent les Évêques, "le temps est venu d'élever la voix et d'exiger le respect de la dignité de la vie humaine". Nous encourageons nos communautés à accompagner dans la prière les journées de paix convoquées dans l'église sœur diocésaine de Buenaventura".<br />Les Évêques exhortent ceux qui, par la violence, prennent la vie de tant d'innocents à échanger "les armes et la haine contre des outils qui forgent une coexistence saine et le respect de tous les citoyens". De même, ils demandent aux autorités locales, régionales et nationales de rechercher les moyens d'assurer la sécurité de la population et les exhortent à offrir les possibilités d'éducation et d'emploi nécessaires pour que les communautés puissent réaliser leurs projets de vie. <br />Sat, 31 Jul 2021 11:06:24 +0200AFRIQUE/MALAWI - Les préparatifs du diocèse de Zomba pour la Journée mondiale des missions démarrenthttp://www.fides.org/fr/news/70602-AFRIQUE_MALAWI_Les_preparatifs_du_diocese_de_Zomba_pour_la_Journee_mondiale_des_missions_demarrenthttp://www.fides.org/fr/news/70602-AFRIQUE_MALAWI_Les_preparatifs_du_diocese_de_Zomba_pour_la_Journee_mondiale_des_missions_demarrentZomba - " Encourager les chrétiens à prier au sein de leur famille ; sensibiliser davantage à la Journée mondiale des missions et aux obligations missionnaires de chaque baptisé ; demander aux fidèles de contribuer financièrement aux activités missionnaires de l'Église ", tels sont les trois axes que la Direction nationale des Œuvres Pontificales Missionnaires du Malawi renforce en vue de la préparation de la Journée mondiale des missions qui aura lieu le 24 octobre prochain. <br />Comme l'a appris l'Agence Fides, le père Vincent Mwakhwawa, Directeur National des au Malawi, a exhorté les catholiques du pays à sensibiliser davantage et à prier pour le succès de l'organisation du mois missionnaire et de la Journée mondiale des missions cette année.<br />À l'issue d'une réunion de lancement des préparatifs de la JMJ, qui s'est tenue dans la paroisse de Saint-Vincent-de-Paul , dans le diocèse de Zomba, le père Mwakhwawa a déclaré que les chrétiens doivent comprendre pleinement ce qu'est le mois de la mission et la journée mondiale de la mission, afin de pouvoir participer activement aux diverses activités prévues en octobre.<br />"Nous avons demandé à toutes les associations catholiques du diocèse de participer à la préparation des JMJ", a déclaré le président du Conseil des laïcs du diocèse de Zomba, Vito Sandifolo, qui s'est exprimé lors de la réunion. Selon Sandifolo, le diocèse a également distribué du matériel d'information sur les OPM à toutes les paroisses afin que les chrétiens puissent s'entraider pour comprendre pleinement la véritable signification du mois missionnaire et du dimanche des missions. <br />Le diocèse de Zomba sera l'hôte de l'événement de cette année, sous l'égide des Actes des Apôtres "nous ne pouvons pas nous taire sur ce que nous avons vu et entendu". <br />Sat, 31 Jul 2021 11:02:40 +0200ASIE/INDE - Nomination du Recteur du Séminaire philosophique régional de St John's à Visakhapatnamhttp://www.fides.org/fr/news/70601-ASIE_INDE_Nomination_du_Recteur_du_Seminaire_philosophique_regional_de_St_John_s_a_Visakhapatnamhttp://www.fides.org/fr/news/70601-ASIE_INDE_Nomination_du_Recteur_du_Seminaire_philosophique_regional_de_St_John_s_a_VisakhapatnamCité du Vatican - Le Cardinal Luis Antonio G. Tagle, Préfet de la Congrégation pour l'Évangélisation des Peuples, a nommé le 20 mai 2021 Recteur du Séminaire philosophique régional "St John", dans l'archidiocèse de Visakhapatnam , le Révérend Père Thumma Vijay Prathap, des Salésiens de Don Bosco . <br />Le nouveau Recteur est né le 28 février 1973, a fait sa profession religieuse le 24 mai 1993 et a été ordonné prêtre en février 2002. Après son ordination, il a été professeur de philosophie au séminaire dont il est aujourd'hui le recteur , puis il a été Vice-Président en Italie . Il a obtenu un doctorat en philosophie à l'Université pontificale salésienne de Rome . De retour en Inde, il est professeur et, depuis 2018, Vice-recteur du séminaire de Karunapuram. <br /><br />Sat, 31 Jul 2021 10:13:40 +0200AMÉRIQUE/VENEZUELA - Des missionnaires prêts à relever les défis d'aujourd'hui : le Centre de formation des missionnaires des OPM est néhttp://www.fides.org/fr/news/70600-AMERIQUE_VENEZUELA_Des_missionnaires_prets_a_relever_les_defis_d_aujourd_hui_le_Centre_de_formation_des_missionnaires_des_OPM_est_nehttp://www.fides.org/fr/news/70600-AMERIQUE_VENEZUELA_Des_missionnaires_prets_a_relever_les_defis_d_aujourd_hui_le_Centre_de_formation_des_missionnaires_des_OPM_est_neCaracas - Promouvoir et encourager les parcours de formation permanente, de mise à jour missionnaire et d'accompagnement des agents pastoraux et de tout le peuple de Dieu : tel est l'objectif du nouveau Centre de formation missionnaire, présenté ces jours-ci par les Œuvres Pontificales Missionnaires du Venezuela, à travers les médias sociaux. <br />Ce projet, selon la note envoyée à l'Agence Fides, vise à " encourager la coresponsabilité dans l'annonce de l'Évangile ", à travers la formation des agents d'évangélisation, ainsi qu'à établir un dialogue " avec les périphéries existentielles et socioculturelles " et à promouvoir la préparation des missionnaires à affronter les défis de l'époque actuelle, a-t-il été expliqué lors de la présentation.<br />Dans un message vidéo, le Cardinal Baltazar Porras, Archevêque de Mérida et Administrateur apostolique de Caracas, a exprimé sa joie face à cette initiative, qui renforcera l'attitude missionnaire des catholiques au Venezuela. "La première chose qui doit être présente est une attitude extravertie", a déclaré le Cardinal. Le Secrétaire adjoint de la Congrégation pour l’Évangélisation des peuples et Président des Œuvres Pontificales Missionnaires, Mgr Giovanni Pietro Dal Toso, a ensuite souligné que pour les OPM "la formation est une question très importante", et que la formation missionnaire est aussi une conversion missionnaire. "Toute l'Église doit passer par la conversion missionnaire. L'Église est missionnaire par nature, pour évangéliser, elle est envoyée par Jésus-Christ pour atteindre chaque homme avec l'Évangile. Dans cette même Église, tout sert à évangéliser", a déclaré Monseigneur Dal Toso, "la mission n'est pas seulement le partage de concepts, c'est le partage de la vie que nous avons reçue de Dieu. <br />Le père Ricardo Guillén, Directeur National des OPM vénézuélienne, a illustré en quoi consiste le Centre de formation missionnaire, soulignant qu'il s'agit d'un service de l'Église catholique vénézuélienne, "qui encourage, prépare et accompagne la formation à l'esprit et à la pratique missionnaires des individus, des groupes et des communautés chrétiennes", avec une méthodologie de "participation interactive et expérimentale". Il existe trois méthodes : en présence, virtuelle et b-learning. Sa devise est "Forger des disciples pour une Église sans frontières", afin d'encourager les catholiques à approfondir leur compréhension de l'appel missionnaire de l'Église.<br />Le Directeur National des OPM a également expliqué que l'itinéraire de formation comportera quatre niveaux : formation missionnaire initiale, formation missionnaire avancée, mise à jour missionnaire et itinéraires de formation pour les services d'animation missionnaire des OPM. Tous comprendront quatre dimensions : théologie, spiritualité, méthodologie et synodalité. "Le processus de formation forme l'esprit, le cœur, la volonté et les attitudes de conversion nécessaires pour faire partie de l'Église sortante", a-t-il réitéré. <br />Monseigneur Jonny Reyes, Vicaire Apostolique de Puerto Ayacucho, a exprimé sa joie face à cette initiative et a souligné que "la pédagogie de l'Évangile est simple mais efficace, et se vit en terre de mission. C'est une pédagogie pas à pas, dans la synodalité, mais qui porte du fruit". Au cours de la présentation du Centre de formation missionnaire, un chant à la Vierge Marie a été partagé, interprété par les jeunes de la paroisse de Santa María de Manje en langue ChiChewa, tandis que la prière finale était le Notre Père en langue Pemón, récité par les filles de la maison de Santa Elena de Uairén, dans le Vicariat apostolique de Caroni. <br /><br/><strong>Link correlati</strong> :<a href="https://ompvenezuela.com">Pour les itinéraires et les détails des cours</a>Sat, 31 Jul 2021 10:11:40 +0200ASIE/IRAQ - Un parti politique chrétien annonce le boycott des prochaines élections parlementaireshttp://www.fides.org/fr/news/70598-ASIE_IRAQ_Un_parti_politique_chretien_annonce_le_boycott_des_prochaines_elections_parlementaireshttp://www.fides.org/fr/news/70598-ASIE_IRAQ_Un_parti_politique_chretien_annonce_le_boycott_des_prochaines_elections_parlementairesBagdad - Le Parti des fils des deux fleuves , acronyme politique qui regroupe des dirigeants et des militants des communautés chrétiennes irakiennes, a officiellement annoncé son intention de boycotter les prochaines élections législatives irakiennes, prévues le 10 octobre prochain. Cette décision drastique est justifiée par une série de raisons, énumérées et argumentées dans la déclaration par laquelle la direction a annoncé son intention de boycotter les élections. <br />Les forces politiques irakiennes, dont nous faisons partie, lit-on dans le texte, avec des références implicites au pouvoir des milices sectaires et à la répression sanglante des manifestations de 2019, avaient exigé que les armes soient exclusivement aux mains de l'État, que les meurtriers des manifestants soient traduits en justice et que la question de la lutte contre la corruption soit abordée de manière décisive. Malheureusement, ajoutent les dirigeants de Beth Nahrain, aucune de ces demandes n'a reçu de réponses adéquates, et il est facile de prévoir que le processus électoral se déroulera lui aussi dans des conditions qui ne garantissent pas une transparence et une équité suffisantes. <br />Le communiqué met également le doigt sur le fléau dénoncé à plusieurs reprises par les partis qui prétendent d'une manière ou d'une autre exercer une représentation politique des communautés chrétiennes autochtones . De l'avis de la direction de Beth Nahrain, le système actuel de "quotas", qui réserve 5 des 329 sièges parlementaires aux membres des différentes communautés chrétiennes, continuera à ne pas favoriser une représentation politique adéquate des composantes chrétiennes, car dans sa forme actuelle, il rend possibles des opérations de manipulation électorale qui, ces dernières années, ont permis aux grands partis d'attribuer ces sièges à leurs émissaires. Le mécanisme de ces manipulations électorales est assez simple : lors des élections de 2018 - rappelle la déclaration de Bet Nahrain - les grands partis ont détourné des milliers de voix de leurs militants pour soutenir des candidats qui leur étaient fidèles et qui concouraient pour remporter l'un des cinq sièges réservés à la composante chrétienne.<br />Depuis lors, les demandes visant à modifier le système d'attribution des sièges "contingents" sont restées lettre morte, par exemple en créant des registres spécifiques d'électeurs habilités à voter pour l'attribution de sièges réservés aux candidats chrétiens. <br />À la mi-juillet, comme le rapporte l'Agence Fides , le Patriarche chaldéen Louis Raphaël Sako craignait la possibilité que les prochaines élections soient boycottées par de nombreux électeurs chrétiens, en raison du risque de fraude et surtout du manque de confiance dû au fait d'avoir été " volé ", lors des élections de 2018, de la part des sièges parlementaires réservés par le système électoral aux candidats des communautés chrétiennes.<br />Les élections prévues en octobre seront anticipées . Un vote politique anticipé était l'une des revendications des manifestants qui sont descendus dans la rue en 2019 contre le gouvernement. Dans ce climat de méfiance générale, les commentateurs et les militants politiques appellent de plus en plus au boycott des prochaines élections. Fri, 30 Jul 2021 18:19:00 +0200AFRIQUE/ZAMBIE - Renforcement de la démocratie en Zambie : l'Église exhorte la population à faire partie intégrante du processus électoralhttp://www.fides.org/fr/news/70597-AFRIQUE_ZAMBIE_Renforcement_de_la_democratie_en_Zambie_l_Eglise_exhorte_la_population_a_faire_partie_integrante_du_processus_electoralhttp://www.fides.org/fr/news/70597-AFRIQUE_ZAMBIE_Renforcement_de_la_democratie_en_Zambie_l_Eglise_exhorte_la_population_a_faire_partie_integrante_du_processus_electoralLusaka - "En tant qu'Eglise catholique, nous comptons sur les laïcs pour être notre lumière dans le processus démocratique et nous exhortons tous nos membres laïcs à faire partie intégrante de ce processus". C'est ce qu'a déclaré le père Cornelius Chibamba, Coordinateur National de la pastorale du Zambia Catholic Lay Council , dans un discours lu en son nom par le père Leonard Namakhumba à la Kapingila ZCCB House à Lusaka. Dans son discours, prononcé lors du lancement du projet "Renforcer la démocratie en Zambie", le père Chibamba a réaffirmé le rôle important des laïcs dans l'Église et la société. S'exprimant à l'approche des élections générales du 12 août, qui verront le peuple choisir le chef de l'État et les membres de l'Assemblée nationale, le père Chibamba, qui est également secrétaire général par intérim de la ZCCB, a souligné la nécessité de l'inscription des électeurs et de l'éducation civique et a exhorté les laïcs à soutenir le gouvernement dans ces efforts. <br />"Beaucoup ne sont pas familiers avec l'ensemble du processus démocratique et ne savent pas quoi faire alors que le pays se prépare aux élections générales. Il est de votre responsabilité, en tant que membres du conseil laïc, de consacrer votre temps, votre énergie et vos ressources pour que ces personnes défavorisées puissent exercer leurs droits démocratiques", peut-on lire dans la note reçue par l'Agence Fides. Le coordinateur pastoral a conclu en soulignant que "le rôle de l'Eglise est d'éduquer les gens sur l'ensemble du processus démocratique afin qu'ils prennent des décisions cohérentes basées sur ce qu'ils auront appris de l'ensemble du processus et leur opinion sur les programmes proposés par les candidats".<br />La troisième vague de Covid fait rage dans le pays avec un taux de positivité de 27%, les hôpitaux et les unités de soins intensifs sont saturés. Peu de vaccins sont arrivés d'Inde pour couvrir un peu plus de 3 000 personnes par jour en double dose sur 13 millions d'habitants. A ce jour, 30 juillet 2021, la situation des personnes infectées par le Covid-19 fait état de 194 140 cas, 335 décès, 185 210 guérisons.<br /> Fri, 30 Jul 2021 18:15:35 +0200AFRIQUE / AFRIQUE DU SUD - Les Évêques : "Non à la violence, mais il est urgent de s'attaquer aux inégalités qui la nourrissent"http://www.fides.org/fr/news/70596-AFRIQUE_AFRIQUE_DU_SUD_Les_Eveques_Non_a_la_violence_mais_il_est_urgent_de_s_attaquer_aux_inegalites_qui_la_nourrissenthttp://www.fides.org/fr/news/70596-AFRIQUE_AFRIQUE_DU_SUD_Les_Eveques_Non_a_la_violence_mais_il_est_urgent_de_s_attaquer_aux_inegalites_qui_la_nourrissentJohannesburg - Environ 36 milliards de rands ont été alloués par le gouvernement sud-africain pour soutenir les entreprises et les personnes touchées par les restrictions sur le Covid-19 et surtout par les émeutes qui ont dévasté plusieurs régions du pays ces dernières semaines.<br />L'économie sud-africaine, déjà gravement affectée par les restrictions visant à enrayer la pandémie, a été durement touchée par les pillages qui ont éclaté à la suite de l'emprisonnement de l'ancien président Jacob Zuma, accusé de corruption et de détournement de fonds publics.<br />Les protestations de ses partisans ont dégénéré en actes de vandalisme et de pillage, touchant des centaines de magasins, supermarchés, centres commerciaux et stations-service dans les provinces du KwaZulu-Natal et du Gauteng. Plus de 300 personnes ont perdu la vie dans les affrontements.<br />Les Évêques sud-africains, dans un communiqué, ont "condamné fermement les éléments criminels qui profitent de cette situation". "Nous invitons", écrivent les Évêques, "ceux qui sont impliqués dans des actes de vandalisme à réfléchir au fait qu'ils mettent en péril les moyens d'existence de nombreuses personnes en détruisant leurs emplois". Nous devons également nous rappeler que nous sommes au milieu de la pandémie Covid-19 qui prospère dans des conditions de désordre, et que plus ces conditions dureront, plus nous nous mettrons nous-mêmes et d'autres en danger d'être infectés, ce qui sera encore plus difficile à gérer".<br />Appelant au dialogue, les Évêques ont dénoncé le fait que "notre société a normalisé le recours à la violence et au vandalisme pour persuader le gouvernement d'écouter et de prendre au sérieux les préoccupations économiques des pauvres". "Nous avons besoin d'un changement de mentalité, d'une conversion collective du cœur et de l'esprit, qui affirme que les protestations violentes et la destruction de biens ne peuvent jamais être une réponse juste aux difficultés économiques actuelles et à l'injustice économique. Nous réitérons l'appel du pape François dans Frères tous, en rappelant que face aux problèmes politiques et économiques, il y a toujours la possibilité de choisir l'engagement constructif plutôt que la violence."<br /> Dans une note, Son Excellence Mgr Stephen Brislin, Archevêque du Cap, a vu des signes d'espoir "même dans les terribles jours de pillage et de destruction, qui ont été suivis d'une vague de bonté : plusieurs personnes ont en effet pris des mesures pour nettoyer, protéger les zones sensibles et chercher des réponses pour comprendre ce qui s'est passé".<br />Ce sont des graines d'espoir qui doivent être cultivées avec "les personnes qui demandent d'identifier et de traiter les causes profondes de la violence, de reconnaître les injustices de l'inégalité et de la pauvreté dans notre pays", a conclu Mgr Brislin. Fri, 30 Jul 2021 18:13:10 +0200EUROPE/GRECE - Deuxième mission scalabrinienne à Lesvos pour soutenir les milliers de migrants arrivant sur placehttp://www.fides.org/fr/news/70595-EUROPE_GRECE_Deuxieme_mission_scalabrinienne_a_Lesvos_pour_soutenir_les_milliers_de_migrants_arrivant_sur_placehttp://www.fides.org/fr/news/70595-EUROPE_GRECE_Deuxieme_mission_scalabrinienne_a_Lesvos_pour_soutenir_les_milliers_de_migrants_arrivant_sur_placeRome - Pour la deuxième année consécutive, la mission itinérante des Sœurs Missionnaires Scalabriniennes a démarré sur l'île de Lesbos pour aider et soutenir les milliers de réfugiés qui arrivent du Moyen-Orient et d'Afrique et qui cherchent l'espoir et le salut en Europe . Cette fois encore, l'initiative est possible grâce à la collaboration entre les religieuses et la Communauté de Sant'Egidio, et à une entente qui conduit à l'activation d'une série d'initiatives en Italie et dans le reste du monde. La mission de Lesbos est l'une d'entre elles et la Province européenne des Sœurs Scalabriniennes en est le protagoniste. <br />"L'accueil et la disponibilité de la Communauté de Sant'Egidio sont pour nous des signes extraordinaires et la possibilité d'une action plus articulée pour notre service et pour être en communion avec les migrants et les réfugiés. C'est aussi grâce à eux que nous pouvons nous mettre en route vers les autres et les autres", déclare à l'Agence Fides Sœur Neusa de Fatima Mariano, Supérieure générale des Scalabriniens, une Congrégation qui, depuis sa fondation, a pour mission de servir la personne migrante. <br />Pour la deuxième année consécutive, nous apportons notre aide dans cette zone frontalière, où le besoin d'aide est le plus grand", poursuit-il, "Nous serons à leurs côtés tout au long de l'été, pour tendre la main aux familles, aux mères, aux pères et aux enfants. Il s'agit d'une initiative que les sœurs missionnaires scalabriniennes ont encouragée en vue d'une "Église sortante", comme l'a demandé le Pape François. <br />Les neuf sœurs resteront à Lesbos pendant quelques mois et se relaieront pour aider les migrants dans cette zone frontalière de l'île grecque située en face de la Turquie. Ils se concentrent sur les camps où vivent des milliers de réfugiés, dans des conditions dégradantes et dangereuses pour la vie. Pour Sr Milva Caro, supérieure provinciale d'Europe, "l'urgence nous appelle une fois de plus à nous mobiliser pour aider les réfugiés qui n'ont jamais cessé d'affluer sur les routes de la Méditerranée". Ce n'est peut-être plus d'actualité, mais sur les bateaux, des milliers de personnes, femmes et enfants non accompagnés, cherchent encore un chemin vers l'espoir", ajoute-t-elle. L'activité missionnaire est fondamentale non seulement pour répondre aux besoins fondamentaux mais aussi pour apporter du réconfort, ce qui est essentiel pour ceux qui ont tout laissé derrière eux et qui ont souvent vu leurs proches tomber en chemin". <br />Fri, 30 Jul 2021 18:06:56 +0200ASIE/MYANMAR - Les prêtres et religieux catholiques en première ligne dans la lutte contre la pandémiehttp://www.fides.org/fr/news/70594-ASIE_MYANMAR_Les_pretres_et_religieux_catholiques_en_premiere_ligne_dans_la_lutte_contre_la_pandemiehttp://www.fides.org/fr/news/70594-ASIE_MYANMAR_Les_pretres_et_religieux_catholiques_en_premiere_ligne_dans_la_lutte_contre_la_pandemieMyitkyina - Les prêtres, les religieux et les fidèles laïcs de Birmanie travaillent en première ligne pour fournir des soins médicaux aux personnes infectées par la pandémie de Covid-19, alors que le pays enregistre ces derniers jours environ 5.000 nouveaux cas quotidiens d'infection. Dans de nombreux diocèses, le travail de solidarité est très étendu et constitue une contribution précieuse au bien commun. <br />Comme l'a appris Fides, la Commission de la santé du diocèse de Myitkyina, dans le nord du Myanmar, a mobilisé de nombreux volontaires catholiques, dans ce moment de réelle urgence. Sœur Ann Rose Nu Tawng, la religieuse qui s'est agenouillée ces derniers mois pour arrêter les militaires et qui est devenue une icône de la protestation non violente, fait partie de ceux qui ont enfilé la blouse et l'équipement de protection pour effectuer le test anti-Covid dans la clinique dirigée par les sœurs. Sœur Ann Rose et les sœurs reçoivent le respect et la gratitude de tant de familles touchées par le Covid-19 et de toute la population locale pour leur dévouement : "Je suis prête à donner ma vie au service et aux soins des nécessiteux et des souffrants. Je prie intensément le Seigneur de sauver et de bénir le peuple du Myanmar", a déclaré la religieuse à l'Agence Fides. Entre autres installations, le diocèse de Myitkyina a mis en place un centre de santé spécial pour les patients Covid, qui fournit des soins complets, y compris l'administration d'oxygène, aux malades et à leurs familles. <br />"Au Myanmar, il ne suffit pas que les prêtres et les religieuses aient seulement bon cœur, il faut des prêtres et des religieuses qui s'offrent sans réserve, se donnant au nom du Christ, pour un véritable service du prochain, car le Christ est présent dans le frère qui souffre", a fait remarquer à l'Agence Fides le père Clément, du diocèse de Keng Tong. <br />L'immense travail de solidarité et de partage matériel et spirituel de l'Eglise catholique au Myanmar ressort également de l'exemple du Père Marcian Thet Kyaw, curé de l'archidiocèse de Yangon. Le curé de la paroisse a ouvert un "Parish Covid Health Care" dans son église dédiée à l'Épiphanie. Le centre joue un rôle très important à Yangon en fournissant des tests Covid gratuits et en offrant les premiers soins aux malades. Des milliers d'habitants de Yangon se rendent chaque jour au centre catholique, qui est devenu le symbole de l'engagement de l'Église en faveur des services de santé pour les personnes démunies. De nombreux médecins et infirmiers, catholiques et non catholiques, y travaillent bénévolement. En raison de la forte demande de lits, le Centre catholique s'est récemment agrandi pour occuper un autre espace disponible dans le complexe de l'église.<br />Bien que la fourniture d'oxygène aux hôpitaux soit contrôlée par l'armée, des centaines de patients de Covid-19 reçoivent de l'oxygène dans ce centre paroissial. Grâce à l'aide de donateurs, le curé a pu se procurer 25 appareils pour fournir de l'oxygène aux patients.<br />Le père Marcian Thet Kyawha a déclaré à Fides : "Je remercie la Vierge Marie, Mère de Jésus : nous nous tournons vers Elle, notre Mère, tous les jours, et nous recevons tant d'aide des donateurs, par la Providence de Dieu. Nous nous plaçons sous la protection céleste de la Vierge Marie pour sauver tant de patients et tant de familles désespérées". Le père Marcian Thet Kyawha a également été infecté par le Covid-19 et s'en est remis. Il remplit désormais sa mission pastorale et sociale en assistant, consolant et accompagnant les personnes souffrantes par une aide matérielle et spirituelle. <br />Fri, 30 Jul 2021 17:56:29 +0200ASIE/INDE - Nomination du recteur du St Paul's Regional Propaedeutic Seminary à Vijayawadahttp://www.fides.org/fr/news/70593-ASIE_INDE_Nomination_du_recteur_du_St_Paul_s_Regional_Propaedeutic_Seminary_a_Vijayawadahttp://www.fides.org/fr/news/70593-ASIE_INDE_Nomination_du_recteur_du_St_Paul_s_Regional_Propaedeutic_Seminary_a_VijayawadaCité du Vatican - Le Cardinal Luis Antonio G. Tagle, Préfet de la Congrégation pour l'Évangélisation des Peuples, a nommé le 20 mai 2021 e Révérend Père Donthireddy Raja, des Salésiens de Don Bosco Recteur du Séminaire Propédeutique Régional "St Paul" dans le diocèse de Vijayawada . Le nouveau recteur est né le 1er août 1973, a fait sa profession religieuse le 24 mai 1994 et a été ordonné prêtre le 27 décembre 2003. Après son ordination, il a été administrateur de la communauté salésienne et vice-prêtre de la paroisse . Il est titulaire d'un master en conseil du Kristu Jyoti College, Bangalore . Il a été vice-recteur et animateur du centre de formation . Il est actuellement conseiller à Ramanthapur. Fri, 30 Jul 2021 17:52:29 +0200AMÉRIQUE - Campagne continentale de l'Église catholique contre la traite des êtres humains : "La vie n'est pas une marchandise"http://www.fides.org/fr/news/70592-AMERIQUE_Campagne_continentale_de_l_Eglise_catholique_contre_la_traite_des_etres_humains_La_vie_n_est_pas_une_marchandisehttp://www.fides.org/fr/news/70592-AMERIQUE_Campagne_continentale_de_l_Eglise_catholique_contre_la_traite_des_etres_humains_La_vie_n_est_pas_une_marchandiseBrasilia - Aujourd'hui, 30 juillet, c'est la journée mondiale contre la traite des personnes. Red Clamor, une organisation qui rassemble des hommes et des femmes engagés dans l'accompagnement, la défense, la promotion et l'inclusion des personnes déplacées, des migrants et des réfugiés dans la région de l'Amérique latine et des Caraïbes, avec le patronage du Conseil épiscopal latino-américain et de la Confédération latino-américaine des religieux , a lancé quatre vidéos, dans le cadre d'une campagne continentale de l'Église catholique latino-américaine contre la traite des personnes, qui ont également été produites par Cáritas Ecuador. Les vidéos, dont la devise est "La vie n'est pas une marchandise, c'est une question de personnes", sont diffusées sur les réseaux sociaux, WhatsApp, les groupes Telegram, Youtube. <br />"Tout le monde est invité à diffuser ce matériel et à témoigner ensemble d'une Église en voyage missionnaire, dénonçant la culture du rejet et de l'indifférence, promouvant une culture de la rencontre, tissant des réseaux en faveur de la vie et du développement humain intégral", souligne Elvy Monzant, Secrétaire Exécutif de Red Clamor.<br />La traite des êtres humains est définie comme un esclavage moderne : des milliers de personnes dans le monde entier sont victimes de ce crime honteux, nous parlons de femmes, d'hommes et d'enfants, qui sont exploités chaque jour de différentes manières. Par le biais des vidéos, la campagne vise à faire prendre conscience de la réalité du problème posé par le crime de la traite des personnes à des fins diverses, telles que l'exploitation sexuelle, le recrutement forcé, le travail forcé, le trafic d'organes. <br />Selon les statistiques publiées à cette occasion, chaque année, 4 millions de personnes sont victimes des industries criminelles transnationales qui profitent de la vie d'êtres humains, brassant plus de 32 milliards de dollars. Parmi toutes les victimes de la traite, 80 % sont des femmes ou des filles, à des fins d'exploitation sexuelle.<br />La traite des êtres humains en vue de leur recrutement forcé pour des conflits armés et/ou des activités criminelles est une autre violation grave des droits de l'homme qui s'est développée en Amérique latine ces dernières années. Des milliers de personnes ont été touchées, en particulier des enfants, des adolescents et des jeunes. Les trafiquants et leurs réseaux profitent du manque de protection des victimes et de leurs besoins économiques, émotionnels et de travail pour les utiliser comme des outils de guerre, mettant leur vie en danger et les privant de leurs projets de vie et de leur capacité de décision. <br />La traite des êtres humains pour le prélèvement d'organes est une autre industrie qui se nourrit du désespoir du patient et de la pauvreté et de la vulnérabilité de la victime. Les personnes sont emmenées dans des lieux clandestins pour le prélèvement de leurs organes, dans des conditions dépourvues d'hygiène et de sécurité. Le trafic d'organes est un crime commercial illégal qui génère des millions de bénéfices dans le monde entier. <br />La Commission épiscopale pour les migrants et les personnes en déplacement de la Conférence épiscopale argentine espère que la Journée mondiale contre la traite des êtres humains "nous aidera tous à nous souvenir de ce crime et nous encouragera à ne pas cesser de prier et de lutter ensemble", dans le but que "chaque esclave puisse à nouveau être un acteur libre de sa propre vie et une partie active de la construction du bien commun".<br />Le message, reçu par Fides, rappelle les paroles du Pape François sur le thème "Économie sans trafic". Les conséquences de la pandémie de Covid-19 "ont exacerbé et aggravé les conditions d'exploitation du travail", c'est pourquoi il propose une économie de la sollicitude, ce qui "signifie une économie de la solidarité", qui "bien administrée, donne lieu à une construction sociale plus sûre et plus solide". <br />Une économie sans traite est une économie dont les règles du marché favorisent la justice et non des intérêts privés exclusifs", poursuit le texte de la Cemi, soulignant que la traite des personnes trouve un terrain fertile "dans le capitalisme néolibéral, dans sa quête de maximisation des profits sans limites éthiques, sans limites sociales, sans limites environnementales". Une économie sans trafic se caractérise au contraire par la valeur de "la construction patiente, de la planification à moyen et long terme, où la personne est au centre". "En période de grande crise, comme celle que nous traversons actuellement, les trafics prolifèrent", rappelle le texte, il faut donc "renforcer une économie qui réponde à la crise non pas de manière myope, mais de manière solide et durable". <br />Fri, 30 Jul 2021 17:50:14 +0200VATICAN - Le respect de la dignité humaine, chemin de la paix : le "Forum mondial des villes et territoires de paixhttp://www.fides.org/fr/news/70591-VATICAN_Le_respect_de_la_dignite_humaine_chemin_de_la_paix_le_Forum_mondial_des_villes_et_territoires_de_paixhttp://www.fides.org/fr/news/70591-VATICAN_Le_respect_de_la_dignite_humaine_chemin_de_la_paix_le_Forum_mondial_des_villes_et_territoires_de_paixCité du Vatican - Construire un nouvel agenda de coexistence en combattant la pauvreté, l'exclusion sociale et les inégalités et en promouvant les services et les droits dans les villes et les territoires. Impliquer des réalités territoriales étendues et leurs protagonistes : administrateurs, associations, universités, entités privées, écoles, partageant des expériences, faisant des recherches, dialoguant. Tel est l'objectif du "Forum mondial des villes et territoires de paix", qui en est à sa troisième édition. Après un marathon de quatre ans et deux événements internationaux impliquant des centaines de villes et de territoires dans le monde, en raison de Covid-19, la troisième édition a été reprogrammée - avec de nombreuses réunions sous forme virtuelle - dans la période de deux ans 2020-2021. <br />Après avoir été présenté dans d'autres pays du monde, aujourd'hui, 30 juillet 2021, avec un webinaire à 15 heures , le Forum est présenté au Vatican lors d'une conférence virtuelle intitulée "Accès aux droits et respect de la dignité humaine", co-organisée par l'Atlas des guerres et conflits dans le monde, l'antenne italienne du Forum. Parmi les participants figuraient des représentants du Forum, des membres d'organismes et d'organisations internationales et des représentants de l'Église catholique : Pablo Vázquez Camacho Subsecretario de Participación Ciudadana y Prevención del Delito ; Anna Barrero Asociación Española de Investigación para la Paz ; Raffaele Crocco ; Fr. Xavier Jeyaraj SJ - Directeur "Secrétariat jésuite pour la justice sociale et l'écologie" ; Andrea Ferrari président Enti locali per la pace ; Fr Dinh Anh Nhue Nguyen, OFMConv, Secrétaire général de l'Union Pontificale Missionnaire et Directeur du Centre International d'Animation Missionnaire . L'objectif du webinaire est d'identifier les points de contact, d'harmonie et de coopération entre les thèmes au centre de la réflexion du Forum et le Magistère du Pape François, notamment à partir des encycliques "Laudato si'" et "Fratelli tutti".<br />Le "Forum mondial des villes et territoires de paix", est un réseau mondial, non confessionnel, lancé en 2017 avec la participation de plus de 100 villes dans le monde . Il comprend également des représentants d'institutions internationales, de gouvernements nationaux, régionaux et locaux, d'organisations de la société civile, d'universités, d'entreprises et d'écoles : tous unis dans l'objectif de construire la coexistence, la paix et la dignité humaine dans les villes et les territoires. <br />Le Forum est un processus de réflexion et de plaidoyer global, collectif et ascendant qui, à travers des réseaux, des actions d'échange, des programmes éducatifs ou des campagnes dans différentes parties du monde, vise à promouvoir des politiques publiques, des programmes et des initiatives citoyennes qui contribuent à construire une véritable éducation à la paix, à la dignité humaine, au développement authentique et inclusif, en commençant par les jeunes.<br />En 2018, le Forum a reçu un message du Saint-Père, le Pape François, exhortant les acteurs du réseau à "promouvoir la construction du tissu social, aujourd'hui si fragmenté par l'égoïsme, l'injustice et l'agression" et encourageant les territoires à promouvoir "les membres les plus fragiles, les marginalisés, les laissés-pour-compte, afin qu'ils aient la possibilité de se sentir chez eux au sein d'une communauté qui accueille, intègre, soutient et encourage la reconnaissance de l'autre dans sa richesse et sa diversité".<br />Le Forum vise à partager des choix, des expériences, des processus pour rendre les villes et les établissements humains inclusifs, sûrs, résilients et durables. Le Forum agit au nom d'une conception positive de la paix qui "doit être comprise non seulement comme l'absence de conflit armé, mais aussi comme la présence de la justice sociale, du développement durable, de l'exercice démocratique de la citoyenneté, du respect des droits de l'homme au sein des États et entre eux". <br/><strong>Link correlati</strong> :<a href="https://www.facebook.com/atlanteguerre/?ref=bookmarks https://www.ciudadesdepaz.com/">Suivez le webinaire sur la page Facebook de l'Atlas des guerres. Le site web du Forum mondial des villes et territoires de paix</a>Fri, 30 Jul 2021 17:43:37 +0200OCÉANIE/PAPOUASIE-NOUVELLE-GUINÉE - Rêver grand : l'Église catholique, un partenaire stratégique pour la ville et le pays tout entierhttp://www.fides.org/fr/news/70584-OCEANIE_PAPOUASIE_NOUVELLE_GUINEE_Rever_grand_l_Eglise_catholique_un_partenaire_strategique_pour_la_ville_et_le_pays_tout_entierhttp://www.fides.org/fr/news/70584-OCEANIE_PAPOUASIE_NOUVELLE_GUINEE_Rever_grand_l_Eglise_catholique_un_partenaire_strategique_pour_la_ville_et_le_pays_tout_entierPort Moresby - Au fil des ans, les sœurs salésiennes FMA ont rêvé et planifié de créer leur propre école technique pour les femmes. Le jour tant attendu est enfin arrivé. La campagne "Dream Big for the ladies", présentée le 15 mai 2021, a ouvert la voie le lundi 26 juillet au nouvel Institut technique Marie Auxiliatrice . <br />Nous sommes profondément honorées de votre visite", a déclaré Sœur Juliet De Leon, missionnaire des Filles de Marie Auxiliatrice , animatrice du projet "Dream Big for the ladies", s'adressant à l'honorable Justin Tkatchenko et au gouverneur Powes Parkop pour leur soutien. "Votre présence et votre soutien confirment votre dévouement continu à l'éducation, à l'offre de plus d'opportunités pour les jeunes de Papouasie-Nouvelle-Guinée afin qu'ils deviennent des membres productifs de leurs familles et de leurs communautés, tout en soulignant votre intérêt pour l'autonomisation des femmes dans notre société."<br />"Il s'agit d'une grande initiative de l'Église catholique au profit de nos femmes et de nos jeunes filles et au nom de la ville, je suis très heureux de la soutenir sans hésitation", a déclaré le gouverneur Parkop, selon la note envoyée à l'Agence Fides. "Sans le soutien de l'Église catholique, le gouvernement ne serait pas en mesure d'atteindre les jeunes, l'Église est un partenaire stratégique pour la ville et le pays." Pour les FMA et la Famille salésienne, il n'y a pas de plus grand rêve que d'éduquer les jeunes, car éduquer signifie évangéliser. <br />"Précisément en ces temps difficiles de pandémie, la collaboration de tous est nécessaire pour améliorer les conditions précaires de tant de garçons et de filles à travers l'éducation, en particulier, l'éducation technique et professionnelle, en construisant plus d'ateliers grâce aux conseils des sœurs salésiennes et de leurs collaborateurs laïcs dans la mission", a déclaré le père Gregorio Bicomong, Supérieur Provincial des salésiens, SDB, qui a loué les efforts des FMA pour lancer l'institut pour les jeunes femmes marginalisées et à risque l'année prochaine 2022. "L'Institut technique Marie Auxiliatrice est un véritable jalon dans l'histoire du développement spirituel, humain, intellectuel ou intégral des jeunes femmes en PNG." <br />M. Tkatchenko a également exprimé ses remerciements aux sœurs, déclarant : "L'Église catholique a tant investi en PNG, en temps, en efforts et en énergie, sans crainte. La Parole de Dieu vous guide pour le bien de notre peuple et l'Institut Technique Marie Auxiliatrice est une de ces réalités particulières". Thu, 29 Jul 2021 13:59:07 +0200AMÉRIQUE/HONDURAS - Les Évêques : "Les 'Zede' sont en violation ouverte de la Constitution et au détriment de notre ordre territorial"http://www.fides.org/fr/news/70583-AMERIQUE_HONDURAS_Les_Eveques_Les_Zede_sont_en_violation_ouverte_de_la_Constitution_et_au_detriment_de_notre_ordre_territorialhttp://www.fides.org/fr/news/70583-AMERIQUE_HONDURAS_Les_Eveques_Les_Zede_sont_en_violation_ouverte_de_la_Constitution_et_au_detriment_de_notre_ordre_territorialTegucigalpa - " La Conférence Episcopale exprime sa solidarité et s'associe aux déclarations des frères Évêques dans leurs diocèses, qui ont repris à leur compte les protestations de la société civile, exigeant la non continuation des Zones d'Emploi et de Développement Economique , car elles ont été créées en violation ouverte de la Constitution de la République et au détriment de notre ordre territorial. C'est ce qu'ont déclaré les Évêques honduriens dans un message adressé au peuple de Dieu à l'issue de la réunion extraordinaire de la Conférence épiscopale, dans lequel ils ont "réfléchi à la réalité de notre pays et à la manière dont nos autorités gouvernent". <br />Le projet de création de "Zedes" touche plusieurs régions du Honduras, dans le but de développer l'économie de la zone. Mais selon des experts autorisés, en plus d'être anticonstitutionnel, le projet transformerait la vie politique et sociale de la région, affectant la souveraineté nationale, créant "un État dans un autre État", où le territoire autonome serait géré par un secrétaire technique nommé par le président du Honduras .<br />Dans le message de la Conférence épiscopale, reçu par Fides, les Évêques expriment leur préoccupation pour "l'incertitude douloureuse, la peur, l'indignation et l'irritation que la réalité suscite chez les bons Honduriens, aux sentiments nobles et laborieux, qui voient leur avenir et celui de leurs enfants sans espoir", ainsi que pour le fait que "le gouvernement n'écoute pas ou ne prête pas attention aux déclarations, justes et fondées, de nombreuses institutions importantes du pays. Le gouvernement n'écoute pas et ne prête pas attention aux déclarations justes et fondées de nombreuses institutions parmi les plus importantes du pays", ainsi que "l'insensibilité et l'indolence des autorités compétentes et de la majorité des politiciens de notre pays face à ceux qui réclament la justice et le respect des droits fondamentaux comme la défense de la souveraineté et de l'intégrité de notre pays". <br />Les Évêques ont poursuivi en critiquant l'attitude du Congrès à ce stade - "Comme il est facile de se laver les mains d'un problème de cette ampleur, un problème qu'ils ont eux-mêmes causé !" - et ils ont appelé les membres du Congrès à démontrer "qu'ils se soucient du bien commun et ne cherchent pas à sauvegarder des intérêts personnels et égoïstes". Ils ont ensuite exhorté la Cour suprême de justice "à ne pas se prêter au jeu politique du Congrès national et à conserver son indépendance en ne se pliant pas à des intérêts contraires au bien de la République". Dans un environnement confus et obscurci, tel que celui dans lequel nous vivons actuellement en tant que pays, il est de la plus haute importance d'évoquer la séparation et l'indépendance nécessaires des pouvoirs de la Nation."<br />"Ce projet nous apportera-t-il vraiment les avantages promis ?" demandent les Évêques, notant la promotion insistante dans les médias du Zedes comme la panacée pour tous les maux du Honduras. "Si les Zedes produisent le développement qu'ils prétendent, pourquoi ne l'ont-ils pas déjà fait ?". Le message réitère donc clairement : "Les Évêques ne sont pas contre le développement du Honduras, nous y sommes favorables, mais pas de cette manière. Pour cette raison, nous ne soutenons pas la création des Fides. Nous soutenons l'appel d'inconstitutionnalité présenté par l'Université nationale autonome du Honduras... devant la Cour suprême de justice , demandant que l'article 34 de la loi Zede soit déclaré inapplicable". <br />Lorsque le bien de la population et le bien-être de chaque famille hondurienne sont en jeu, "il ne s'agit pas de savoir qui a le plus de force politique", car "nous faisons partie d'une grande famille et d'un beau pays", poursuit le message, soulignant que "nous sommes tous dans le même bateau, si l'un gagne, nous gagnons tous, si l'un perd, nous perdons tous". C'est pourquoi ils appellent à ne pas devenir "des spectateurs passifs de la spoliation et de la décomposition irréversible de notre pays".<br />La création des Zedes, notent-ils, "est la manière la plus triste et la plus ironique de célébrer le bicentenaire de l'indépendance, en construisant des "villes exclusives et privilégiées" face à une population vivant dans la pauvreté". En plus d'être anticonstitutionnels, les Zedes violent également le premier chiffre de l'Acte d'indépendance de 1823. Aujourd'hui plus que jamais, conclut le message, le Honduras a besoin de tous et attend l'engagement de tous pour construire une nation plus digne et plus prospère ; une nation où les gens se battent au coude à coude, où le bien de l'un devient le bien-être de tous, où le bonheur de l'un est une source de joie pour tous." <br />Thu, 29 Jul 2021 13:56:21 +0200AFRIQUE/MOZAMBIQUE - Crise à Cabo Delgado : "La route militaire est dangereuse et nous ne savons pas comment elle se terminera", préviennent les ONG catholiqueshttp://www.fides.org/fr/news/70585-AFRIQUE_MOZAMBIQUE_Crise_a_Cabo_Delgado_La_route_militaire_est_dangereuse_et_nous_ne_savons_pas_comment_elle_se_terminera_previennent_les_ONG_catholiqueshttp://www.fides.org/fr/news/70585-AFRIQUE_MOZAMBIQUE_Crise_a_Cabo_Delgado_La_route_militaire_est_dangereuse_et_nous_ne_savons_pas_comment_elle_se_terminera_previennent_les_ONG_catholiquesMaputo - " Les solutions militaires sont toujours coûteuses et extrêmement destructrices ", avertissent les participants à un séminaire virtuel d'experts et d'opérateurs de diverses organisations catholiques, consacré à la crise de Cabo Delgado, la région nord du Mozambique ravagée par les violences commises par les groupes djihadistes qui se font appeler État islamique.<br />Organisé par le Bureau de liaison parlementaire catholique de la Conférence des Évêques catholiques d'Afrique australe et l'Institut Denis Hurley pour la paix , le webinaire a été suivi par une cinquantaine de représentants d'organisations telles que Misereor, l'organisation des Évêques catholiques allemands pour la coopération au développement, Catholic Relief Services , Aid to the Church in Need et Jesuit Refugee Service . <br />"Un examen des budgets de l'État mozambicain montre que l'allocation pour les offensives militaires a un impact énorme sur ce que le pays dépense pour l'approvisionnement en eau, la santé et l'assistance sociale. L'allocation militaire est actuellement trois fois plus élevée que l'allocation pour ces trois autres postes", a déclaré Bernhard Weimer, un expert qui suit la crise mozambicaine depuis longtemps.<br />Le gouvernement de Maputo a choisi l'option militaire après avoir reçu le soutien des États membres de la SADC . Le premier pays de la SADC à envoyer ses troupes est le Botswana, dont les soldats rejoindront les 1 000 soldats arrivés au Mozambique au début du mois en provenance du Rwanda, qui n'est pas membre de la SADC. Les troupes rwandaises ont indiqué qu'elles étaient déjà entrées en action et avaient tué 30 insurgés la semaine dernière. L'Afrique du Sud a annoncé qu'elle envoyait environ 1 500 soldats, dont plusieurs membres des forces spéciales. <br />La mission de la SADC au Mozambique sera dirigée par le général sud-africain Xolani Mankayi, qui se trouve au Mozambique dans le cadre d'un déploiement anticipé. Des militaires sont attendus d'autres pays membres de la SADC, dont la Tanzanie et l'Angola. La SADC a approuvé un budget de 12 millions de dollars pour le déploiement de la mission de la force en attente au Mozambique. Au début de l'année, les experts militaires du groupe ont recommandé que la SADC envoie environ 3 000 soldats avec des armes, des hélicoptères, des avions et des navires de guerre.<br />L'administrateur apostolique du diocèse de Pemba, Mgr António Juliasse Sandramo, a exprimé ses réserves quant à la militarisation croissante de Cabo Delgado, soulignant que la province "est entrée dans un nouveau cycle de violence, inauguré par l'entrée de forces étrangères pour soutenir les forces de défense et de sécurité du Mozambique dans la gestion de cette situation". Nous ne voyons que le début de ce cycle, mais nous ne savons pas quel en sera le cours ni même la fin.<br />Pendant ce temps, la situation humanitaire dans la province s'aggrave : selon le Programme alimentaire mondial, près d'un million de personnes ont besoin d'une aide alimentaire en raison du conflit. Thu, 29 Jul 2021 13:51:10 +0200AFRIQUE/BENIN - Nomination du Recteur du Séminaire philosophique interrégional "Saint Paul" de Djiméhttp://www.fides.org/fr/news/70586-AFRIQUE_BENIN_Nomination_du_Recteur_du_Seminaire_philosophique_interregional_Saint_Paul_de_Djimehttp://www.fides.org/fr/news/70586-AFRIQUE_BENIN_Nomination_du_Recteur_du_Seminaire_philosophique_interregional_Saint_Paul_de_DjimeCité du Vatican - Le Card. Luis Antonio G. Tagle, Préfet de la Congrégation pour l’Évangélisation des Peuples, a nommé le 20 avril 2021 Recteur du Séminaire philosophique interrégional "St Paul" de Djimé, dans le diocèse d'Abomey, le Révérend Roger Anoumou, du Clergé diocésain de Lokossa.<br />Le nouveau recteur est né le 30 juillet 1972 et a été ordonné prêtre le 27 décembre 2003. Il est titulaire d'un doctorat en psychologie et en éducation de l'Université pontificale salésienne de Rome. Pendant ses études en Italie, il a été curé de paroisse pendant 4 ans, dans le diocèse de Cesena-Sarsina. En 2017, il est retourné au Bénin, où il est formateur et enseignant en psychologie, tout en exerçant un ministère pastoral dans la paroisse. Thu, 29 Jul 2021 13:47:16 +0200ASIE/INDE - Nomination du Recteur du Séminaire régional "St Joseph" à Allahabadhttp://www.fides.org/fr/news/70587-ASIE_INDE_Nomination_du_Recteur_du_Seminaire_regional_St_Joseph_a_Allahabadhttp://www.fides.org/fr/news/70587-ASIE_INDE_Nomination_du_Recteur_du_Seminaire_regional_St_Joseph_a_AllahabadCité du Vatican - Le Cardinal Luis Antonio G. Tagle, Préfet de la Congrégation pour l'Évangélisation des Peuples, a nommé le 3 mai 2021 Recteur du Séminaire régional "St Joseph" du diocèse d'Allahabad, le Révérend Wilfred Moras, du clergé diocésain de Lucknow.<br />Le nouveau recteur est né le 13 février 1969 et a été ordonné prêtre le 27 avril 1997. Il a exercé les ministères suivants : Professeur au petit séminaire ; Secrétaire de l’Évêque ; Directeur adjoint d'une école ; Directeur de deux écoles ; Professeur au séminaire Saint-Joseph ; Directeur du centre pastoral régional depuis 2017. <br />Thu, 29 Jul 2021 13:45:47 +0200