Fides News - French (Standard)http://www.fides.org/Les Dépêches de l'Agence FidesfrLes contenus du site sont publiés sous licence Creative Commons.ASIE/BANGLADESH - Nomination de l’Evêque auxiliaire de Dhakahttp://www.fides.org/fr/news/59363-ASIE_BANGLADESH_Nomination_de_l_Eveque_auxiliaire_de_Dhakahttp://www.fides.org/fr/news/59363-ASIE_BANGLADESH_Nomination_de_l_Eveque_auxiliaire_de_DhakaCité du Vatican – Le Saint-Père François, en date du 8 février 2016, a nommé Evêque auxiliaire de l’Archidiocèse de Dhaka le Père Shorot Francis Gomes, Vicaire général de ce même Archidiocèse, lui assignant le siège épiscopal titulaire de Forma.<br />Le Père Shorot Francis Gomes est né le 15 décembre 1965 à Hashnabad, dans l’Archidiocèse de Dhaka. Après sa scolarité primaire et secondaire, effectuée à l’école de la Sainte Croix de Bandura, il est entré au Petit Séminaire Little Flower . Il a ensuite poursuivi ses études au Séminaire intermédiaire Saint Joseph de Dhaka. Alors qu’il vivait au Séminaire, il a obtenu une licence en art au Collège Notre-Dame de Dhaka. En 1984, il est entré au Grand Séminaire du Saint Esprit de Dhaka où il a achevé ses études philosophiques et théologiques. Il a été ordonné prêtre le 31 mai 1990 pour l’Archidiocèse de Dhaka.<br />Après son ordination sacerdotale, il a exercé les ministères suivants : 1990-1994 : Vicaire de la Paroisse de la Cathédrale et à Nagari Church, 1994-1998 : Recteur du Petit Séminaire Little Flower de Bandura, 1998-2002 : Etudes de Doctorat en Théologie morale à l’Alfonsianum de Rome, 2002-2005 : Vicaire paroissial à Nagari et Tejgaon Church, 2005-2009 : Vice-recteur du Grand Séminaire du Saint Esprit de Dhaka, 2009-2012 : Recteur du Grand Séminaire du Saint Esprit de Dhaka, 2012-2015 : Vicaire général du nouveau Diocèse de Sylhet. Depuis 2016, il est Vicaire général de l’Archidiocèse de Dhaka. <br />Tue, 09 Feb 2016 09:33:39 +0100OCEANIE/AUSTRALIE - Cinquantenaire du Projet Compassionhttp://www.fides.org/fr/news/59364-OCEANIE_AUSTRALIE_Cinquantenaire_du_Projet_Compassionhttp://www.fides.org/fr/news/59364-OCEANIE_AUSTRALIE_Cinquantenaire_du_Projet_CompassionSydney – L’année 2016, outre le Jubilé de la Miséricorde, marque également le 50ème anniversaire du Projet Compassion, la campagne de Carême de collecte de fonds et de sensibilisation menée par Caritas Australie. Ainsi que l’indique une note envoyée à Fides, chaque année, le Projet Compassion, lancé au cours des six semaines de Carême, rassemble des milliers de participants et de bienfaiteurs dans l’ensemble des Diocèses qui, par solidarité envers les pauvres et pour aider à combattre la pauvreté, promeuvent la justice et la dignité dans le monde.<br />Les membres de Caritas Australie ont exprimé leur gratitude aux communautés paroissiales, aux écoles, aux mouvements et aux associations ecclésiales pour leurs généreuses contributions au Projet Compassion au cours de ces nombreuses années. L’an dernier, la collecte a atteint le chiffre record de 11,57 millions de dollars. Les fonds recueillis sont employés pour des aides humanitaires et des projets de développement à long terme dans plus de 40 pays d’Asie, d’Afrique, d’Amérique latine et d’Océanie.<br />Au cours de l’Année spéciale de la Miséricorde, S.Exc. Mgr Bill Wright lancera officiellement le Projet Compassion à Newcastle. « Le Projet Compassion a aidé et transformé des millions de vie en 50 ans de service. Au travers de cette œuvre, nous avons témoigné foi, compassion et générosité envers les membres les plus vulnérables de la famille globale » a déclaré l’Evêque, souhaitant un engagement et un effort de charité dans toutes les communautés locales, remarquant par ailleurs que le domaine privilégié du Projet sera cette année celui de l’instruction. <br />Tue, 09 Feb 2016 10:18:31 +0100AMERIQUE/MEXIQUE - Solidarité de l’Evêque de Cuernavaca avec la contestation de l’Universitéhttp://www.fides.org/fr/news/59365-AMERIQUE_MEXIQUE_Solidarite_de_l_Eveque_de_Cuernavaca_avec_la_contestation_de_l_Universitehttp://www.fides.org/fr/news/59365-AMERIQUE_MEXIQUE_Solidarite_de_l_Eveque_de_Cuernavaca_avec_la_contestation_de_l_UniversiteMorelos – L’Evêque de Cuernavaca, S.Exc. Mgr Ramon Castro Castro, a rendu visite, Dimanche dernier, 7 février, ce qu’il est convenu d’appeler le « sit-in de la dignité » de l’Université autonome de l’Etat de Morelos , sis sur la place centrale de la capitale de l’Etat, exprimant ainsi sa solidarité avec la cause des étudiants de ce centre universitaire.<br />Les demandes de l’Université sont au nombre de 13, centrées sur la requête faite au gouvernement de respecter les promesses faites, à savoir autoriser la construction de l’hôpital universitaire et assigner les fonds – 10 millions de pesos mexicains soit un peu plus de 479.000 €uros – actuellement entre les mains de l’exécutif pour pouvoir administrer les œuvres et payer le personnel.<br />« La lutte de l’université est également une nécessité et représente les sentiments de nombreuses personnes. Je pense qu’il s’agit d’une cause que nous devons tous soutenir » a déclaré Mgr Ramon Castro, qui a invité tous les résidents de Morelos à adhérer à ce mouvement et à soutenir l’UAEM et ses requêtes.<br />De son côté, le recteur de l’UAEM, Alejandro Vera Jimenez, a remercié l’Evêque pour la rencontre, qui a eu lieu dans un climat cordial et ouvert et au cours de laquelle il a exprimé le souhait que la controverse se résolve de manière pacifique et responsable. Selon des données de l’UAEM, l’Université est l’une des premières du Mexique, avec 15 Facultés, 3 Instituts et 6 centres de recherche accueillant plus de 18.000 étudiants. <br /><br /><br />Tue, 09 Feb 2016 10:30:41 +0100ASIE/IRAQ - Boycott de la Conférence sur la coexistence pacifique et réaction du Patriarche d’Antioche des Chaldéenshttp://www.fides.org/fr/news/59367-ASIE_IRAQ_Boycott_de_la_Conference_sur_la_coexistence_pacifique_et_reaction_du_Patriarche_d_Antioche_des_Chaldeenshttp://www.fides.org/fr/news/59367-ASIE_IRAQ_Boycott_de_la_Conference_sur_la_coexistence_pacifique_et_reaction_du_Patriarche_d_Antioche_des_ChaldeensBagdad – Les représentants chrétiens invités à participer à la Conférence sur la sauvegarde de la coexistence pacifique, qui s’est tenue le 7 février au Parlement irakien, ont décidé de déserter la manifestation pour signifier leur propre distance par rapport à des occasions dans lesquelles les appels à la coexistence et à la concorde entre les différentes identités ethniques et religieuses se transforment en de simples formules rhétoriques, sans que soient en rien remises en cause les discriminations dont souffrent les groupes minoritaires. Outre les communautés chrétiennes, la conférence a également été boycottée par d’autres minorités religieuses comme les yézidis et les mandéens. « A quoi sert de se spécialiser dans la participation à des rencontres comme celle-ci et de répéter les formules qui forment le titre des conférences si, par la suite, ne sont mises en place ni initiatives ni changements au plan concret ? » a déclaré aux moyens de communication locaux le Patriarche d’Antioche des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako. La conférence était organisée sous le patronage de la Présidence du Parlement et du Conseil sunnite pour les dotations religieuses et vu la participation d’hommes politiques, de représentants diplomatiques et de ministres du gouvernement irakien.<br />Au cours des jours derniers, le Patriarche d’Antioche des Chaldéens avait adressé un appel éploré aux autorités gouvernementales et aux responsables, politiques et religieux, afin de dénoncer les discriminations juridiques persistantes et les abus à caractère sectaire subis par les chrétiens. « Nous avons rencontré – écrivait le Patriarche dans son appel, parvenu à l’Agence Fides – des officiels du gouvernement et nous avons rendu visite à quelques autorités religieuses islamiques pour parler de ce que nous avons en commun, en ce qui concerne nos fois et la vie que nous partageons sur cette terre. Au cours de ces rencontres, nous avons promis d’être loyaux à l’Irak, qui est notre patrie, et de ne pas rechercher de vengeances mais plutôt de vouloir vivre en paix avec tous les irakiens. Malheureusement, aucune de leurs promesses n’est devenue réalité ». <br />Tue, 09 Feb 2016 11:25:34 +0100AMERIQUE/PEROU - Pour l’Archevêque de Lima, l’ONU est une version moderne d’Hérode à propos du virus Zikahttp://www.fides.org/fr/news/59368-AMERIQUE_PEROU_Pour_l_Archeveque_de_Lima_l_ONU_est_une_version_moderne_d_Herode_a_propos_du_virus_Zikahttp://www.fides.org/fr/news/59368-AMERIQUE_PEROU_Pour_l_Archeveque_de_Lima_l_ONU_est_une_version_moderne_d_Herode_a_propos_du_virus_ZikaLima – S.Em. le Cardinal Juan Luis Cipriani, Archevêque de Lima, estime que l’ONU agit comme un Hérode des temps modernes, en encourageant les gouvernants des pays touchés par le virus Zika à permettre l’avortement, en que le virus pourrait causer des malformations ainsi que des problèmes neurologiques chez les enfants à naître.<br />« Il existe un génie, un Hérode [celui qui a ordonné le massacre de tous les enfants de Bethléem après avoir appris la naissance du Messie], auquel il semble opportun d’ordonner la mort. Tous ceux qui ont un enfant en ce moment doivent avorter parce qu’il existe ce risque même s’il n’est pas pleinement démontré. Mais, en cas de doute, mieux vaut que tous meurent » a déclaré le Cardinal Dimanche dernier, 7 février, dans son programme radiodiffusé.<br />Au Pérou, n’existe qu’un seul cas importé de contamination par le virus Zika alors que, dans d’autres pays de la région, la préoccupation est beaucoup plus grande. Le Brésil et la Colombie sont les pays les plus touchés avec des milliers de cas. Au Brésil, de nombreux enfants dont les mères avaient contracté le virus Zika au début de leur grossesse sont nés microcéphales. <br />Tue, 09 Feb 2016 11:47:00 +0100ASIE/IRAQ - Boycott de la Conférence sur la coexistence pacifique et réaction du Patriarche d’Antioche des Chaldéenshttp://www.fides.org/fr/news/59369-ASIE_IRAQ_Boycott_de_la_Conference_sur_la_coexistence_pacifique_et_reaction_du_Patriarche_d_Antioche_des_Chaldeenshttp://www.fides.org/fr/news/59369-ASIE_IRAQ_Boycott_de_la_Conference_sur_la_coexistence_pacifique_et_reaction_du_Patriarche_d_Antioche_des_ChaldeensBagdad – Les représentants chrétiens invités à participer à la Conférence sur la sauvegarde de la coexistence pacifique, qui s’est tenue le 7 février au Parlement irakien, ont décidé de déserter la manifestation pour signifier leur propre distance par rapport à des occasions dans lesquelles les appels à la coexistence et à la concorde entre les différentes identités ethniques et religieuses se transforment en de simples formules rhétoriques, sans que soient en rien remises en cause les discriminations dont souffrent les groupes minoritaires. Outre les communautés chrétiennes, la conférence a également été boycottée par d’autres minorités religieuses comme les yézidis et les mandéens. « A quoi sert de se spécialiser dans la participation à des rencontres comme celle-ci et de répéter les formules qui forment le titre des conférences si, par la suite, ne sont mises en place ni initiatives ni changements au plan concret ? » a déclaré aux moyens de communication locaux le Patriarche d’Antioche des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako. La conférence était organisée sous le patronage de la Présidence du Parlement et du Conseil sunnite pour les dotations religieuses et vu la participation d’hommes politiques, de représentants diplomatiques et de ministres du gouvernement irakien.<br />Au cours des jours derniers, le Patriarche d’Antioche des Chaldéens avait adressé un appel éploré aux autorités gouvernementales et aux responsables, politiques et religieux, afin de dénoncer les discriminations juridiques persistantes et les abus à caractère sectaire subis par les chrétiens. « Nous avons rencontré – écrivait le Patriarche dans son appel, parvenu à l’Agence Fides – des officiels du gouvernement et nous avons rendu visite à quelques autorités religieuses islamiques pour parler de ce que nous avons en commun, en ce qui concerne nos fois et la vie que nous partageons sur cette terre. Au cours de ces rencontres, nous avons promis d’être loyaux à l’Irak, qui est notre patrie, et de ne pas rechercher de vengeances mais plutôt de vouloir vivre en paix avec tous les irakiens. Malheureusement, aucune de leurs promesses n’est devenue réalité ». <br />Tue, 09 Feb 2016 11:47:42 +0100AFRIQUE/OUGANDA - Moments de prière organisés par les responsables religieux en vue des élections du 18 févrierhttp://www.fides.org/fr/news/59370-AFRIQUE_OUGANDA_Moments_de_priere_organises_par_les_responsables_religieux_en_vue_des_elections_du_18_fevrierhttp://www.fides.org/fr/news/59370-AFRIQUE_OUGANDA_Moments_de_priere_organises_par_les_responsables_religieux_en_vue_des_elections_du_18_fevrierKampala – Les principales confessions religieuses d’Ouganda sont unies dans la prière afin que les élections générales du 18 février se déroulent correctement. C’est ce qu’a décidé le Council of Presidents of Inter-Religious Council of Uganda , qui a communiqué le calendrier des différents moments de prière. Selon les informations parvenues à Fides, vendredi 12 février, se tiendra celui des musulmans, alors que le lendemain, ce sera au tour des adventistes du septième jour à être invités à prier à cette intention. Suivront, le Dimanche 14 février, les catholiques, les anglicans, les orthodoxes, les pentecôtistes, les évangélistes et d’autres encore.<br />« En tant que responsables religieux, nous ne sommes pas supposés être impliqués dans les élections et/ou dans des campagnes électorales parce que tous les partis sont notre peuple et le peuple de Dieu. Les hommes politiques sont les bienvenus dans nos églises mais nous demandons à tous de prier afin que Dieu nous donne les responsables justes pour le pays » a affirmé Mgr Charles Kasibante, Vicaire général de Kampala, dans le cadre de la conférence de presse de présentation de l’initiative, en sa qualité de représentant de S.Exc. Mgr Cyprian Kizito Lwanga, Archevêque de Kampala.<br />Le cheikh Shaban Ramadhan Mubajje, mufti de la capitale ougandaise et co-président de l’IRCU, a souligné les défis que le pays est appelé à relever pour que les élections soient justes et transparentes. « une faible démocratie au sein des partis politiques, la crédibilité de la Commission électorale, la vente de suffrages, l’apathie des votants, l’intolérance et la violence, la présence de milices, les intimidations, le recours à un langage injurieux et à des fraudes électorales ». « A quelques semaines du vote, ces problèmes demeurent les préoccupations clefs de différentes personnes, en Ouganda et à l’étranger, et une action urgente est nécessaire de la part de toutes les parties intéressées » a-t-il ajouté.<br />Le 18 février, les électeurs seront appelés aux urnes pour les élections présidentielles et législatives. Le Président Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 30 ans, est donné favori face aux 7 autres candidats. En prévision d’éventuelles protestations violentes, la police a reçu de nouveaux équipements anti-émeute et de contrôle de la foule. <br />Tue, 09 Feb 2016 11:49:44 +0100AASIE/TURQUIE - Inventaire des édifices construits par les minorités religieuses de la part de la Fondation Hrant Dinkhttp://www.fides.org/fr/news/59372-AASIE_TURQUIE_Inventaire_des_edifices_construits_par_les_minorites_religieuses_de_la_part_de_la_Fondation_Hrant_Dinkhttp://www.fides.org/fr/news/59372-AASIE_TURQUIE_Inventaire_des_edifices_construits_par_les_minorites_religieuses_de_la_part_de_la_Fondation_Hrant_DinkAnkara - La Fondation Hrant Dink – créée pour sauvegarder la mémoire et les idéaux du journaliste et écrivain turc d’origine arménienne assassiné en janvier 2007 – a réalisé un inventaire des édifices construits en Anatolie par les membres et les groupes appartenant aux communautés grecques, arméniennes, syriaques et juives qui représentent une partie considérable du patrimoine culturel anatolien en grande partie échu entre les mains de propriétaires – publics ou privés – n’ayant aucun lien avec les communautés qui en financèrent ou en réalisèrent la construction. L’inventaire – indique Agos, revue bilingue publiée en turc et en arménien – a été rendu possible grâce à un méticuleux travail de recherche d’une durée de deux ans et demi. Il fournit des informations utiles sur environ 10.000 édifices, initialement propriété de membres ou d’institutions appartenant aux groupes minoritaires.<br />Le 28 avril dernier , avait eu un vaste écho médiatique l’initiative du Catholicos de la Grande Maison de Cilicie de l’Eglise apostolique arménienne, Aram I, ayant consisté à présenter un recours devant la Cour constitutionnelle de Turquie visant à obtenir la restitution des résidences et des propriétés ayant appartenu au Catholicossat dans la ville de Sis, antique capitale du Royaume arménien de Cilicie, correspondant à l’actuelle ville turque de Kozan. <br />Tue, 09 Feb 2016 12:14:47 +0100AMERIQUE/COSTA RICA - Pauvreté et négligence parmi les principales causes de l’abandon scolairehttp://www.fides.org/fr/news/59371-AMERIQUE_COSTA_RICA_Pauvrete_et_negligence_parmi_les_principales_causes_de_l_abandon_scolairehttp://www.fides.org/fr/news/59371-AMERIQUE_COSTA_RICA_Pauvrete_et_negligence_parmi_les_principales_causes_de_l_abandon_scolaireSan José – Selon une évaluation annuelle de l’Encuesta Nacional de Hogares 2015, réalisée chaque année par l’Institut national de la Statistique et du Recensement , sur un total de 584.645 enfants de 5 à 12 ans présents au Costa Rica, environ 20.000 ne fréquentent pas l’école primaire. La majeure partie de ces derniers, 63,5% pour être exacts, ont moins de 6 ans et leurs parents ne les envoient pas à l’école parce qu’ils n’ont pas l’âge minimum pour la fréquenter. D’autre part, sur un total de 402.194 adolescents de 13 à 17 ans, 49.935, soit 12,4% du total, ne fréquentent pas un établissement d’enseignement secondaire. Actuellement, le programme Puente al desarrollo du Ministère de l’Instruction local favorise les familles les plus pauvres, en les mettant en conditions de pouvoir faire étudier leurs enfants. <br />Tue, 09 Feb 2016 12:20:56 +0100ASIE/INDE - Rencontre entre survivants des massacres antichrétiens en Orissa pour partager espérance et justicehttp://www.fides.org/fr/news/59374-ASIE_INDE_Rencontre_entre_survivants_des_massacres_antichretiens_en_Orissa_pour_partager_esperance_et_justicehttp://www.fides.org/fr/news/59374-ASIE_INDE_Rencontre_entre_survivants_des_massacres_antichretiens_en_Orissa_pour_partager_esperance_et_justiceBhubaneswar – Aujourd’hui, 9 février, se tient la première rencontre entre les survivants des massacres antichrétiens intervenus en 2008 dans le district de Kandhamal, au sein de l’Etat indien de l’Orissa. Comme cela a été indiqué à Fides, la rencontre entre une centaine de survivants aux violences, placée sous le patronage du Diocèse de Cuttack-Bhubaneswar, a lieu au Centre pastoral de Konjamendi, dans le district de Kandhamal.<br />« Il s’agit d’une occasion unique en son genre, dans le cadre de laquelle les survivants se retrouvent ensemble pour la première fois pour partager leur lutte pour la justice et la dignité. La rencontre se propose de donner de l’espoir et de construire une solidarité entre survivants qui ont perdu des personnes chères » explique à Fides le Père Ajay Singh, activiste des droits fondamentaux qui œuvre en faveur des victimes des violences antichrétiennes en coordonnant l’œuvre sociale de l’Eglise locale.<br />« Il y a des parents qui ont perdu leurs enfants, des enfants qui ont perdu leurs parents, des maris qui ont perdu leurs épouses, des épouses qui ont perdu leurs maris, des personnes qui ont perdu tous leurs biens et ont vu toute leur vie être bouleversée » ajoute le Père Singh.<br />« Nous espérons construire une communion entre les survivants alors que le système de la justice pénale est un échec. Les parents des victimes vivent les procès au tribunal dans une grande peur, en ce que les accusés pourraient intimider les témoins. Nous espérons que les histoires de ces survivants, histoires d’espérance, de foi et de lutte pour la justice, pourront être écoutées par la Conférence épiscopale indienne » remarque le prêtre.<br />Le district de Kandhamal, sis dans l’est de l’Orissa, a été le théâtre des pires violences antichrétiennes jamais connues dans l’histoire de l’Inde moderne. Les violences, qui ont duré près de quatre mois, ont fait plus de 90 morts et créé plus de 50.000 évacués, chassés de leurs maisons et de leurs villages. <br />Tue, 09 Feb 2016 12:40:54 +0100AMERIQUE/PEROU - Carnaval de Solidaritéhttp://www.fides.org/fr/news/59373-AMERIQUE_PEROU_Carnaval_de_Solidaritehttp://www.fides.org/fr/news/59373-AMERIQUE_PEROU_Carnaval_de_SolidariteChota – A l’occasion du Carnaval, le Centre Ideas en collaboration avec la Fundación Ayuda en Acción ont lancé la Campagne Carnaval de Solidarité intitulée « Adoptez un enfant à distance et agissez contre la pauvreté enfantine ». L’objectif est de promouvoir la valeur de la solidarité, en profitant de cette période de grandes fêtes à l’occasion du Carnaval auxquelles participent de nombreuses personnes qui sont ainsi exhortées à participer au développement des communautés les plus pauvres de la région de Cajamarca, en adoptant à distance un enfant des districts de Conchán et Chalamarca, en province de Chota, où le projet est en cours. Outre la participation économique, la campagne veut établir un lien d’amitié entre les donateurs et les enfants pour construire un échange interculturel. Avec le soutien des bienfaiteurs, sont en effet réalisés des projets soutenables desquels bénéficient les enfants « adoptés » mais également leurs familles et le reste de la communauté. A Conchan et à Chalamarca, une amélioration des conditions de santé et d’alimentation des enfants a pu être enregistrée grâce à ce projet. <br />Tue, 09 Feb 2016 12:50:32 +0100AFRIQUE/BURUNDI - Attente de la délégation de l’Union africaine… mais sans trop d’illusions de la part de la populationhttp://www.fides.org/fr/news/59375-AFRIQUE_BURUNDI_Attente_de_la_delegation_de_l_Union_africaine_mais_sans_trop_d_illusions_de_la_part_de_la_populationhttp://www.fides.org/fr/news/59375-AFRIQUE_BURUNDI_Attente_de_la_delegation_de_l_Union_africaine_mais_sans_trop_d_illusions_de_la_part_de_la_populationBujumbura – « Nous attendons l’arrivée de la délégation de l’Union africaine qui devrait rencontrer le Président Pierre Nkurunziza afin de tenter de le convaincre à accepter la mission de paix que l’UA entend envoyer au Burundi et à laquelle il s’est pour l’heure opposé » déclarent à l’Agence Fides des sources locales depuis Bujumbura, la capitale du Burundi. « Malheureusement, nous ne nourrissons pas beaucoup d’espoirs quant au succès de l’initiative de l’UA » ajoutent nos sources.<br />La délégation est composée par les Chefs d’Etat et de gouvernement de cinq Etats d’Afrique : les Présidents de Mauritanie, Mohamed Ould Abdel Aziz, du Gabon, Ali Bongo, du Sénégal, Macky Sall, d’Afrique du Sud, Jacob Zuma et le Premier Ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn. Selon nos sources, la délégation africaine pourrait arriver au Burundi dans deux jours.<br />Entre temps, les violences liées à la crise politique provoquée par le troisième mandat présidentiel de Pierre Nkurunziza ne diminuent pas. « Chaque nuit à Bujumbura, on entend des coups de feu et, le lendemain matin, les corps des personnes tuées durant la nuit sont retrouvés » indiquent les sources de Fides. Aux violences et disparitions œuvre des forces de sécurité et des milices liées au pouvoir, viennent s’ajouter les attentats perpétrés par des groupes de l’opposition armée, qui ont revendiqué certaines des actions contre les militaires et la police mais non contre la population civile. Le gouvernement et l’opposition armée s’accusent réciproquement de la mort de civils innocents. D’avril 2015 – lorsque Pierre Nkurunziza annonça sa volonté de se présenter en vue d’un troisième mandat – à ce jour, plus de 400 burundais ont trouvé la mort alors qu’au moins 230.000 autres se sont réfugiés dans les pays limitrophes. <br />Tue, 09 Feb 2016 13:10:00 +0100AFRIQUE/AFRIQUE DU SUD - Nomination de l’Evêque auxiliaire de Johannesburghttp://www.fides.org/fr/news/59352-AFRIQUE_AFRIQUE_DU_SUD_Nomination_de_l_Eveque_auxiliaire_de_Johannesburghttp://www.fides.org/fr/news/59352-AFRIQUE_AFRIQUE_DU_SUD_Nomination_de_l_Eveque_auxiliaire_de_JohannesburgCité du Vatican – Le Saint-Père François, en date du 6 février 2016, a nommé Evêque auxiliaire de l’Archidiocèse de Johannesburg le Père Duncan Theodore Tsoke, Vicaire général de ce même Archidiocèse et Curé, lui assignant le siège épiscopal titulaire d’Orreacelia.<br />Le nouvel Evêque est né le 15 avril 1964 à Daveyton, dans l’Archidiocèse de Johannesburg. Il a étudié la philosophie au Grand Séminaire d’Hammanskraal à Pretoria et la Théologie au Grand Séminaire National Saint Jean Marie Vianney . Il a également obtenu un Diplôme en Gestion des Biens ecclésiastiques à Nairobi en 2010. Il a été ordonné prêtre le 2 décembre 1995 pour l’Archidiocèse de Johannesburg. Par la suite, il a exercé les ministères suivants : 1995-1999 : Vicaire de la Paroisse Saint François d’Assise de Yeoville, à Johannesburg et responsable de la Pastorale des Jeunes, 1999-2000 : Formateur et enseignant de Spiritualité au Séminaire Saint Pierre de Garsfontein, Pretoria, 2000-2009 : Vicaire épiscopal pour l’Evangélisation, Assistant vicaire pour la Pastorale des Vocations et, dans le même temps, Curé des Paroisses Saint Albert à Vosloorus et de la Sainte Famille à Ponong, Johannesburg , Administrateur paroissial de la Paroisse Saint Antoine Pucci , depuis 2009 : Vicaire général de l’Archidiocèse de Johannesburg et Curé de la Paroisse de la Sainte Famille de Turffontein. <br /><br />Mon, 08 Feb 2016 08:59:49 +0100AMERIQUE/HAITI - Lueur d’espoir pour Haïtihttp://www.fides.org/fr/news/59353-AMERIQUE_HAITI_Lueur_d_espoir_pour_Haitihttp://www.fides.org/fr/news/59353-AMERIQUE_HAITI_Lueur_d_espoir_pour_HaitiPort-au-Prince – Un accord in extremis, signé par le Président Michel Martelly, arrivé au terme de son mandat, et par les Présidents du Sénat et de la Chambre des Députés, Jocelerme Privert et Cholzer Chancy, portant sur la nomination d’un Président de transition chargé d’organiser les nouvelles élections, semble conjurer un vide de pouvoir à Haïti. L’accord, signé le 6 février, prévoit, selon les informations locales, que l’Assemblée nationale choisira un Président par intérim dans les prochains jours, lequel préparera ensuite les élections, prévues pour le 24 avril.<br />Selon ce que Fides avait appris de sources locales , le représentant de l’opposition, Jude Célestin, avait renoncé à participer au second tour de l’élection présidentielle, dénonçant un « coup d’Etat électoral ». A son geste, sont venus s’ajouter les démissions de certains membres du Conseil électoral provisoire , la destruction de bureaux de vote de la part de manifestants, une résolution du Sénat demandant le report des élections, un appel de l’Eglise catholique en faveur du dialogue et de la négociation et l’annonce de grandes manifestations ayant pour but d’éviter le ballottage.<br />Face à cette crise, le Président Martelly s’était engagé à quitter la tête du gouvernement, comme le veut la Constitution, de sorte que le gouvernement a proposé quatre solutions : une nouvelle Constitution, la prorogation du mandat de Michel Martelly pour permettre un nouveau processus électoral, le passage du pays sous le contrôle de l’Assemblée nationale et la remise du gouvernement aux membres de la magistrature. <br /><br /><br />Mon, 08 Feb 2016 10:20:48 +0100ASIE/CHINE - Nouvel An de la Communauté catholique chinoise sous le signe de la Miséricordehttp://www.fides.org/fr/news/59354-ASIE_CHINE_Nouvel_An_de_la_Communaute_catholique_chinoise_sous_le_signe_de_la_Misericordehttp://www.fides.org/fr/news/59354-ASIE_CHINE_Nouvel_An_de_la_Communaute_catholique_chinoise_sous_le_signe_de_la_MisericordePékin – « Qu’il est beau d’être catholique ! ». C’est l’émotion et surtout l’étonnement d’une femme qui a assisté à la visite faite par des prêtres et des laïcs à des malades hospitalisés à la veille du Nouvel An chinois, qui inaugure, ce 8 février, l’année du singe. Selon les informations recueillies par l’Agence Fides, la communauté catholique chinoise du continent vit cet événement, comme à l’accoutumé, en accomplissant des œuvres de charité et de miséricorde, portant « la paix et l’amour du Christ » aux malades, aux personnes âgées seules et aux personnes défavorisées et nécessiteuses, vivant ainsi l’Année de la Miséricorde selon les indications du Pape.<br />Avec une température de -20°C, la Paroisse de Dong He, de la communauté de Bao Tou, en Mongolie intérieure, a commencé les visites pastorales le 2 février. Elles portent sur le thème « Dieu est Amour et Miséricorde ». Les laïcs catholiques, organisés par la Paroisse, ont mis à disposition leurs véhicules et leurs financements pour porter les aides aux communautés ecclésiales de base les plus reculées, au plus pauvres des pauvres. Lors de chaque rencontre, outre à remettre des aides matérielles, le prêtre du groupe a administré également les sacrements, offrant des copies de la Misericordiae Vultus, la bulle d’indiction du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde.<br />Au cours des visites à l’hôpital et au domicile des personnes âgées de la Paroisse de la Très Sainte Trinité de la communauté de Jiu Jiang, en province du Jiang Xi, les prêtres ont porté l’onction des malades et l’Eucharistie, en priant avec les personnes âgées alitées. Le fils d’une femme âgée, après la visite, a déclaré au groupe : « Maintenant j’ai compris la raison de la foi catholique de ma mère. Le temps est venu que, moi aussi, je retourne à l’Eglise ».<br />La Paroisse de Fan Ga, du Diocèse de Xian Xian, en province du He Bei, a donné des aides matérielles et spirituelles à 31 familles pauvres, en vivant ainsi personnellement l’Année de la Miséricorde.<br />La communauté de Wen Zhou en revanche a voulu mettre au premier plan la pastorale des étudiants, qui sont actuellement en vacances pour le nouvel an chinois, afin de les aider à vivre l’Année de la Miséricorde. Au cours du camping, organisé du 28 janvier au 3 février, plus de 230 étudiants ont « rencontré Jésus dans la prière et la vie communautaire dans une atmosphère fraternelle, outre à réfléchir et à discerner leur propre vocation chrétienne ». <br />Mon, 08 Feb 2016 10:42:46 +0100AMERIQUE/ETATS UNIS - Gigantesque affiche attendant le Pape à la frontièrehttp://www.fides.org/fr/news/59355-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Gigantesque_affiche_attendant_le_Pape_a_la_frontierehttp://www.fides.org/fr/news/59355-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Gigantesque_affiche_attendant_le_Pape_a_la_frontiereEl Paso – Un groupe de membres du Réseau de frontière pour les droits fondamentaux, qui assiste les immigrés en situation irrégulière, a placé une gigantesque affiche sur la clôture qui sépare le Mexique des Etats-Unis pour faire arriver au Pape François, qui sera ces prochains jours à Ciudad Juarez, Chihuahua son message concernant l’importance de la réforme de la politique américaine en matière d’immigration.<br />Selon la note envoyée à Fides, ils ont écrit en lettres gigantesques le slogan « Les vies des immigrants sont importantes » sur la frontière elle-même. « Je crois que le Saint-Père est un Pape courageux et qu’il insiste actuellement sur des points justes. Le fait qu’il ait décidé de venir à la frontière n’est pas un hasard » a déclaré Fernando Garcia, Directeur exécutif de ce groupe, dans le texte parvenu à Fides. « Le chef de l’Eglise catholique sait que nous sommes à une frontière où il existe abus, désolation, en termes de vie des migrants » a-t-il ajouté. « Je pense que le message qu’il nous porte n’est pas seulement un message d’espérance mais qu’il est associé à la dénonciation du traitement des immigrés dans ce pays » a indiqué Fernando Garcia.<br />Le Réseau de frontière pour les droits fondamentaux, qui a son siège à El Paso et a été fondé en 1998, est l’un des principaux groupes qui défendent les droits fondamentaux et la réforme globale de l’immigration dans la région. Il compte plus de 7.000 membres dans l’ouest du Texas et dans la partie sud du Nuevo Mexico. La Messe du Pape est prévue à 16.00 le 17 février à El Punto, un grand champ de cette zone, côté mexicain, à quelques mètres de la frontière avec les Etats-Unis. Selon les prévisions, environ 250.000 personnes devraient y participer. L’affiche créée par ce groupe est si grande qu’elle peut être vue à des centaines de mètres de la frontière. <br />Mon, 08 Feb 2016 11:18:32 +0100ASIE/PHILIPPINES - Contribution de l’Eglise à la lutte contre le virus Zikahttp://www.fides.org/fr/news/59356-ASIE_PHILIPPINES_Contribution_de_l_Eglise_a_la_lutte_contre_le_virus_Zikahttp://www.fides.org/fr/news/59356-ASIE_PHILIPPINES_Contribution_de_l_Eglise_a_la_lutte_contre_le_virus_ZikaManille – L’Eglise aux Philippines apporte sa contribution à la lutte contre la diffusion du virus Zika dans le pays, s’unissant à la campagne capillaire de sensibilisation prédisposée par les autorités gouvernementales.<br />Ainsi que l’indique une note envoyée à Fides, le Père Dan Vicente Cancino, MI, Secrétaire de la Commission pour la Santé de la Conférence épiscopale des Philippines, a déclaré qu’en différents Diocèses, les équipes ecclésiales ont commencé à flanquer les fonctionnaires locaux chargés d’informer la population vivant dans les zones à risque. « La population exposée est la même que celle qui est vulnérable à la dengue » a expliqué le Père Cancino.<br />Le prêtre a également exhorté le gouvernement à s’engager davantage et de manière plus forte dans la lutte contre une épidémie qui a déjà pris pied en Amérique. « Il faut créer une plus forte conscience à propos du virus Zika – a-t-il déclaré dans un appel adressé au Ministère de la Santé. Attendu qu’il s’agit d’un virus nouveau, de nombreuses personnes ne le connaissent pas encore et ne sont pas au courant des mesures de prévention à mettre en œuvre ». La prévention est en effet une stratégie clef, n’existant pas encore de traitement spécifique ou de vaccin permettant de prévenir le virus Zika.<br />Il est urgent d’informer et de sensibiliser la population, en particulier dans les villages ruraux, en l’invitant à adopter des mesures simples pour contrôler la prolifération des moustiques, en éliminant les lieux où les insectes déposent leurs œufs.<br />Le virus Zika, transmis par un moustique, a des symptômes légers mais, s’il intéresse une femme enceinte, il peut conduire à la microcéphalie de l’enfant à naître. Le virus est endémique dans certaines zones d’Afrique et d’Asie. Il est venu sur le devant de la scène suite aux épidémies apparues dans certains pays d’Amérique latine comme le Brésil, la Colombie, le Venezuela, le Honduras et le Salvador. <br />Mon, 08 Feb 2016 11:19:23 +0100ASIE/INDE - Vers un examen des massacres antichrétiens en Orissa de la part de la Conférence épiscopalehttp://www.fides.org/fr/news/59357-ASIE_INDE_Vers_un_examen_des_massacres_antichretiens_en_Orissa_de_la_part_de_la_Conference_episcopalehttp://www.fides.org/fr/news/59357-ASIE_INDE_Vers_un_examen_des_massacres_antichretiens_en_Orissa_de_la_part_de_la_Conference_episcopaleNew Delhi – Au cours de leur Assemblée plénière qui se tiendra à Bangalore du 2 au 9 mars prochains, examineront et discuteront de la question de la persécution des chrétiens intervenue dans l’Etat de l’Orissa en 2007 et 2008. Ainsi que l’a appris l’Agence Fides, ce sera S.Exc. Mgr John Barwa, Archevêque de Cuttack-Bhubaneswar, en Orissa, à illustrer et rappeler les violences qui furent enregistrées dans le district de Kandhamal. Il a exprimé sa satisfaction pour cette possibilité.<br />L’Eglise en Orissa a institué une Journée des martyrs, qu’elle a proposé de célébrer au niveau national, et entend entamer le procès en béatification des martyrs de Kandhamal. Au niveau local, un groupe de prêtres et de laïcs prépare actuellement une liste détaillée des martyrs de Kandhamal, avec les dates de leur mort, la dénomination ou la religion, en recueillant la documentation nécessaire et les témoignages permettant de débuter la phase diocésaine du procès canonique.<br />Les violences de Kandhamal, district de l’Etat indien de l’Orissa, ont duré pendant près de quatre mois et ont fait plus de 90 victimes alors que plus de 50.000 personnes sont demeurées sans abri. De nombreux Evêques et Cardinaux indiens ont visité le district les années passées. « Faire mémoire de ce massacre servira à ne plus faire survenir des événements de ce genre. Pour nous, il exprime un désir de pleine réconciliation » observe pour Fides le Père Ajay Kumar Singh, qui provient de Kandhamal.<br />A l’Assemblée plénière des Evêques indiens participeront les Ordinaires des 171 Diocèses indiens ainsi que les Evêques auxiliaires et émérites. Le thème central de la réunion sera « la réponse de l’Eglise en Inde aux défis actuels ». <br />Mon, 08 Feb 2016 11:31:50 +0100ASIE/TERRE SAINTE - Vers la Journée mondiale du Malade 2016 à Nazarethhttp://www.fides.org/fr/news/59358-ASIE_TERRE_SAINTE_Vers_la_Journee_mondiale_du_Malade_2016_a_Nazarethhttp://www.fides.org/fr/news/59358-ASIE_TERRE_SAINTE_Vers_la_Journee_mondiale_du_Malade_2016_a_Nazareth<br />Nazareth – La ville de Nazareth se prépare en vue de la Journée mondiale du Malade 2016, événement qui sera célébré dans la ville de Galilée le 11 février. Le Pape François en personne a indiqué Nazareth comme siège de la Journée dédiée aux malades que l’Eglise célèbre solennellement tous les trois ans, comme cela est aussi le cas pour les Journées mondiales de la Jeunesse et de la Famille. Une délégation pontificale emmenée par S.Exc. Mgr Zygmunt Zimowski, Président du Conseil pontifical pour les Services de Santé, est déjà arrivée en Terre Sainte le 6 février. Le programme de l’événement prévoit une série de célébrations liturgiques dans différentes villes de Terre Sainte – qui ont débuté Dimanche 7 février à Ramallah – au cours desquelles sera également administré aux malades présents le Sacrement de l’Onction des malades. Fait également partie du programme un Symposium dédié aux problématiques liées au soin des malades terminaux et aux questions éthiques de la fin de vie. L’événement se tiendra le 9 février au Centre Notre-Dame de Jérusalem, en présence d’experts internationaux.<br />Les Ordinaires catholiques ont diffusé un communiqué dans lequel ils invitent tous les religieux et religieuses présents en Terre Sainte à participer aux célébrations, favorisant surtout la participation des membres malades de leurs communautés respectives. <br />Mon, 08 Feb 2016 11:41:37 +0100AFRIQUE/EGYPTE - Disparition d’une jeune copte de 18 ans et manifestations contre la plaie des enlèvements ciblés visant les chrétienshttp://www.fides.org/fr/news/59359-AFRIQUE_EGYPTE_Disparition_d_une_jeune_copte_de_18_ans_et_manifestations_contre_la_plaie_des_enlevements_cibles_visant_les_chretienshttp://www.fides.org/fr/news/59359-AFRIQUE_EGYPTE_Disparition_d_une_jeune_copte_de_18_ans_et_manifestations_contre_la_plaie_des_enlevements_cibles_visant_les_chretiensMinya – Plus de 150 chrétiens coptes ont participé à un sit-in organisé hier soir, 7 février, devant le siège de l’administration provincial de Minya, afin de sensibiliser les autorités et les forces de police au cas d’une jeune copte de 18 ans, disparue depuis quelques jours. Les membres de la famille de la jeune fille, résidant dans la ville de Samalot, sont convaincus qu’elle a été enlevée. La jeune fille avait depuis peu obtenu un équivalent de baccalauréat technique et il n’existe aucune raison pour penser à un éloignement volontaire de sa part.<br />Les enlèvements ciblés de chrétiens continuent à représenter une plaie pour la communauté copte dans de nombreuses zones d’Egypte. Déjà, différents appels ont été adressés par des organisations chrétiennes aux autorités égyptiennes, y compris au Président Abdel Fattah al-Sisi, afin que soient prises des mesures adéquates pour lutter contre ce phénomène . Il s’agit habituellement d’enlèvements éclair suivis de demandes de rançons calibrées sur les possibilités économiques des familles des personnes enlevées. Mais, dans différents cas, les enlèvements se sont conclus par la mort des otages. <br />Mon, 08 Feb 2016 11:42:15 +0100