Fides News - French (Standard)http://www.fides.org/Les Dépêches de l'Agence FidesfrLes contenus du site sont publiés sous licence Creative Commons.AFRIQUE/GAMBIE - Attente concernant le départ du Président sortant après l’intervention militaire des pays limitropheshttp://www.fides.org/fr/news/61566-AFRIQUE_GAMBIE_Attente_concernant_le_depart_du_President_sortant_apres_l_intervention_militaire_des_pays_limitropheshttp://www.fides.org/fr/news/61566-AFRIQUE_GAMBIE_Attente_concernant_le_depart_du_President_sortant_apres_l_intervention_militaire_des_pays_limitrophesBanjul – « Nous ne désirons pas d’effusion de sang » a déclaré hier, 20 janvier à la télévision le Président sortant de la Gambie, Yahya Jammeh, promettant qu’il aurait quitté le pouvoir aujourd’hui, après que le nouveau Président, élu au travers du scrutin du 1er décembre dernier, Adama Barrow , ait prêté serment à l’Ambassade de Gambie au Sénégal. Immédiatement après, le Conseil de Sécurité de l’ONU a donné son accord à l’entrée sur le territoire gambien des troupes des Etats de la Communauté économique des Etats d’Afrique occidentale pour procéder, si nécessaire, à la déposition de Yahya Jammeh par la force.<br />Hier, les Présidents de Guinée, Alpha Conde, et de Mauritanie, Mohamed Ould Abdel Aziz, se sont rendus à Banjul afin de convaincre Yahya Jammeh à céder le pouvoir de manière pacifique.<br />Yahya Jammeh semble par suite avoir obtenu des garanties concernant son avenir en échange d’une transition pacifique des pouvoirs. Initialement, le Président sortant avait reconnu la victoire de son adversaire, Adama Barrow, promettant de lui remettre le pouvoir le 20 janvier. Ensuite, après que des activistes des droits fondamentaux aient demandé son inculpation pour les délits lui étant attribués au titre de ses 22 années d’exercice du pouvoir, Yahya Jammeh avait affirmé que le scrutin avait été marqué par des irrégularités. Le 18 janvier, le Parlement de Gambie avait voté la prorogation de trois mois du mandat présidentiel de Yahya Jammeh alors que ce dernier proclamait l’Etat d’urgence pour cette même durée.<br />Maintenant, le tournant semble acquis. Dans l’attente que Yahya Jammeh respecte sa promesse, la situation demeure calme dans la capitale <br />Sat, 21 Jan 2017 12:50:43 +0100AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Appel de l’Evêque de Tombura-Yambio en faveur des évacués accueillis au sein de la mission de Rii-menzehttp://www.fides.org/fr/news/61565-AFRIQUE_SOUDAN_DU_SUD_Appel_de_l_Eveque_de_Tombura_Yambio_en_faveur_des_evacues_accueillis_au_sein_de_la_mission_de_Rii_menzehttp://www.fides.org/fr/news/61565-AFRIQUE_SOUDAN_DU_SUD_Appel_de_l_Eveque_de_Tombura_Yambio_en_faveur_des_evacues_accueillis_au_sein_de_la_mission_de_Rii_menzeJuba – « Je demande de l’aide pour 7 des 22 Paroisses de mon Diocèse qui ont été frappées par les violences qui son perpétrées dans la zone » écrit à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Barani Eduardo Hiiboro Kussala, Evêque de Tombura-Yambio, au Soudan du Sud, où le conflit entre le Président, Salva Kiir, et l’ancien Vice-président, Riek Machar, a fait exploser une série de conflits ethniques dans différentes zones du pays.<br />Parmi celles-ci se trouvent la zone de Tombura-Yambio où – comme l’explique Mgr Kussala – les violences ont explosé lorsque, aux alentours du 28 décembre dernier, des militaires du SPLA ont été attaqués sur la route en direction d’Ibba par des jeunes armés. Selon des sources officieuses, au cours de l’embuscade, les militaires du SPLA auraient perdu une forte somme et des personnels clefs pour leur haut encadrement. Le fait a rendu les militaires extrêmement agressifs et pleins de rage. La population déclare qu’un hélicoptère spécial a été envoyé depuis Juba pour recueillir les morts.<br />« Ce qui s’est passé par après a constitué une véritable catastrophe humanitaire – affirme Mgr Kussala. Les militaires du SPLA ont poursuivi ceux qui les avaient assaillis autour de Yambio sur la route de Maridi, raison pour laquelle de nombreux civils ont été impliqués dans la fusillade ou volontairement tués par les militaires. Il n’est pas possible de savoir le nombre exact des morts au travers des organisations humanitaires et nous-mêmes, au Diocèse, nous ne disposons pas de données sures en ce qu’il est très difficile de parvenir sur les zones intéressées ».<br />« Notre Diocèse, en collaboration avec des agences humanitaires coordonnées par la Commission municipale s’occupant des aides, enregistre actuellement les évacués dans les camps se trouvant près la Yambio Primary School où certains ont été accueillis ». raconte l’Evêque. La majorité des évacués a perdu toutes les provisions de nourriture alors que leurs maisons ont été incendiées ou saccagées.<br />Au sein de la station missionnaire de Rii-menze, Notre-Dame de l’Assomption, des milliers d’évacués ont trouvé refuge au sein du complexe de la mission. Les femmes, les enfants et les personnes âgées dorment dans l’église et dans les salles de classe de l’école. Leur nombre augmente chaque jour parce que ceux qui peuvent le faire sortent du bois et rejoignent la mission.<br />Mgr Kussala demande l’envoi d’aides afin d’assister ces personnes. « Tout don permettant de soutenir la population de Rii-menze sera reçue avec reconnaissance et gratitude. J’ai vécu moi-même pendant deux ans dans cette Paroisse et je connais donc par suite personnellement nombre d’entre eux. La situation est véritablement douloureuse et j’éprouve une profonde tristesse dans mon cœur à voir tant de violence et de souffrance imposée aux innocents » conclut l’Evêque. <br />Sat, 21 Jan 2017 12:12:45 +0100EUROPE/ALBANIE - Réflexion de l’Eglise sur l’avenir de la famillehttp://www.fides.org/fr/news/61564-EUROPE_ALBANIE_Reflexion_de_l_Eglise_sur_l_avenir_de_la_famillehttp://www.fides.org/fr/news/61564-EUROPE_ALBANIE_Reflexion_de_l_Eglise_sur_l_avenir_de_la_familleTirana - La fin de l’année 2016 et le début de 2017 trouvent l’Eglise en Albanie occupée à réfléchir sur la famille. Une Lettre pastorale des Evêques albanais aux familles, signée au cours des derniers jours de décembre dernier, s’adresse aux différentes catégories de fidèles, en commençant par les parents, en tant que premiers responsables de l’éducation de leurs enfants, puis aux jeunes couples, aux fiancés, aux jeunes et enfin aux grands-parents et aux opérateurs pastoraux.<br />Selon les communications envoyées à l’Agence Fides par le Père Gjergj Meta, Porte-parole de la Conférence épiscopale d’Albanie, l’intention des Evêques est de planter au sein de la réalité albanaise les résultats des deux Synodes des Evêques dédiés à la familles et ce que le Pape François, au travers de l’Exhortation apostolique Amoris Laetitia, a déclaré à toute l’Eglise.<br />Avec un ton paternel, portant l’espérance, les Evêques s’adressent aux fidèles catholiques en Albanie, où le sens de la famille est encore très fort. « Grâce au sang des martyrs, nous héritons la foi chrétienne mais nous nous demandons comment nous devons aller de l’avant à l’avenir et surtout quel type de famille nous voulons porter de l’avant ? ».<br />Ces jours-ci, sort également l’édition en langue albanaise de l’Exhortation apostolique Amoris Laetitia. Les Diocèses se sont engagées à faire connaître ce document au cours des prochains mois et à l’utiliser dans la préparation immédiate au mariage et dans l’éducation des jeunes. <br />Sat, 21 Jan 2017 11:31:39 +0100ASIE/INDE - Journée de prière pour le Père Uzhunnalil enlevé au Yémen en mars dernier sur tout le territoire indienhttp://www.fides.org/fr/news/61563-ASIE_INDE_Journee_de_priere_pour_le_Pere_Uzhunnalil_enleve_au_Yemen_en_mars_dernier_sur_tout_le_territoire_indienhttp://www.fides.org/fr/news/61563-ASIE_INDE_Journee_de_priere_pour_le_Pere_Uzhunnalil_enleve_au_Yemen_en_mars_dernier_sur_tout_le_territoire_indienNew Delhi – Une journée de prière pour le salut et la libération du Père Tom Uzhunnalil, le salésien indien enlevé le 4 mars dernier à Aden, au Yémen, après le massacre dans le cadre duquel ont été tuées quatre religieuses et une douzaine de personnes, a été proclamée pour les 21 et 22 janvier par l’Episcopat en Inde.<br />S.Em. le Cardinal Baselios Cleemis, Archevêque majeur de Trivandrum des syro malankares et Président de la Conférence épiscopale indienne , dans un message parvenu à Fides appelle « l’ensemble de l’Eglise en Inde et tous les hommes et les femmes de bonne volonté à prier pour le salut et la liberté du Père Tom [Uzhunnalil] » et invite également à prier « pour la conversion de ceux qui le tiennent prisonnier » afin que Dieu « leur concède la grâce de comprendre l’injustice de leurs actes ».<br />A l’occasion de cette Journée de prière particulière, qui devra se tenir le 21 ou le 22 janvier, selon les différentes exigences pastorales, le Cardinal Cleemis demande « à tous nos Evêques, prêtres, religieux et responsables laïcs de faire des prières spéciales pour le Père Tom [Uzhunnalil] » et invite « tous nos compatriotes, hommes et femmes de bonne volonté, à s’unir à nous dans la prière pour le Père Tom [Uzhunnalil]. Puissent tous les lieux de culte et toutes nos maisons être bondés de personnes en prière pour notre bien-aimé Père Tom [Uzhunnalil] ».<br />Dans sa lettre, le Cardinal souligne également que, depuis 10 mois, la libération du Père Tom Uzhunnalil est attendue « avec une grande angoisse, des supplications et des prières ». Il relance dans ce cadre l’appel fait aux autorités afin qu’elles « fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour obtenir la libération de ce prêtre catholique, généreux et altruiste ». <br />Sat, 21 Jan 2017 10:29:10 +0100AMERIQUE/PANAMA - Panama dans l’attente des jeunes de la JMJ du 22 au 27 janvier 2019http://www.fides.org/fr/news/61562-AMERIQUE_PANAMA_Panama_dans_l_attente_des_jeunes_de_la_JMJ_du_22_au_27_janvier_2019http://www.fides.org/fr/news/61562-AMERIQUE_PANAMA_Panama_dans_l_attente_des_jeunes_de_la_JMJ_du_22_au_27_janvier_2019Panama – La célébration internationale de la prochaine Journée mondiale de la Jeunesse qui se tiendra à Panama sur le thème « Je suis la servante du Seigneur ; qu’il m’advienne selon ta parole » , ainsi que l’a indiqué le Saint-Père François, aura lieu du 22 au 27 janvier 2019. L’annonce de la date a été faite hier par l’Archevêque de Panama, S.Exc. Mgr José Domingo Ulloa Mendieta, durant une rencontre avec les journalistes organisée dans la capitale panaméenne.<br />« Pour établir la date de la JMJ différentes options ont été prises en considérations mais sans doute ce qui a prévalu ont été les facteurs climatiques – a déclaré l’Archevêque selon le communiqué parvenu à Fides. Nous sommes conscient que, dans certains pays, il ne s’agit pas d’une période de vacances mais nous sommes convaincus que cela ne représentera pas un obstacle à ce que des milliers de jeunes des autres continents puissent venir à Panama ». Mgr Ulloa Mendieta a souligné que les jeunes de tous les continents sont les protagonistes de cette Journée, poursuivant : « Nous savons que, lorsque l’on se fixe des objectifs, et surtout lorsque l’on a affaire à leur foi, les jeunes sont créatifs et s’adaptent aux réalités afin de les atteindre ».<br />« Panama vous attend avec le cœur et les bras ouverts – a déclaré l’Archevêque – pour partager la foi, pour nous sentir Eglise, en portant chacun la contribution de notre richesse ethnique et culturelle à cette grande fête spirituelle, où nous montrerons au monde le visage jeune d’une Eglise catholique en sortie, prête à annoncer la joie de l’Evangile aux lointains, aux exclus, à ceux qui se trouvent dans les périphéries existentielles et géographiques ». <br />Sat, 21 Jan 2017 09:28:28 +0100ASIETURQUIE - L’assassinat du Père Santoro raconté par son meurtrierhttp://www.fides.org/fr/news/61560-ASIETURQUIE_L_assassinat_du_Pere_Santoro_raconte_par_son_meurtrierhttp://www.fides.org/fr/news/61560-ASIETURQUIE_L_assassinat_du_Pere_Santoro_raconte_par_son_meurtrierTrabzon - Oğuzhan Akdin, l'assassin du Père Andrea Santoro, âgé de 26 ans, après sa libération – intervenue en août dernier avec plus de 10 ans d’avance par rapport à la durée de la peine carcérale à laquelle il avait été condamné – a raconté pour la première fois à la presse turque sa version de l’homicide, une version destinée à faire discuter à cause de son manque de crédibilité évident.<br />Selon les déclarations du meurtrier, publiées récemment par le journal turc Karadeniz, il se serait rendu le 5 février 2006 armé d’un pistolet dans l’église de Trabzon où se trouvait le Père Santoro, afin de demander au prêtre raison de ses activités et de la conversion au Christianisme d’un certain nombre de jeunes musulmans. A ce point, le prêtre aurait affirmé que « le Christianisme est la seule vraie religion » et qu’un jour « tous les turcs se seraient convertis au Christianisme », provoquant la réaction violente de son interlocuteur. Oğuzhan Akdin aurait alors hurlé que l’islam est la seule vraie religion, tuant le prêtre de deux balles.<br />Le récit fourni par l’assassin constitue un énième acte d’offense vis-à-vis de la figure du Père Santoro, qui a témoigné par sa vie de prêtre, jusqu’au bout, l’amour également pour les musulmans et son absolue extranéité par rapport à des projets de prosélytisme organisé. « Le Père Santoro, par son approche – avait déclaré à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Paolo Bizzeti SJ, Vicaire apostolique d’Anatolie, lors du X° anniversaire de l’assassinat du prêtre italien – aidait à se comprendre et à désarmer les logiques de contraposition. Pour cela, sa figure de missionnaire et d’homme de dialogue demeure très actuelle ».<br />Oguzhan Ayudin, qui au moment de l’homicide était âgé de 16 ans, avait été condamné en 2006 à 18 ans et 10 mois de réclusion, pour être ensuite remis en liberté en août dernier avec plus de 10 ans d’avance par rapport à l’échéance de la peine. Fri, 20 Jan 2017 13:15:49 +0100AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Plus de 4.500 enfants réunis à leurs familles et 16.000 recrutés dans les forces et groupes arméshttp://www.fides.org/fr/news/61559-AFRIQUE_SOUDAN_DU_SUD_Plus_de_4_500_enfants_reunis_a_leurs_familles_et_16_000_recrutes_dans_les_forces_et_groupes_armeshttp://www.fides.org/fr/news/61559-AFRIQUE_SOUDAN_DU_SUD_Plus_de_4_500_enfants_reunis_a_leurs_familles_et_16_000_recrutes_dans_les_forces_et_groupes_armesJuba – Après des années de séparation, au moins 4.563 enfants ont retrouvé leurs familles. « Depuis 2013, 9.046 cas d’enfants à la recherche de leurs familles sont encore ouverts » indique une note du porte-parole local de l’UNICEF parvenue à Fides. A cause du conflit en cours au Soudan du Sud, environ 900.000 mineurs ont dû évacuer dont 14.628 enregistrés comme séparés et disparus par leurs familles respectives et ce depuis décembre 2013, ce qui fait d’eux des personnes exposées à des risques d’abus. Près de 1.200 enfants ont été tués en relation directe avec la guerre. En outre, la note rappelle que, depuis le déclenchement de la guerre civile au Soudan du Sud entre le gouvernement et les groupes rebelles, plus de 16.000 enfants ont été recrutés comme combattants. <br />Fri, 20 Jan 2017 12:43:02 +0100OCEANIE/PAPOUASIE NOUVELLE GUINEE - Nomination de l’Evêque de Keremahttp://www.fides.org/fr/news/61558-OCEANIE_PAPOUASIE_NOUVELLE_GUINEE_Nomination_de_l_Eveque_de_Keremahttp://www.fides.org/fr/news/61558-OCEANIE_PAPOUASIE_NOUVELLE_GUINEE_Nomination_de_l_Eveque_de_KeremaCité du Vatican – Le Saint-Père François, en date du 20 janvier 2017, a nommé Evêque du Diocèse de Kerema le Père Pedro Baquero, SDB, Vicaire provincial des Salésiens en Papouasie Nouvelle Guinée et aux Iles Salomon.<br />Le Père Pedro Baquero, S.D.B. est né à Manille, aux Philippines, le 15 septembre 1970. Il a fréquenté les écoles primaire et secondaire des Salésiens de Pampanga. Entrée en 1989 au Noviciat de la Société de Don Bosco, il a émis ses vœux temporaires le 1er avril 1990. Il a effectué ses études philosophiques au Collège Don Bosco de Canlubang à Laguna, et ses études théologiques au Centres d’Etudes Don Bosco de Paranaque, à Manille. Après ses vœux perpétuels, il a été ordonné le 8 décembre 1999 au Sanctuaire marial de Manille , aux Philippines.<br />Après son ordination sacerdotale, il a exercé les ministères suivants : 2000-2006 : Curé à Lariau, dans le Diocèse de Kerema, en Papouasie Nouvelle Guinée, 2000-2004 : Conseiller au sein de la Communauté salésienne de Lariau, 2004-2006 : Directeur de l’école salésienne de Lariau, 2006-2008 : Curé à Araimiri, dans le Diocèse de Kerema, 2006-2010 : Directeur de l’école salésienne d’Araimiri, 2010-2013 : Directeur de l’école technique de Gabutu, à Port Moresby, 2014-2016 : Délégué supérieur des Salésiens en Papouasie Nouvelle Guinée et aux Iles Salomon, depuis 2016 : Vice-provincial de la nouvelle Province salésienne de Papouasie Nouvelle Guinée et aux Iles Salomon.<br />Le Diocèse de Kerema, érigé en 1971, est suffragant de Port Moresby. Son territoire a une superficie de 34.000 Km2 et sa population est de 160.000 habitants dont 26.200 catholiques. Il compte 11 Paroisses, 11 prêtres dont 5 religieux, 10 religieux non prêtres, 14 religieuses et 3 grands séminaristes. <br />Fri, 20 Jan 2017 12:41:26 +0100AMERIQUE/PEROU - Prise de position des Evêques sur la corruption et l’Association de Vie chrétiennehttp://www.fides.org/fr/news/61557-AMERIQUE_PEROU_Prise_de_position_des_Eveques_sur_la_corruption_et_l_Association_de_Vie_chretiennehttp://www.fides.org/fr/news/61557-AMERIQUE_PEROU_Prise_de_position_des_Eveques_sur_la_corruption_et_l_Association_de_Vie_chretienneLima – La Conférence épiscopale du Pérou, au terme de sa 109ème Assemblée ordinaire, a publié une note, envoyée notamment à l’Agence Fides, dans laquelle elle exprime sa solidarité aux frères victimes des catastrophes naturelles ayant eu lieu voici quelques jours dans les environs de la capitale à cause des pluies et dénonce par ailleurs les épisodes de corruption que les moyens de communication portent actuellement à la connaissance de l’opinion publique.<br />« Nous sommes préoccupés par la corruption qui implique de grandes entreprises financières nationales et étrangères telles que Odebrecht, ainsi que des hauts fonctionnaires du pays. Nous espérons que la magistrature pourra aller de l’avant avec fermeté et décision dans la recherche de la vérité. Notre refus de la corruption est ferme, d’où qu’elle vienne » peut-on lire dans le texte.<br />Les Evêques ont également souligné la demande de justice et de vérité à propos de l’affaire de la Société de vie apostolique Association de Vie chrétienne, fondée au Pérou et diffusée également à l’étranger. « Nous sommes d’accord avec tous ceux qui veulent connaître la vérité à propos des accusations adressées à certains membres de l’Association de Vie chrétienne. Nous sommes solidaires des victimes et nous attendons un dédommagement adéquat. Nous demandons à ce que les décisions des tribunaux civils soient justes et nous attendons une prompte réponse du Tribunal ecclésiastique » précise la note. Enfin, elle rappelle qu’en 2017 sera célébré le IV° centenaire de la mort de Sainte Rose de Lima, patronne du Pérou. <br />Fri, 20 Jan 2017 12:03:57 +0100AFRIQUE/NIGERIA - Déclarations de l’Archevêque d’Abuja à propos de la disparition du Père Okaya en 2015http://www.fides.org/fr/news/61556-AFRIQUE_NIGERIA_Declarations_de_l_Archeveque_d_Abuja_a_propos_de_la_disparition_du_Pere_Okaya_en_2015http://www.fides.org/fr/news/61556-AFRIQUE_NIGERIA_Declarations_de_l_Archeveque_d_Abuja_a_propos_de_la_disparition_du_Pere_Okaya_en_2015Abuja – Depuis plus d’un an, on est sans nouvelles du Père Gabriel Oyaka, religieux spiritain nigérian, enlevé le 7 septembre 2015 dans l’Etat de Kogi . Au cours d’une conférence de presse organisée après la Messe célébrée en mémoire du prêtre enlevé, S.Em. le Cardinal Olorunfemi Onaiyekan, Archevêque d’Abuja, a rappelé que les ravisseurs ne se sont pas manifestés et qu’aucune demande de rançon n’a été faite par eux, soulignant qu’il appartient aux autorités de protéger la vie et les biens des nigérians. « Le gouvernement a la responsabilité de protéger les vies et les propriétés de ses citoyens et l’Eglise ne peut rien faire que de demander au gouvernement de faire son travail » a déclaré le Cardinal.<br />En se référant aux différents enlèvements de citoyens innocents, dont plusieurs prêtres, le Cardinal a remarqué que « il s’agit d’une tragédie qui a bouleversé notre terre et le nom qui vient souvent sur les lèvres est celui des bergers Fulanis qui seraient derrière ces homicides, ces enlèvements et ces destructions de vies et de propriétés ».<br />Les bergers Fulanis sont accusés d’avoir attaqué différents villages d’agriculteurs lors de leurs déplacements à la recherche de nouveaux pâturages pour leurs troupeaux. « De mon point de vue, nous nous trouvons face à une urgence nationale et l’ensemble du pays doit s’unir pour mettre fin à cette violence » a-t-il conclu. <br />Fri, 20 Jan 2017 11:52:57 +0100ASIE/TERRE SAINTE - Opposition à l’annexion de facto au travers des colonies illégales de la part des Evêques de la Coordination Terre Saintehttp://www.fides.org/fr/news/61555-ASIE_TERRE_SAINTE_Opposition_a_l_annexion_de_facto_au_travers_des_colonies_illegales_de_la_part_des_Eveques_de_la_Coordination_Terre_Saintehttp://www.fides.org/fr/news/61555-ASIE_TERRE_SAINTE_Opposition_a_l_annexion_de_facto_au_travers_des_colonies_illegales_de_la_part_des_Eveques_de_la_Coordination_Terre_SainteBethléem – L'occupation militaire ayant pesé pendant 50 ans sur la Cisjordanie, Jérusalem-est et la bande de Gaza a violé « la dignité humaine tant des palestiniens que des israéliens ». Maintenant, toutes les personnes responsables sont appelées à s’opposer à la construction de colonies israéliennes sur des terres palestiniennes, qui représente une « annexion de facto » et « met en danger les possibilités de paix ». Tels sont quelques-uns des passages clefs du message conclusif diffusé par les Evêques provenant d’Europe, des Etats-Unis, du Canada et d’Afrique du Sud, membres de la Coordination Terre Sainte, au terme de leur traditionnelle visite de solidarité aux communautés chrétiennes de Terre Sainte qui a eu lieu cette année à Gaza, Jaffa, Jérusalem, Hébron et Bethléem du 14 au 19 janvier.<br />Dans le communiqué final signé par les 12 Evêques ayant effectué le pèlerinage de cette année, il est également fait référence aux souffrances de Gaza, « qui continue à vivre au milieu d’une catastrophe humanitaire générée par l’homme lui-même, la population y ayant passé une décennie entière en état de siège, situation aggravée par l’impasse politique provoquée par un manque de bonne volonté de l’ensemble des parties en cause ». Les Evêques signataires du document indiquent la route de la « résistance non violente » comme méthode pour faire face à « des injustices telles que l’incessante construction du mur de séparation en terre palestinienne, y compris la vallée de Cremisan ». <br />Fri, 20 Jan 2017 11:35:45 +0100ASIE/JAPON - Vers la prochaine Béatification du vénérable Takayama Ukon, samouraï du Christhttp://www.fides.org/fr/news/61554-ASIE_JAPON_Vers_la_prochaine_Beatification_du_venerable_Takayama_Ukon_samourai_du_Christhttp://www.fides.org/fr/news/61554-ASIE_JAPON_Vers_la_prochaine_Beatification_du_venerable_Takayama_Ukon_samourai_du_ChristOsaka – Le 7 février prochain se tiendra à Osaka la Messe solennelle de béatification du Vénérable Justo Takayama Ukon , le samouraï du Christ, personnage cher à l’Eglise au Japon. C’est ce qu’a annoncé hier à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Isao Kikuchi, SVD, Evêque de Niigata et Président de Caritas Japon, se référant à la date officialisée dans le cadre des échanges entre la Conférence épiscopale du Japon et le Saint-Siège. Le Pape François a signé le décret de béatification en janvier 2016 et l’Eglise au Japon s’est préparée pendant un an à l’événement, demandant à ce qu’il soit célébré sur le sol nippon. La Saint-Siège a accueilli favorablement cette demande et ce sera S.Em. le Cardinal Angelo Amato, Préfet de la Congrégation pour la Cause des Saints, qui célébrera la Messe à cette occasion, laquelle sera transmise au Japon en direct télévisée.<br />La Conférence épiscopale, une fois achevée la phase diocésaine du procès en béatification, avait présenté en août 2013, la documentation nécessaire à la phase romaine à la Congrégation pour la Cause des Saints.<br />Parmi les nombreux saints de l’Histoire de l’Eglise au pays du Soleil levant – 42 saints et 393 bienheureux y compris des missionnaires européens – tous martyrs tués in odium fidei au cours de différentes vagues de persécutions, le cas de Justo Takayama Ukon constitue une figure particulière. Il s’agit en effet d’un laïc, homme politique, militaire – feudataire et samouraï – qui parvient à la gloire des autels sans avoir été tué mais seulement parce qu’il a choisi de suivre le Christ pauvre, obéissant et crucifié. Justo Takayama Ukon a renoncé à une position sociale de haut rang, à la noblesse et à la richesse pour rester fidèle au Christ et à l’Evangile.<br />Issu d’une famille de propriétaires terriens, Justo Takayama Ukon se convertit au Christianisme à l’âge de 12 ans en entrant en contact avec les missionnaires jésuites, suivant ainsi les traces de son père. L’Evangile avait été introduit au Japon grâce à Saint François Xavier, membre de la Compagnie de Jésus, en 1549 et s’était diffusé rapidement. Lorsque le shogun Toyotomi Hideyoshi arriva au pouvoir et interdit la pratique du Christianisme, tous les grands feudataires acceptèrent cette disposition à l’exception de Justo Takayama Ukon. Il perdit par suite ses propriétés, sa charge, son statut social, l’honneur et la respectabilité, devenant un vagabond contraint à l’exil. Avec 300 autres chrétiens japonais, il trouva refuge à Manille où il mourut de maladie à peine quarante jours après son arrivée le 4 février 1615.<br />Les fidèles japonais en proclamèrent la sainteté dès le XVII° siècle mais la politique isolationniste du pays empêcha la collecte des preuves nécessaires pour en attester la sainteté de la part des enquêteurs canoniques. Ce n’est qu’en 1965 que son cas fut repris par les Evêques du Japon qui en ont promu unanimement le procès de béatification.<br />Son histoire a été transformée en un documentaire intitulé « Ukon le Samouraï : la voie de l’épée, la voie de la croix » produit par Aurora Vision avec le patronage du Conseil pontifical de la Culture, la collaboration de l’Ambassade du Japon près le Saint-Siège, de la Conférence épiscopale du Japon, des Jésuites d’Italie et de la Trentino Film Commission.<br />Le logo choisi pour la béatification du vénérable consiste en un dessin de Sœur Ester Kitazume, des Pieuses Disciples du Divin Maître, qui reproduit les sept étoiles rondes des armes de la famille de Justo Takayama Ukon avec la croix et trois anneaux sur le fond. Les sept étoiles en question indiquent la famille de Justo Takayama Ukon mais aussi les sept Sacrements et les sept dons de l’Esprit Saint. La croix est signe de l’offrande de la vie de Justo Takayama Ukon. <br />Fri, 20 Jan 2017 11:17:40 +0100AMERIQUE/PEROU - Des aides biomécaniques pour 350 handicapés en situation de pauvretéhttp://www.fides.org/fr/news/61553-AMERIQUE_PEROU_Des_aides_biomecaniques_pour_350_handicapes_en_situation_de_pauvretehttp://www.fides.org/fr/news/61553-AMERIQUE_PEROU_Des_aides_biomecaniques_pour_350_handicapes_en_situation_de_pauvreteLima – Caritas Pérou, au travers de la Gérance pour le Développement social et grâce au soutien solidaire de Hans Peter Dentler, un ressortissant allemand, distribuera des aides biomécaniques dont bénéficieront 350 personnes affectées par des handicaps physiques et en situation de pauvreté dans l’ensemble du pays. La campagne, intitulée « Fauteuils roulants pour les plus pauvres des pauvres », naquit en 1999 lors que Hans Peter Dentler décida d’aider les handicapés. En 2001, il lança le programme au travers duquel il a jusqu’ici contribué à améliorer la vie de plus de 26.000 personnes handicapées dans différents pays : Sri Lanka, Serbie, Malaisie, Roumanie, Turquie, Rwanda, Congo, Kenya, Afghanistan, Nicaragua, Salvador, Bolivie et Pérou. Il a distribué notamment à ce titre des fauteuils roulants, des déambulateurs, des cannes, des prothèses pour les membres inférieurs et des béquilles.<br />Selon la note parvenue à Fides, cette campagne est effectuée au travers de 10 Caritas diocésaines qui sont chargées de la présélection des bénéficiaires et de l’envoi en Allemagne de leurs dossiers, de manière à ce que de là puissent parvenir des aides ciblées par rapport aux besoins. Grâce à ce programme, Caritas Pérou a jusqu’ici aidé plus de 6.000 handicapés en situation de pauvreté. Cette année, la distribution sera assurée par chacune des Caritas diocésaines participantes. <br /><br />Fri, 20 Jan 2017 10:22:25 +0100AMERIQUE/VENEZUELA - Absence du Délégué du Pape aux rencontres pour le dialogue, une absence révélatricehttp://www.fides.org/fr/news/61552-AMERIQUE_VENEZUELA_Absence_du_Delegue_du_Pape_aux_rencontres_pour_le_dialogue_une_absence_revelatricehttp://www.fides.org/fr/news/61552-AMERIQUE_VENEZUELA_Absence_du_Delegue_du_Pape_aux_rencontres_pour_le_dialogue_une_absence_revelatriceCaracas – Le Secrétaire exécutif de la Mesa de la Unidad Democratica , Jesus Alberto Torrealba, a indiqué hier, 19 janvier, que le Nonce apostolique au Venezuela, S.Exc. Mgr Aldo Giordano, a informé les membres de l’opposition que S.Exc. Mgr Claudio Maria Celli, ne participera pas à la réunion pour le dialogue qui se déroule dans le pays.<br />Le texte de la note parvenue à Fides reprend la communication du Nonce à Jesus Alberto Torrealba : « Je désire vous informer que S.Exc. Mgr Claudio Maria Celli, Délégué du Pape aux rencontres pour le dialogue au Venezuela, a renoncé à sa visite dans le pays pour les prochains jours, ce qui fait qu’il ne participera pas aux réunions prévues ». Il a par ailleurs poursuivi : « le soussigné Mgr Aldo Giordano, Nonce apostolique au Venezuela, a été nommé Délégué du Saint-Siège pour ces éventuelles rencontres ».<br />Au cours des jours derniers, avait été diffusée par la presse la position du Président de la Conférence épiscopale du Venezuela , S.Exc. Mgr Diego Padron, s’agissant du dialogue entre opposition et gouvernement. L’Evêque considère que ce dialogue doit se poursuivre mais en changeant complètement de forme et de méthodologie parce qu’il ne disposait pas d’objectifs clairs et surtout que l’application des accords faisait défaut.<br />Toujours au cours de la journée d’hier, Jesus Alberto Torrealba avait déclaré en réponse à Mgr Giordano : « Les raisons qui portent aujourd’hui le Saint-Siège à ne pas envoyer, dans les circonstances actuelles, le Délégué du Pape au Venezuela sont parfaitement compréhensibles ». « En diplomatie – a ajouté Jesus Alberto Torrealba – l’absence peut constituer une forme d’expression de la présence et le silence peut devenir le discours le plus éloquent. Par suite, nous espérons que ce geste significatif fera réfléchir ceux qui, au sein du gouvernement national, ont disloqué le mécanisme de dialogue au travers de leur manque d’acceptation systématique et d’application des accords ». <br />Fri, 20 Jan 2017 10:04:38 +0100AFRIQUE/COTE D’IVOIRE - Nouvelles contestations de militaires et de gendarmes et opération contre l’UCAOhttp://www.fides.org/fr/news/61551-AFRIQUE_COTE_D_IVOIRE_Nouvelles_contestations_de_militaires_et_de_gendarmes_et_operation_contre_l_UCAOhttp://www.fides.org/fr/news/61551-AFRIQUE_COTE_D_IVOIRE_Nouvelles_contestations_de_militaires_et_de_gendarmes_et_operation_contre_l_UCAOAbidjan – Différentes zones de Côte-d’Ivoire sont en proie à des contestations de militaires, de gendarmes, d’agents de police et de douaniers qui sont descendus dans la rue en tirant en l’air et intimidant les civils. D’Abidjan à Yamoussoukro, de Bouaké à San Pedro, au cours de cette dernière semaine, les épisodes de mutinerie de militaires et de gendarmes se sont multipliés après l’accord signé avec la partie des militaires issue de la guérilla intégrés au sein de l’armée. Ces derniers étaient descendus dans la rue à Man, Bouaké et dans d’autres villes du nord du pays qui avaient constitué des bastions de la rébellions au cours de la crise ayant duré de 2002 à 2011, obtenant une augmentation de solde qui n’a cependant pas été accordée aux autres militaires .<br />Les contestations des militaires créent actuellement une fracture entre l’armée et la société civile qui, outre à voir ses propres activités bloquées, craint que les progrès économiques réalisés au cours de ces dernières années puissent être compromis par une reprise de l’instabilité.<br />La solution invoquée par beaucoup consiste dans une profonde réforme de l’armée qui exclue de ses rangs ceux qui considèrent le fait de porter un uniforme comme une occasion pour extorquer de l’argent et des faveurs.<br />Le climat d’intimidation n’a pas épargné l’Université Catholique d’Afrique de l’ouest dans la mesure où son siège d’Abidjan a fait l’objet, le 16 janvier, d’une opération menée par plusieurs individus armés, qui ont proféré des menaces et volé étudiants et professeurs. Thu, 19 Jan 2017 13:10:07 +0100AFRIQUE/GAMBIE - Vers la prestation de serment du nouveau Président à l’Ambassade gambienne de Dakarhttp://www.fides.org/fr/news/61550-AFRIQUE_GAMBIE_Vers_la_prestation_de_serment_du_nouveau_President_a_l_Ambassade_gambienne_de_Dakarhttp://www.fides.org/fr/news/61550-AFRIQUE_GAMBIE_Vers_la_prestation_de_serment_du_nouveau_President_a_l_Ambassade_gambienne_de_DakarBanjul – Le Président élu de Gambie, Adama Barrow, prêtera serment ce 19 janvier au siège de l’Ambassade gambienne de Dakar, au Sénégal, où il s’est réfugié après que le Président sortant, Yahya Jammeh, ait décidé de ne pas lui remettre le pouvoir .<br />L’installation depuis l’étranger du nouveau Chef de l’Etat ouvre les portes à l’intervention militaire en Gambie des pays de la Communauté économique des Etats d’Afrique occidentale . Adama Barrow, reconnu comme Chef de l’Etat gambien légitime par la communauté internationale, pourra en effet invoquer l’intervention des Etats limitrophes afin de déposer son prédécesseur et de prendre le pouvoir dans le pays.<br />Entre temps, selon des sources de la presse locale, Yahya Jammeh aurait recruté des mercenaires originaires du Liberia, de Sierra Leone, du Mali et de Casamance, la province méridionale du Sénégal limitrophe de la Gambie. Dans ces pays, sont présents des combattants et d’anciens membres des milices ayant combattu les guerres civiles locales, lesquels ont souvent conservé leurs armes. Il est donc aisé de les recruter pour de nouveaux combats. Dans le même temps, les armées du Sénégal, du Nigeria et du Ghana ont pris position le long de la frontière entre le Sénégal et la Gambie en vue d’une intervention dans le petit pays africain. <br /><br />Thu, 19 Jan 2017 12:37:47 +0100ASIE/MYANMAR - Disparition de deux chrétiens dans l’Etat Kachinhttp://www.fides.org/fr/news/61549-ASIE_MYANMAR_Disparition_de_deux_chretiens_dans_l_Etat_Kachinhttp://www.fides.org/fr/news/61549-ASIE_MYANMAR_Disparition_de_deux_chretiens_dans_l_Etat_KachinYangon – Deux responsables chrétiens d’ethnie kachin ont disparu dans l’Etat Kachin où se poursuivent les combats entre groupes indépendantistes et armée birmane et d’où le flux de réfugiés continue. Dumdaw Nawng Lat et Langjaw Gam Seng ont disparu à Noël dernier et on craint qu’ils aient pu être enlevés par les militaires birmans. Les deux chrétiens s’étaient déplacés de la ville de Mong Ko à celle de Muse, dans l’Etat Shan, afin de discuter avec les militaires déployés sur place du cas de l’arrestation d’un homme du cru de leur connaissance.<br />Selon des sources locales de Fides, la responsabilité de la disparition des deux hommes doit être attribuée à l’armée. Dumdaw Nawng Lat et Langjaw Gam Seng avaient également travaillé comme guides locaux, accompagnant des journalistes dans l’Etat Kachin et leur montrant une église catholique bombardée et endommagée par les militaires birmans. Leur enlèvement, selon les sources, pourrait constituer une rétorsion de l’armée en réponse à cet acte de « mauvaise propagande ».<br />Interrogé par Fides, le Père Joseph Yung Wa, prêtre du Diocèse de Myitkyina, capitale de l’Etat Kachin, raconte : « La situation est encore très tendue. Les combats se poursuivent et la souffrance de la population civile est encore un fait. Les évacués voient leur nombre augmenter et ont des difficultés à vivre. La population est désespérée. A Myitkyina, en tant qu’Eglise locale, nous nous occupons de deux camps d’évacués et assistons plus de 5.000 personnes se trouvant dans cette situation ».<br />Dans la zone, on nourrissait beaucoup d’espoir après la conférence sur la réconciliation avec les minorités ethniques organisée par le gouvernement birman en septembre dernier : « Cette conférence n’a pas eu d’impact sur notre réalité. La présence des militaires est envahissante. Nous espérons que le gouvernement birman s’intéressera avec sollicitude à l’instauration d’une véritable paix et qu’il restituera une vie digne et sereine à la population locale, composée d’agriculteurs » conclut le prêtre.<br />« Au cours de cette nouvelle phase de la démocratie en Birmanie, il est choquant d’apprendre la disparition de deux responsables kachins chrétiens et l’existence d’autres violations des droits fondamentaux encore commises par des militaires. Nous demandons aux autorités du Myanmar d’intervenir et de faire la lumière immédiatement dans cette affaire » demande l’ONG Christian Solidarity Worldwide . « Des abus concernant les droits fondamentaux sont encore commis dans les Etats Rakhine, Kachin et Shan » affirme une note de l’ONG parvenue à Fides. Le texte demande la constitution d’une Commission d’enquête spéciale de l’ONU pour le Myanmar « où se commettent impunément des crimes contre l’humanité » indique CSW. La demande de constitution de cette Commission est appuyée par un réseau de 40 organisations de la société civile birmane qui l’a présentée au rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des droits fondamentaux dans le pays, la coréenne Yanghee Lee, qui est sur le point de conclure sa visite au Myanmar, prévue du 9 au 20 janvier. <br />Thu, 19 Jan 2017 12:27:14 +0100ASIE/SYRIE - Prochaine visite à Alep du Nonce apostolique en Syrie annoncée par le Vicaire apostolique d’Alep pour les catholiques de rite latinhttp://www.fides.org/fr/news/61548-ASIE_SYRIE_Prochaine_visite_a_Alep_du_Nonce_apostolique_en_Syrie_annoncee_par_le_Vicaire_apostolique_d_Alep_pour_les_catholiques_de_rite_latinhttp://www.fides.org/fr/news/61548-ASIE_SYRIE_Prochaine_visite_a_Alep_du_Nonce_apostolique_en_Syrie_annoncee_par_le_Vicaire_apostolique_d_Alep_pour_les_catholiques_de_rite_latinAlep – Dans l’après-midi de ce 19 janvier, est prévue l’arrivée à Alep de S.Em. le Cardinal Mario Zenari, Nonce apostolique en Syrie. Il effectuera dans la ville une visite riche en rendez-vous et en rencontres qui se prolongera jusqu’à lundi prochain. Le représentant pontifical sera accompagné notamment par Mgr Giovanni Pietro Dal Toso, qui était, jusqu’au 31 décembre dernier, Secrétaire du Conseil pontifical Cor Unum. « Ce qui débute aujourd’hui – indique à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Georges Abou Khazen OFM, Vicaire apostolique d’Alep pour les catholiques de rite latin – est la première que le Nonce effectue depuis que toute la ville est revenue sous le contrôle du gouvernement et c’est également la première fois qu’il vient depuis qu’il est devenu Cardinal. Nous sommes tous contents. Ici, la population, y compris les non chrétiens, ne se lassent pas de remercier pour tout ce que le Pape François fait et dit pour la Syrie et elle profitera certainement de l’occasion pour manifester sa gratitude au représentant du Pape ».<br />Le programme des journées du Cardinal à Alep est intense : « Le Cardinal et Nonce apostolique – indique à Fides Mgr Abou Khazen – aura une rencontre avec les Evêques, les prêtres, les religieux et les religieuses des Eglises catholiques. Il visitera ensuite les trois hôpitaux chrétiens, qui traversent une phase d’urgence. Sont également prévues deux visites à des camps d’accueil de réfugiés où opèrent la Caritas et le Jesuit Refugee Service, et où le Cardinal rencontrera également les familles évacuées des quartiers orientaux qui demeurent entre les mains des rebelles. Le représentant pontifical visitera également les églises dévastées et rencontrera les autorités civiles et religieuses. Par ailleurs, le 21 janvier, il participer à la veillée œcuménique avec des Evêques, des prêtres et des fidèles de toutes les Eglises réunis à l’occasion de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Nous prierons ensemble également pour la renaissance d’Alep ». <br />Thu, 19 Jan 2017 11:56:20 +0100EUROPE/ESPAGNE - Témoignage du Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires du Maroc sur l’absence de peur liée à l’existence d’une amitié entre chrétiens et musulmanshttp://www.fides.org/fr/news/61547-EUROPE_ESPAGNE_Temoignage_du_Directeur_national_des_OEuvres_pontificales_missionnaires_du_Maroc_sur_l_absence_de_peur_liee_a_l_existence_d_une_amitie_entre_chretiens_et_musulmanshttp://www.fides.org/fr/news/61547-EUROPE_ESPAGNE_Temoignage_du_Directeur_national_des_OEuvres_pontificales_missionnaires_du_Maroc_sur_l_absence_de_peur_liee_a_l_existence_d_une_amitie_entre_chretiens_et_musulmansMadrid – « Simeone Czeslaw Stachera, Directeur des Œuvres pontificales missionnaires du Maroc et Vicaire général de Tanger, est surtout un missionnaire ». C’est ainsi qu’a été présenté hier par le Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires d’Espagne, le Père Anastasio Gil, ce missionnaire franciscain d’origine polonaise qui a œuvré pendant de nombreuses années en Bolivie. Aujourd’hui « pasteur de tous » et non pas seulement de la petite communauté chrétienne du Maroc, le Père Stachera a affirmé que, « lorsqu’il existe l’amitié entre chrétiens et musulmans, la peur est absente. Voila pourquoi l’Eglise au Maroc sait bien qu’elle ne peut demeurer dans les églises mais qu’elle doit sortir en direction de tous, vers les familles, là où il est possible de conserver et de donner une dignité à la vie humaine ».<br />En tant que Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires du Maroc, son travail avec les enfants se déroule sur trois fronts : le premier est celui des minorités chrétiennes, auprès desquelles il est nécessaire d’œuvrer surtout auprès des enfants des travailleurs étrangers qui passent une période dans le pays ; le deuxième concernant l’éducation des enfants marocains et la lutte contre la pauvreté. A ce propos, il a mis en évidence la générosité de l’Eglise en Espagne, en termes de personnel – 78 missionnaires espagnols présents dans le pays – et d’aides économiques. Le troisième domaine d’intervention, depuis 5 ou 6 ans, concerne les enfants des migrants les plus vulnérables, allant de ceux qui sont abandonnés jusqu’à ceux qui perdent leurs parents.<br />Le Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires du Maroc a mis en évidence en ce domaine l’implication personnelle de l’Archevêque de Tanger, lui aussi missionnaire franciscain espagnol, S.Exc. Mgr Santiago Agrelo. Le Père Stachera a déclaré sans ambages que « tout ce qui concerne les migrants nous appartient ».<br />La conférence de presse organisée par les Œuvres pontificales missionnaires à Madrid à l’occasion de la Journée de l’Enfance missionnaire, qui sera célébrée en Espagne Dimanche prochain, 22 janvier, s’est achevée par une intervention du Père Gil qui a indiqué dans le détail la contribution des Œuvres pontificales missionnaires dans ce pays d’Afrique, se plaignant du fait que la seule information présente sur le Maroc est toujours celle « du filet qui nous sépare » alors que « les enfants qui vivent au Maroc sont comme ceux qui vivent dans notre ville ». Le Père Gil a souligné enfin que « de l’autre côté du mur, de nombreux enfants reçoivent l’aide de l’Enfance missionnaire, y compris de nombreux musulmans alors que nous recevons de là le témoignage d’une vie de foi qui nous pousse à nous engager davantage ». <br />Thu, 19 Jan 2017 11:37:33 +0100AMERIQUE/ETATS UNIS - Plus de 800 points de repères au profit des immigrés dans le cadre du Mouvement des Sanctuaireshttp://www.fides.org/fr/news/61546-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Plus_de_800_points_de_reperes_au_profit_des_immigres_dans_le_cadre_du_Mouvement_des_Sanctuaireshttp://www.fides.org/fr/news/61546-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Plus_de_800_points_de_reperes_au_profit_des_immigres_dans_le_cadre_du_Mouvement_des_SanctuairesTucson – Quelques heures avant la prestation de serment du nouveau Président des Etats-Unis, le nombre d’églises et de congrégations religieuses ayant adhéré au Mouvement des Sanctuaires afin d’offrir une protection aux immigrés en situation irrégulière se trouvant aux Etats-Unis dépasse désormais les 800. Maintenant, les responsables religieux, protestants, catholiques et juifs, pensent intégrer également les mosquées, outre à organiser des veillées et des manifestations de protestation.<br />L’idée, selon la note des organisateurs du Mouvement envoyée à Fides, est de s’opposer aux plans annoncés par l’Administration Trump et de protéger les groupes vulnérables. Est prévue pour la semaine prochaine une dizaine de veillées, de conférences et d’autres événements à Los Angeles et San Francisco , Denver , Portland , Tucson et Philadelphia .<br />Le Mouvement des Sanctuaires est né au sein de l’église presbytérienne au sud de Tucson, en mars 1982, comme un défi à l’administration fédérale qui, à ce moment-là, devait résoudre le problème des immigrés arrivant d’Amérique centrale qui fuyaient la guerre civile. Le mouvement a grandi et, peu de temps après, comptait déjà plus de 500 réalités protestantes, catholiques et juives dans 17 villes, qui sont depuis lors devenues des points de repères sûrs pour les immigrés. <br /><br /><br />Thu, 19 Jan 2017 11:03:42 +0100