Dépêches de Fides en Françaishttp://www.fides.org/Les Dépêches de l'Agence Fidesen-usAFRIQUE/EGYPTE - Offrandes de musulmans en vue de la construction d’une église en province d’Al Manufiyyahttp://www.fides.org/fr/news/39973-AFRIQUE_EGYPTE_Offrandes_de_musulmans_en_vue_de_la_construction_d_une_eglise_en_province_d_Al_Manufiyyahttp://www.fides.org/fr/news/39973-AFRIQUE_EGYPTE_Offrandes_de_musulmans_en_vue_de_la_construction_d_une_eglise_en_province_d_Al_ManufiyyaShibin El Kom – Au sein du gouvernorat d’Al Manufiyya, au nord du Caire, dans la région du Delta du Nil, une église copte sera construite également grâce aux offrandes financières provenant de musulmans. C’est ce qu’indiquent des sources coptes consultées par l’Agence Fides. L’église est intitulée à la Très Sainte Vierge Marie et la solidarité concrète manifestée par des croyants musulmans est considérée également comme un fruit de la vague de commotion enregistrée dans le pays face aux massacres de coptes perpétrés en Libye par des djihadistes se réclamant du prétendu « Etat islamique ».<br />Lorsque l’Evêque copte orthodoxe Benyamin a ouvert la collecte destinée à l’église, la suggestion d’un certain nombre de représentants islamiques faisant autorité dans la zone d’offrir une contribution a été prise au sérieux, surtout par les jeunes, qui ont versé leurs petites économies en vue de la construction de l’église.<br />La participation des musulmans à la collecte de fonds pour la construction d’une église copte orthodoxe a pris forme à l’instigation des représentants locaux de la Maison de la Famille égyptienne, l’organisme de liaison – dont la présidence revient alternativement au grand imam d’al-Azhar et au Patriarche copte orthodoxe – créé voici quelques années comme instrument pour prévenir et mitiger les contrastes sectaires, à un moment où une nouvelles vague de sectarisme fondamentalisme semblait devoir mettre en danger l’unité nationale elle-même. L’Evêque Benyamin a souligné que l’initiative développée au sein du gouvernorat représente un message adressé à tout le monde alors que des analystes et des commentateurs ont souhaité que des initiatives semblables se répètent également dans d’autres zones du pays.<br />Le gouvernorat d’Al Manufiyya est également connu pour être la région d’origine des Présidents égyptiens Anwar al Sadat et Hosni Moubarak, contraint à démissionner par les révoltes de février 2011. Mon, 27 Apr 2015 00:00:00 +0200ASIE/ISRAEL - Commémoration de « l’extermination de masse » des Arméniens de la part du Président israélien mais sans avoir recours au terme de génocidehttp://www.fides.org/fr/news/39972-ASIE_ISRAEL_Commemoration_de_l_extermination_de_masse_des_Armeniens_de_la_part_du_President_israelien_mais_sans_avoir_recours_au_terme_de_genocidehttp://www.fides.org/fr/news/39972-ASIE_ISRAEL_Commemoration_de_l_extermination_de_masse_des_Armeniens_de_la_part_du_President_israelien_mais_sans_avoir_recours_au_terme_de_genocideJérusalem – Le Président israélien Reuven Rivlin a accueilli en la résidence présidentielle de Jérusalem un événement commémoratif du centenaire des exterminations planifiées des arméniens intervenues en Anatolie. Au cours de la cérémonie, qui s’est déroulée le Dimanche 26 avril et a vu la participation de représentants de la communauté arménienne locale, le Président Rivlin a rappelé que le peuple arménien fut « la première victime des exterminations de masse modernes » mais a évité d’utiliser le mot génocide pour indiquer les massacres dans le cadre desquels moururent plus de 1,5 millions de personnes. C’est ce qu’indiquent des sources arméniennes telles que le site Internet Armenpress.<br />Le choix des mots de la part du Président Rivlin intervient à la fin de semaines d’indiscrétions et de commentaires au cours desquelles de nombreux analystes avaient formulé l’hypothèse d’une prise de position présidentielle en faveur de la reconnaissance du génocide arménien.<br />« En 1915, lorsque les membres de la nation arménienne étaient massacrés – a déclaré entre autre le Chef de l’Etat israélien – les résidents de Jérusalem, mes parents et les membres de ma famille, virent les réfugiés arméniens arriver par milliers. Ils trouvèrent refuge à Jérusalem et vous continuez à vivre ici aujourd’hui. Personne a Jérusalem n’a jamais nié le massacre qui a eu lieu ». Maintenant que « la vipère fondamentaliste lève de nouveaux sa tête repoussante – a averti le Président Rivlin – nous devons rappeler que le mal n’est pas une propriété exclusive d’une seule religion tout comme il n’est pas l’attribut exclusif d’un seul pays ou groupe ethnique ». Mon, 27 Apr 2015 00:00:00 +0200AFRIQUE/RD CONGO - Installation de la Commission pour les Droits fondamentaux et poursuite de la répression contre les opposantshttp://www.fides.org/fr/news/39971-AFRIQUE_RD_CONGO_Installation_de_la_Commission_pour_les_Droits_fondamentaux_et_poursuite_de_la_repression_contre_les_opposantshttp://www.fides.org/fr/news/39971-AFRIQUE_RD_CONGO_Installation_de_la_Commission_pour_les_Droits_fondamentaux_et_poursuite_de_la_repression_contre_les_opposantsKinshasa – « A Kinshasa, une trentaine d’activistes engagés en faveur de la démocratie ont été arrêtés après avoir participé à un séminaire portant sur le respect des principes constitutionnels, le bon gouvernement et la participation active au processus électoral. Après plus d’un mois, trois d’entre eux demeurent encore détenus illégalement dans les cellules des services de renseignement sans que leur ait été notifié un chef d’inculpation, sans qu’ils puissent recevoir de visites ni de la part de leurs avocats ni moins encore de leurs familles et amis ». C’est ce que rappelle une note envoyée à l’Agence Fides par le Réseau Paix pour le Congo. Les jeunes, selon le porte-parole du gouvernement, pourraient être accusés d’incitation à la violence, d’entraînement à des méthodes violentes, d’attentat contre la sécurité nationale, d’incitation à la révolte et de trouble au processus démocratique et électoral.<br />D’autres jeunes, qui demandaient la libération immédiate et sans condition de leurs collègues de Kinshasa, ont été arrêtés à Goma.<br />Ainsi que le remarque la note, ces faits sont en contradiction avec la création de la Commission nationale des Droits fondamentaux, avec la prestation de serment des neuf membres de la Cour constitutionnelle, nommés en juillet 2014, devant le Chef de l’Etat et les deux chambres du Parlement réunies en Congrès, et avec le projet de loi sur la liberté de manifestation publique actuellement en cours de discussion. Le trouble demeure grand en ce qui concerne la fosse commune contenant 425 corps, découverte au cimetière de Maluku, à plus de 120 Km à l’est de Kinshasa. Malgré les propos rassurants du gouvernement, qui parle de sépulture collective concernant notamment 300 enfants mort-nés, la population soupçonne qu’il s’agisse des corps de personnes tuées à Kinshasa durant les manifestations contre la révision de la loi électorale alors en discussion au Parlement les 19, 20 et 21 janvier. La manifestation avait été violemment réprimée par la police et la Garde républicaine. Depuis lors, certaines personnes ont été portées disparues. Mon, 27 Apr 2015 00:00:00 +0200ASIE/NEPAL - Prière et aide aux victimes de la part de l’Eglisehttp://www.fides.org/fr/news/39970-ASIE_NEPAL_Priere_et_aide_aux_victimes_de_la_part_de_l_Eglisehttp://www.fides.org/fr/news/39970-ASIE_NEPAL_Priere_et_aide_aux_victimes_de_la_part_de_l_EgliseKatmandu – Une Messe de suffrage pour les victimes du séisme a été célébrée ce matin par le Vicaire apostolique du Népal, S.Exc. Mgr Paul Simick. Ainsi que cela a été indiqué à Fides, l’Evêque a prié pour les victimes et invité les fidèles népalais à « un effort de réconfort et de solidarité, pour montrer la miséricorde aimante du Père ».<br />« La petite Eglise népalaise compte également sur les aides internationales, vue la tragédie qui a frappé le pays », remarque dans le cadre d’un entretien accordé à l’Agence Fides le Père Pius Perumana, Directeur de la Caritas Népal, en racontant l’engagement de l’organisation après le violent séisme de magnitude 7,9 qui a dévasté Katmandu samedi dernier, 25 avril.<br />« Le bilan des victimes continue à augmenter constamment » note-t-il. « Nous sommes à plus de 3.000 morts mais les estimations, tenant compte des districts touchés, pourraient arriver à 6.000 personnes. De nombreux corps se trouvent encore sous les décombres et l’armée ainsi que les équipes de la protection civile sont pleinement impliquées dans les opérations de secours. On calcule qu’il y a déjà 5.000 blessés et des milliers d’évacués et de sans abri » poursuit le Père Perumana.<br />« Nous avons rendu visite aux lieux touchés. En ce moment, la Caritas, qui a déjà lancé un appel international, s’est mobilisée pour apporter des premiers secours aux survivants, tels que des tentes, de la nourriture et de l’eau. Notre devoir est également d’encourager les personnes » remarque le prêtre.<br />Le Directeur de la Caritas poursuit : « Les estimations concernant les victimes et les personnes touchées sont encore incertaines attendu que nombre de zones reculées, touchées par le séisme, ne sont pas atteignables. Nous sommes encore en pleine urgence » déclare-t-il en ajoutant : « Je voudrais faire remarquer que le séisme a eu lieu de jour et au cours d’une festivité, surprenant donc de nombreuses personnes en plein air. Cela a évité un nombre encore plus grand de victimes ». Toutefois, selon l’UNICEF, plus de 900.000 enfants népalais ont un besoin urgent d’assistance humanitaire.<br />De nombreux temples hindous et monastères bouddhistes ont été endommagés. A Katmandu, une église protestante s’est effondrée, tuant environ 70 fidèles présents à l’intérieur. Comme cela a été indiqué à Fides, les églises, les écoles et les structures catholiques n’ont pas subi de graves dommages. Mon, 27 Apr 2015 00:00:00 +0200ASIE/NEPAL - Mesures d’urgence en faveur de la population handicapée touchée par le séismehttp://www.fides.org/fr/news/39969-ASIE_NEPAL_Mesures_d_urgence_en_faveur_de_la_population_handicapee_touchee_par_le_seismehttp://www.fides.org/fr/news/39969-ASIE_NEPAL_Mesures_d_urgence_en_faveur_de_la_population_handicapee_touchee_par_le_seismeKatmandu – Le séisme a porté la destruction et la mort parmi la population du Népal et, en ces heures d’incertitude, il existe une donnée alarmante, à savoir le fait que le taux de mortalité des personnes handicapées est le double de celui du reste de la population au cours des catastrophes naturelles. C’est ce que vient de communiquer CBM Italie, organisation sans but lucratif, à l’Agence Fides. « Etre handicapé dans un pays en voie de développement signifie ne pas avoir d’avenir. Essayez de penser à combien peut être dévastateur l’effet d’un séisme dans la vie d’un enfant aveugle ou handicapé. Le chaos et la terreur provoqués par une urgence naturelle rend encore plus dramatiques les conditions de vie d’un handicapé » a déclaré Massimo Maggio, Directeur de CBM Italie.<br />Les handicapés sont les plus exposés aux risques les plus dramatiques au cours des situations d’urgence et des catastrophes naturelles. Ils ont des difficultés à se mettre à l’abri parce que la plupart des structures de premiers secours ne leur sont pas accessibles. Ils risquent d’être exclus de la chaîne des aides humanitaires et des réponses d’urgence traditionnelles : nourriture, eau potable et services sanitaires. CBM est active au Népal depuis plus de 30 ans au travers de 9 projets sur l’ensemble du territoire : 2 cliniques ophtalmologiques, des programmes de soin et de prévention des handicaps auditifs et des programmes de réhabilitation sur base communautaire. En ce moment, elle s’est jointe aux secours pour évaluer les dommages et déterminer les besoins des personnes touchées. Sur la base des informations recueillies jusqu’à ce jour, pour le moment, l’est du pays n’a pas été touché. Mon, 27 Apr 2015 00:00:00 +0200AFRIQUE/BURUNDI - Contestations à propos de l'éventualité d'un troisième mandat présidentiel au Président sortanthttp://www.fides.org/fr/news/39968-AFRIQUE_BURUNDI_Contestations_a_propos_de_l_eventualite_d_un_troisieme_mandat_presidentiel_au_President_sortanthttp://www.fides.org/fr/news/39968-AFRIQUE_BURUNDI_Contestations_a_propos_de_l_eventualite_d_un_troisieme_mandat_presidentiel_au_President_sortantBujumbura – « L’armée empêche actuellement à la police de lancer des lacrymogènes contre les manifestants » indiquent à l’Agence Fides des sources locales depuis la capitale du Burundi, Bujumbura, où, depuis hier, des manifestations se suivent contre la candidature du Président sortant, Pierre Nkurunziza, aux élections de juin, en violation de la Constitution qui prévoyait seulement la possibilité de deux mandats présidentiels.<br />« A ce que nous sommes parvenus à voir, les manifestants sont environ 15.000 » indiquent les sources de Fides qui demandent à conserver l’anonymat pour raisons de sécurité. « Les écoles et l’université sont fermées tout comme les magasins du centre, qui est de facto une zone morte. Les manifestations sont concentrées dans les quartiers périphériques. Dans un quartier, il y a 2.000 personnes, dans un autre 3.000 ».<br />« La police ne parvient pas à contenir les manifestations » déclarent nos sources, selon lesquelles, hier, cinq personnes ont trouvé la mort dans des affrontements avec la police.<br />Le fait que les militaires se soient de fait rangés avec les manifestants, en empêchant à la police de faire usage de lacrymogènes, est interprété comme suit par nos sources : « La majorité de l’armée est contraire au troisième mandat parce que cela va à l’encontre de la Constitution issue des accords d’Arusha, qui ont mis fin à la guerre civile ». Les Evêques burundais s’étaient, eux aussi, déclarés contraires à un éventuel troisième mandat du Président Nkurunziza . Mon, 27 Apr 2015 00:00:00 +0200AMERIQUE/GUATEMALA - Commémoration de la figure de Mgr Juan Gerardi, promoteur d’un Guatemala différenthttp://www.fides.org/fr/news/39967-AMERIQUE_GUATEMALA_Commemoration_de_la_figure_de_Mgr_Juan_Gerardi_promoteur_d_un_Guatemala_differenthttp://www.fides.org/fr/news/39967-AMERIQUE_GUATEMALA_Commemoration_de_la_figure_de_Mgr_Juan_Gerardi_promoteur_d_un_Guatemala_differentGuatemala – « Il est très important de se souvenir de Mgr Gerardi et de suivre son exemple » a déclaré Nohemi Bac, 25 ans, originaire du département indigène d’Alta Verapaz, au cours d’une célébration qui s’est tenue hier, en la Cathédrale métropolitaine, au centre de la capitale guatémaltèque, pour commémorer la mort violente de Mgr Gerardi. La note, envoyée à Fides par une source locale, indique que des centaines de fidèles catholiques et d’activistes des droits fondamentaux ont commémoré hier, Dimanche 26 avril, le 17ème anniversaire de l’assassinat de l’Evêque auxiliaire de Guatemala, S.Exc. Mgr Juan Gerardi Conedera, tué deux jours après avoir dénoncé les atrocités commises à l’égard de la population durant la guerre civile.<br />Mgr Gerardi, responsable du Bureau des Droits fondamentaux de l’Archevêché, avait lancé un projet de « récupération de la mémoire historique » , recueillant des témoignages et de la documentation pour parvenir à la vérité concernant les crimes commis durant la guerre civile de 36 ans, qui tua environ 205.000 guatémaltèques, sachant que 45.000 autres étaient portés disparus. 90% des crimes en question, selon le rapport, avaient été commis par les forces militaires ou d’autre type entre 1960 et 1996, neuf victimes sur dix étant des civils désarmés ou des indigènes .<br />Au cours de la commémoration de Mgr Gerardi, un groupe d’enfants et de jeunes a porté devant le maître-autel de la Cathédrale les volumes du rapport, des fleurs et de petites croix de bois avec des photographies de l’Evêque. « Nous ne pouvons pas laisser dans les oubliettes la figure de Mgr Gerardi, figure et l’exemple de celui qui a combattu pour un Guatemala différent, bien que de nombreuses années aient passé » a déclaré durant le rite l’Archevêque métropolitain, S.Exc. Mgr Oscar Vian. Selon un rapport des Nations unies, le Guatemala a vécu une guerre civile de 36 ans ayant fait 200.000 victimes – morts et disparus. Mon, 27 Apr 2015 00:00:00 +0200AMERIQUE/PARAGUAY - Populations indigènes en conditions de pauvreté mais riches de leurs traditionshttp://www.fides.org/fr/news/39966-AMERIQUE_PARAGUAY_Populations_indigenes_en_conditions_de_pauvrete_mais_riches_de_leurs_traditionshttp://www.fides.org/fr/news/39966-AMERIQUE_PARAGUAY_Populations_indigenes_en_conditions_de_pauvrete_mais_riches_de_leurs_traditionsAsunción – Les indigènes qui survivent dans des conditions de pauvreté au Paraguay ont perdu la maîtrise de leurs terres ancestrales mais continuent à conserver une identité culturelle forte et l’autodétermination qui les caractérise. C’est ce qu’a déclaré le Père Giuseppe Zanardini, anthropologue de l’Université catholique d’Asunción, à l’occasion de la récente Journée des indigènes américains. « Dans de nombreux cas, les membres originaires des villages ont abandonné la campagne pour se transférer dans les faubourgs des villes, en espérant une vie meilleure. En 500 ans, les indigènes ont été chassés de leurs territoires mais ils continuent à conserver leur langue, les danses, la discipline intérieure, les rituels, les règles d’alimentation », a indiqué le Père Zanardini. Selon les résultats du recensement de 2012, au Paraguay vivent environ 110.000 indigènes répartis en 20 ethnies. Mon, 27 Apr 2015 00:00:00 +0200AMERIQUE/MEXIQUE - Déclarations du Président de la Conférence épiscopale sur la situation actuelle dans le payshttp://www.fides.org/fr/news/39965-AMERIQUE_MEXIQUE_Declarations_du_President_de_la_Conference_episcopale_sur_la_situation_actuelle_dans_le_payshttp://www.fides.org/fr/news/39965-AMERIQUE_MEXIQUE_Declarations_du_President_de_la_Conference_episcopale_sur_la_situation_actuelle_dans_le_paysGuadalajara – Le Président de la Conférence épiscopale mexicaine, S.Em. le Cardinal José Francisco Robles Ortega, Archevêque de Guadalajara , a évoqué, dans un entretien accordé au quotidien local El Pais et envoyé à l’Agence Fides, différents thèmes d’actualité, comme le cas des étudiants tués à Ayotzinapa, les scandales liés à la corruption et le manque de confiance.<br />Au cours de ces deux dernières années, le Mexique a condamné 101 fonctionnaires pour corruption. A ce propos, le Cardinal a indiqué : « Nous continuons à être en crise. Il ne peut exister aucun progrès ou développement sans confiance, et cette dernière doit être réintroduite. Comment ? au travers de la crédibilité. La population doit vérifier que ce qu’ils disent est ensuite réalisé. Les Mexicains veulent voir le bien pour tous et non pas seulement pour quelques-uns. Même le Président a déclaré qu’il perçoit une grande méfiance ».<br />A une question relative aux élections du mois de juin, le Cardinal Robles a répondu : « Nous demandons aux personnes de voter mais avec jugement : il faut connaître le candidat, ce qu’il a fait pour le bien commun… Et une fois connu, il faut voter. L’abstention ne fait pas de bien au pays ».<br />A propos des faits tragiques d’Ayotzinapa et de la criminalité organisée, le Président de la Conférence épiscopale a déclaré considérer que « les facteurs sont multiples dans ces cas. Il existe une perte de valeurs, y compris celle de la vie. Le cadre éthique a été affaibli. Nous vivons dans un climat d’impunité dans lequel la loi est violée et la criminalité organisée impose ses intérêts. Il existe une culture de la violence et de la criminalité ».<br />Au Mexique, actuellement, il est surprenant de voir comment le culte de la « sainte mort » semble voir augmenter le nombre de ses adeptes même si le Cardinal Robles affirme : « Je ne crois pas qu’il soit si répandu que cela. Cependant, il est étroitement lié aux conflits générés par la violence, aux lieux du trafic de drogue. Il s’agit d’une déformation du sens religieux. La mort… est invoquée pour faire du mal et cela n’est pas conforme à la religion. Une solution à tout cela est de prendre en considération ce que propose le Pape : une Eglise en sortie, ouverte, pour aller vers les plus lointains, les blessés, sur la route de la vie. Une Eglise qui va et n’attend pas ». Mon, 27 Apr 2015 00:00:00 +0200EUROPE/FRANCE - Pour le Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, « Pauline-Marie Jaricot, touchée par la foi a été une porteuse de flambeaux »http://www.fides.org/fr/news/39964-EUROPE_FRANCE_Pour_le_Prefet_de_la_Congregation_pour_l_Evangelisation_des_Peuples_Pauline_Marie_Jaricot_touchee_par_la_foi_a_ete_une_porteuse_de_flambeauxhttp://www.fides.org/fr/news/39964-EUROPE_FRANCE_Pour_le_Prefet_de_la_Congregation_pour_l_Evangelisation_des_Peuples_Pauline_Marie_Jaricot_touchee_par_la_foi_a_ete_une_porteuse_de_flambeauxLyon – « Pauline-Marie Jaricot, touchée par la foi, elle a été une porteuse de flambeaux, en aimant constamment transmettre la lumière qu’elle avait reçue et la raviver, en portant toujours sur soi, comme une femme sage, l’huile de la spiritualité profonde qui provenait de l’Eucharistie, en n’oubliant jamais d’en avoir un’ escorte. Et c’est justement dans ce sens que son actualité, hier, aujourd’hui et demain reste intacte ». C’est ce qu’a affirmé S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, au cours de la conférence qu’il a tenu samedi 25 avril dans l’après-midi à Lyon en l’église Saint-Nizier, où repose la dépouille mortelle de Pauline Marie Jaricot , à l’occasion du lancement officiel du nouveau site Internet dédié à la vie et à l’engagement apostolique et missionnaire de la Vénérable lyonnaise .<br />Retraçant le parcours terrestre de Pauline Marie Jaricot, « étoile lumineuse de cette ère de forte évangélisation que fut le XIX° siècle », le Préfet du Dicastère missionnaire a mis en évidence que « l’ « originalité », ou si l’on veut aussi la « génialité », de sa vision ne réside pas seulement dans le renouveau spirituel entamé parmi les laïcs et les ouvrières, mais bien aussi dans le large souffle missionnaire donné à son cœur… Elle n’aimait pas fonder une congrégation religieuse missionnaire, soit féminine ou masculine, autant qu’elle aimait impliquer les laïcs dans l’action évangélisatrice ». C’est pourquoi, a souligné le Cardinal Filoni, « la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples et les Œuvres Pontificales Missionnaires la considèrent, avec Saint François Xavier et Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, comme le troisième élément du trépied sur lequel s’appuie l’œuvre missionnaire : à la fois ad Gentes et interne, ou bien de transformation de l’Eglise, tout à fait comme l’entendait la Vénérable Pauline-Marie Jaricot avec la création de ses six œuvres et qui sont tant semblables au « songe », ou à la « conversion » ecclésiale souhaitée par le Pape François ». Le Cardinal Filoni a exprimé le souhait que « dans un proche avenir, à cette fille de Lyon, à cette fille de l’Eglise, on reconnaisse l’exemplarité du témoignage chrétien et qu’on la place parmi les Bienheureux et les Saints de l’Eglise elle-même ».<br />Dimanche 26 avril, IV° Dimanche de Pâques, S.Em. le Cardinal Filoni a présidé la Messe en la Basilique Notre-Dame de Fourvière, où la Vénérable Pauline-Marie Jaricot, « la dame des Œuvres Missionnaires, l’artisane infatigable de la prière et la victime de la solidarité ouvrière » a-t-il déclaré dans l’homélie. « Elle venait souvent pour manifester à Marie ses propres anxiétés, ses désirs et pour mettre sous Sa protection les projets qui naissaient de son génie féminin et de son cœur ardent et inébranlable ». En effet, « après l’Eucharistie et le Sacré-Cœur de Jésus, son plus grand amour fut Marie ».<br />Se référant ensuite à l’Evangile du jour, dans lequel Jésus se présente comme « le bon pasteur », le Préfet du Dicastère missionnaire a mis en évidence que « dans cette image il y a amour, miséricorde, service, donation, altruisme. Jahvé était le propriétaire du troupeau, Jésus se qualifie comme un bon pasteur qui sacrifie sa vie pour ses brebis que Jahvé lui a confiées ; il n’est pas le mercenaire qui s’enfuit ». Cette mission ne s’est pas épuisée au cours des siècles, en ce qu’Il a affirmé Lui-même que « aucune des brebis que le Père lui a confiées, ne sera laissée hors de l’enclos, hors de la maison ». « Avec de telles expressions – a poursuivi le Cardinal Filoni – il inaugurait la missionnarité, en confiant cette tâche d’abord à ses disciples et puis à l’Eglise tout entière. Le service de Jésus rendu au Père dépasse alors la Palestine, il dépasse tous les temps, et il s’étend au monde entier. Ici se trouve la racine de la missionnarité de l’Eglise, la racine de l’intuition de la Jaricot qui entendait impliquer les laïcs aussi dans la missionnarité ». <br/><strong>Link correlati</strong> :<a href="http://www.fides.org/fra/attachments/view/file/Conf_JARICOT_FR_25042015.docx http://www.fides.org/fra/attachments/view/file/Hom_lie_FR_Lione_26042015.docx">Texte intégral de la conférence de S.Em. le Cardinal Filoni (en français) Texte intégral de l’homélie de S.Em. le Cardinal Filoni (en français)</a>Mon, 27 Apr 2015 00:00:00 +0200ASIE/MYANMAR – Evolution de la situation des membres de la minorité Rohingyahttp://www.fides.org/fr/news/39963-ASIE_MYANMAR_Evolution_de_la_situation_des_membres_de_la_minorite_Rohingyahttp://www.fides.org/fr/news/39963-ASIE_MYANMAR_Evolution_de_la_situation_des_membres_de_la_minorite_RohingyaSittwe – Après l’importante vague de violence qui a bouleversé l’Etat occidental de Rakhine, au Myanmar, en 2012 au travers de l’affrontement entre musulmans et bouddhistes, environs 140.000 Rohingya, groupe ethnique de religion islamique, vivent actuellement dans des camps de réfugiés. Le conflit se poursuit et 10.000 bouddhistes vivent encore dans la situation d’évacués. Le gouvernement a commencé à recueillir les documents d’identité provisoires des Rohingya à Rakhine. Une note diffusée par le Président, Thein Sein, avait déclaré que les documents seraient arrivés à la fin de leur validité à la fin du mois de mars, en vue d’un référendum sur les modifications constitutionnelles. Les autorités estiment que la mesure rentre dans le cadre d’un processus au travers duquel le groupe minoritaire pourra demander formellement la nationalité mais seulement en renonçant à son appartenance ethnique, les Rohingya devant être enregistrés en tant que bengalais. Le gouvernement considère en effet les Rohingya comme des immigrés clandestins du Bangladesh bien que nombre d’entre eux vivent au Myanmar depuis des générations. La fin de validité des documents d’identité provisoires, qui fait des Rohingya des apatrides, les place dans une condition de plus grande précarité. Sat, 25 Apr 2015 00:00:00 +0200ASIE/INDE - Forte incidence du paludisme chez les enfants indigènes des communautés ruraleshttp://www.fides.org/fr/news/39962-ASIE_INDE_Forte_incidence_du_paludisme_chez_les_enfants_indigenes_des_communautes_ruraleshttp://www.fides.org/fr/news/39962-ASIE_INDE_Forte_incidence_du_paludisme_chez_les_enfants_indigenes_des_communautes_ruralesSundargarh – Aujourd’hui 25 avril, est la Journée mondiale contre le Paludisme. Parmi les nombreuses initiatives menées par les organisations humanitaires dans tous les pays où la maladie est endémique, l’ONG catholique Manos Unidas a concentré son programme Apuntes contra la pobreza sur l’Inde, où s’enregistrent 36% des cas de paludisme et où le taux de mortalité est très élevé. En particulier, le programme se concentre sur le district de Sundargarh, en Orissa, où plus de 50% de la population sont d’origine tribale et 9% appartiennent à la caste des intouchables, pauvres, seuls et marginalisés à cause de traditions ancestrales qui déterminent le destin d’une personne dès avant sa naissance.<br />Le paludisme est l’un des problèmes sanitaires qui préoccupe le plus le gouvernement de l’Etat indien de l’Orissa, vue sa forte incidence parmi les enfants indigènes vivant dans les communautés rurales où la pauvreté et l’inadaptation des services sanitaires contribuent à ne pas améliorer la prévalence de maladies telles que le paludisme, le SIDA, la tuberculose ou l’hépatite. L’hôpital de la mission catholique de San Nuagaon a commencé à travailler à Sundargarh en 1952. Le centre sanitaire est un organisme charitable enregistré comme ONG qui assiste la population la plus pauvre et la plus malade, sans distinction de castes, de credo ou de religion.<br />Vue la situation sanitaire de la zone, les responsables du centre sanitaire ont décidé d’organiser une équipe de médecins et d’infirmiers qui effectuent des visites dans 35 centres de santé et 100 écoles et villages, lançant des structures sanitaires au sein desquelles sont effectuées des contrôles médicaux. En outre, les personnels donnent des cours de prévention concernant des maladies comme le paludisme, mais aussi portant sur le contrôle de la propagation du SIDA ou de la tuberculose. Par ailleurs, 100 autres opérateurs sanitaires des villages reçoivent une formation de base en médecine naturelle. Sat, 25 Apr 2015 00:00:00 +0200EUROPE/FRANCE - Inauguration du nouveau site Internet dédié à la figure de Pauline Jaricot de la part du Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peupleshttp://www.fides.org/fr/news/39961-EUROPE_FRANCE_Inauguration_du_nouveau_site_Internet_dedie_a_la_figure_de_Pauline_Jaricot_de_la_part_du_Prefet_de_la_Congregation_pour_l_Evangelisation_des_Peupleshttp://www.fides.org/fr/news/39961-EUROPE_FRANCE_Inauguration_du_nouveau_site_Internet_dedie_a_la_figure_de_Pauline_Jaricot_de_la_part_du_Prefet_de_la_Congregation_pour_l_Evangelisation_des_PeuplesLyon – Au travers d’une conférence dédiée à « Pauline hier, Pauline aujourd’hui… Pauline demain ? », S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, lancera officiellement le nouveau site Internet plurilingue dédié à la figure de Pauline Jaricot, femme lyonnaise qui dédia sa vie à l’évangélisation du monde ouvrier, à la mission, à la prière et au service des pauvres.<br />L’événement aura lieu cet après-midi, 25 avril, à Lyon, en l’église Saint-Nizier, qui fut la Paroisse de Pauline Jaricot et dans laquelle elle est enterrée, sous la présidence de S.Em. le Cardinal Philippe Barbarin, Archevêque de Lyon et Primat des Gaules. Après la conférence du Cardinal Filoni, aura lieu la présentation du nouveau site de la part des « Amis de Pauline Jaricot » et son lancement officiel. Un certain nombre d’informations seront alors fournies à propos de sa cause de béatification avant la célébration des Vêpres.<br />Dimanche 26 avril, IV° Dimanche de Pâques, S.Em. le Cardinal Filoni présidera la Messe en la Basilique Notre-Dame de Fourvière, où Pauline Jaricot se rendait souvent pour prier.<br />Pauline Marie Jaricot naquit et vécut à Lyon. Elle a été déclarée vénérable par le Saint Pape Jean XXIII le 25 février 1963. Parmi ses œuvres importantes, on rappellera la fondation de l’Œuvre pontificale de la Propagation de la Foi et du mouvement du Rosaire vivant .<br />L’Association « Les Amis de Pauline Jaricot » a été fondée en 2010 et rassemble tous les sympathisants qui soutiennent la cause de béatification, dans le but de la faire mieux connaître et de recueillir des témoignages de grâces et de miracles reçus grâce à son intercession. <br/><strong>Link correlati</strong> :<a href="http://paulinejaricot.org">Site Internet de Pauline Jaricot (plurilingue)</a>Sat, 25 Apr 2015 00:00:00 +0200AFRIQUE/KENYA - Pour l’Archevêque de Nairobi, il faut « créer du travail en Afrique pour endiguer l’immigration illégale »http://www.fides.org/fr/news/39960-AFRIQUE_KENYA_Pour_l_Archeveque_de_Nairobi_il_faut_creer_du_travail_en_Afrique_pour_endiguer_l_immigration_illegalehttp://www.fides.org/fr/news/39960-AFRIQUE_KENYA_Pour_l_Archeveque_de_Nairobi_il_faut_creer_du_travail_en_Afrique_pour_endiguer_l_immigration_illegaleNairobi – Il faut créer de nouvelles opportunités d’emploi en Afrique pour endiguer les flux migratoires illégaux en direction de l’Europe. C’est ce qu’a déclaré S.Em. le Cardinal John Njue, Archevêque de Nairobi et Président de la Conférence épiscopale du Kenya durant une conférence de presse à Munich, organisée par Missio Munich. Le Cardinal a rappelé le massacre de Garissa, dans le nord du Kenya, au cours duquel 148 personnes ont été tuées sur la base de leur appartenance religieuse. « Environ la moitié des personnes assassinées étaient des chrétiens » a précisé le Cardinal, qui a en outre souligné que les responsables religieux musulmans du Kenya ont condamné cette attaque.<br />Suite au massacre, commis par les shabaabs somaliens, le gouvernement de Nairobi a décidé de fermer le camp de Dadaab, le plus grand camp de réfugiés au monde , affirmant que les complices des intégristes somaliens se cachaient au sein de la structure. « Officiellement, 350.000 personnes vivent dans le camp situé non loin de la frontière somalo-kenyane » a indiqué le Cardinal Njue. « On soupçonne que la milice islamique se soit infiltrée à Dadaab. Fermer le camp signifie punir les innocents, les mettant en danger en les renvoyant en Somalie ». Le Cardinal a exprimé l’espoir que le camp ne soit pas fermé et a déclaré que l’Eglise négocie actuellement une solution acceptable avec les autorités de Nairobi. Sat, 25 Apr 2015 00:00:00 +0200AFRIQUE/TOGO - Ouverture des urnes dans le cadre des élections présidentielleshttp://www.fides.org/fr/news/39959-AFRIQUE_TOGO_Ouverture_des_urnes_dans_le_cadre_des_elections_presidentielleshttp://www.fides.org/fr/news/39959-AFRIQUE_TOGO_Ouverture_des_urnes_dans_le_cadre_des_elections_presidentiellesLomé – Les bureaux de vote sont ouverts au Togo dans le cadre des élections présidentielles, initialement prévues pour le 15 avril dernier et repoussées au 25 avril après que l’opposition ait dénoncé de graves anomalies sur les listes électorales. 3.509.258 électeurs sont appelés aux urnes dans 8.994 bureaux de vote. Le grand favori semble être le Président sortant, Faure Gnassingbé, qui a succédé à son père, Gnassingbé Eyadéma, en 2005 et a été réélu en 2010. La Constitution a été révisée pour lui permettre de briguer un troisième mandat.<br />Selon des nouvelles parues dans la presse locale, l’Eglise catholique au Togo n’enverra pas d’observateurs électoraux, contrairement à ce qu’elle avait fait au cours des deux scrutins précédents. Sat, 25 Apr 2015 00:00:00 +0200EUROPE/ITALIE - Droit à l’éducation pour tous y compris en réseauhttp://www.fides.org/fr/news/39958-EUROPE_ITALIE_Droit_a_l_education_pour_tous_y_compris_en_reseauhttp://www.fides.org/fr/news/39958-EUROPE_ITALIE_Droit_a_l_education_pour_tous_y_compris_en_reseauRome – Le réseau global de plaidoyer ignacienne pour le droit à l’éducation, vient d’inaugurer le site Internet edujesuit.org, présent également sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter, qui se propose de constituer un espace de travail où les jésuites et leurs collaborateurs, engagés dans la défense et la promotion du droit à l’éducation, peuvent partager des expériences et travailler de manière coordonnée. Selon les informations envoyées à Fides par la Curie des jésuites, le but est de stimuler des actions de conscientisation, des relations de plaidoyer, des formes de dialogue avec les pouvoirs décisionnels etc. dans le domaine éducatif, tels qu’indiqués par les Objectifs de développement soutenable des Nations unies. <br/><strong>Link correlati</strong> :<a href="https://www.youtube.com/watch?v=xcycdP0NPyg.">Vidéo de présentation de l’initiative :</a>Sat, 25 Apr 2015 00:00:00 +0200AMERIQUE/CHILI - Eglise en Corée et au Chili unies dans l’évangélisationhttp://www.fides.org/fr/news/39957-AMERIQUE_CHILI_Eglise_en_Coree_et_au_Chili_unies_dans_l_evangelisationhttp://www.fides.org/fr/news/39957-AMERIQUE_CHILI_Eglise_en_Coree_et_au_Chili_unies_dans_l_evangelisationSantiago – « L’Eglise coréenne et l’Eglise du Chili sont très unies dans leur action d’évangélisation. J’ai eu l’occasion de parler avec des Evêques de Corée. Certains d’entre eux ont déjà des prêtres ici, au sein de la communauté catholique coréenne ». C’est ce qu’a déclaré S.Em. le Cardinal Ricardo Ezzati, Archevêque de Santiago, en commentant la présence de deux jeunes prêtres coréens qui exercent leur activité missionnaire à la périphérie de Santiago.<br />Dans le texte de la Conférence épiscopale chilienne, parvenu à l’Agence Fides, le Cardinal souligne être « compagnon de Cardinalat de S.Em. le Cardinal André Yeom Soo Jung, Archevêque de Séoul, qui a promis d’envoyer chez nous quelque prêtre de cette Eglise dans laquelle le Christianisme émerge avec une grande force et qui, par suite, peut être solidaire avec nous ».<br />Le Père Simon Back est prêtre depuis 12 ans et le Père Pedro Mun depuis 7. Tous deux appartiennent au Diocèse de Suwon, en Corée du Sud. Leur Evêque a visité le Pérou et le Chili voici deux ans environ et, en rencontrant les Evêques chiliens, il promit l’envoi de quelque prêtre afin de soutenir l’engagement pastoral. Le Père Simon Back et le Père Pedro Mun vivent à Santiago désormais depuis environ deux mois et, ces jours derniers, ils ont rencontré le Cardinal Ezzati pour faire le point sur leur expérience. Le Père Back est très intéressé par l’action missionnaire réalisée dans les foires où se trouve la Paroisse alors que le Père Mun a été frappé en voyant dans les rues les personnes touchées par le fléau de la drogue. Tous deux ont été impressionnés de rencontrer des personnes qui, même dans une situation de pauvreté, conservent leur foi intacte. Sat, 25 Apr 2015 00:00:00 +0200ASIE/TURQUIE - Début de la grève de la faim pour demander la reconnaissance du Génocide arménienhttp://www.fides.org/fr/news/39956-ASIE_TURQUIE_Debut_de_la_greve_de_la_faim_pour_demander_la_reconnaissance_du_Genocide_armenienhttp://www.fides.org/fr/news/39956-ASIE_TURQUIE_Debut_de_la_greve_de_la_faim_pour_demander_la_reconnaissance_du_Genocide_armenienIstanbul – Les chrétiens syriens, assyriens et chaldéens de Midyat, dans la province turque de Mardin, ont entamé une grève de la faim dans le but de donner une importance publique au centenaire des massacres qui décimèrent également en 1915, en Anatolie, les communautés chrétiennes syriennes, assyriennes et chaldéennes, outre les communautés arméniennes. De cette manière, les communautés chrétiennes orientales syriaques demandent à ce que soient également reconnues, outre le Génocide arménien, les atrocités du Génocide assyrien, connu au travers de l’expression en langue syriaque Seyfo , qui provoquèrent, selon de sérieuses recherches historiques, plusieurs centaines de milliers de morts. La grève de la faim se poursuivra jusqu’à la fin du mois d’avril et durera 100 heures, pour rappeler les 100 ans passés depuis ces événements tragiques.<br />Entre temps, ainsi que l’indiquent des sources turques consultées par l’Agence Fides, le Vicaire patriarcal arménien, Aram Ateshian, du Patriarcat arménien de Constantinople, a fait part de sa satisfaction suite au message de condoléances adressé récemment par le bureau du Premier Ministre turc, Ahmet Davutoglu, aux descendants des arméniens morts « durant la déportation de 1915 ». Selon le Vicaire patriarcal – chargé de remplir les fonctions du Patriarche Mesrob II, affecté par un mal inguérissable – le message envoyé par le Premier Ministre est comme « un rameau d’olivier » offert par les gouvernants turcs aux arméniens. Le gouvernement turc avait déjà confirmé la présence de ses représentants à la Messe de suffrage pour les victimes du Grand Mal prévue ce jour à Istanbul en l’église du Patriarcat arménien. Fri, 24 Apr 2015 00:00:00 +0200AFRIQUE - Seulement un enfant africain sur 5 affecté par le paludisme soigné à l’aide d’un traitement efficacehttp://www.fides.org/fr/news/39955-AFRIQUE_Seulement_un_enfant_africain_sur_5_affecte_par_le_paludisme_soigne_a_l_aide_d_un_traitement_efficacehttp://www.fides.org/fr/news/39955-AFRIQUE_Seulement_un_enfant_africain_sur_5_affecte_par_le_paludisme_soigne_a_l_aide_d_un_traitement_efficaceKhartoum – Demain, 25 avril, sera la Journée mondiale contre le paludisme. Malheureusement, le phénomène est encore très répandu et, sur la base des dernières constatations de l’Organisation mondiale de la Santé, il résulte que seul un enfant africain sur 5 affecté par le paludisme reçoit un traitement adéquat, bien que les trois quart des décès causés par la maladie concernent des mineurs. En outre, 15 millions de femmes enceintes ne reçoivent pas même une dose des médicaments préventifs recommandés et environ 278 millions de personnes vivent en Afrique dans des maisons privées de moustiquaires. Chaque année, 500.000 personnes meurent de cette maladie et l’OMS sollicite un diagnostique précoce dans tous les cas suspects. En outre, elle a élaboré une nouvelle stratégie globale contre la pandémie pour la période 2016-2030, qui sera examinée le mois prochain par l’Assemblée mondiale de la Santé. Elle a pour objectif la réduction de l’impact du paludisme de 40% en 2020, outre son élimination dans au moins 35 pays en 2030. Fri, 24 Apr 2015 00:00:00 +0200AFRIQUE/ETIOPIE - Appel de l’Episcopat aux trafiquants d’êtres humains : « cessez de tromper les jeunes avec de fausses promesses »http://www.fides.org/fr/news/39954-AFRIQUE_ETIOPIE_Appel_de_l_Episcopat_aux_trafiquants_d_etres_humains_cessez_de_tromper_les_jeunes_avec_de_fausses_promesseshttp://www.fides.org/fr/news/39954-AFRIQUE_ETIOPIE_Appel_de_l_Episcopat_aux_trafiquants_d_etres_humains_cessez_de_tromper_les_jeunes_avec_de_fausses_promessesAddis Abeba – « La communauté internationale doit intervenir afin que de pareilles atrocités ne se répètent pas et nous demandons aux trafiquants d’êtres humains de cesser d’abuser les jeunes afin qu’ils quittent leur pays par des moyens illégaux ». C’est ce qu’affirment les Evêques catholiques d’Ethiopie dans leur message relatif au massacre de 30 chrétiens éthiopiens et érythréens en Libye de la part du prétendu « Etat islamique » documenté par une vidéo diffusée le 19 avril.<br />« Ces personnes n’étaient pas des militaires mais des migrants innocents, qui espéraient un avenir meilleur » affirment les Evêques. « Nous sommes peinés par le fait que ces jeunes aient été tués parce qu’ils avaient refusé de changer de religion dans un monde où tout être humain, indépendamment de sa race, de la couleur de sa peau et de sa religion doit pouvoir vivre dans tout pays dans le respect de ses droits ».<br />Se référant aux auteurs du massacre, le message continue : « Ces actes de terrorisme ne représentent aucune religion. Il est connu que ce sont des tueurs cruels qui tuent même les fidèles de leur propre religion ».<br />Après avoir rappelé que l’Ethiopie accueille des dizaines de milliers de réfugiés d’autres Etats, les Evêques expriment une requête afin que les migrants éthiopiens soient traités dans le respect de leurs droits et demandent aux trafiquants d’êtres humains « de cesser de tromper les jeunes afin qu’ils quittent leur pays par des moyens illégaux ». Aux jeunes qui « projettent encore de migrer », ils demandent de « ne pas entreprendre le voyage sans être sûrs que le pays de destination leur fournira une protection et de ne pas tomber dans le piège des trafiquants d’êtres humains en voyageant sans les documents nécessaires ».<br />Les Evêques invitent enfin les jeunes « à considérer la possibilité de travailler et de grandir dans leur propre pays et à laisser tomber l’idée d’émigrer dans un autre pays où la sécurité n’existe pas ». Fri, 24 Apr 2015 00:00:00 +0200