Dépêches de Fides en Françaishttp://www.fides.org/Les Dépêches de l'Agence Fidesen-usAFRIQUE/RD CONGO - De la nécessité de la vaccination des enfants contre la rougeolehttp://www.fides.org/fr/news/38207-AFRIQUE_RD_CONGO_De_la_necessite_de_la_vaccination_des_enfants_contre_la_rougeolehttp://www.fides.org/fr/news/38207-AFRIQUE_RD_CONGO_De_la_necessite_de_la_vaccination_des_enfants_contre_la_rougeoleKinshasa – La campagne de vaccination contre la rougeole vient de s’achever dans les quatre districts sanitaires de Lumbishi, Numbi, Tushunguti et Shanje, et dans les environs montagneux de la localité de Minova, appelés Hauts Plateaux, situés dans l’est de la République démocratique du Congo . La campagne, menée par l’ONG Médecins sans frontière dans la province du Sud Kivu, a intéressé près de 38.000 enfants et jeunes d’âge compris entre 6 mois et 15 ans. Actuellement, elle est en cours dans le district limitrophe de Kalonge. Les déplacements sont souvent très complexes et certaines localités peuvent être atteintes seulement à pied ou en motocyclette, risquant de porter préjudice à la chaîne du froid nécessaire pour préserver et administrer les vaccins. En outre, les complications causées par les activités des groupes armés, qui font obstacle à l’accès aux sites les plus reculés, ne manquent pas. Près des deux tiers de la population vaccinée – 23.257 sur un total de 37.852 personnes – étaient des enfants de moins de 5 ans. Plus de la moitié, c’est-à-dire près de 15.000, ont été soumis à l’examen connu sous le nom de Middle Upper Arm Circumference permettant de définir le degré de malnutrition au travers de la mesure du périmètre du bras et près de 500 enfants ont été trouvés en état de malnutrition. Dans la zone de Kalonge, toujours au Sud Kivu, MSF espère immuniser au moins 65.000 personnes supplémentaires au cours des deux prochaines semaines. A la fin de 2012, une épidémie de rougeole avait contaminé plus de 700 enfants dans le district de Bunyakiri, près de Minova. La maladie peut, en particulier chez les enfants, être mortelle si les patients ne sont pas traités immédiatement alors qu’il est simple de l’éviter grâce au vaccin. La pathologie est très contagieuse et peut causer des complications telles que la pneumonie, la malnutrition, la déshydratation grave, des otites et des infections oculaires qui peuvent entraîner la cécité. Une étude réalisée par Epicentre, le centre de recherche épidémiologique de MSF, indique qu’entre 2010 et 2013, en RDC environ 300.000 cas de rougeole ont été enregistrés dont les deux tiers intéressant des enfants de moins de 5 ans sachant que plus de 5.000 patients – soit 1,7% du total – sont morts. Mon, 28 Jul 2014 00:00:00 +0200ASIE/PAKISTAN - Pour le Recteur du Séminaire Sainte Marie de Lahore, « le terrorisme et l’intolérance sont les plaies les plus graves du Pakistan »http://www.fides.org/fr/news/38206-ASIE_PAKISTAN_Pour_le_Recteur_du_Seminaire_Sainte_Marie_de_Lahore_le_terrorisme_et_l_intolerance_sont_les_plaies_les_plus_graves_du_Pakistanhttp://www.fides.org/fr/news/38206-ASIE_PAKISTAN_Pour_le_Recteur_du_Seminaire_Sainte_Marie_de_Lahore_le_terrorisme_et_l_intolerance_sont_les_plaies_les_plus_graves_du_PakistanLahore – « Le terrorisme et l’intolérance religieuse sont les plaies les plus graves qui affligent le Pakistan » : c’est ce que déclare à l’Agence Fides le Père Inayat Bernard, Recteur du Séminaire Sainte Marie de Lahore. « L’Eglise au Pakistan relève actuellement à ces défis par l’intermédiaire de la Caritas d’Islamabad-Rawlpindi, dans le nord, intéressée par le flux d’évacués provenant du Nord Waziristân, dû à l’offensive anti-terroriste de l’armée. Nous voulons la paix et l’islam aussi est une religion de paix. Tout le pays soutient actuellement l’effort de l’armée visant à éradiquer le terrorisme. Nous continuons à prier afin qu’au sein de la nation puissent triompher l’harmonie et la paix ».<br />D’autre part, affirme le prêtre, « au sein de la société, il existe une mentalité talibane, faite d’intolérance et de préjudices, qui doit être changée. Dans de nombreuses médersas et mosquées, il est enseigné que les non musulmans sont des infidèles, « kafirs », ce qui alimente l’intolérance et la violence. Pour changer cette mentalité, un effort de dialogue interreligieux est urgent. Grâce à l’engagement de nombreux responsables catholiques, nous avons lancé un dialogue de vie avec les musulmans. Nous organisons des rencontres et des événements pour montrer ce qui nous rapproche. Ces mots et ces gestes ont un impact sur la société. Nous continuerons à construire des ponts et à jeter des semences qui peuvent germer afin de changer cette mentalité ». Dans les écoles également « sont présents de forts préjudices à l’encontre des minorités dans les programmes et les manuels scolaires. Nous travaillons actuellement afin de pouvoir changer de tels textes : ce qui importe est d’être toujours en dialogue avec les responsables civils et religieux » conclut-il. Mon, 28 Jul 2014 00:00:00 +0200AMERIQUE/COLOMBIE - Déclaration de l’Evêque de Cucuta sur la transformation de groupes de guérilla en partis politiquehttp://www.fides.org/fr/news/38205-AMERIQUE_COLOMBIE_Declaration_de_l_Eveque_de_Cucuta_sur_la_transformation_de_groupes_de_guerilla_en_partis_politiquehttp://www.fides.org/fr/news/38205-AMERIQUE_COLOMBIE_Declaration_de_l_Eveque_de_Cucuta_sur_la_transformation_de_groupes_de_guerilla_en_partis_politiqueCucuta – Différents groupes paramilitaires d’anciens guérilleros se transforment actuellement en partis politiques et entendent ainsi se proposer comme acteurs d’un avenir démocratique en Colombie. C’est notamment le cas de l’Alliance de l’Unité colombienne qui a communiqué en un mouvement politique dénommé « Alliance de l’Unité colombienne pour la Paix ». Alors que l’opinion publique est encore divisée quant à la possibilité d’accepter de tels changements, S.Exc. Mgr Julio César Vidal Ortíz, Evêque de Cucuta, s’est en revanche exprimé de manière positive. « Si l’on donne la possibilité de le faire, alors tous y ont droit. Si les FARC et l’ELN l’ont fait, il est clair que d’autres veulent le faire parce que tous sont l’expression d’une même réalité : ils naissent à cause de la pauvreté dans le pays, de l’injustice, de la corruption. Tels sont les facteurs qui ont fait naître ces groupes » a déclaré l’Evêque dans une note envoyée à Fides.<br />La note indique que les anciens membres du groupe paramilitaire affirment que l’accord entre le gouvernement et les FARC à propos de la participation politique devrait faire croître les opportunités pour ceux qui appartiennent aux groupes armés, bien qu’ils soient hors-la-loi. Mgr Vidal Ortiz a occupé, de 2002 à 2006, les fonctions d’intermédiaire dans le processus de paix entre les groupes paramilitaires et le gouvernement d’Alvaro Uribe. Son intervention pacificatrice a eu un grand poids dans le rapprochement entre les partis à ce moment-là. Mon, 28 Jul 2014 00:00:00 +0200AMERIQUE/MEXIQUE - Plus de 5.000 personnes en marche pour la paix, la vie et la famillehttp://www.fides.org/fr/news/38204-AMERIQUE_MEXIQUE_Plus_de_5_000_personnes_en_marche_pour_la_paix_la_vie_et_la_famillehttp://www.fides.org/fr/news/38204-AMERIQUE_MEXIQUE_Plus_de_5_000_personnes_en_marche_pour_la_paix_la_vie_et_la_familleNezahualcóyotl – Plus de 5.000 personnes ont marché avec l’Evêque de Nezahualcóyotl. S.Exc. Mgr Héctor Luis Morales Sánchez en faveur de la paix, de la vie et de la famille. L’imposante manifestation, qui a eu lieu hier, 27 juillet, est partie de trois sites de la ville de Nezahualcóyotl en direction du centre ville, se concluant par une veillée de prière en la Cathédrale.<br />La principale motivation de l’événement, selon la note envoyée à Fides par le Diocèse de Nezahualcóyotl, a proprement été le désir de manifester publiquement la volonté de promouvoir et d’agir concrètement en faveur de la vie, de la paix et de la famille. « Considérant de manière responsable qu’il n’est pas possible de demeurer insensibles ou indifférents aux différentes situations qui se présentent comme de graves problèmes au sein de notre Diocèse de Nezahualcóyotl et de la société en général, nous cherchons à proposer des chemins et des solutions cohérents avec nos principes, à la lumière de l’Evangile » déclare la note. « Nous voulons exprimer ensemble notre droit de manifester publiquement que nous sommes en faveur des valeurs de la vie, de la paix et de la famille ».<br />La ville de Nezahualcóyotl, sise à la périphérie de la capitale, Mexico, compte plus de 1,2 millions d’habitants et, au cours de ces derniers mois, elle a dû subir une situation caractérisée par une forte présence de la violence dans ses rues et à l’intérieur de ses familles. Depuis 2013, la ville souffre plus que les autres villes du pays de phénomènes tels que les enlèvements, les extorsions, les exécutions sommaires, les vols et les violences de rues, tout cela face à des autorités qui, par peur ou à cause de la corruption, ne parviennent pas à mettre un terme à la violence sociale. La population la plus pauvre, remarque l’Eglise locale, est la victime privilégiée de ces violences. Selon les données publiées par le quotidien La Jornada, au Mexique, ce sont 62 personnes par jour qui ont été tuées en 2013. Mon, 28 Jul 2014 00:00:00 +0200ASIE/LIBAN - Pour le Patriarche d’Antioche des Maronites, le nouveau Président libanais doit être choisi en dehors des coalitionshttp://www.fides.org/fr/news/38203-ASIE_LIBAN_Pour_le_Patriarche_d_Antioche_des_Maronites_le_nouveau_President_libanais_doit_etre_choisi_en_dehors_des_coalitionshttp://www.fides.org/fr/news/38203-ASIE_LIBAN_Pour_le_Patriarche_d_Antioche_des_Maronites_le_nouveau_President_libanais_doit_etre_choisi_en_dehors_des_coalitionsDiman – « La coalition du 14 mars ne veut pas d’un Président aligné sur la coalition du 8 mars et vice versa. Il est donc nécessaire de rechercher un Président qui se situe en dehors des deux blocs » : c’est ainsi que le Patriarche d’Antioche des Maronites, S.B. le Cardinal Bechara Boutros Rai a indiqué ce qui constitue, à son avis, la seule porte de sortie de l’impasse politique qui détériore depuis des mois le cadre politique et institutionnel libanais, au sein duquel les deux coalitions prédominantes ne parviennent pas à parvenir à un accord portant sur l’élection d’un nouveau Chef de l’Etat. Le système institutionnel libanais réserve la fonction de Chef de l’Etat à un chrétien maronite et, selon le Patriarche, « il existe de nombreuses figures de maronites dignes d’accéder à la présidence ». Les considérations du Cardinal sur la crise politique et institutionnelle que traverse le Liban ont été exprimées au cours de l’homélie de la Messe dominicale célébrée hier en la résidence patriarcale estivale de Diman.<br />La Constitution libanaise prescrit que le nouveau Président doit être élu deux mois avant la fin du mandat de son prédécesseur mais le mandat du Président sortant, le Général Michel Sleiman, est arrivé à échéance le 25 mai. Depuis lors, toutes les tentatives visant à assurer l’élection de son successeur ont échoué à cause de l’opposition existant entre les deux blocs qui dominent la scène politique libanaise : la coalition du 8 mars – qui rassemble les chiites du Hezbollah et le Courant patriotique libre du Général Michel Aoun – et celle du 14 mars – au sein de laquelle les Forces libanaises du maronite Samir Geagea sont alliées aux sunnites du Parti Avenir de Saad Hariri. Au cours de l’homélie, dont le texte est parvenu à l’Agence Fides, le Patriarche d’Antioche des Maronites a de nouveau proposé la coexistence entre chrétiens et musulmans comme signe distinctif de l’histoire du Liban et comme antidote aux pulsions sectaires qui bouleversent actuellement la scène moyen-orientale. « Pendant deux mille ans – a souligné le Cardinal – les chrétiens ont donné vie à la culture de la région au travers de l’Evangile. Par ailleurs, 1.400 ans de culture islamique se sont écoulés dans une interaction réciproque au travers de la philosophie de la coexistence. Ceci a marqué la physionomie du message du Liban, donnant vie à une histoire de modération, loin des extrémismes et des fondamentalismes ». Mon, 28 Jul 2014 00:00:00 +0200AMERIQUE/PARAGUAY - Evacuation de milliers d’enfants sujets à des pathologies, des abus et des mauvais traitements suite aux inondationshttp://www.fides.org/fr/news/38202-AMERIQUE_PARAGUAY_Evacuation_de_milliers_d_enfants_sujets_a_des_pathologies_des_abus_et_des_mauvais_traitements_suite_aux_inondationshttp://www.fides.org/fr/news/38202-AMERIQUE_PARAGUAY_Evacuation_de_milliers_d_enfants_sujets_a_des_pathologies_des_abus_et_des_mauvais_traitements_suite_aux_inondationsAsunción – Abus sexuels, mauvais traitements et maladies sont quelques-uns des dangers que doivent affronter les 147.500 enfants évacués suite aux inondations qui dévastent actuellement le Paraguay. Nombre d’entre eux vivent amassés dans les plus de 100 camps illégaux montés dans les places et les rues de la capitale. Selon le dernier rapport officiel, la crue historique du fleuve Paraguay a contraint près de 245.000 personnes à se déplacer dans tout le pays. Dans la seule ville d’Asuncion, la plus peuplée du pays avec 6,7 millions d’habitants, environ 85.000 personnes ont abandonné leurs habitations à cause de la crue. Environ 50.000 enfants de la capitale ont été contraints à tout abandonner, sachant que certains ne fréquentent plus l’école depuis deux mois, les plus chanceux vivant chez des parents ou dans les deux casernes habilitées à la recevoir dans la ville. La majeure partie de ces enfants est obligée de se déplacer de l’un à l’autre des 126 campements ou espaces provisoires particulièrement précaires où la sécurité, les toilettes, l’hygiène et l’eau potable manquent. La population vit amassée, en présence d’inconnus et, dans ce contexte, les droits des enfants sont encore plus vulnérables qu’ils ne le sont habituellement. Selon certains spécialistes, dans les camps d’évacués, les fillettes ont trois fois plus de probabilité d’être violées ou de subir des abus sexuels qu’à l’extérieur. L’ONG Plan International a installé 18 tentes Anua, qui, en langue guarani, signifie accolade, afin de permettre aux enfants et aux familles de vivre dans des espaces ouverts, libres du stress et de la crise qu’ils traversent. Mon, 28 Jul 2014 00:00:00 +0200AMERIQUE/ETATS UNIS - Appel de l’Evêque de Dallas afin de procurer un avocat aux enfants migrants en situation irrégulièrehttp://www.fides.org/fr/news/38201-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Appel_de_l_Eveque_de_Dallas_afin_de_procurer_un_avocat_aux_enfants_migrants_en_situation_irregulierehttp://www.fides.org/fr/news/38201-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Appel_de_l_Eveque_de_Dallas_afin_de_procurer_un_avocat_aux_enfants_migrants_en_situation_irreguliereDallas – Une campagne visant à recruter des bénévoles et des avocats prêts à s’engager gratuitement afin d’aider les enfants arrêtés à la frontière avec le Mexique a été lancée dans le nord du Texas.<br />L’Eglise catholique dans le nord du Texas, en la personne de l’Evêque de Dallas, S.Exc. Mgr Kevin Joseph Farrell, a lancé un appel afin de faire face à la situation d’urgence humanitaire représentée par le flux d’enfants et de jeunes qui arrivent à la frontière seuls et privés de documents d’identité. « En ce moment, pour les communautés de fois – a affirmé Mgr Farrell selon ce qu’indique une note envoyée à Fides par des sources locales – la question ne s’arrête pas à la discussion politique sur l’immigration mais comprend l’aide urgente aux nécessiteux. Nous sommes le pays – a indiqué l’Evêque en se référant aux Etats-Unis – numéro 1 au monde lorsqu’il s’agit d’aider les personnes ». Face aux journalistes, l’Evêque a répondu également à des questions portant sur le déploiement de la Garde nationale à la frontière entre le Texas et le Mexique annoncé par le gouverneur, Rick Perry. « Je suis sûr que le gouverneur a ses raisons pour envoyer 1.000 militaires dans la zone de frontière – a répondu Mgr Farrell – mais ceci ne résout pas le problème en ce moment. Nous savons tous que la réforme de la politique de l’immigration aux Etats-Unis et la prise à bras le corps de la cause principale de l’exodes de ces enfants de leurs pays d’Amérique centrale seront efficaces – a déclaré l’Evêque – mais en tant qu’Eglise, nous sommes maintenant préoccupés pour les enfants… Il s’agit d’une crise humanitaire qui révélera le caractère et le niveau moral de notre Nation ».<br />Le flux d’enfants migrants, provenant en majorité du Honduras, du Salvador et du Guatemala, qui se présente à la frontière des Etats-Unis atteint actuellement des niveaux record. Le Bureau of Customs and Border Protection des Etats-Unis a indiqué que 57.525 jeunes ont été arrêtés du 1er octobre 2013 au 30 juin 2014. Ce chiffre marque une augmentation de 106% par rapport à la même période de l’année précédente, lorsque les autorités en question avaient arrêté 27.884 jeunes.<br />La campagne, lancée voici deux jours par les groupes de charité , l’association des Avocats hispaniques de Dallas et par le Diocèse lui-même vise à recruter des avocats bilingues bénévoles en mesure d’assister sans frais les enfants dont les cas sont débattus devant les tribunaux de l’immigration. Environ 160 avocats ont déjà adhéré à l’initiative. Sat, 26 Jul 2014 00:00:00 +0200AMERIQUE/PEROU - Message des Evêques pour le 193ème anniversaire de l’indépendance du Pérouhttp://www.fides.org/fr/news/38200-AMERIQUE_PEROU_Message_des_Eveques_pour_le_193eme_anniversaire_de_l_independance_du_Perouhttp://www.fides.org/fr/news/38200-AMERIQUE_PEROU_Message_des_Eveques_pour_le_193eme_anniversaire_de_l_independance_du_PerouLima – « Les défis que doivent relever nos autorités et tous les péruviens pourront l’être grâce à la reconnaissance réciproque de la part de tous les citoyens, en dehors de toute forme de discrimination, dans le respect de nos saines traditions et grâce à l’engagement sincère de chaque péruvien en faveur de l’honnêteté, de la transparence, de la justice et de la paix ». C’est ce que l’on peut lire dans le Message diffusé par les Evêques du Pérou à l’occasion de la célébration de la fête nationale et parvenu à l’Agence Fides.<br />« Aujourd’hui – poursuit le document – les péruviens continuent à mener une nouvelle bataille contre l’égoïsme, l’hédonisme et le relativisme qui minent notre identité de péruviens, détruisent l’image naturelle et biblique de la famille, cellule fondamentale de la société, menacent le mariage en tant que sacrement entre un homme et une femme et mettent en danger la vie des péruviens sans défense qui se trouvent dans le sein de leurs mères. Nos grands héros – poursuivent encore les Evêques péruviens – n’ont pas été grands pour un moment d’héroïsme isolé mais ils étaient des héros dans leur vie quotidienne, par le fait qu’ils répondaient fidèlement à leur conscience, en défendant les valeurs inaliénables de l’homme ».<br />Le Pérou célèbre ses 193 d’indépendance. Toutes les activités du pays s’arrêtent les 28 et 29 juillet et la communauté catholique, comme l’indique le texte diffusé par les Evêques, rappelle que, actuellement, « le Pérou vit un moment privilégié de son histoire La richesse des ressources naturelles, la beauté de la géographie et surtout la qualité de ses propres enfants représentent la plus grande des potentialités qui, si elle est bien conduite, nous permettra de voir joyeusement réalisé le désir de surmonter la pauvreté, de vaincre la violence et de cheminer sur les chemins bénis de la paix ». <br/><strong>Link correlati</strong> :<a href="http://www.fides.org/spa/attachments/view/file/obispos_peru_28072014.doc">Texte intégral du message des Evêques</a>Sat, 26 Jul 2014 00:00:00 +0200ASIE/IRAQ - Conversation téléphonique entre le Pape François et le Patriarche de Babylone des Chaldéens et démenti des rumeurs concernant la destruction d’églises à Mossoulhttp://www.fides.org/fr/news/38199-ASIE_IRAQ_Conversation_telephonique_entre_le_Pape_Francois_et_le_Patriarche_de_Babylone_des_Chaldeens_et_dementi_des_rumeurs_concernant_la_destruction_d_eglises_a_Mossoulhttp://www.fides.org/fr/news/38199-ASIE_IRAQ_Conversation_telephonique_entre_le_Pape_Francois_et_le_Patriarche_de_Babylone_des_Chaldeens_et_dementi_des_rumeurs_concernant_la_destruction_d_eglises_a_MossoulBagdad – Le Pape François a téléphoné dans la matinée du 25 juillet au Patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako, afin de manifester sa participation et sa proximité vis-à-vis des souffrances de tout le peuple irakien, à commencer par les chrétiens de Mossoul expulsés de la ville par ordre des militants du prétendu « Etat islamique ». Le Souverain Pontife – selon ce qu’indiquent des sources officielles du Patriarcat chaldéen – a remercié le Patriarche pour la sagesse que ce dernier démontre dans le gouvernement du peuple chrétien dans les circonstances critiques qui caractérisent ce moment historique et il a exprimé son affection envers tous les chrétiens de la nation irakienne, les exhortant à conserver la foi et l’espérance en ces temps d’épreuve.<br />Entre temps, des sources crédibles de l’Eglise chaldéenne démentent comme actuellement infondée l’annonce circulant sur Internet selon laquelle les miliciens du prétendu « Etat islamique », après avoir détruit la mosquée de Jonas à Mossoul, auraient également fait exploser l’église chaldéenne du Saint-Esprit. Des vérifications conduites sur le terrain démentent pour l’instant ces rumeurs. « Dans les temps difficiles que nous vivons actuellement – indique à l’Agence Fides l’Evêque chaldéen de Mossoul, S.Exc. Mgr Amel Shamon Nona – un nouveau motif de préoccupation et d’amertume est représenté par les alarmismes provoqués par des personnes sans scrupules qui font circuler de fausses nouvelles y compris s’agissant su sort des chrétiens. Des affirmations et des entretiens que je n’ai jamais accordés m’ont également été attribués au cours de ces derniers jours. Il s’agit d’un phénomène inquiétant et cela fait penser que certains des auteurs de ces opérations répondent à un quelque intérêt de nature idéologique ». Sat, 26 Jul 2014 00:00:00 +0200ASIE/COREE DU SUD - Cinq nouveaux prêtres jésuites coréens pour accueillir le Papehttp://www.fides.org/fr/news/38198-ASIE_COREE_DU_SUD_Cinq_nouveaux_pretres_jesuites_coreens_pour_accueillir_le_Papehttp://www.fides.org/fr/news/38198-ASIE_COREE_DU_SUD_Cinq_nouveaux_pretres_jesuites_coreens_pour_accueillir_le_PapeSéoul – Il y aura cinq nouveaux prêtres jésuites coréens au sein de la communauté catholique qui se prépare à accueillir le Pape François au cours de son prochain voyage en Corée . La Compagnie de Jésus a en effet fêté l’ordination sacerdotale de cinq de ses membres. Il s’agit des Pères Andrew Sung-gyoon Lee, Simon Mon-hoi Kim, Benedict On-dohk Kang, Thomas Min Han et Igwan Su-yun Park. Ainsi que cela a été indiqué à Fides, ces cinq diacres ont été ordonnés prêtres le 2 juillet dernier en la Cathédrale de Séoul en présence de plus de 1.500 fidèles au cours d’une Messe présidée par S.Exc. Mgr Peter Chung Soon-taek OCD, Evêque auxiliaire de Séoul, et concélébrée par 80 prêtres.<br />Le Père Andrew Lee, 45 ans, a étudié et travaillé au sein de la Pastorale des Jésuites aux Philippines et, à son retour en Corée, en 2013, il a repris son engagement dans le même domaine d’apostolat. Le Père Simon Kim, 40 ans, est entré au sein de la Compagnie de Jésus en 2003 et a suivi ses études théologiques en France. Le Père Benedict Kang, 37 ans, est entré dans la Compagnie en 2004 et a vécu et étudié la théologie en Australie. Le Père Thomas Han, 37 ans, est spécialisé en moyens de communication de masse. Enfin, le Père Igwan Park, 35 ans, est un ingénieur, entré dans la Compagnie de Jésus en 2004 qui a ensuite étudié aux Philippines.<br />Trois des cinq nouveaux prêtres exerceront désormais leur ministère pastoral en Corée alors que les deux autres – les Pères Kang et Han – poursuivront leurs études en Australie.<br />Le Père John Sin SJ, Provincial Jésuite de Corée, a demandé à toute la communauté de prier pour les nouveaux prêtres en louant Dieu « pour l’abondante bénédiction des vocations » de nouveaux prêtres qui « continueront à servir l’Eglise et le peuple de Dieu » et « en remettant spirituellement » au Pape, qui est sur le point de se rendre en Corée, leurs cinq confrères. Sat, 26 Jul 2014 00:00:00 +0200ASIE/IRAQ - Déclaration du Président de la Région autonome du Kurdistan irakien aux représentants des églises du nord de l’Irak : « nous mourrons tous ensemble ou nous continuerons à vivre tous ensemble avec dignité »http://www.fides.org/fr/news/38197-ASIE_IRAQ_Declaration_du_President_de_la_Region_autonome_du_Kurdistan_irakien_aux_representants_des_eglises_du_nord_de_l_Irak_nous_mourrons_tous_ensemble_ou_nous_continuerons_a_vivre_tous_ensemble_avec_dignitehttp://www.fides.org/fr/news/38197-ASIE_IRAQ_Declaration_du_President_de_la_Region_autonome_du_Kurdistan_irakien_aux_representants_des_eglises_du_nord_de_l_Irak_nous_mourrons_tous_ensemble_ou_nous_continuerons_a_vivre_tous_ensemble_avec_digniteErbil – « Nous mourrons tous ensemble ou nous continuerons à vivre tous ensemble avec dignité » : c’est en ces termes que le responsable kurde, Massoud Barzani, Président de la Région autonome du Kurdistan irakien, s’est adressé au Patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako, et aux autres représentants des églises du nord de l’Irak dans le cadre de la rencontre qu’il a eu avec eux mercredi dernier, 23 juillet, à Erbil. Les propos sont confirmés par des sources de l’Eglise syro-catholique consultées par l’Agence Fides.<br />Lors de la rencontre, le Président Barzani a répété que les chrétiens contraints à quitter Mossoul sous la pression des forces du prétendu « Etat islamique » ne doivent penser en aucune manière à quitter le pays et à émigrer à l’étranger parce que la région autonome du Kurdistan est prête à accueillir et à secourir les évacués et à protéger « leurs vies et leur terre » contre ceux qui sont qualifiés de « terroristes ».<br />Dans un appel concernant les événements de Mossoul diffusé mardi dernier, 22 juillet, le Patriarche de Babylone des Chaldéens et les Evêques des églises chrétiennes du nord de l’Irak avaient exprimé de manière éloquente leur satisfaction pour le rôle joué par la Région autonome du Kurdistan irakien, notamment en ce qui concerne la disponibilité immédiate à « recevoir les familles déplacées, les embrasser et fournir de l'aide pour eux. Nous proposons – avaient déclaré les chefs des églises du nord de l’Irak – la création d'un comité conjoint du gouvernement régional et les représentants de notre peuple de faire un suivi sur la souffrance des familles déplacées et à améliorer leurs conditions ».<br />« Les chrétiens d’Irak – réaffirme à l’Agence Fides le Père Nizar Semaan, prêtre syro-catholique – veulent vivre en paix avec tous et ils ont apprécié la condamnation de l’expulsion des chrétiens de Mossoul exprimée de manière unanime par les représentants sunnites, chiites et kurdes dans les différentes zones du pays ». Fri, 25 Jul 2014 00:00:00 +0200AMERIQUE/ETATS UNIS - Appel des Evêques aux Présidents des Etats d’Amérique centrale et des Etats-Unis : « protégez les enfants et les familles »http://www.fides.org/fr/news/38196-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Appel_des_Eveques_aux_Presidents_des_Etats_d_Amerique_centrale_et_des_Etats_Unis_protegez_les_enfants_et_les_familleshttp://www.fides.org/fr/news/38196-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Appel_des_Eveques_aux_Presidents_des_Etats_d_Amerique_centrale_et_des_Etats_Unis_protegez_les_enfants_et_les_famillesWashington – La Commission pour les Migrations de la Conférence épiscopale des Etats-Unis , par l’intermédiaire de son Président, S.Exc. Mgr Eusebio Elizondo, Evêque auxiliaire de Seattle, a adressé une invitation au Président américain, B. Obama, et aux Présidents des Etats d’Amérique centrale afin qu’ils protègent et assistent les enfants et les familles fuyant les violences en cours dans la région. Selon la note envoyée à l’Agence Fides par la Conférence épiscopale, aujourd’hui, 25 juillet, les Présidents du Guatemala, du Salvador et du Honduras doivent rencontrer le Président américain à la Maison blanche afin de discuter de la situation venue à se créer à la frontière, situation qui est maintenant devenue un défi humanitaire.<br />« Les responsables devraient se concentrer sur la protection de ces enfants et des familles en ce que ce sont les chefs de leurs nations – a souligné Mgr Elizondo. Au lieu de coopérer afin d’intercepter et de bloquer les migrants et de les renvoyer de nouveau dans ces situations dangereuses, ils devraient travailler ensemble pour les protéger de ces dangers, y compris en leur donnant asile dans les pays proches et aux Etats-Unis ». La situation ne change pas en effet et le nombre des jeunes arrêtés à la frontière est toujours plus important .<br />Mgr Elizondo a réaffirmé également l’opposition de l’USCCB aux propositions de modification des normes en vigueur visant à accélérer le rapatriement des mineurs sans leur donner le bénéfice d’une audience : « Dans cette situation, les familles devraient pouvoir disposer d’un examen équitable de leurs demandes d’asile ». Fri, 25 Jul 2014 00:00:00 +0200AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Accroissement du nombre des mineurs disparus et recrutés par des organisations combattanteshttp://www.fides.org/fr/news/38195-AFRIQUE_SOUDAN_DU_SUD_Accroissement_du_nombre_des_mineurs_disparus_et_recrutes_par_des_organisations_combattanteshttp://www.fides.org/fr/news/38195-AFRIQUE_SOUDAN_DU_SUD_Accroissement_du_nombre_des_mineurs_disparus_et_recrutes_par_des_organisations_combattantesJuba – 1,1 millions d’évacués dont la moitié sont des enfants, des milliers de victimes, 500.000 personnes ayant fui à l’étranger et 3 millions risquant de connaître la faim : tel est le dramatique bilan de six mois de conflit armé au Soudan du Sud. Au conflit, viennent s’ajouter les dramatiques conséquences de l’épidémie de choléra, d’une année de pluies et d’inondations et de la menace de famine qui frappe une population déjà fortement éprouvée. Ceux qui sont le plus en danger sont naturellement les plus jeunes. Le nombre des mineurs disparus et recrutés par les rebelles et les forces armées s’accroît. Au cours de la journée du 21 juillet, les combats ont repris. Une attaque menée par les rebelles contre la ville de Nasir a violé le cessez-le-feu qui durait depuis mai dernier. De nouveaux affrontements menacent d’aggraver l’urgence humanitaire dans le pays et de faire augmenter une fois encore le nombre des réfugiés sud-soudanais à un peu plus de trois ans de l’indépendance du pays. Selon le dernier rapport de l’OCHA, l’agence de l’ONU chargée de la coordination des opérations humanitaires, 1,1 millions de personnes ont été évacuées alors que 100.000, en grande partie femmes et enfants Nuer, se trouvent dans dix camps situés à l’intérieur des bases de la mission de paix. Fri, 25 Jul 2014 00:00:00 +0200ASIE - Rejet du califat en Irak et en Syrie de la part de l’islam asiatiquehttp://www.fides.org/fr/news/38194-ASIE_Rejet_du_califat_en_Irak_et_en_Syrie_de_la_part_de_l_islam_asiatiquehttp://www.fides.org/fr/news/38194-ASIE_Rejet_du_califat_en_Irak_et_en_Syrie_de_la_part_de_l_islam_asiatiqueBangkok – De hauts responsables, des chercheurs et des intellectuels musulmans des pays asiatiques refusent l’idée et le projet du califat proclamé par le prétendu « Etat islamique » en Irak et en Syrie. Le groupe extrémiste moyen-oriental a annoncé, le 29 juin, la création d’un califat à cheval entre les territoires des deux pays ayant comme responsable Abu Bakr al-Baghdadi.<br />Ainsi que l’indique une note parvenue à Fides, parmi les musulmans d’Asie, cela semble « une violation flagrante des principes fondamentaux islamiques ».<br />« Une guerre entre les groupes qui veulent s’emparer d’une terre qui ne leur appartient pas pour maîtriser ses ressources économiques est contraire aux principes de l’islam et constitue un crime grave » affirme le maulana Asad Khan Falahi, imam en chef d’une mosquée de New Delhi. « L’élimination de vies humaines et la destruction de propriétés de tiers ne peut être considérée djihad et son issue ne peut être qualifiée de califat » explique-t-il.<br />En Inde, où les musulmans sont 130 millions, le chercheur islamique Wahiduddin Khan a remarqué : « Celui qui se proclame calife a violé les principes fondamentaux de l’islam et déshonoré la charia ». Syed Jalaluddin Umari, président de l’organisation musulmane indienne Jammat-e-Islami Hind est lui aussi d’accord pour dire que le prétendu « Etat islamique » a violé toutes les règles islamiques en vue de la sélection d’un calife. En outre, « nous condamnons les violences perpétrées au nom de l’islam en Irak et partout dans le monde » a-t-il réaffirmé.<br />Au Bangladesh, Kazi Nurul Islam, professeur de religions et de cultures à la Dhaka University, explique que « un califat n’est pas une hypothèse réaliste » alors que l’intellectuel musulman Misbahur Rahman Chowdhury rappelle que « l’islam reconnaît la démocratie : il n’y a plus de place pour un califat ».<br />En Indonésie, le pays musulman le plus peuplé au monde, la Nahdlatul Ulama – l’une des plus influentes organisations musulmanes du pays – a condamné l’approche du prétendu « Etat islamique ». « La NU se concentrera sur les commandements de Dieu. La NU n’accepte pas un califat et considère faux celui créé par le prétendu « Etat islamique » » a déclaré un représentant de la NU, Malik Madani La Muhammadiyah, deuxième plus importante organisation musulmane d’Indonésie, a également pris ses distances de « ce que fait le prétendu « Etat islamique », en promouvant la violence et le conflit parmi les réalités politiques » a remarqué son secrétaire général, Abdul Mu'thi. « Si nous sommes de vrais et bons musulmans, nous devons refuser le prétendu « Etat islamique » a-t-il réaffirmé, attendu que « l’islam n’a rien à voir avec lui ». Un responsable musulman de Bekasi, faubourg de la métropole Djakarta, a annoncé que « sa communauté a rejeté les appels du prétendu « Etat islamique » visant à recruter des combattants musulmans dans le sud-est asiatique » alors qu’en Malaisie le responsable islamique Abdul Muis Bahri a déclaré « ne pas trouver une seule raison pour laquelle un musulman devrait soutenir le prétendu « Etat islamique » attendu que « sont affiliés à Al-Qaeda, qu’ils tuent des êtres humains et versent du sang innocent ».<br />Tous concordent sur un fait : il est urgent que responsables et chercheurs musulmans répandent en Asie la conscience du fait que le prétendu « Etat islamique » ne suit pas le véritable islam et que « il n’y a rien de pire que de voir des musulmans s’entretuer au nom de l’islam ».<br />L’islam asiatique, qui a dépassé les frontières du monde arabe, est un islam numériquement très significatif. Dans les pays arabes, les musulmans sont au total environ 300 millions alors qu’en Asie – du Pakistan jusqu’à l’Indonésie en passant par l’Asie centrale – vivent plus de 690 millions de fidèles soit plus du double. Dans de nombreuses zones, l’islam est arrivé pacifiquement, grâce aux routes des marchands arabes qui se sont approchés des cultures locales et s’est mêlé aux cultures locales selon des formes tout à fait pacifiques, ouvertes et tolérantes. Fri, 25 Jul 2014 00:00:00 +0200AMERIQUE/BRESIL - 20ème anniversaire d’un réseau de 230 radio au service de la communauté catholique et des valeurs chrétienneshttp://www.fides.org/fr/news/38193-AMERIQUE_BRESIL_20eme_anniversaire_d_un_reseau_de_230_radio_au_service_de_la_communaute_catholique_et_des_valeurs_chretienneshttp://www.fides.org/fr/news/38193-AMERIQUE_BRESIL_20eme_anniversaire_d_un_reseau_de_230_radio_au_service_de_la_communaute_catholique_et_des_valeurs_chretiennesSao Paolo – Le réseau des radios catholiques brésiliennes fête ses 20 ans. Le réseau rassemble 230 stations dans l’ensemble du Brésil et compte une radio base dans chaque région, mettant en commun l’engagement en faveur de l’évangélisation depuis 1994. Le premier objectif du RCR au cours de ces vingt années a été de renforcer l’Eglise au Brésil au travers de la liaison entre les stations qui travaillent ensemble en utilisant le pouvoir créatif de la radio. Le but est de maintenir vivant le message de l’Evangile à travers les ondes radio et de consolider et diffuser la communication s’inspirant aux idéaux de l’Evangile.<br />La note envoyée par le RCR à Fides rappelle que les principales missions du réseau sont : promouvoir la fidélité aux valeurs de l’Evangile, le respect de la vie et de la dignité humaine, inviter aux pratiques religieuses, contribuer à l’éducation et à la culture, promouvoir l’esprit de solidarité, le partage et la communion ainsi que l’innovation technologique et la responsabilité sociale et environnementale.<br />Fondé en 1994, le RCR est une association d’organisations de radios formellement liées à l’Eglise catholique et de radios laïques d’inspiration chrétienne travaillant au service de communautés ou de Diocèses. Il se compose de sept grandes et puissantes radios bases disposant d’une production propre : Rete Aparecida à São Paulo, Rete Canção Novae , Rete Milicia Sat , Rete Pai Eterno à Goiás, Rete Sul di Radio à Rio Grande do Sul, Rete Scalabriniana et Rete Evangelizzare é Preciso.<br />Selon l’institut de recherche Ibope, au cours des mois d’avril, de mai et de juin 2014, la base génératrice du RCR, Radio Imaculada Conceição, occupait la septième place en termes d’audience dans la région métropolitaine de São Paulo. Fri, 25 Jul 2014 00:00:00 +0200ASIE/TERRE SAINTE - Suite de la tragédie humanitaire : 147 enfants tués dans la bande de Gaza au cours de ces dernières heureshttp://www.fides.org/fr/news/38192-ASIE_TERRE_SAINTE_Suite_de_la_tragedie_humanitaire_147_enfants_tues_dans_la_bande_de_Gaza_au_cours_de_ces_dernieres_heureshttp://www.fides.org/fr/news/38192-ASIE_TERRE_SAINTE_Suite_de_la_tragedie_humanitaire_147_enfants_tues_dans_la_bande_de_Gaza_au_cours_de_ces_dernieres_heuresGaza – Le nombre des victimes continue à augmenter et, selon les dernières données diffusées depuis la bande de Gaza par les 34 opérateurs de l’Oxford Commitee for Famine Relief tentant de venir en aide à la population, 74% des plus de 600 victimes palestiniennes sont composés de civils alors que le nombre des blessés a dépassé les 3.500 et s’apprête à franchir le seuil des 4.000. Entre temps, le nombre des israéliens tués au cours d’affrontements entre Hamas et les troupes israéliennes augmente lui aussi, parvenant à 29, dont deux civils adultes. Mais la donnée la plus alarmante est que, malgré les appels répétés au cessez-le-feu arrivés d’origines diverses, le massacre de mineurs se poursuit. Le nombre d’enfants tués dans la bande de Gaza est arrivé à 147 au cours de ces dernières heures alors que ceux qui sont victimes de traumatismes de conflit sont au nombre de 116.000.<br />« En ce moment, à Gaza, la moyenne est d’un enfant tué par heure, une donnée effroyable qui doit conduire la communauté internationale à imposer un cessez-le-feu immédiat » peut-on lire dans une note du responsable des urgences humanitaires de l’OXFAM Italie parvenue à l’Agence Fides. Plus de 120.000 personnes ont dû abandonner leur domicile à Gaza, sachant que les frontières sont fermées et que les personnes n’ont pas de lieu sûr où se rendre, la majeure partie s’entassant dans les écoles de la bande de Gaza. On notera que 44% du territoire de Gaza a été déclaré zone d’évacuation alors que les 56% restants continuent d’être à haut risque, à cause des raids aériens.<br />Les structures médicales, qui cherchent à porter secours à la population ont, elles aussi, été endommagées : 18 hôpitaux, cliniques et ambulances ont été touchés par les bombardements alors que 26 opérateurs sanitaires du Croissant rouge palestinien ont été blessés. La quantité de nourriture et d’eau à disposition de la population est toujours plus réduite. Plus de 135.000 personnes ont besoin d’une assistance alimentaire immédiate alors que l’on estime que les boulangers de Gaza disposent actuellement de stocks pour une seule semaine. Environ 1,2 millions de personnes, soit les 2/3 de la population de la bande de Gaza, ont des difficultés d’accès à l’eau potable, un quart des systèmes hydriques présents pour le moment présentant des réduction de moitié de leurs capacités de distribution. Fri, 25 Jul 2014 00:00:00 +0200ASIE/IRAN - Nomination du Directeur national des Œuvres pontificales missionnaireshttp://www.fides.org/fr/news/38191-ASIE_IRAN_Nomination_du_Directeur_national_des_OEuvres_pontificales_missionnaireshttp://www.fides.org/fr/news/38191-ASIE_IRAN_Nomination_du_Directeur_national_des_OEuvres_pontificales_missionnairesCité du Vatican – S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, en date du 20 juin 2014, a nommé Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires en Iran pour un quinquennat le Père Hormoz Aslani Babroudi, du Diocèse d’ Urmias et Salmas des Assyro-chaldéens.<br />Le nouveau Directeur national a 42 ans et a été ordonné prêtre voici 12 ans. Il a étudié la philosophie et la théologie au Collège pontifical urbanien, effectuant une spécialisation en théologie dogmatique, après laquelle il a suivi une année d’études dédiée à la théologie, à la spiritualité et à l’histoire des Eglises orientales près l’Institut pontifical oriental. Il est retourné en Iran en 2004. Actuellement, il est membre du groupe Foi et Lumière et responsable spirituel du groupe des adolescents. Il est engagé pastoralement auprès de la Cathédrale d’Urmias et Salmas. Depuis 2010, il est enseignant de religion et de catéchèse. Fri, 25 Jul 2014 00:00:00 +0200AMERIQUE/NICARAGUA - Nomination du Directeur national des Œuvres pontificales missionnaireshttp://www.fides.org/fr/news/38190-AMERIQUE_NICARAGUA_Nomination_du_Directeur_national_des_OEuvres_pontificales_missionnaireshttp://www.fides.org/fr/news/38190-AMERIQUE_NICARAGUA_Nomination_du_Directeur_national_des_OEuvres_pontificales_missionnairesCité du Vatican – S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, en date du 13 juin 2014, a nommé Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires au Nicaragua pour un quinquennat le Père Carlos Adán Alvarado Aragón, du Diocèse de Juigalpa.<br />Le nouveau Directeur national a 37 ans et a été ordonné prêtre voici huit ans. Actuellement, il est Curé de la Paroisse Saint Charles Borromée et préposé diocésain de l’Œuvre pontifical pour l’Enfance missionnaire. Précédemment, il a été Vicaire paroissial, Délégué pour la Mission continentale et Directeur diocésain des Œuvres pontificales missionnaires. Il a fréquenté un cours de Missiologie près l’Institut théologique pour l’Amérique latine de Bogotá. Fri, 25 Jul 2014 00:00:00 +0200ASIE/CHINE - Etudiants engagés dans l’approfondissement de leur vie de foi sous le signe de la charité et de la missionhttp://www.fides.org/fr/news/38189-ASIE_CHINE_Etudiants_engages_dans_l_approfondissement_de_leur_vie_de_foi_sous_le_signe_de_la_charite_et_de_la_missionhttp://www.fides.org/fr/news/38189-ASIE_CHINE_Etudiants_engages_dans_l_approfondissement_de_leur_vie_de_foi_sous_le_signe_de_la_charite_et_de_la_missionPékin – Environ 80 étudiants de Pékin, catholiques, chrétiens et non chrétiens, ont participé à dix jours de camping estival, du 14 au 23 juillet, vivant ensemble un certain nombre d’expériences sous le signe de la charité et de la mission. Parmi celles-ci le Chemin de Croix, le lavement des pieds, l’Adoration communautaire, la réalisation d’icônes sacrées afin de faire l’expérience de la prière des moines orientaux qui accompagne cette activité, un concert, le partage de l’expérience de foi avec les prêtres et les religieuses et l’engagement à répondre à l’invitation du Pape à aller vers les périphéries. L’initiative en question rentre dans le cadre de la Pastorale estivale des jeunes qui caractérise l’engagement de nombreuses communautés catholiques continentales au cours de cette période.<br />Selon les informations parvenues à l’Agence Fides, les universitaires, sous la conduite de prêtres et de religieuses dûment préparés, se sont engagés afin qu’en toutes leurs activités durant ces journées soit perçu le sens profond de la Charité. Au cours de la journée dédiée au fait d’aller vers les périphéries, les étudiants se sont répartis en six groupes afin de porter l’Amour du Christ et de l’Eglise à tous : passants, personnes âgées, malades, enfants de la crèche… et surtout « le sourire du chrétien qui réchauffe le cœur ».<br />La Pastorale des jeunes du Diocèse de Nan Chong, en province du Si Chuan, a, elle aussi, voulu répondre aux besoins d’une société qui souffre du grave problème du vieillissement en proposant au groupe des jeunes « La lumière de Ba Shu » de porter amour et attention aux pensionnaires de la maison de retraite. Fri, 25 Jul 2014 00:00:00 +0200AFRIQUE/EGYPTE - Absence totale de chrétiens dans la ville natale de Saint Antoine le Grandhttp://www.fides.org/fr/news/38188-AFRIQUE_EGYPTE_Absence_totale_de_chretiens_dans_la_ville_natale_de_Saint_Antoine_le_Grandhttp://www.fides.org/fr/news/38188-AFRIQUE_EGYPTE_Absence_totale_de_chretiens_dans_la_ville_natale_de_Saint_Antoine_le_GrandQumans – Il ne subsiste ni une église ni même un seul chrétien dans la ville égyptienne de Qumans, connue par le passé sous le nom de Coma, dans la province centrale de Beni Suef, où naquit, en 251 après Jésus Christ, Saint Antoine le Grand, considéré comme le père du monachisme chrétien. C’est ce que révèlent des sources égyptiennes consultées par l’Agence Fides. Ces derniers temps, les chefs des communautés coptes orthodoxes de la région ont pris acte du fait que les flux migratoires internes constatés dans la zone ont également comporté le déménagement des dernières familles qui habitaient dans les environs du village, dans une zone où certains fonds agricoles sont encore indiqués comme antiques possessions de la famille d’origine du grand saint. L’intention de valoriser le lieu de naissance de Saint Antoine le Grand pourrait porter à l’avenir – ainsi que l’envisagent certains représentants de l’Eglise copte – à la construction ex novo d’un sanctuaire qui serait indiqué aux fidèles comme lieu de pèlerinage. Thu, 24 Jul 2014 00:00:00 +0200