Fides News - French (Standard)http://www.fides.org/Les Dépêches de l'Agence FidesfrLes contenus du site sont publiés sous licence Creative Commons.AFRIQUE/EGYPTE - Présence de la rubrique « religion » dans les formulaires du prochain recensementhttp://www.fides.org/fr/news/61781-AFRIQUE_EGYPTE_Presence_de_la_rubrique_religion_dans_les_formulaires_du_prochain_recensementhttp://www.fides.org/fr/news/61781-AFRIQUE_EGYPTE_Presence_de_la_rubrique_religion_dans_les_formulaires_du_prochain_recensementLe Caire – Pour la première fois en trente ans, le prochain recensement de la population égyptienne, qui sera conduit par l’Agence centrale de la statistique et de la mobilité sociale, comprendra dans ses formulaires de collecte des données un espace où pourra être signalée la confession religieuse. Abu Bakr Gendy, responsable de l’Agence précitée, a indiqué que l’indication de la foi religieuse sur les formulaires utilisés pour le recensement sera facultative, conformément aux standards internationaux en vigueur pour ce type de collecte de données. Le recensement offrira dans tous les cas des éléments utiles pour vérifier l’importance numérique réelle des différentes communautés religieuses. Dans certaines zones d’Egypte, l’augmentation numérique importante des communautés chrétiennes n’a été enregistrée en aucune manière par les autorités locales. Depuis les années 1990. les bureaux chargés du recensement et des statistiques démographiques ne mettent pas à jour les données sur l’importance des communautés chrétiennes égyptienne, sauf en ce qui concerne la communauté copte qui, selon certains analystes, aurait, au cours des dernières décennies, amplement dépassé le seuil des dix millions de personnes. <br />Tue, 21 Feb 2017 13:10:15 +0100AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Proclamation de l’Etat d’urgence dans l’Etat d’Unitéhttp://www.fides.org/fr/news/61780-AFRIQUE_SOUDAN_DU_SUD_Proclamation_de_l_Etat_d_urgence_dans_l_Etat_d_Unitehttp://www.fides.org/fr/news/61780-AFRIQUE_SOUDAN_DU_SUD_Proclamation_de_l_Etat_d_urgence_dans_l_Etat_d_UniteJuba – Plus de 100.000 personnes risquent la faim dans l’Etat d’Unité, au sein de la région du Haut Nil, au Soudan du Sud. L’Etat d’urgence alimentaire a été proclamé par le gouvernement de Juba et par les Agences spécialisées des Nations unies . La cause de la famine est attribuée « à la guerre et à l’effondrement de l’économie ». La déclaration formelle de famine signifie que la population a déjà commencé à mourir de faim.<br />Au cours de ces derniers jours, l’alarme famine avait été lancée s’agissant de l’Etat d’Amadi alors que Médecins avec l’Afrique CUAMM a enregistré au moins 300 cas suspects de choléra au sein des comtés de Yirol est et d’Awerial . Selon l’ONU, si la guerre civile devait se poursuivre, empêchant l’arrivée d’aides humanitaires au Soudan du Sud, plus de 5,5 millions de personnes souffriront la faim d’ici juillet prochain. <br />Tue, 21 Feb 2017 12:58:57 +0100AMERIQUE/EQUATEUR - Appel de la Conférence épiscopale en faveur de la vérité et de la transparence dans l’attente des résultats électorauxhttp://www.fides.org/fr/news/61779-AMERIQUE_EQUATEUR_Appel_de_la_Conference_episcopale_en_faveur_de_la_verite_et_de_la_transparence_dans_l_attente_des_resultats_electorauxhttp://www.fides.org/fr/news/61779-AMERIQUE_EQUATEUR_Appel_de_la_Conference_episcopale_en_faveur_de_la_verite_et_de_la_transparence_dans_l_attente_des_resultats_electorauxQuito – « Les résultats finaux de toute élection populaire doivent toujours refléter la vertu de la justice et la valeur de la transparence. Les institutions politiques sont appelées à les garantir et à construire la confiance, fondement de toute coexistence civile et d’un véritable ordre démocratique. Ces jours-ci également, ce sont les justes aspirations du peuple équatorien qui ne doivent pas être déçues ». C’est ce qu’affirme la Conférence épiscopale d’Equateur dans un communiqué parvenu à l’Agence Fides.<br />« La Conférence épiscopale d’Equateur désire rappeler les autorités électorales et tous les citoyens à la collaboration afin que la vérité puisse se refléter de manière démocratique dans la publication rapide des résultats attendus de ces importantes élections, au travers desquelles s’est exprimée la volonté politique des équatoriens ».<br />Selon des données recueillies par Fides, Dimanche dernier, 19 février, 12 millions d’équatoriens se sont rendus aux urnes mais les résultats de ces élections générales se font encore attendre. Un premier bilan du Conseil national électoral indique qu’après un premier dépouillement de 93% des bureau de vote, le candidat à la Présidence Lenín Moreno aurait obtenu 39,15% des suffrages contre 28,40% à Guillermo Lasso. Demeure donc ouverte la possibilité d’un ballottage. Le CNE a demandé cinq jours pour proclamer officiellement les résultats mais la tension parmi la population demeure. <br /><br />Tue, 21 Feb 2017 12:48:04 +0100EUROPE/ITALIE - Droit à émigrer mais aussi à demeurer dans son propre payshttp://www.fides.org/fr/news/61778-EUROPE_ITALIE_Droit_a_emigrer_mais_aussi_a_demeurer_dans_son_propre_payshttp://www.fides.org/fr/news/61778-EUROPE_ITALIE_Droit_a_emigrer_mais_aussi_a_demeurer_dans_son_propre_paysRome – « La migration constitue un phénomène qui fait partie de l’histoire humaine. Les estimations des Nations unies font état de 244 millions de migrants internationaux et de 65,3 millions de personnes en situation de migration forcée. Au-delà des chiffres, nous parlons de vies, de projets et de rêves de personnes qui trouvent souvent dans la migration la seule alternative pour survivre ou chercher une espérance pour l’avenir ». C’est ce qu’a déclaré Sœur Neusa de Fatima Mariano, Supérieure générale des Missionnaires de Saint Charles Borromée/Scalabriniennes, dans son discours à la Chambre des Députés italienne, dans le cadre du séminaire qui a précédé le Forum international sur Migrations et Paix, organisé par le Dicastère pour le Développement humain intégral du Saint-Siège, le Scalabrini International Migration Network et la Fondation Konrad Adenauer aujourd’hui et demain à Rome.<br />« La participation des mineurs aux flux migratoires, selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, a augmenté au cours de ces dernières années à un rythme accéléré et représente plus de la moitié des réfugiés de par le monde – a rappelé la religieuse dans le texte parvenu à Fides. Conformément au Message du Pape François pour la Journée du Migrant et du Réfugié 2017, rappelons que les enfants et les adolescents en mouvement dans le cadre des flux de population sont les premiers à souffrir dans des situations dégradantes telles que le trafic d’êtres humains, l’exploitation, l’abus et la privation des droits comme celui de disposer d’un environnement sain et sûr en famille, d’une instruction adéquate, de jouer et de vivre et grandir dans un contexte de paix. Les femmes migrantes, elles aussi, ont besoin de notre attention en ce qu’elles deviennent souvent plus vulnérables dans le cadre des flux migratoires et d’asile. De nombreuses fois, elles sont exposées au risque de souffrir d’exploitation sexuelle ou au niveau du travail ».<br />Sœur Neusa de Fatima Mariano a souligné par ailleurs qu’il « faut dépasser l’idée selon laquelle la migration constitue un problème à résoudre ou une contingence à contrôler. La migration est, en soi, un phénomène historique et social qui se vérifie de manière positive quand elle est volontaire. En d’autres termes, nous attirons l’attention sur l’importance du fait que les personnes ont à la foi le droit d’émigrer mais aussi le droit de ne pas le faire. Chaque pays doit donc assurer à ses ressortissants des conditions de vie telles que ceux-ci n’aient pas besoin de voyager, s’ils ne le veulent pas. Dans ce contexte, le droit à émigrer serait corrélatif au droit à rester ». <br />Tue, 21 Feb 2017 12:32:12 +0100AFRIQUE/RD CONGO - Message de l’Archevêque de Kinshasa concernant les actes de vandalisme perpétrés à l’encontre de l’Eglisehttp://www.fides.org/fr/news/61777-AFRIQUE_RD_CONGO_Message_de_l_Archeveque_de_Kinshasa_concernant_les_actes_de_vandalisme_perpetres_a_l_encontre_de_l_Eglisehttp://www.fides.org/fr/news/61777-AFRIQUE_RD_CONGO_Message_de_l_Archeveque_de_Kinshasa_concernant_les_actes_de_vandalisme_perpetres_a_l_encontre_de_l_EgliseKinshasa – « Il y a un regain de peur, de colère, voire d’incertitude » affirme S.Em. le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, Archevêque de Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, dans un Message envoyé à l’Agence Fides dans lequel il dénonce les agressions perpétrées contre l’Eglise au cours de ces derniers jours.<br />« Nous avons appris avec indignation, le samedi 18 février 2017 l’incendie d’une partie du Grand Séminaire de Malole par des inciviques, qui ont semé la terreur chez les sœurs carmélites voisines dudit séminaire à Kananga » écrit le Cardinal, qui rappelle également les manifestations intervenues à trois occasions – les 7, 10 et 11 février, en face de l’Archevêché de Kinshasa de la part de groupes de jeunes, « créant ainsi une atmosphère de panique ».<br />A ces épisodes a fait suite la profanation de la Paroisse Saint Dominique de Limete de la part d’une « vingtaine de jeunes gens mal intentionnés » qui ont « renversé le tabernacle, l’autel a été sérieusement saccagé, des bancs ont été cassés, jusqu’à vouloir incendier l’église. Le dégât matériel est important. La communauté des Pères Oblats n’a pas été épargnée ».<br />Le Cardinal fait le lien entre ces faits et la tentative de la Conférence épiscopale congolaise de jouer un rôle de médiation dans l’application des accords de la Saint Sylvestre et dans la recherche d’un Premier Ministre qui conduise un gouvernement d’unité nationale comme prévu par les accords précités.<br />« La CENCO ne joue qu'un rôle de médiateur – rappelle le Cardinal. Il appartient aux hommes politiques de reconnaître avec humilité, devant la nation et la communauté internationale, leur velléité politique et la turpitude de leurs choix nombrilistes qui conduisent à l'impasse ou au blocage des institutions. Ils en assumeront la responsabilité devant l'histoire ».<br />Après avoir sollicité des autorités la protection des biens de l’Eglise contre d’éventuels nouveaux actes de vandalisme, le Cardinal conclut en faisant mémoire d’Etienne Tshisekedi, le responsable historique de l’opposition, mort récemment qui a combattu jusqu’au bout pour donner à la RDC une « paix durable dans la justice ». <br />Tue, 21 Feb 2017 12:07:32 +0100ASIE/LIBAN - Déclarations de la candidate du Front National aux élections présidentielles françaises en faveur d’aides sur place aux chrétiens du Proche-Orienthttp://www.fides.org/fr/news/61776-ASIE_LIBAN_Declarations_de_la_candidate_du_Front_National_aux_elections_presidentielles_francaises_en_faveur_d_aides_sur_place_aux_chretiens_du_Proche_Orienthttp://www.fides.org/fr/news/61776-ASIE_LIBAN_Declarations_de_la_candidate_du_Front_National_aux_elections_presidentielles_francaises_en_faveur_d_aides_sur_place_aux_chretiens_du_Proche_OrientBeyrouth – La meilleure manière de protéger les chrétiens du Proche-Orient consiste à « éradiquer le radicalisme islamique » alors qu’il faut éviter les politiques qui incitent l’exode des chrétiens du Proche-Orient hors de leurs propres terres. Tels sont les concepts clefs jusqu’ici exprimés à propos de la condition des communautés chrétiennes du Proche-Orient par Marine Le Pen, dans le cadre de sa visite de deux jours au Liban. Au cours de la journée d’hier, après sa rencontre avec le Ministre des Affaires étrangères libanais, Gibran Basil, Marine Le Pen, dans le cadre d’un certain nombre d’entretiens accordés à la presse locale, a opposé ses évaluations concernant la protection des chrétiens du Proche-Orient aux choix politiques qu’elle a attribués à l’ancien Président, Nicolas Sarkozy, qui, selon elle, poussait les chrétiens du Proche-Orient « à quitter leur pays et à aller vivre à l’étranger en tant que réfugiés. Selon moi, il s’agit d’une vision dangereuse pour les chrétiens du Proche-Orient et ce n’est pas ce que je veux. Je veux que les chrétiens du Proche-Orient vivent en paix et dans la sérénité dans leurs pays ».<br />Au cours de la matinée de ce jour, 21 février, la visite de Marine Le Pen au grand mufti du Liban, Abdel Latif Derian, a été annulée au dernier moment parce que la candidate du Front National aux élections présidentielles françaises s’est refusée de se présenter à la rencontre avec la tête voilée. Le Bureau de presse du grand mufti a fait savoir que la délégation du Président du Front National avait été informée à l’avance de la nécessité de respecter ce détail protocolaire mais, lorsqu’à l’entrée de la salle de la rencontre, une voile a été présenté à Marine Le Pen, cette dernière a refusé de le porter.<br />Selon des informations parvenues à l’Agence Fides, ce matin, Marine Le Pen devait rencontrer également le Patriarche d’Antioche des Maronites, S.Em. le Cardinal Boutros Bechara Rai. <br />Tue, 21 Feb 2017 11:50:02 +0100AMERIQUE/MEXIQUE - Prise de position de l’hebdomadaire de l’Archidiocèse de Mexico sur la situation des migrantshttp://www.fides.org/fr/news/61774-AMERIQUE_MEXIQUE_Prise_de_position_de_l_hebdomadaire_de_l_Archidiocese_de_Mexico_sur_la_situation_des_migrantshttp://www.fides.org/fr/news/61774-AMERIQUE_MEXIQUE_Prise_de_position_de_l_hebdomadaire_de_l_Archidiocese_de_Mexico_sur_la_situation_des_migrantsMexico – « A cause des décrets présidentiels du Président Donald Trump, est venu à se créer un environnement hostile, d’insécurité, d’incertitude et de terreur pour des milliers de personnes qui sont accusées d’être des criminels seulement parce qu’elles se trouvent en condition d’immigration irrégulière. L’application de telles mesures produit des résultats désastreux, le premier étant la séparation des familles, lorsque les parents sont rapatriés en laissant leurs enfants totalement sans défense. Le destin final est d’être adopté alors qu’en réalité ils ont un père et une mère dont le seul crime est de ne pas avoir la nationalité américaine » : c’est ce qu’indique l’éditorial du dernier numéro de l’hebdomadaire de l’Archidiocèse de Mexico, Desde la Fe.<br />Le texte lance une invitation à l’unité du peuple mexicain face aux nombreuses difficultés que connaissent leurs compatriotes dans les terres nord-américaines. « Nous ne pouvons pas rester indifférents à la situation actuelle. Il est nécessaire d’agir avec un courage tel qu’il permette de récupérer le potentiel que le Mexique a toujours eu » souligne le texte parvenu à Fides.<br />« Face à la terreur de l’administration Trump, l’Eglise catholique, des deux côtés de la frontière, fait appel à l’union. Au cours de cette semaine, dans le cadre de la rencontre Texas-Mexique, les Evêques du Texas et du Mexique se sont engagés, en ce moment historique difficile, à fournir des services de qualité aux migrants au plan spirituel, légal, matériel et d’assistance à la famille et à conserver une présence constante au sein des centres et des maisons d’accueil des migrants de la frontière sud du Mexique et aux Etats-Unis parce que, face à cette ambiance de défiance et de trahison, seules les églises sont restées un refuge sûr en ce qu’elles peuvent leur apporter des garanties permettant de protéger leurs droits légaux » réaffirme l’éditorial . Le texte s’achève par une affirmation énergique : « La recherche de solutions juridiques, politiques et sociales n’est plus une option, il s’agit de questions impératives ». <br />Tue, 21 Feb 2017 11:30:34 +0100ASIE/INDE - Commentaires de l’Eglise catholique après la publication d’une recherche faisant état de milliers de victimes à cause de la pollution atmosphériquehttp://www.fides.org/fr/news/61773-ASIE_INDE_Commentaires_de_l_Eglise_catholique_apres_la_publication_d_une_recherche_faisant_etat_de_milliers_de_victimes_a_cause_de_la_pollution_atmospheriquehttp://www.fides.org/fr/news/61773-ASIE_INDE_Commentaires_de_l_Eglise_catholique_apres_la_publication_d_une_recherche_faisant_etat_de_milliers_de_victimes_a_cause_de_la_pollution_atmospheriqueNew Delhi – Dix-huit mille indiens meurent chaque jour directement ou indirectement à cause de la pollution atmosphérique et l’empoisonnement progressif de l’air est souvent lié aux changements climatiques. C’est ce qu’indique une nouvelle étude publiée par la revue scientifique The Lancet, qui a provoqué un vif débat en Inde, impliquant la société civile et l’Eglise catholique.<br />Les villes les plus polluées du monde sont Patna et New Delhi, remarque la recherche se basant sur les données de 2010. Les chercheurs indiquent que l’une des conséquences de l’exposition aux agents polluants est la naissance prématurée des enfants. En ce qui concerne ce phénomène, l’Asie du sud constitue la région la plus touchée, avec 1,6 millions de naissances prématurées soit près de la moitié du total mondial.<br />La pollution atmosphérique et le changement climatique sont étroitement liés et doivent être affrontés ensemble, déclare The Lancet, affirmant qu’il existe un « risque potentiellement catastrophique pour la santé humaine ». En outre, selon une estimation de la Banque mondiale, de tels phénomènes provoquent en Inde une perte de revenu de 38 milliards d’USD par an.<br />Contredisant certains rapports publiés en Inde, The Lancet affirme que les centrales électriques et celles à charbon contribuent à la pollution de l’air et de l’environnement pour 50% du total.<br />Le Ministre de l’Environnement, des forêts et du changement climatique, Anil Madhav Dave, a récemment admis devant le Parlement que le pays dépense chaque année 70 millions de roupies par an pour le contrôle de la pollution atmosphérique, un chiffre considéré comme totalement insuffisant. Selon le Ministre, il n’existe pas d’études crédibles pour quantifier le nombre de personnes affecté par des maladies pulmonaires ou le nombre de décès directement lié à la pollution de l’air. Le Ministre chargé de la Science et de la technologie, Harsh Vardhan, a indiqué pour sa part : « La pollution, lorsqu’elle touche les poumons, en particulier chez les enfants les plus jeunes, peut être un tueur. Elle agit comme un poison lent. Nous sommes très préoccupés. Beaucoup a été fait mais beaucoup demeure encore à faire ».<br />L’étude montre que les changements climatiques ont un impact significatif sur la santé des enfants. On estime que 5,5 millions de vies ont été perdues en 2013 suite à des maladies associées à la pollution atmosphérique.<br />Interpellé par Fides, le Père Fabian Toppo, Professeur de Théologie au Grand Séminaire de Calcutta, a déclaré : « Le rapport est inquiétant. Le gouvernement indien devrait agir sérieusement afin d’affronter le problème. L’industrialisation rapide est la cause de la pollution atmosphérique. La conscience doit être accompagnée par l’action ».<br />« Institutions et particuliers ont la responsabilité de travailler à tous les niveaux pour réduire le changement climatique et en affronter l’impact » remarque pour Fides Deepika Singh, Coordinateur du Bureau pour le Changement climatique de la Fédération des Conférences épiscopales d’Asie. « Les citoyens le comprennent toujours mieux : près de 60% des personnes interrogées en Inde perçoivent le fait que les changements climatiques endommagent la vie des personnes. L’Eglise cherche actuellement à contribuer à sensibiliser, éduquer et agir sur le front des changements climatiques. Il n’y a pas de temps à perdre, parce qu’il s’agit d’une question qui concerne la vie de tous, surtout en pensant aux nouvelles générations » conclut-il. <br />Tue, 21 Feb 2017 11:08:41 +0100ASIE/MONGOLIE - Nouvelle ordination sacerdotale en Mongolie durant l’Année jubilaire de l’Eglise localehttp://www.fides.org/fr/news/61772-ASIE_MONGOLIE_Nouvelle_ordination_sacerdotale_en_Mongolie_durant_l_Annee_jubilaire_de_l_Eglise_localehttp://www.fides.org/fr/news/61772-ASIE_MONGOLIE_Nouvelle_ordination_sacerdotale_en_Mongolie_durant_l_Annee_jubilaire_de_l_Eglise_localeOulan-Bator – Alors que l’Eglise catholique en Mongolie célèbre, en 2017, son Jubilé d’argent, la communauté fête l’ordination du Révérend Diacre Bernard Kambala, membre de la Congrégation du Cœur Immaculé de Marie , ordonné prêtre le 19 février dernier en la Cathédrale Saints Pierre et Paul d’Oulan-Bator. La communauté des baptisés sur la terre de Gengis Khan avait célébré en août dernier l’ordination sacerdotale du premier prêtre mongol, le Père Joseph Enkh. « Ce sont des dons qui assurent l’avenir de l’Eglise en Mongolie » déclare à Fides S.Exc. Mgr Wenceslao Padilla, CICM, Préfet apostolique d’Oulan-Bator. L’Evêque, dans le message rédigé à l’occasion de la nouvelle année, avait indiqué : « L’année 2017 a pour nous une promesse de grande joie : le Jubilé d’argent de l’Eglise catholique en Mongolie et deux ordinations sacerdotales : celle du Révérend Diacre Bernard Kambala Muana CICM, et celle du Révérend Diacre Antonius Werun, un salésien ». Ces prêtres et missionnaires donneront « une nouvelle lymphe à notre communauté ». « La Congrégation du Cœur Immaculé de Marie, qui fête elle aussi ses 25 ans de présence en Mongolie, est heureuse que le Seigneur envoie encore des ouvriers dans sa vigne et nous montre ainsi Son visage bienveillant » indique l’Evêque.<br />Le Révérend Diacre Bernard Kambala Muana, originaire de République démocratique du Congo, s’est uni à la Congrégation du CICM en 2005. Après trois années d’études en philosophie et une année de noviciat à Kinshasa , il a étudié la Théologie à l’Ecole théologique Saint Cyprien de Ngoya in Ngoya, au Cameroun jusqu’en 2013. Arrivé en Mongolie en août 2014, il a étudié la langue mongole et s’est dédié à l’étude de la culture locale. Ila exercé un service pastoral près la Cathédrale Saints Pierre et Paul d’Oulan-Bator, s’engageant particulièrement dans la Pastorale des Jeunes. Depuis janvier, le Révérend Diacre Bernard Kambala Muana a commencé à publier une méditation quotidienne sur la Parole de Dieu rédigée en langue mongole, un fait très apprécié des fidèles.<br />Comme devise de son ordination, le Révérend Diacre Bernard Kambala Muana a choisi les paroles de Saint Paul aux Romains : « la preuve que Dieu nous aime, c’est que le Christ, alors que nous étions encore pécheurs, est mort pour nous » .<br />Plus de 50 missionnaires et religieux de 14 pays du monde sont actuellement présents en Mongolie. La communauté catholique compte plus de 1.000 baptisés et des centaines de catéchumènes au sein des 6 Paroisses et 3 stations missionnaires qui devraient être élevées au rang de Paroisses durant le Jubilé. <br />Tue, 21 Feb 2017 10:18:18 +0100VATICAN - Retour à la maison du Père du Père Galbiati PIME, ancien Secrétaire général de l’Union pontificale missionnaire et de l’Œuvre pontificale de la Propagation de la Foihttp://www.fides.org/fr/news/61771-VATICAN_Retour_a_la_maison_du_Pere_du_Pere_Galbiati_PIME_ancien_Secretaire_general_de_l_Union_pontificale_missionnaire_et_de_l_OEuvre_pontificale_de_la_Propagation_de_la_Foihttp://www.fides.org/fr/news/61771-VATICAN_Retour_a_la_maison_du_Pere_du_Pere_Galbiati_PIME_ancien_Secretaire_general_de_l_Union_pontificale_missionnaire_et_de_l_OEuvre_pontificale_de_la_Propagation_de_la_FoiRome – Au soir du samedi 18 février, est mort à Lecco le Père Fernando Galbiati, longtemps missionnaire en Chine, douzième Supérieur général de l’Institut pontifical pour les Missions étrangères, ancien Secrétaire général de l’Union pontificale missionnaire et de l’Œuvre pontificale de la Propagation de la Foi.<br />Né le 14 novembre 1932 à Bussero , il est entré à l’Institut pontifical pour les Missions étrangères à Monza le 1er septembre 1943. Après avoir prêté serment le 25 juin 1955 et avoir été ordonné à Milan par S.Em. le Cardinal Giovanni Battista Montini, futur Paul VI, le 28 juin 1956, il partit l’année suivant pour Hong Kong. Là il suivit des études et obtint différents diplômes et fut enregistré comme Enseignant qualifié près le Département de l’Education de Hong Kong. Il obtint par la suite un Doctorat en Sciences politiques et économiques près l’Université La Sapienza de Rome, devint Docteur en Philosophie de l’Université d’Oxford, Grande-Bretagne, et membre de l’Académie des Sciences de New York.<br />A Hong Kong, il exerce son activité pastorale dans différentes Paroisses et, pendant quelques années, il enseigne la philosophie au Séminaire du Saint Esprit. Il a donné une contribution notable contribution dans le domaine scolaire et social. Il a fondé différents groupes pour les visites aux familles, le soutien économique et les activités juvéniles. On lui doit le premier Hymnaire chinois, recueil de chants religieux en chinois cantonais.<br />Assistant de Mains Tendues de 1971 à 1975, il participe à l’Assemblée de mise à jour de l’Institut pontifical pour les Missions étrangères de 1970-71 à Rome et à la IX° Assemblée générale au cours de laquelle il est élu Supérieur général . Une fois son mandat achevé, il retourne à Hong Kong, mais est rappelé à Rome en 1999 d’abord comme Secrétaire général de l’Union pontificale missionnaire puis comme Coordinateur des Œuvres pontificales missionnaires internationales et Secrétaire général de l’Œuvre pontificale de la Propagation de la Foi . Il est chargé également d’élaborer le nouveau Statut des Œuvres pontificales missionnaires publié en 2005. En 2006-2007, il est Secrétaire général de l’Œuvre pontificale de la Propagation de la Foi.<br />Après quelques années à la Maison généralice de l’Institut pontifical pour les Missions étrangères, il se trouvait depuis 2015 pour raisons de santé à la Maison Bienheureux Giovanni Mazzucconi, à Rancio di Lecco, où il est mort. Après les obsèques, il a été enterré au cimetière de l’Institut pontifical pour les Missions étrangères de Villa Grugana. <br />Tue, 21 Feb 2017 09:32:48 +0100ASIE/LIBAN - Visite au Liban de la candidate du Front National aux élections présidentielles françaises comprenant notamment une rencontre avec le Patriarche d’Antioche des Maroniteshttp://www.fides.org/fr/news/61770-ASIE_LIBAN_Visite_au_Liban_de_la_candidate_du_Front_National_aux_elections_presidentielles_francaises_comprenant_notamment_une_rencontre_avec_le_Patriarche_d_Antioche_des_Maroniteshttp://www.fides.org/fr/news/61770-ASIE_LIBAN_Visite_au_Liban_de_la_candidate_du_Front_National_aux_elections_presidentielles_francaises_comprenant_notamment_une_rencontre_avec_le_Patriarche_d_Antioche_des_MaronitesBeyrouth – Si elle devait devenir Président de la République, Marine Le Pen renouerait les relations diplomatiques avec la Syrie du Président el-Assad et ferait rouvrir l’Ambassade de France à Damas. La candidate Front National aux élections présidentielles a confirmé ses intentions programmatiques relatives au dossier syrien dans les entretiens qu’elle a accordé à la presse libanaise à l’occasion de la visite de 48 heures qu’elle accomplit actuellement au Liban. Au cours de son bref séjour libanais, Marine Le Pen a déjà été reçue par le Président Michel Aoun au Palais présidentiel de Babda. Le programme du voyage prévoit également des rencontres avec le Patriarche d’Antioche des Maronites, S.Em. le Cardinal Boutros Bechara Rai, avec le Premier Ministre libanais, Saad Hariri, et avec le responsable des Forces libanaises, Samir Geagea.<br />Lors de sa rencontre avec le Chef de l’Etat libanais – indiquent les moyens de communication libanais - Marine Le Pen a indiqué avoir fait référence à la lutte contre le fondamentalisme de matrice islamiste comme terrain de collaboration entre le Liban et la France et rappelé la nécessité d’un soutien international plus décidé, afin d’aider les institutions et la population libanaises à faire face à la situation d’urgence dérivant de la présence sur leur territoire de réfugiés provenant de Syrie et d’Irak. <br />Mon, 20 Feb 2017 12:50:09 +0100AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Au moins 300 cas suspects de choléra dans une zone vaste et très pauvre selon le témoignage du CUAMMhttp://www.fides.org/fr/news/61769-AFRIQUE_SOUDAN_DU_SUD_Au_moins_300_cas_suspects_de_cholera_dans_une_zone_vaste_et_tres_pauvre_selon_le_temoignage_du_CUAMMhttp://www.fides.org/fr/news/61769-AFRIQUE_SOUDAN_DU_SUD_Au_moins_300_cas_suspects_de_cholera_dans_une_zone_vaste_et_tres_pauvre_selon_le_temoignage_du_CUAMMJuba – Quelques 300 cas suspects de choléra ont été enregistrés en quelques jours au mois de février dans les comtés d’Est Yirol et d’Awerial mais le nombre est destiné à augmenter dans la mesure où « les récits de ceux qui arrivent dans les centres sanitaires en provenance des villages les plus éloignés sont alarmants ». C’est ce qu’affirme un communiqué envoyé à l’Agence Fides par Médecins avec l’Afrique CUAMM. Les données citées proviennent des comtés d’Est Yirol et d’Awerial – ancien Etat des Lacs – où le CUAMM travaille et coordonne l’activité de 16 centres sanitaires périphériques faisant référence à l’hôpital de Yirol. Il s’agit d’une zone qui présente différentes complexités allant des difficultés à atteindre les communautés vivant le long du Nil et éloignées des centres sanitaires à la problématique de l’offre de services adaptés à une population qui, depuis décembre 2013, a augmenté sous l’influence de l’arrivée de milliers d’évacués.<br />« Nous ne disposons pas encore de la confirmation officielle du fait qu’il s’agisse de choléra mais nous qui sommes sur place, nous pensons que cela est très probable » déclare Giovanni Dall’Oglio, responsable de l’intervention du CUAMM sur zone. En novembre denier, l’intervention du CUAMM dans l’ancien Etat des Lacs avait été étendu pour couvrir l’ensemble des 8 comtés – y compris ceux touchés par l’épidémie de choléra – arrivant à soutenir 3 hôpitaux et 90 centres de santé périphériques pour une population bénéficiaire d’un peu moins d’un million de personnes dont 250.000 enfants de moins de 5 ans et 58.000 femmes enceintes. Il s’agit d’une très vaste zone comprenant également les rives du Nil et ses îles, zones complètement dépourvues de tout type de centre sanitaire. <br /><br />Mon, 20 Feb 2017 12:39:32 +0100AMERIQUE/GUATEMALA - Poursuite du flux de migrants arrivant au Guatemala pour se rendre aux Etats-Unishttp://www.fides.org/fr/news/61768-AMERIQUE_GUATEMALA_Poursuite_du_flux_de_migrants_arrivant_au_Guatemala_pour_se_rendre_aux_Etats_Unishttp://www.fides.org/fr/news/61768-AMERIQUE_GUATEMALA_Poursuite_du_flux_de_migrants_arrivant_au_Guatemala_pour_se_rendre_aux_Etats_UnisGuatemala – Le flux de migrants qui arrive au Guatemala dans l’espoir de pouvoir parvenir, d’une manière ou d’une autre, aux Etats-Unis ne tarit pas. C’est ce que signale une note de Prensa Latina, parvenue à Fides, qui indique que, depuis le début de cette année, 1.254 immigrés sont arrivés au Guatemala sans documents. La Direction générale de la Migration a signalé en outre que de ce total, 953 sont des femmes. Parmi les pays de provenance, se trouvent Haïti, l’Erythrée, la Guinée, Cuba, l’Inde, le Népal et d’autres encore, même si en plus faible nombre. On notera une augmentation du nombre des africains.<br />La note indique qu’un groupe de migrants a été sauvé par la Police nationale civile du Guatemala. Un réseau criminel avait en effet pris en otage le groupe en question et demandait, à eux ou à leurs familles, 40.000 USD par tête pour libérer les personnes en question. Le texte signale par ailleurs que, selon le protocole, ces personnes sont arrêtées pour être enregistrées et pour coordonner leur rapatriement. Selon la Commission de la Mobilité humaine du Congrès du Guatemala, en 2016, 8.387 ont été enregistrées dans cette situation.<br />Après le renforcement des mesures de sécurité à la frontière sud du pays , les groupes de migrants n’ont pas diminué mais ont seulement cherché d’autres voies d’entrée au Guatemala, pays qui représente la porte d’entrée sur le Mexique, proche des Etats-Unis. <br /><br />Mon, 20 Feb 2017 12:21:26 +0100ASIE/TURQUIE - Sommet convoqué par le Catholicos de tous les Arméniens pour affronter les problèmes internes au Patriarcat arménien de Constantinoplehttp://www.fides.org/fr/news/61767-ASIE_TURQUIE_Sommet_convoque_par_le_Catholicos_de_tous_les_Armeniens_pour_affronter_les_problemes_internes_au_Patriarcat_armenien_de_Constantinoplehttp://www.fides.org/fr/news/61767-ASIE_TURQUIE_Sommet_convoque_par_le_Catholicos_de_tous_les_Armeniens_pour_affronter_les_problemes_internes_au_Patriarcat_armenien_de_ConstantinopleErevan – Le Patriarche Karekin II, Catholicos de tous les Arméniens, a convoqué à Erevan, au siège du Catholicossat d’Echmiadzin, certains des protagonistes de la dispute en cours autour de la prochaine élection du Patriarche arménien apostolique de Constantinople, dans le but de trouver une solution à une affaire qui continue à se compliquer. La réunion entre le Catholicos et les membres autorisés du Patriarcat arménien apostolique de Constantinople – indiquent des sources arméniennes – est prévue pour cette semaine.<br />La conduite du Patriarcat arménien apostolique de Constantinople, dont le siège est à Istanbul, apparaît incertaine depuis qu’en 2008, le Patriarche Mesrob II Mutafyan a été frappé d’une maladie inguérissable. Depuis lors, les fonctions de Vicaire du Patriarche ont été exercées par l’Archevêque Aram Ateshyan. Au cours de ces dernières années, la communauté arménienne apostolique de Turquie a vu se développer en son sein un débat, parfois déchirant, sur la possible succession du Patriarche, sachant que des membres influents de la communauté arménienne présente en Turquie soutenaient la nécessité urgente d’élire un Co-patriarche avec la plénitude des fonctions, d’autres se réclamant des règles strictes en vigueur selon lesquelles il n’est possible de procéder à l’élection d’un nouveau Patriarche qu’après la mort de son prédécesseur.<br />La situation s’était débloquée en octobre dernier lorsque l’Assemblée synodale du Patriarcat arménien avait annoncé le retrait de Mesrob des fonctions patriarcales et qu’avaient été lancées, avec l’autorisation des autorités civiles, les procédures en vue de l’élection d’un nouveau Patriarche. Au cours de ces dernières semaines, un nouvel affrontement avait eu lieu entre l’Evêque arménien apostolique Sahak Mashalyan et le Vicaire général, Aram Ateshyan, le premier accusant le second de faire obstacle par sa position au processus électoral. Entre les deux adversaires – indiquent des sources médiatiques turques consultées par l’Agence Fides – avait par la suite été signé un protocole sur la base duquel l’élection du nouveau Patriarche aurait dû se tenir le 28 mai prochain. Mais cet accord local semble avoir provoqué des objections de la part du Catholicossat d’Echmiadzin. Selon les moyens de communication turcs, le Catholicos Karekin II a jugé le protocole signé par Ateshyan et Mashalyan comme une violation des règlements en vigueur en ce qui concerne l’élection patriarcale et a par suite convoqué à Erevan les deux Evêques et d’autres représentants du Patriarcat arménien apostolique de Constantinople dans le but de surmonter les divergences et de concorder ensemble une procédure électorale légitime et reconnue par tous. <br />Mon, 20 Feb 2017 12:05:14 +0100AFRIQUE/RD CONGO - Mise à sac d’un Séminaire au Kasai central et d’une Paroisse à Kinshasahttp://www.fides.org/fr/news/61766-AFRIQUE_RD_CONGO_Mise_a_sac_d_un_Seminaire_au_Kasai_central_et_d_une_Paroisse_a_Kinshasahttp://www.fides.org/fr/news/61766-AFRIQUE_RD_CONGO_Mise_a_sac_d_un_Seminaire_au_Kasai_central_et_d_une_Paroisse_a_KinshasaKinshasa – Les miliciens de Kamwina Nsapu ont saccagé le Grand Séminaire de Malole de Kananga, en République démocratique du Congo.<br />« Les miliciens ont enfoncé systématiquement les portes des chambres et détruit tout ce qui s’y trouvait. Ils sont entrés dans les chambres des enseignants et ont brûlé leur bagages » a déclaré à Radio Okapi le Recteur du Séminaire, le Père Richard Kitenge. Après un affrontement d’une heure, l’armée est parvenue à libérer le Séminaire des mains des miliciens.<br />Les faits remontent à samedi 18 février, la veille de l’appel du Pape François, lancé après l’Angelus dominical en faveur de cette province congolaise bouleversée depuis des mois par les violences des partisans du défunt chef traditionnel Kamwina Nsapu, tué en août par les forces de sécurité .<br />Dans un communiqué envoyé à l’Agence Fides, l’Evêque de Luiza, S.Exc. Mgr Félicien Mwanama Galumbulula, avait dénoncé des « violences exceptionnelles et des atrocités inimaginables vis-à-vis de la population » commises par les miliciens de Kamwina Nsapu dans différentes localités de son Diocèse sis dans le Kasai Central .<br />La capitale, Kinshasa, a elle aussi été le théâtre d’un grave acte de vandalisme à l’encontre de l’Eglise catholique. Dimanche 19 février, une dizaine de jeunes inconnus ont saccagé la Paroisse Saint Dominique aux premières lueurs de l’aube. Selon le témoignage du Curé, le groupe était organisé avec des sacs à dos pour emporter les objets volés. Le gouvernement congolais a condamné l’attaque contre la Paroisse et affirmé que ses auteurs avaient un motif politique. <br />Mon, 20 Feb 2017 11:41:30 +0100AMERIQUE/NICARAGUA - Attente croissante à propos du Mémorandum d’accordhttp://www.fides.org/fr/news/61765-AMERIQUE_NICARAGUA_Attente_croissante_a_propos_du_Memorandum_d_accordhttp://www.fides.org/fr/news/61765-AMERIQUE_NICARAGUA_Attente_croissante_a_propos_du_Memorandum_d_accordManagua – L’attente du Mémorandum d’accord que l’Organisation des Etats américains devrait signer le 28 février avec le gouvernement de Daniel Ortega, indiquant les actions à entreprendre pour renforcer les institutions démocratiques fait l’objet d’une attente croissante. Selon ce qu’indique une note parvenue à Fides, il existe un fort pessimisme de la part de l’opposition après que le 20 janvier, le rapport public évaluant le déroulement des dernières élections et l’exercice de la démocratie dans le pays ait complètement ignoré la contribution de certains secteurs dont les représentants des paysans et de l’Eglise .<br />Le rapport du 20 janvier constituait la première réponse aux accords d’octobre 2016, lorsque l’OEA avait mis en garde le gouvernement Ortega suite à son intervention comme observateur privilégié des élections remportées par ce même Daniel Ortega.<br />Le 28 février, le gouvernement du Nicaragua et l’OEA devraient signer un Mémorandum d’accord prévoyant, dans les trois ans, la réalisation d’initiatives spécifiques « en ce qui concerne les activités de contrôle des élections municipales de novembre 2017, l’amélioration du système de représentation politique et les mécanismes légaux visant à la renforcer » peut-on lire dans la note parvenue à Fides.<br />Certains membres de l’opposition ont déclaré attendre le 28 février pour se prononcer, affirmant : « Nous espérons que l’OEA ne perdra pas cette opportunité en faveur de la démocratie au Nicaragua ».<br />Aujourd’hui, la Conférence épiscopale du Nicaragua se réunira pour son Assemblée, durant laquelle elle réfléchira à son programme pour l’année 2017, alors que la communauté catholique attend toujours une parole d’orientation face à la situation que connaît le pays. <br />Mon, 20 Feb 2017 11:27:01 +0100ASIE/INDONESIE - Avènement de « Télé-Vie », première chaîne de télévision catholiquehttp://www.fides.org/fr/news/61764-ASIE_INDONESIE_Avenement_de_Tele_Vie_premiere_chaine_de_television_catholiquehttp://www.fides.org/fr/news/61764-ASIE_INDONESIE_Avenement_de_Tele_Vie_premiere_chaine_de_television_catholiqueDjakarta - L'Indonésie dispose de sa première chaîne de télévision catholique qui transmet en streaming et sera bientôt disponible sur une fréquence satellitaire. Ainsi que l’a appris Fides de la Commission pour les Communications sociales de l’Archidiocèse de Djakarta, la première chaîne télévisée catholique s’appelle Hidup TV, littéralement Télé-Vie.<br />La chaîne a été présentée au cours de la réunion annuelle de Signis Indonésie, qui a eu lieu ces jours derniers à Java central. Parmi les membres de Signis Indonésie se trouvent les responsables de la Commission pour les Communications sociales de l’Archidiocèse de Djakarta.<br />Au cours de la réunion, le Père Harry Sulistiyo, responsable de la Commission pour les Communications sociales de l’Archidiocèse de Djakarta, a partagé avec les autres responsables diocésains du secteur le projet de chaîne de télévision, considérée surtout comme « occasion pastorale ». Le Père Sulistiyo a indiqué que Hidup TV transmet des programmes en streaming et qu’elle se développera bientôt au travers d’une fréquence satellitaire Q-Band, qui la rendra accessible par le biais de la parabole dans l’ensemble de l’Indonésie. Le Secrétaire exécutif de la Commission épiscopale pour les Communications sociales, le Père Kamilus Pantus, a déclaré quant à lui à Fides : « Nous remercions l’Archevêque de Djakarta, S.Exc. Mgr Ignatius Suharyo, qui a encouragé et soutenu la Commission pour les Communications sociales dans la conception et la fondation de Hidup TV ».<br />L’idée est de donner à la télévision un visage surtout pastoral, en faisant un support pour la prédication et la catéchèse. Il s’agit d’un projet qui naît déjà comme interdiocésain et pourra diffuser des nouvelles et des expériences spécifiques ce chaque Diocèse. « Toutes les Commissions diocésaines pour les Communications sociales pourront contribuer au travers de productions et de programmes de différents formats : forums et documentaires, musique etc. qui seront ensuite transmis sur Hidup TV ».<br />Le Père Sette Lalu, Directeur de la Commission pour les Communications sociales du Diocèse de Manado – sis sur l’île indonésienne de Sulawesi – a confirmé son soutien au projet et, dans un entretien accordé à l’Agence Fides, a déclaré considérer Hidup TV comme « une initiative créative permettant de répondre aux besoins des fidèles dans un monde caractérisé par le développement des technologies de l’information ».<br />Aujourd’hui, Hidup TV transmet en streaming numérique à raison de trois heures par jour et, dans un proche avenir, arrivera à 8 heures de transmission par jour. Parmi les programmes actuellement existants, se trouvent des réflexions et commentaires spirituels, des programmes pour enfants et des émissions musicales. Mon, 20 Feb 2017 11:05:33 +0100VATICAN - Appel du Pape en faveur de ceux qui souffrent à cause de la violence au Congo, au Pakistan et en Irakhttp://www.fides.org/fr/news/61763-VATICAN_Appel_du_Pape_en_faveur_de_ceux_qui_souffrent_a_cause_de_la_violence_au_Congo_au_Pakistan_et_en_Irakhttp://www.fides.org/fr/news/61763-VATICAN_Appel_du_Pape_en_faveur_de_ceux_qui_souffrent_a_cause_de_la_violence_au_Congo_au_Pakistan_et_en_IrakCité du Vatican – Au terme de la prière mariale de l’Angelus, récitée avec les fidèles réunis place Saint-Pierre, hier, Dimanche 19 février, le Saint-Père François a invité à prier pour les populations qui souffrent à cause de la violence dans différentes parties du monde en ces termes : « Nous continuons malheureusement à apprendre des nouvelles d’affrontements violents et brutaux dans la région du Kasai central, en République démocratique du Congo. Je ressens une forte douleur pour les victimes, en particulier pour les nombreux enfants arrachés à leurs familles et à l’école pour être utilisés comme soldats. Les enfants soldats constituent une tragédie. J’assure de ma proximité et de ma prière également le personnel religieux et humanitaire qui œuvre dans cette région difficile et je renouvelle un appel éploré à la conscience et à la responsabilité des Autorités nationales et de la Communauté internationale, afin que soient prises des décisions adéquates et rapides pour secourir ses frères et sœurs.<br />Prions pour eux et pour toutes les populations qui, dans d’autres parties du Continent africain et du monde, souffrent à cause de la violence et de la guerre. Je pense, en particulier, aux chères populations du Pakistan et de l’Irak, frappées par de cruels actes de terrorisme ces jours derniers. Prions pour les victimes, les blessés et leurs familles. Prions ardemment afin que tout cœur endurci par la haine se convertisse à la paix selon la volonté de Dieu ». <br /><br />Mon, 20 Feb 2017 09:10:31 +0100AFRIQUE/RD CONGO - Démission de l’Evêque de Mweka et nomination de son successeurhttp://www.fides.org/fr/news/61762-AFRIQUE_RD_CONGO_Demission_de_l_Eveque_de_Mweka_et_nomination_de_son_successeurhttp://www.fides.org/fr/news/61762-AFRIQUE_RD_CONGO_Demission_de_l_Eveque_de_Mweka_et_nomination_de_son_successeurCité du Vatican – Le Saint-Père François, en date du 18 février 2017, a accepté la renonciation au gouvernement pastoral du Diocèse de Mweka présentée par S.Exc. Mgr Gérard Mulumba Kalemba. Le Pape a nommé Evêque de Mweka le Père Oscar Nkolo Kanowa, C.I.C.M., Econome du Noviciat des Missionnaires de Scheut de Mbudi, Kinshasa.<br />Le Père Oscar Nkolo Kanowa, C.I.C.M. est né le 8 septembre 1957 à Mbuji-Mayi. Il a fréquenté l’école primaire à Kamilabi-Kananga et fait ses études secondaires au Petit Séminaire de Kabwe. Il est ensuite entré au Grand Séminaire interdiocésain de Kasai-Kabwe, pour le cycle de philosophie. En 1981, il est passé au Noviciat de Pères de Sheut à Mbudi, Kinshasa. Il a émis ses premiers vœux en septembre 1982 et ses vœux perpétuels en septembre 1986. Il a été ordonné prêtre le 19 juillet 1987.<br />Après son ordination, il a passé 10 années en mission en République dominicaine où il a eu différentes responsabilités : 1988-1995 : Vicaire paroissial et Curé de la Paroisse Saint Antoine de Padoue, prêtant en même temps service comme Econome de la Province dominicaine, 1995-1997 : Vice provincial de la République dominicaine, 1996-1998 : Recteur du Pré noviciat, 1998-1999 : Etudes pour formateur près l’Université Saint Louis , 1999-2000 : Recteur du Scolasticat de Kinshasa, 2001-2003 : Membre du gouvernement provincial et Procureur adjoint de la Province, 2004-2012 : Supérieur provincial du Kasayi et d’Afrique australe , depuis 2014 : Econome du Noviciat international de Mbudi, à Kinshasa.<br />Le Diocèse de Mweka, érigé en 1964, est suffragant de l’Archidiocèse de Kananga. Son territoire est de 21.700 km2 pour une population de 850.535 habitants dont 355.840 catholiques. Il compte 14 Paroisses, 41 prêtres dont 10 religieux, 14 religieux non prêtres, 13 religieuses et 33 séminaristes. <br />Mon, 20 Feb 2017 09:02:34 +0100ASIE/PAKISTAN - Témoignage d'un prêtre après une semaine de violence terroristehttp://www.fides.org/fr/news/61756-ASIE_PAKISTAN_Temoignage_d_un_pretre_apres_une_semaine_de_violence_terroristehttp://www.fides.org/fr/news/61756-ASIE_PAKISTAN_Temoignage_d_un_pretre_apres_une_semaine_de_violence_terroristeLahore – « Nous condamnons cette violence insensée qui frappe des êtres humains innocents. Avant tout autre connotation ethnique, culturelle ou religieuse, les victimes sont des êtres humains. La population du Pakistan est avant tout triste et peinée. Ensuite de quoi, elle est irritée vis-à-vis des institutions qui ne sont pas en mesure de protéger les citoyens. Enfin, elle se sent fragile, vulnérable, sans défense face à la menace terroriste qui n’épargne personne ». C’est ce que déclare à l’Agence Fides le Père Inayat Bernard, Directeur du Séminaire Sainte Marie de Lahore, interpellé sur ce qui a été qualifié de « Semaine de violence terroriste » qui a bouleversé le Pakistan. Après le 13 février à Lahore – qui a fait 13 morts et plus de 100 blessés – une bombe a explosé hier dans un sanctuaire islamique sufi à Sehwan, dans les environs de Karachi, tuant 80 fidèles en prière dont 20 enfants alors que d’autres attentats ont eu lieu à Quetta et à Peshawar.<br />« Aujourd’hui, nous savons que nous sommes tous des objectifs potentiels. Nous aussi, chrétiens, nous le sommes – indique le Père Bernard – personne n’est exclu. Les victimes de ces derniers attentats sont toutes musulmanes. Demain, elles pourraient être chrétiennes, hindoues ou sikhs. Cette violence sans discrimination frappe également les lieux de culte, comme la mosquée soufie de Karachi ou les églises par le passé. Les communautés religieuses sont contraintes à adopter des mesures de sécurité propres et à ne pas compter seulement sur le gouvernement. Les contrôles doivent être plus méticuleux mais cela est très difficile lorsqu’il existe un grand afflux de fidèles ».<br />Le Père Bernard continue : « Cette violence profane le nom de Dieu, profane l’islam et utilise la religion pour chercher de subvertir l’Etat. L’opinion publique demande avec force au gouvernement d’appliquer de manière urgente le plan d’action national contre le terrorisme, déjà défini, mais un certain flottement règne au gouvernement et cela fait naître chez les personnes de nombreuses interrogations sur les possibles connexions existant au sein des institutions. Nous nous trouvons dans une impasse ».<br />Les chrétiens au Pakistan, qui représentent moins de 2% de la population totale, « aujourd’hui peuvent seulement prier et montrer une profonde empathie et solidarité » déclare le Père Bernard avant de conclure : « Nous avons porté nos condoléances à la police après le massacre de Lahore. Nous allons dans les hôpitaux pour offrir assistance et solidarité aux blessés. En outre, nous organisons actuellement des rencontres interreligieuses dans le cadre desquelles les fidèles de toutes les communautés religieuses allumeront des cierges et prieront pour refuser, au nom de Dieu, le terrorisme qui ensanglante notre bien-aimée nation et dire oui à la paix et au respect de la vie ». Fri, 17 Feb 2017 10:22:28 +0100