Fides News - French (Standard)http://www.fides.org/Les Dépêches de l'Agence FidesfrLes contenus du site sont publiés sous licence Creative Commons.AFRIQUE/NIGERIA - Dénonciation de l’Evêque d’Awka concernant l’absence de garantie relative à la sécurité de la vie et de la propriété au Nigeriahttp://www.fides.org/fr/news/67416-AFRIQUE_NIGERIA_Denonciation_de_l_Eveque_d_Awka_concernant_l_absence_de_garantie_relative_a_la_securite_de_la_vie_et_de_la_propriete_au_Nigeriahttp://www.fides.org/fr/news/67416-AFRIQUE_NIGERIA_Denonciation_de_l_Eveque_d_Awka_concernant_l_absence_de_garantie_relative_a_la_securite_de_la_vie_et_de_la_propriete_au_NigeriaAbuja – « Les êtres humains sont massacrés régulièrement par des terroristes qui semblent désormais avoir pris pour cible les chrétiens. La sécurité de la vie et des propriétés ne peut plus être garantie au Nigeria » a affirmé S.Exc. Mgr Paulinus Chukwuemeka Ezeokafor, Evêque d’Awka, dans l’Etat d’Anambra, au sud du Nigeria. L’Evêque a lancé un appel afin que soient renforcés les organes de sécurité locaux et étatiques. Il a également souligné qu’existent des incohérences entre les différentes appareils de sécurité locaux, remarquant par exemple comment deux prêtres du Diocèse d’Awka ont été enlevés dans l’Etat d’Ondo avant d’être sauvés en ayant recours aux services de sécurité de l’Etat d’Anambra. Cet Etat – a encore souligné l’Evêque – est relativement sûr par rapport aux autres Etats de la Fédération.<br />Selon Mgr Ezeokafor, le gouvernement fédéral devrait soutenir les organisations de sécurité locales comme l’opération Amotekun instituée le 9 janvier de cette année par les gouverneurs de six Etats du sud-ouest du Nigeria afin de coordonner leurs appareils de sécurité respectifs.<br />La prise de position de Mgr Ezeokafor n’est que la dernière en date partant des Evêques qui dénoncent les violences, en particulier à l’encontre des chrétiens, en demandant aux autorités, fédérales et locales, de garantir la sécurité de tous. Aux obsèques du séminariste enlevé puis tué, du Grand Séminaire du Bon Pasteur de Kakau, dans l’Etat de Kaduna, au nord-ouest du Nigeria, S.Exc. Mgr Matthew Hassan Kukah, Evêque de Sokoto, avait adressé un dur acte d’accusation au Président Muhammadu Buhari, qui avait été élu sur la base de sa promesse de rétablir la sécurité dans le pays . Mgr Kukah a contesté non seulement l’insécurité régnant au Nigeria mais aussi les politiques qui ont approfondi les divisions ethniques et religieuses entre le nord et le sud du pays. Tue, 18 Feb 2020 12:54:36 +0100AMERIQUE/ARGENTINE - Appel du Recteur du Sanctuaire de Notre-Dame de la Pena face aux déprédations des richesses de la zone de Saltahttp://www.fides.org/fr/news/67415-AMERIQUE_ARGENTINE_Appel_du_Recteur_du_Sanctuaire_de_Notre_Dame_de_la_Pena_face_aux_depredations_des_richesses_de_la_zone_de_Saltahttp://www.fides.org/fr/news/67415-AMERIQUE_ARGENTINE_Appel_du_Recteur_du_Sanctuaire_de_Notre_Dame_de_la_Pena_face_aux_depredations_des_richesses_de_la_zone_de_SaltaSalta – « Arrêtez de voler au nord » : telle a été la requête éplorée du Recteur du Sanctuaire de Notre-Dame de la Pena, le Père Ruben Sica, OFM, lancée dans le cadre de l’homélie de la Messe de Dimanche dernier, 16 février, se référant à la situation des habitants du nord, actuellement soumis à une urgence socio-sanitaire suite à la mort d’enfants natifs de la zone suite aux inondations qui ont frappé des centaines de familles du département de Saint Martin et du fait des interruptions de la route nationale 34 à cause des débordements de petits cours d’eau de la zone.<br />Le prêtre franciscain a fait référence à la situation difficile dans le nord, laquelle vient s’ajouter au manque chronique de services essentiels tels que l’adduction d’eau et l’énergie électrique. « Nous vivons dans une zone au climat subtropical, caractérisé par de fortes pluies mais nous vivons surement dans une autre province pare que la réalité est que nous ne faisons pas partie de la province de Salta que tous connaissent » s’est-il plaint.<br />« Il semble incroyable qu’une seule pluie ait provoqué tout cela : évacuation de personnes, inondation de centres habités, et ce après les nombreuses expériences de ce type que nous avions vécu par le passé. Dans le nord, qu’il pleuve ou qu’il ne pleuve pas, la situation est identique parce que l’eau potable fait défaut, l’énergie est interrompue pendant des heures et parce que nos hôpitaux sont dévastés. Pour se rendre chez le médecin, nous devons parcourir 400 Km jusqu’à la capitale parce qu’ici, il n’y a pas de professionnels et mieux vaut ne pas parler du Chaco Salteño » a encore affirmé le franciscain.<br />« Pendant combien de temps encore devrons-nous vivre ainsi ? » a demandé le prêtre, ajoutant : « de cette zone, sortent toutes les ressources en hydrocarbures, les produits agricoles et le bois. Salta est exploitée et sa population doit se contenter des miettes. Nous subissons un abandon outrageux parce qu’aucun investissement n’est réalisé dans cette zone par manque de rentabilité politique ».<br />En s’excusant pour le ton de ses paroles, également fruit de l’indignation, le prêtre s’est ensuite adressé aux autorités : « Cette zone était riche au cours de la période ayant précédé les privatisations mais vous l’avez appauvri, foulée aux pieds le plus possible avec l’aggravante que nous ne pouvons pas nous transférer ailleurs dans la mesure où le travail, la maison ou simplement nos racines et notre histoire familiale sont ici ».<br />A cause des inondations enregistrées dans diverses localités de la province de Salta, la Caritas d’Argentine a mis en œuvre ses mécanismes d’assistance immédiate face aux urgences climatiques et les équipes de bénévoles travaillent actuellement directement avec les familles touchées. Tue, 18 Feb 2020 12:40:26 +0100ASIE/INDE - Les sept innocents de Kandhamal, témoins de la foihttp://www.fides.org/fr/news/67414-ASIE_INDE_Les_sept_innocents_de_Kandhamal_temoins_de_la_foihttp://www.fides.org/fr/news/67414-ASIE_INDE_Les_sept_innocents_de_Kandhamal_temoins_de_la_foiBangalore – Ils ont évoqué leur expérience soufferte et témoigné leur foi au Christ face aux Evêques d’Inde. Les sept hommes innocents – impliqués malgré eux dans l’affaire des massacres antichrétiens de 2008 à Kandhamal, dans l’Etat de l’Orissa – remis en liberté après une détention de dix ans, ont été invités à la XXXIV° Assemblée plénière de la Conférence épiscopale d’Inde qui rassemble les Evêques des trois rites – latin, syro malabar et syro malankar – actuellement en cours à Bangalore.<br />Le journaliste et activiste chrétien Anto Akkara, qui a visité 25 fois Kandhamal, a illustré le motif pour lequel les sept chrétiens innocents – dont six analphabètes et un présentant des problèmes mentaux – ont été maintenus en détention. Ils ont pu témoigner leur foi profonde malgré les difficultés et les épreuves au cours de ces années d’emprisonnement indues.<br />Anto Akkara a expliqué la théorie de la conspiration construite de toute pièce avant le meurtre du responsable religieux hindou Swami Laxmanananda Saraswati, tué par balles à Kandhamal le 23 aout 2008. Sa mort, attribuée à des chrétiens, constitua le prétexte pour lancer la vague de violence contre la communauté des baptisés. Sept innocents furent injustement condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité et incarcérés en 2008 pour son homicide. Le procès en appel est en cours devant la Haute Cour de l’Orissa depuis 2015. Après avoir attentivement étudié le cas, dans le cadre d’une enquête de terrain, Anto Akkara a révélé la conspiration dans son livre « Qui a tué Swami Laxmanananda ? », publié en 2016 en langue anglaise et a lancé, cette même année, une pétition sur Internet pour demander la remise en liberté des sept hommes. Les résultats de cette enquête ont été présentés au tribunal. Les sept détenus se sont récemment vu concéder la liberté sous caution.<br />Anto Akkara a exhorté les Evêques d’Inde à prendre à cœur leur situation et à les aider concrètement d’un point de vue matériel et spirituel. « La foi doit conduire à l’action » a-t-il affirmé.<br />Après la présentation du cas, S.Em. le Cardinal Oswald Gracias, Archevêque de Bombay et Président de la CBCI, a conduit la prière pour les innocents, partagée par tous les Evêques.<br />Au cours de la dernière décennie, l’Archidiocèse de Cuttack–Bhubaneswar, dont le territoire comprend Kandhamal , a été proche des victimes et a constitué la force motrice des procédures légales tendant à rechercher la justice.<br />La violence sur une vaste échelle contre les chrétiens de Kandhamal avait alors fait plus de 100 morts et plus de 50.000 évacués. Plus de 40 femmes avaient subi des agressions sexuelles et quelques 12.000 enfants avaient dû interrompre leur parcours scolaire, se voyant nier le droit à l’instruction. Plus de 8.000 maisons avaient été saccagées et incendiées et plus de 300 églises démolies. Tue, 18 Feb 2020 12:07:18 +0100AMERIQUE/COSTA RICA - L’Année jubilaire, « temps de relance de l’engagement et de l’espérance naissant de la dimension sociale de la vie chrétienne »http://www.fides.org/fr/news/67413-AMERIQUE_COSTA_RICA_L_Annee_jubilaire_temps_de_relance_de_l_engagement_et_de_l_esperance_naissant_de_la_dimension_sociale_de_la_vie_chretiennehttp://www.fides.org/fr/news/67413-AMERIQUE_COSTA_RICA_L_Annee_jubilaire_temps_de_relance_de_l_engagement_et_de_l_esperance_naissant_de_la_dimension_sociale_de_la_vie_chretienneLimon – Un appel aux autorités et aux protagonistes de la société afin qu’ils s’unissent « pour trouver des solutions à la souffrance de nombreux costaricains, en particulier en matière de travail, de santé, de violence, surtout vis-à-vis des enfants et des femmes, de sécurité des citoyens, d’instruction, de logements, de retraites, de situations de pauvreté, d’inégalité outre aux défis humanitaires de l’immigration » a été lancé par les Evêques du Costa Roca dans le Message publié au terme de l’Assemblée plénière de la Conférence épiscopale tenue à Limon, texte qui porte la date du 13 février, ouverture du Jubilé.<br />L’Année jubilaire a été proclamé à l’occasion du centenaire de la création de la Province ecclésiastique du Costa Rica du 13 février de cette année au 16 février 2021 . Dans ce cadre, les Evêques invitent tous les chrétiens à « vivre intensément ce temps de grâce » en étant conscients que « l’Eglise a contribué à donner vie et à développer notre identité nationale et que son action est inséparable de la vie de la société et de l’histoire de la patrie ».<br />Ce Jubilé et la célébration du Bicentenaire de l’indépendance du pays, en 2021, « vont ensemble et il ne pourrait pas en être autrement – écrivent-ils – parce que nous connaissons l’importance et l’urgence du dialogue entre la foi et la dimension communautaire et sociale de la culture. Dès lors, en tant que citoyens et pasteurs, nous nous faisons l’écho du cri d’un pays qui veut continuer à avancer sur le chemin de la justice sociale, du bien commun, des droits fondamentaux – dont l’essence est la dignité de la personne – et de la paix sociale de notre peuple ».<br />Dans le Message, envoyé à l’Agence Fides, les Evêques citent certaines des « nombreuses et complexes questions de la réalité nationale qui préoccupent les costaricains ». En premier lieu, l’urgence du dialogue national, dans la mesure où « nous ne pouvons continuer sur la voie de la division, de la controverse et de la défiance réciproque. En tant que société, nous devons promouvoir le caractère central des thèmes communs, dans un environnement de respect favorisant un processus de discernement prudent et mesuré permettant d’affronter ce qui arrive réellement dans le pays ».<br />Pour garantir l’unité et la paix sociale, il est ensuite nécessaire d’assainir et de renforcer le système fiscal. Les Evêques ont constamment dénoncé « les problèmes nationaux qui se heurtent à une administration piégé par un enchevêtrement institutionnel se trainant depuis des années et qui aujourd’hui fait voir ses effets sociaux et économiques ».<br />Un autre thème préoccupant est celui du chômage, qui a atteint les niveaux les plus élevés de la décennie, malgré les initiatives du gouvernement. « Nous voyons avec douleur le désespoir des jeunes, des femmes, des immigrés, des travailleurs informels – affirment les Evêques. En cette Année jubilaire, nous sommes appelés à unir la miséricorde et la justice dans la mesure où l’une des graves difficultés d’aujourd’hui est le fait que le travail précaire, sans droits pour le travailleur et mal payé, est devenu la norme, une bouée de sauvetage pour des milliers de compatriotes ».<br />Le dernier point concerne le soutien au monde rural, en ce que, pour les Evêques, le pays a besoin « d’une véritable politique agraire affrontant la pauvreté qui se reflète dans l’inégalité sociale, le chômage, l’indigence et les besoins de base de ce secteur, sans oublier une économie solidaire qui améliore la situation des agriculteurs et des patrons pêcheurs ».<br />Invoquant l’intercession de Notre-Dame des Anges, Patronne du Costa Rica, et de Saint Vincent de Paul, Patron du Diocèse de Limón, les Evêques concluent leur message en rappelant que « l’Année jubilaire constitue un temps de relance de l’engagement et de l’espérance naissant de la dimension sociale de la vie chrétienne » et en demandant au Seigneur, comme grâce spéciale, que « notre Jubilé rallume la solidarité au sein de notre peuple ». Tue, 18 Feb 2020 11:40:43 +0100AFRIQUE/RD CONGO - L’Eglise au Congo face à l’ouragan de l’histoirehttp://www.fides.org/fr/news/67412-AFRIQUE_RD_CONGO_L_Eglise_au_Congo_face_a_l_ouragan_de_l_histoirehttp://www.fides.org/fr/news/67412-AFRIQUE_RD_CONGO_L_Eglise_au_Congo_face_a_l_ouragan_de_l_histoireKinshasa – Parmi les résultats produits par les trois marches pacifiques organisées par le Comité Laïc de Coordination , de décembre 2017 à février 2018, « l’acquis le plus durable et le plus utile me semble être le fait d’avoir rendu, grâce à l’éducation civique donnée dans différentes paroisses du pays, des milliers de jeunes congolais capables de consentir le sacrifice suprême pour défendre leur dignité humaine et le bien commun de leur pays ». C’est ce qu’affirme S.Em. le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, Archevêque émérite de Kinshasa, dans la préface du livre ‘‘Le Congo dans l’ouragan de l’Histoire. Combats pour l’état de Droit des femmes et des hommes de foi et de bonne volonté’’ du Pr. Isidore Ndaywel. Ce livre paru aux éditions L’Harmattan en 2019 a été présenté le 15 février dernier à Kinshasa.<br />Dans ce livre, l’historien Isidore Ndaywel, Coordonnateur du CLC, loue le ‘‘surpassement de soi’’ dont de nombreuses personnes ont fait preuve dans la recherche des solutions face aux turbulences qui ont émaillé la scène politique de la RDC les années passées. Il relève également le rôle qu’ont joué les confessions religieuses dans la lutte pour un état de droit en RDC ; rôle qu’elles jouent depuis des siècles, et continueront de jouer pour le destin du peuple congolais.<br />Le choix de la date de sortie de cette œuvre est aussi significatif que son contenu. Le livre est lancé sur le marché la veille du 38ème anniversaire de la marche des chrétiens qui avaient bravé la peur contre le dictateur de l’époque – Mobutu Sese Seko. « C’est avec la marche du 16 février 1992 que tout a commencé pour le CLC. C’était sa première grande mobilisation, à laquelle participent activement des ecclésiastiques et des ténors de la société civile », a déclaré un des intervenants en faisant une recension de l’ouvrage. <br />« Comme le CLC, je rêve d’une vie digne pour le Congo, digne pour l’ensemble des Congolais, digne pour l’Afrique toute entière. Puisque le Congo ne peut se permettre de demeurer le pays des occasions manquées, il revient donc à l’ensemble de son peuple à poursuivre courageusement sa longue marche vers l’Etat de droit en vue du développement du bien-être social », a souligné Isidore Ndaywel.<br />Cette présentation du livre a été rehaussée par la participation de mouvements citoyens, de personnalités académiques, de quelques autorités politico-administratives, et d’ecclésiastiques tels que S.Exc. Mgr Balestrero Ettore, Nonce Apostolique en RDC. On a aussi noté la présence de la veuve de Rossy Mukendi, l’un des martyrs les plus connus des marches pacifiques organisées par le Comité Laïc de Coordination , de décembre 2017 à février 2018. Tue, 18 Feb 2020 11:05:26 +0100ASIE/PAKISTAN - Evangélisation par la calligraphiehttp://www.fides.org/fr/news/67411-ASIE_PAKISTAN_Evangelisation_par_la_calligraphiehttp://www.fides.org/fr/news/67411-ASIE_PAKISTAN_Evangelisation_par_la_calligraphieKarachi – L’art et la calligraphie peuvent constituer un moyen d’évangélisation au Pakistan. Le Père Arthur Charles en est convaincu, lui qui a commencé à placer des banderoles comportant des versets de la Bible, réalisées en belle écriture, sur les murs de l’église Saint Jean de Karachi, de laquelle il est le Curé, en tant que manière de diffuser l’Evangile. « L’un des buts de cette initiative – explique le prêtre à l’Agence Fides – est d’approcher la Bonne Nouvelle de l’Evangile de notre peuple mais surtout des musulmans afin qu’ils connaissent et apprécient le message du Christ ».<br />Voici deux ans, en débutant son service pastoral de Curé, le prêtre avait remarqué qu’à côté de l’église et en face d’elle se trouvent des écoles catholiques fréquentées par de nombreux élèves. « Il y a des enfants et des jeunes non seulement catholiques ou chrétiens d’autres confessions mais aussi de religions différentes et en large majorité, les élèves sont musulmans. Chaque jour, leurs parents viennent les accompagner ou les chercher et ils passent souvent beaucoup de temps dans les environs de l’école pour attendre les enfants. C’est ainsi que m’est venue l’idée d’utiliser les murs de notre église pour évangéliser par le biais de l’art et de la calligraphie » raconte le Père Charles.<br />« Il est possible de lire des passages de la Bible, des prières populaires telles que le Notre Père et le Je vous salue Marie, merveilleusement écrites avec grande habileté calligraphique qui attire aussi les passants » poursuit-il. « En cette partie du monde, la représentation des figures sacrées n’est pas très répandue. Nous cherchons actuellement à diffuser une culture de l’art chrétien principalement au travers de l’écriture et de la calligraphie et il est très important de faire émerger un sens de beauté au sein de l’Eglise » indique le Père Arthur Charles.<br />En outre, sur la façade de l’édifice scolaire est exposée une grande pancarte qui porte des vers et des images bibliques, pancarte qui est changée au gré du temps liturgique ou des événements religieux et sociaux.<br />Le Curé poursuit : « Je me souviens que le Pape François a encouragé dans son [Exhortation apostolique] 'Evangelii gaudium l’usage des arts dans l’évangélisation, surtout en se basant sur les trésors du passé. Il faut être audacieux et découvrir de nouveaux signes et symboles pour incarner et communiquer la Parole dans les différentes formes de beauté ».<br />Et de conclure : « L’évangélisation implique l’effort de transformer la culture de la communauté dans laquelle nous vivons afin de créer une harmonie avec l’Evangile. Il est très important de réfléchir sur les choses qui capturent notre cœur. Nous pouvons utiliser les mots mais l’art visuel est un moyen très efficace pour faire connaitre le message de Dieu ».<br />« Il n’existe rien de semblable à Karachi. Pour moi et pour nombre d’autres personnes, il s’agit d’une expérience complètement nouvelle, que j’apprécie beaucoup » déclare à Fides Haroon Iqbal, l’un des paroissiens de Saint Jean. Anwar Arshad, grand-père d’un élève du lycée, remarque : « Mes enfants ont fait leurs études dans cette école. Je viens ici pour les accompagner à l’école. J’éprouve une grande joie à lire les versets de la Bible et les commandements de Dieu. Ils m’aident à comprendre la beauté de la foi chrétienne ». « Je viens ici et j’attends mes enfants. J’ai lu ces inscriptions qui me portent à la méditation. C’est une idée merveilleuse » indique de même Syed Iqbal Mehboob. Tue, 18 Feb 2020 08:49:43 +0100VATICAN - Une année d’engagement missionnaire demandée par le Pape aux prêtres, candidats au service diplomatique du Saint-Siègehttp://www.fides.org/fr/news/67410-VATICAN_Une_annee_d_engagement_missionnaire_demandee_par_le_Pape_aux_pretres_candidats_au_service_diplomatique_du_Saint_Siegehttp://www.fides.org/fr/news/67410-VATICAN_Une_annee_d_engagement_missionnaire_demandee_par_le_Pape_aux_pretres_candidats_au_service_diplomatique_du_Saint_SiegeCité du Vatican – Le Saint-Père François a demandé à ce que soit intégré au programme de formation des prêtres candidats au service diplomatique du Saint-Siège une année d’engagement missionnaire près un Diocèse des Eglises particulières, afin de les former au zèle apostolique pour aller dans les territoires de frontière, en dehors de leur Diocèse d’origine. La lettre du Saint-Père à S.Exc. Mgr Joseph Marino, Président de l’Académie pontificale ecclésiastique, comportant cette requête a été rendue publique ce jour par le Bureau de Presse du Saint-Siège.<br />Afin d’affronter de manière positive les défis croissants lancés à l’Eglise et au monde, « il faut que les futurs diplomates du Saint-Siège acquièrent, outre à la solide formation sacerdotale et pastorale, et à celle spécifique offerte par cette Académie, une expérience personnelle de mission en dehors de leur Diocèse d’origine, en partageant avec les Eglises missionnaires une période de cheminement avec leurs communautés, en participant à l’activité évangélisatrice quotidienne ».<br />Le Pape demande à Mgr Marino « d’enrichir le programme de la formation académique par une année entièrement dédiée au service missionnaire auprès des Eglises particulières présentes de par le monde » en étroite collaboration avec la Secrétairerie d’Etat et les Représentants pontificaux. « L’expérience missionnaire que l’on entend promouvoir – explique encore le Saint-Père – sera utile non seulement aux jeunes académiciens mais également aux Eglises prises singulièrement avec lesquelles ils collaboreront et, je le souhaite, suscitera chez d’autres prêtres de l’Eglise universelle, le désir de se rendre disponibles pour effectuer une période de service missionnaire hors de leur propre Diocèse. Mon, 17 Feb 2020 12:57:44 +0100ASIE/INDE - « Annoncer l’Evangile de la miséricorde dans la vie quotidienne », intervention du Nonce apostolique à la XXXII° Assemblée plénière de l’Episcopat indienhttp://www.fides.org/fr/news/67409-ASIE_INDE_Annoncer_l_Evangile_de_la_misericorde_dans_la_vie_quotidienne_intervention_du_Nonce_apostolique_a_la_XXXII_Assemblee_pleniere_de_l_Episcopat_indienhttp://www.fides.org/fr/news/67409-ASIE_INDE_Annoncer_l_Evangile_de_la_misericorde_dans_la_vie_quotidienne_intervention_du_Nonce_apostolique_a_la_XXXII_Assemblee_pleniere_de_l_Episcopat_indienBangalore – La première mission des Evêques et des fidèles en Inde est « d’annoncer et de vivre l’Evangile dans les situations de la vie quotidienne ». C’est ce qu’a réaffirmé S.Exc. Mgr Giambattista Diquattro, Nonce apostolique en Inde et au Népal, intervenant devant la XXXII° Assemblée plénière de la Conférence épiscopale d’Inde , qui rassemble les Evêques de rite latin, actuellement en cours à Bangalore. « Les disciples du Christ ont la responsabilité de promouvoir les valeurs évangéliques de miséricorde et de compassion. Les Evêques de notre pays devraient encourager les fidèles à approfondir les valeurs de l’Evangile dans leur vie » a affirmé le Nonce, qui a célébré la Messe d’ouverture de l’Assemblée plénière de la CCBI. Au cours du Saint Sacrifice, des prières spéciales ont été présentées pour les personnes touchées par le coronavirus en Chine et dans diverses parties du monde. A tous a été demandé de prier continuellement pour la prompte guérison des personnes frappées par le virus et pour la protection de Dieu sur le travail des médecins et des infirmiers.<br />Les travaux de l’Assemblée ont été présidés par S.Exc. Mgr Filipe Neri Ferrão, Archevêque de Goa et Daman et Président de la Conférence épiscopale. Dans son discours, il a souligné le besoin de « continuer à contribuer au bien de la nation même dans les difficultés que nous affrontons actuellement et ò promouvoir la fraternité et la paix ». L’Archevêque a aussi souhaité « une société sans aucune discrimination de castes, de langue ou d’ethnie ».<br />Parmi les autres interventions, on citera notamment celui de S.Em. le Cardinal Oswald Gracias, Archevêque de Bombay, lequel a demandé aux Evêques de « promouvoir la culture de la vie et de la fraternité en Inde ». Le Cardinal a exprimé sa sérieuse préoccupation s’agissant de la nouvelle loi sur l’avortement, qui autorise de dernier jusqu’à la 24ème semaine de gestation. « La vie humaine doit être respectée et protégée depuis le moment de sa conception. L’Eglise promeut fermement la protection de la sacralité de la vie humaine, de la conception jusqu’à la mort naturelle. Les Evêques ont la responsabilité de diffuser le message du Christ sur la dignité de toute vie humaine » a-t-il déclaré.<br />Les thèmes fondamentaux de la rencontre ont été présentés par S.Exc. Mgr Anil Couto, Archevêque de de Dehli et Secrétaire général de la CCBI, qui a exposé le rapport annuel de la Conférence, évoquant les défis et questions pastorales relatives à l’Eglise de rite latin en Inde, laquelle comprend 132 Diocèses et 190 Evêques.<br />La Conférence a élu 26 Evêques comme délégués pour participer au Jubilé d’or de la Fédération des Conférences épiscopales d’Asie qui aura lieu en novembre prochain à Bangkok . Mon, 17 Feb 2020 12:43:12 +0100AFRIQUE/BURKINA FASO - Au moins 24 morts dans le cadre d’une attaque contre un temple évangéliquehttp://www.fides.org/fr/news/67408-AFRIQUE_BURKINA_FASO_Au_moins_24_morts_dans_le_cadre_d_une_attaque_contre_un_temple_evangeliquehttp://www.fides.org/fr/news/67408-AFRIQUE_BURKINA_FASO_Au_moins_24_morts_dans_le_cadre_d_une_attaque_contre_un_temple_evangeliqueOuagadougou – Des individus armés non identifiés ont attaqué hier, Dimanche 16 février, le temple évangélique du village de Pansi, non loin de Sebba, en province de Yahgha, au nord du Burkina Faso, tuant au moins 24 personnes et en blessant une dizaine d’autres.<br />L’attaque a été perpétrée Dimanche matin alors que les fidèles étaient rassemblés pour le culte dominical. Les assaillants sont arrivés en motocyclette et ont ouvert le feu sur les fidèles pour ensuite s’en aller en portant avec eux le pasteur et d’autres otages.<br />Le 10 février, un groupe djihadiste avait fait irruption dans la ville de Sebba et y avait enlevé sept personnes dans la maison d’un pasteur protestant. Trois jours plus tard, cinq d’entre eux dont le pasteur, ont été retrouvées mortes alors que les deux autres, des femmes, ont été retrouvées saines et sauves.<br />Outre aux prêtres et aux pasteurs protestants, différents imams ont, eux aussi, été assassinés par les djihadistes dans le nord du Burkina Faso depuis que les attaques ont débuté, voici quatre ans. En octobre, le Président du Burkina Faso, Roch Kaboré, avait adressé un appel à ne pas tomber dans le piège de la guerre confessionnelle . Mon, 17 Feb 2020 12:21:06 +0100AFRIQUE/CAMEROUN - Désertion des urnes de la part des électeurs selon les observateurs de la Commission épiscopale Justice et Paixhttp://www.fides.org/fr/news/67407-AFRIQUE_CAMEROUN_Desertion_des_urnes_de_la_part_des_electeurs_selon_les_observateurs_de_la_Commission_episcopale_Justice_et_Paixhttp://www.fides.org/fr/news/67407-AFRIQUE_CAMEROUN_Desertion_des_urnes_de_la_part_des_electeurs_selon_les_observateurs_de_la_Commission_episcopale_Justice_et_PaixYaoundé – Des élections pacifiques mais presque totalement désertées par les électeurs. C’est ce qu’indique S.Exc. Mgr Abraham Kome, Evêque de Bafang, Administrateur apostolique de Bafia et Président de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun dans le cadre d’une rencontre avec la presse au cours de laquelle il a présenté les évaluations réalisées par les observateurs de la Commission épiscopale Justice et Paix présents dans les bureaux de vote le 9 février à l’occasion des élections municipales et législatives.<br />La «tendance à l’abstention était presque générale» a affirmé Mgr Kome, qui a cité quelques exemples : « A Bissono gendarmerie à Sangmelima, il y a eu 85 votants sur 310 inscrits ; à Ngwui par Dschang, 50 votants sur 200 inscrits ; à Batouri 80,57% de taux d’abstention ; à Bertoua, 70% de taux d’abstention». « La faible affluence signifie sans doute que la loi de base du Code électoral qui gouverne les élections au Cameroun doit être revue afin de susciter l’enthousiasme de la population à remplir son devoir civique » soulignent les Evêques dans le communiqué présenté par Mgr Kome.<br />La CENC a déployé 262 observateurs qui ont été distribués dans 46 des 58 départements du pays. Mgr Kome a ajouté que, « en raison de l’insécurité dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, 17 observateurs de la CENC, originaires de ces deux régions, n’ont pas pu effectuer leur travail. Une insécurité qui a «empêché de nombreux citoyens de s’acquitter de leur droit civique» souligne le communiqué.<br />Dans l’une des deux régions anglophones, celle du nord-ouest, a été perpétré un massacre de civils, en grande partie des femmes et des enfants. Le crime a eu lieu dans la nuit du 14 au 15 février à Ngarbuh-Ntumbaw dans le département de Donga-Mantung. Selon l’ONU, les victimes sont au nombre de 22 dont 14 enfants – desquels 11 fillettes de moins de 5 ans – une femme enceinte et deux autres femmes. Les rebelles sécessionnistes ont accusé l’armée camerounaise d’être coupable de ce massacre, ce que cette dernière dément catégoriquement. Mon, 17 Feb 2020 12:11:40 +0100AMERIQUE/NICARAGUA - Présentation d’un « décalogue éthique » destiné aux hommes politiques de la part de l’Evêque de Matagalpa et maintien en détention de prisonniers politiqueshttp://www.fides.org/fr/news/67406-AMERIQUE_NICARAGUA_Presentation_d_un_decalogue_ethique_destine_aux_hommes_politiques_de_la_part_de_l_Eveque_de_Matagalpa_et_maintien_en_detention_de_prisonniers_politiqueshttp://www.fides.org/fr/news/67406-AMERIQUE_NICARAGUA_Presentation_d_un_decalogue_ethique_destine_aux_hommes_politiques_de_la_part_de_l_Eveque_de_Matagalpa_et_maintien_en_detention_de_prisonniers_politiquesMatagalpa – La péricope évangélique proclamée lors des Messes de Dimanche dernier, à savoir le discours de la montagne qui affronte le thème de l’accomplissement de la loi, a fourni à S.Exc. Mgr Rolando José Alvarez Lagos, Evêque de Matagalpa, le moyen de présenter aux hommes politiques du pays un décalogue éthique à suivre.<br />Au cours de l’homélie de la Messe célébrée en la Cathédrale, Mgr Alvarez, dans le style clair et direct qui le caractérise, a déclaré : « Premièrement, ne pas disqualifier l’autre ; deuxièmement : ne pas le critiquer de manière destructive ; troisièmement : ne pas le juger de manière erronée ; quatrièmement : respecter sa dignité ; cinquièmement : respecter sa vie privée, son intégrité et sa vie de famille ; sixièmement : respecter les opinions de l’autre ; septièmement : reconnaitre que nous avons tous besoin l’un de l’autre ; huitièmement : chercher toujours les points de consensus ; neuvièmement : considérer le Nicaragua comme le plus grand et comme le principal bien commun ; dixièmement : surmonter le mal par le bien ».<br />Le Nicaragua connait encore une situation de forte tension à cause du manque de libertés dans tous les sens. La nouvelle des prochaines élections n’a pas même été capable de ramener la sérénité dans les familles qui ont un de leurs membres en prison sans une accusation réelle. Personne ne connait le nombre exact des prisonniers politiques mais tous savent qu’ils sont nombreux. Ainsi que l’indique la note envoyée à l’Agence Fides par une source locale, l’annonce de la libération le 13 février de huit prisonniers politiques de la part du régime du Président Ortega a certes provoqué la satisfaction des groupes qui demandent la libération des prisonniers de conscience mais les membres des familles des détenus continuent à demander la libération sans condition de tous les citoyens détenus dans les différents pénitenciers du pays.<br />Brenda Gutiérrez, Présidente du Comité pour la Libération des prisonniers politiques, a déclaré à la presse locale que, bien que personne ne devrait être remercié en ce que la liberté est un droit, il faut reconnaitre l’intervention du Nonce apostolique, S.Exc. Mgr Waldemar Sommertag, qui, selon les termes de Mme Gutierrez, a été le seul en mesure de se faire entendre par le couple qui gouverne le Nicaragua, à savoir le Président Daniel Ortega et la Vice-présidente Rosario Murillo, son épouse. Brenda Gutiérrez a ajouté : « Il s’agit d’une situation terrible. La liberté n’existe pas. Il semble que nous soyons séquestrés dans notre propre pays ».<br />Selon Alliance civique, les prisonniers politiques sont encore au nombre de 61. Brenda Gutiérrez a souligné pour sa part que « bien que la grande coalition de l’opposition soit préoccupée par la définition de la réforme électorale en vue des prochaines élections, nous ne pouvons oublier ceux qui souffrent injustement en prison ». Mon, 17 Feb 2020 11:49:49 +0100EUROPE/ESPAGNE - Jeunes, éducateurs et bénévoles ensemble pour réaliser une citoyenneté mondialehttp://www.fides.org/fr/news/67405-EUROPE_ESPAGNE_Jeunes_educateurs_et_benevoles_ensemble_pour_realiser_une_citoyennete_mondialehttp://www.fides.org/fr/news/67405-EUROPE_ESPAGNE_Jeunes_educateurs_et_benevoles_ensemble_pour_realiser_une_citoyennete_mondialeMadrid – Du 13 au 16 février, un groupe de 270 personnes composé de jeunes, d’éducateurs, d’hôtes et de bénévoles ont participé à la VII° Rencontre mondiale du Réseau de Solidarité des Jeunes d’Entreculturas, l’ONG des jésuites active dans les domaines de l’éducation et du développement. L’événement, qui se tient tous les deux ans pour offrir une expérience de citoyenneté mondiale aux plus jeunes et pour les inviter à s’impliquer en faveur d’un monde meilleur, a eu cette année pour thème « l’égalité est entre vos mains ».<br />« Etre ici aujourd’hui avec vous tous est comme se relier à une énergie qui fait croire que la transformation de ce monde en un lieu plus juste, plus humain, plus solidaire, plus durable est possible » a déclaré Daniel Villanueva, Vice-président de l’ONG dans un communiqué transmis à l’Agence Fides.<br />« L’objectif de ces rencontres est de faire en sorte que les jeunes et les enseignants du monde entier puissent créer des réseaux de travail pour construire ensemble une citoyenneté mondiale et relever les défis lancés par l’agenda international » a-t-il expliqué.<br />Cette VII° Rencontre a constitué un moment clef pour encourager les jeunes à se sentir partie intégrante d’une jeunesse mondiale qui a assez de pouvoir pour transformer les choses.<br />Au cours de ces 19 années d’existence depuis sa création en 2001, le Réseau de Solidarité des Jeunes d’Entreculturas a accompagné plus de 7.000 jeunes. Actuellement, participent au programme 2.750 jeunes et 217 enseignants de 112 centres éducatifs au sein de 9 communautés autonomes espagnoles reliés à d’autres groupes de jeunes et d’enseignants de différents pays d’Amérique latine et d’Afrique. Pauvreté et exclusion, mondialisation, droits fondamentaux, conflits et urgences, mobilité humaine, coexistence interculturelle et participation sociopolitique constituent certains des objectifs du programme, la solidarité, la justice et la liberté responsable, l’égalité, la coexistence dans la diversité et la transcendance les valeurs fondamentales. Mon, 17 Feb 2020 11:25:12 +0100AMERIQUE/MEXIQUE - Lancement de la préparation du CAM6 de la part du Président des Œuvres pontificales missionnaires à partir du Sanctuaire de Guadalupehttp://www.fides.org/fr/news/67404-AMERIQUE_MEXIQUE_Lancement_de_la_preparation_du_CAM6_de_la_part_du_President_des_OEuvres_pontificales_missionnaires_a_partir_du_Sanctuaire_de_Guadalupehttp://www.fides.org/fr/news/67404-AMERIQUE_MEXIQUE_Lancement_de_la_preparation_du_CAM6_de_la_part_du_President_des_OEuvres_pontificales_missionnaires_a_partir_du_Sanctuaire_de_GuadalupeMexico – Au travers d’une Messe solennelle célébrée hier au Sanctuaire de Notre-Dame de Guadalupe, si important pour l’Evangélisation de l’ensemble du continent américain, S.Exc. Mgr Giampietro Dal Toso, Président des Œuvres pontificales missionnaires, a donné officiellement le coup d’envoi au chemin de préparation au VI° Congrès missionnaire américain qui se tiendra à Porto Rico en 2023. Ce chemin concernera tous les Diocèses du continent, comme il l’a précisé dans son homélie « afin que le Congrès missionnaire soit véritablement un événement ecclésial, c’est-à-dire partagé par toutes les Eglises, par tous les catholiques du continent », souhaitant que « le zèle missionnaire puisse rénover toutes les Eglises, unies dans la communion universelle ».<br />A la célébration qui a marqué le lancement du chemin en direction du CAM6, ont participé des Evêques, de nombreux prêtres, des religieux, des religieuse et des laïcs, outre les Directeurs nationaux des Œuvres pontificales missionnaires du continent qui, ces jours-ci, prendront part à leur Assemblée continentale et à une ample délégation de l’Eglise à Porto Rico, pays qui accueillera le CAM 6.<br />Dans son homélie, le Président des Œuvres pontificales missionnaires s’est attardé sur le thème de la sagesse, en prenant pour base la liturgie de la Parole du jour. « Nous avons besoin d’une sagesse qui illumine, inspire, accompagne, perfectionne l’élan missionnaire, véritable objectif du CAM » a-t-il déclaré, en rappelant le livre de Ben Sirac le Sage. Selon les paroles de Saint Paul, la sagesse prêchée par le Christ « n’est pas de ce monde » et se trouve même en opposition avec la sagesse de ce monde : « cela se manifeste clairement dans le Christ crucifié et ressuscité, « scandale pour les juifs, folie pour les païens » ainsi que l’écrit Saint Paul quelques versets auparavant. Cette première annonce de l’Eglise, le cœur de son message, est la sagesse divine, parce qu’il est humainement inexplicable que la vie naisse de la mort. En tant que missionnaires, aujourd’hui encore, nous sommes appelés à présenter le mystère du Christ, mort et ressuscité, sagesse divine ».<br />L’Evangile du jour raconte le discours de la Montagne, « apparemment plein de paradoxes parce qu’il puise à une sagesse qui n’est pas humaine mais divine » a poursuivi l’Archevêque, avertissant que « si notre mesure des choses, des personnes, des faits de la vie et de l’histoire est exclusivement basée sur la justice humaine, cela signifie que nous n’avons pas encore fait nôtre la sagesse divine ».<br />« Pour être missionnaires, nous devons d’abord et avant tout nous immerger dans cette sagesse et la faire nôtre, sans peur de perdre notre sagesse « trop humaine » sans quoi tout demeure dans l’obscurité » a exhorté le Président des Œuvres pontificales missionnaires, qui a souligné ensuite : « Préparer le CAM signifie être illuminés par une sagesse qui vient d’en-haut et qui n’est pas nôtre. Laissons-nous interroger sans peur et sans préjudices par cette sagesse divine sans laquelle toute la réalité écologique, humaine, sociale, ecclésiale demeure dans l’obscurité ».<br />Dans la partie conclusive de son homélie, Mgr Dal Toso a réaffirmé que « le Christ, sagesse éternelle du Père, nous envoie tous, ad gentes, jusqu’aux extrémités de la terre ». « L’Eglise est porteuse de cette sagesse et une Eglise missionnaire, comme le désire le Pape François, ne peut ne pas répondre à cet appel universel ». « Personne ne peut être exclu de la connaissance et de la communion de vie avec Dieu le Père, avec Son Fils Jésus-Christ et avec l’Esprit Saint ».<br />Le continent américain a reçu l’Evangile « pour le faire sien, l’intérioriser et le donner » et « le disciple missionnaire est un disciple parce qu’il reçoit la foi et un missionnaire en ce qu’il l’offre » a conclu l’Archevêque, en exhortant : « Ouvrons-nous au monde entier afin que le monde entier trouve la clef d’interprétation de la vie, de l’histoire, de l’être tout entier, dans la sagesse du Christ dans lequel tout a été créé ». <br/><strong>Link correlati</strong> :<a href="http://www.fides.org/it/attachments/view/file/Omelia_Presidente_Messico_200201.docx">Texte intégral de l’homélie de l’Archevêque (en espagnol)</a>Mon, 17 Feb 2020 11:11:12 +0100AFRIQUE/BURUNDI - Démission de l’Evêque de Bururi et nomination de son successeurhttp://www.fides.org/fr/news/67403-AFRIQUE_BURUNDI_Demission_de_l_Eveque_de_Bururi_et_nomination_de_son_successeurhttp://www.fides.org/fr/news/67403-AFRIQUE_BURUNDI_Demission_de_l_Eveque_de_Bururi_et_nomination_de_son_successeurCité du Vatican – Le Saint-Père François a accepté la renonciation au gouvernement pastoral du Diocèse de Bururi présentée par S.Exc. Mgr Venant Bacinoni. Le Saint-Père a nommé, simultanément, Evêque de ce même Diocèse le Père Salvator Niciteretse, du clergé de Bururi, jusqu’alors Secrétaire de la Commission épiscopale pour l’Apostolat des Laïcs.<br />Le Père Salvator Niciteretse est né le 2 aout 1958 à Rutwenzi, dans le Diocèse de Bururi et il est entré au Petit Séminaire de Kanyosha . Il a obtenu un équivalent du Baccalauréat en sciences humaines au Séminaire moyen de Bujumbura , obtenant par la suite un Baccalauréat en Philosophie au Grand Séminaire de Bujumbura et un Baccalauréat en Théologie au Grand Séminaire de Burasira . Il a été ordonné prêtre le 9 juillet 1989 pour le Diocèse de Bururi. <br />Après son ordination sacerdotale, il a exercé les ministères suivants : 1989-1993 : Vicaire paroissial à Murago puis Curé de cette même Paroisse et Aumônier national du Mouvement d’Action catholique Xavéri , 1993-1998 : Curé de la Cathédrale de Bururi et Directeur diocésain des Œuvres pontificales missionnaires, 1998-2002 : études supérieures près l’Université pontificale du Latran avec obtention d’une Licence en Théologie pastorale et d’un Doctorat en Doctrine sociale de l’Eglise, depuis 2003 : Secrétaire de la Commission épiscopale pour l’Apostolat des Laïcs, Professeur au Grand Séminaire de Gitega et de Kiryama, Préposé pour l’Afrique au Forum international de l’Action catholique. Sat, 15 Feb 2020 12:44:20 +0100ASIE/SINGAPOUR - Messes et rencontres suspendues sine die au sein de l’Archidiocèse de Singapour à cause du coronavirushttp://www.fides.org/fr/news/67402-ASIE_SINGAPOUR_Messes_et_rencontres_suspendues_sine_die_au_sein_de_l_Archidiocese_de_Singapour_a_cause_du_coronavirushttp://www.fides.org/fr/news/67402-ASIE_SINGAPOUR_Messes_et_rencontres_suspendues_sine_die_au_sein_de_l_Archidiocese_de_Singapour_a_cause_du_coronavirusSingapour – Dans la lutte contre la diffusion du coronavirus , l’Archidiocèse de Singapour a décidé de suspendre la célébration de toutes les Messes, dominicales et non, à compter du 15 février et jusqu’à avis contraire. L’Archidiocèse – qui comprend 32 églises – a avisé les Curés et les communautés de laïcs que tous les autres événements publics prévoyant un grand nombre de personnes tels que rencontres de formations à la foi, retraites et séminaires, devraient être suspendus. A la fin du mois dernier, l’Archidiocèse avait déjà exempté ceux qui n’étaient pas en pleine santé et présentaient des symptômes proches de la grippe de la participation à la Messe.<br />Dans une lettre parvenue à Fides, l’Archevêque de Singapour, S.Exc. Mgr William Goh, rappelle qu’au cours de ces dernières semaines, l’Eglise locale s’est activée afin de réduire au minimum le risque de diffusion de foyers du Covid-19 au sein de ses institutions et parmi ses prêtres, invitant à mesurer la température corporelle des personnes. Toutefois cette mesure ne constitue pas un instrument de dépistage infaillible en ce que les personnes asymptomatiques peuvent elle aussi être porteuses de l’infection.<br />L’Archevêque souligne que la suspension des Messes ne signifie pas que les catholiques peuvent se sentir exemptés de l’accomplissement de leur principale obligation religieuse, ajoutant qu’ils peuvent suivre la retransmission de la Messe sur YouTube ou sur l’application mobile CatholicSG Radio. Il invite par suite à prier afin que ce virus soit contenu et éradiqué mais aussi pour ceux qui sont en première ligne – les médecins et infirmiers – qui mettent leur propre santé au service des malades.<br />Aux mariages et obsèques pourront participer seulement les personnes étroitement impliquées et elles devront au préalable prendre des accords avec le Curé en suivant toutes les mesures de précaution sur la base de la Catholic Medical Guild.<br />Au 14 février, à Singapour, avaient été enregistrés 67 cas confirmés de Covid-19 dont 17 ont été renvoyés des hôpitaux alors que 6 autres demeurent aux soins intensifs. Sat, 15 Feb 2020 12:25:37 +0100AMERIQIUE/MEXIQUE - Nouveaux instruments de discernement pour l’animation, la formation et la coopération missionnaire sur le continenthttp://www.fides.org/fr/news/67401-AMERIQIUE_MEXIQUE_Nouveaux_instruments_de_discernement_pour_l_animation_la_formation_et_la_cooperation_missionnaire_sur_le_continenthttp://www.fides.org/fr/news/67401-AMERIQIUE_MEXIQUE_Nouveaux_instruments_de_discernement_pour_l_animation_la_formation_et_la_cooperation_missionnaire_sur_le_continentMexico – Est actuellement en cours à Mexico et plus précisément au siège des Œuvres pontificales missionnaires du Mexique, la I° Rencontre continentale de Formation destinée aux enseignants de Missiologie et d’Ecclésiologie qui voit réunis, du 14 au 16 février, les enseignants de la matière, les Directeurs, les Coordinateurs et autres membres des Œuvres pontificales missionnaires du Brésil, de Porto Rico, du Mexique et d’Argentine, entre autres pays d’Amérique latine.<br />Selon les informations envoyées à Fides par les Œuvres pontificales missionnaires du Mexique, qui font remarquer que le nombre de laïcs engagés dans la Missio Ad Gentes dans chaque pays est considérable, la dynamique de ce séminaire sont les travaux de groupe et les tables rondes permettant le dialogue sur des thèmes tels que la préparation à une rencontre plénière et à une contribution générale finale afin d’indiquer les nouvelles perspectives selon lesquelles pousser l’action missionnaire dans toute l’Amérique latine.<br />Précédemment, toujours au siège des Œuvres pontificales missionnaires du Mexique de Mexico, les 12 et 13 février, s’est réunie une Commission qui, accompagnée par le Coordinateur continental des Œuvres pontificales missionnaires, a présenté les conclusions des recherches effectuées : une étude des Congrès missionnaires continentaux tenus depuis 1977 sur le continent. Le but est de remplir un rapport basé sur deux lignes directrices : la méthodologie utilisée dans le cadre des différents Congrès missionnaires et la Missio Ad Gente, outre naturellement à approfondir des thèmes, contenus, et contexte de chaque Congrès et d’autres aspects particuliers.<br />L’objectif de ce travail est d’offrir des instruments de discernement au service de l’animation, de la formation et de l’actuelle coopération missionnaire sur l’ensemble du continent, en mettant en évidence les erreurs, succès, défis et opportunités existants. Les participants à la rencontre ont été : le Père Ender Zapata, Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires du Venezuela, le Père Alexis Gil, Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires de Colombie, le Père Luís A. Nahuelanca, Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires du Chili, une équipe de Porto Rico et le Père Leonardo Rodriguez, Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires d’Uruguay et Coordinateur continental des Œuvres pontificales missionnaires d’Amérique. Sat, 15 Feb 2020 12:08:55 +0100AFRIQUE/NIGERIA - Nouvel enlèvement d’un prêtre au Nigeriahttp://www.fides.org/fr/news/67400-AFRIQUE_NIGERIA_Nouvel_enlevement_d_un_pretre_au_Nigeriahttp://www.fides.org/fr/news/67400-AFRIQUE_NIGERIA_Nouvel_enlevement_d_un_pretre_au_NigeriaAbuja – « Nous sommes sûrs qu’il est vivant et nous avons immédiatement pris les mesures permettant de nous assurer que le Père Nicholas Oboh sera relâché sain et sauf » a affirmé le Père Osi Odenore, Chancelier du Diocèse d’Uromi, dans le cadre d’une conférence de presse au cours de laquelle il a annoncé l’enlèvement du Père Nicholas Oboh, oeuvrant dans le Diocèse d’Uromi, sis sur le territoire de l’Etat d’Edo, au sud-est du Nigeria.<br />Le Père Odenore affirme que le prêtre a été enlevé hier, 14 février, mais n’a pas spécifié dans quelle zone a eu lieu le fait. Il a conclu son intervention en demandant des prières pour la libération rapide du Père Oboh.<br />Les enlèvements dans un but d’extorsion constituent une plaie qui frappe diverses zones du Nigeria. Simultanément à l’enlèvement du Père Oboh, quatre enfants ont été enlevés à Umelu, dans l’Etat d’Edo, lorsque des bandits ont attaqué leur village. Après avoir dérobé les résidents, les malfaiteurs ont pris la fuite emmenant avec eux les quatre enfants. Malgré le versement d’une rançon, seul l’un d’entre eux a, pour l’heure, été relâché.<br />Parmi les personnes enlevées se trouvent des pretres et des religieux et religieuses. Les derniers par ordre chronologique ont été les quatre séminaristes enlevés du Grand Séminaire du Bon Pasteur de Kakau, dans l’Etat de Kaduna, dans le nord-ouest du Nigeria, par des hommes armés dans la nuit du 8 janvier dernier . Le plus jeune d’entre eux, Michael Nnadi, âgé de 18 ans, a été tué alors que les trois autres ont été libérés .<br />A ses obsèques , S.Exc. Mgr Matthew Hassan Kukah, Evêque de Sokoto, avait adressé un dur acte d’accusation au Président Muhammadu Buhari, qui avait été élu sur la base de sa promesse de rétablir la sécurité dans le pays. Mgr Kukah a contesté non seulement l’insécurité qui règne au Nigeria mais également les politiques menées, lesquelles ont approfondi les divisions ethniques et religieuses existant entre le nord et le sud du pays. Sat, 15 Feb 2020 11:48:23 +0100VATICAN - « Rencontre cordiale entre le Secrétaire pour les Rapports avec les Etats de la Secrétairerie d’Etat et le Ministre des Affaires étrangères chinoishttp://www.fides.org/fr/news/67399-VATICAN_Rencontre_cordiale_entre_le_Secretaire_pour_les_Rapports_avec_les_Etats_de_la_Secretairerie_d_Etat_et_le_Ministre_des_Affaires_etrangeres_chinoishttp://www.fides.org/fr/news/67399-VATICAN_Rencontre_cordiale_entre_le_Secretaire_pour_les_Rapports_avec_les_Etats_de_la_Secretairerie_d_Etat_et_le_Ministre_des_Affaires_etrangeres_chinoisMunich – S.Exc. Mgr Paul Richard Gallagher, Secrétaire pour les Rapports avec les Etats de la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège, et le Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères de la République populaire chinoise, Wang Yi, se sont rencontrés à Munich dans l’après-midi du 14 février dans le cadre de la Conférence sur la Sécurité de Munich 2020, conférence annuelle dédiée aux politiques de sécurité mondiale qui se déroule dans la capitale de la Bavière depuis 1963. Il s’est agi de la première rencontre officielle à ce niveau entre un représentant du Saint-Siège et un membre du gouvernement de la République populaire chinoise. « Au cours du colloque, qui s’est déroulé dans un climat cordial – indique un communiqué du Bureau de Presse du Saint-Siège publié en fin de soirée le 14 février – ont été évoqués les contacts entre les deux parties, qui se sont développés positivement au fil du temps ». En particulier, « a été mis en évidence l’importance de l’Accord provisoire sur la nomination des Evêques signé le 22 septembre 2018, renouvelant également la volonté de poursuivre le dialogue institutionnel au niveau bilatéral afin de favoriser la vie de l’Eglise catholique et le bien du Peuple chinois ». Dans le cadre de la rencontre, a été également exprimé la satisfaction pour « les efforts accomplis actuellement pour éradiquer l’épidémie de coronavirus » et la solidarité « vis-à-vis de la population touchée ». En outre, a été souhaitée « une plus grande collaboration internationale afin de promouvoir la coexistence civile et la paix dans le monde, étant échangées des considérations sur le dialogue interculturel et sur les droits fondamentaux ». Sat, 15 Feb 2020 11:30:11 +0100VATICAN - Visite du Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples à l’hôpital pédiatrique du Bambin Gesùhttp://www.fides.org/fr/news/67398-VATICAN_Visite_du_Prefet_de_la_Congregation_pour_l_Evangelisation_des_Peuples_a_l_hopital_pediatrique_du_Bambin_Gesuhttp://www.fides.org/fr/news/67398-VATICAN_Visite_du_Prefet_de_la_Congregation_pour_l_Evangelisation_des_Peuples_a_l_hopital_pediatrique_du_Bambin_GesuCité du Vatican – Le premier engagement officiel de S.Em. le Cardinal Luis Antonio Tagle à Rome, après sa prise de fonctions en tant que Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, a été la visite des enfants hospitalisés à l’hôpital pédiatrique du Bambin Gesù de Rome. L’occasion est née de la présentation du livre « Les enfants sont espérance », un recueil de dessins que les enfants du monde entier ont offert au Pape François et dont le Père Antonio Spadaro, Directeur de La Civiltà Cattolica, s’est occupé pour ce qui concerne l’édition.<br />« Il s’agit d’un livre qui me ramène aux racines de ma famille, lorsque le soir nous feuilletions toujours les mêmes images, dans la simplicité et en toute sérénité » a raconté le Cardinal aux enfants présents qu’il a, à plusieurs reprises, invité à être heureux et confiants envers l’avenir.<br />« L’Eglise a un avenir parce que les enfants sont présents – a souligné le Préfet du Dicastère missionnaire. A Manille, les jeunes filles de la maison pour les enfants des rues intitulée « Pont de vie vers l’espérance » que le Pape a voulu visiter par surprise lors de sa visite apostolique, lorsqu’elles ont appris mon départ pour Rome, ont organisé une fête toute simple pour me saluer, avec des chants, des danses, des prières et beaucoup de larmes. Elles m’ont demandé de dire au Pape François de ne pas oublier cette maison, de lui dire qu’il demeure en cette maison dans la mémoire des enfants. Les jeunes filles ont promis de prier chaque jour pour moi et je crois que la prière des enfants, privée de spéculation, sans trop de paroles, avec des sourires et des larmes est celle qui plait au Seigneur ».<br />Le Cardinal Tagle a salué les enfants présents les invitant à sourire et à conserver un « sourire permanent » sur leurs visages. Sat, 15 Feb 2020 11:14:00 +0100AMERIQUE/CHILI - 300 jeunes de Concepción en mission pour partager leur foi et leur espérancehttp://www.fides.org/fr/news/67397-AMERIQUE_CHILI_300_jeunes_de_Concepcion_en_mission_pour_partager_leur_foi_et_leur_esperancehttp://www.fides.org/fr/news/67397-AMERIQUE_CHILI_300_jeunes_de_Concepcion_en_mission_pour_partager_leur_foi_et_leur_esperanceConcepción – Quelques 300 jeunes de l’Archidiocèse de Concepción, au Chili, ont, en ces mois de janvier et de février, effectué des missions estivales dans différentes communautés en appui à l’action pastorale qui s’y mène durant toute l’année. De cette manière, ils ont voulu répondre à ce que le Pape François leur demande dans son Exhortation apostolique Christus vivit, dans laquelle il encourage les jeunes à être des missionnaires courageux. « Les jeunes sont appelés à témoigner de l’Evangile partout, par leur propre vie… Soyez capables d’aller à contre-courant et sachez partager Jésus, communiquez la foi qu’il vous a offerte » .<br />Ainsi que l’indique la note de la Conférence épiscopale parvenue à Fides, de nombreuses zones, rurales et urbaines, telles que le pénitencier d’Arauco ou l’ile de Chiloé et celle de Santa Maria, ont été touchées par l’enthousiasme et la joie des jeunes missionnaires, qui ont fait tout leur possible pour rendre témoignage. Durant les jours de la mission, les jeunes ont visité chaque maison du secteur qui leur était confié, organisé différentes rencontres avec la communauté locale, dans un climat de grande fraternité et de ferveur spirituelle, avec comme moment principal de chaque journée la célébration du Saint Sacrifice de la Messe.<br />Le Père Víctor Álvarez, Vicaire chargé de la Pastorale des Jeunes de l’Archidiocèse de Concepción, a indiqué : « En prenant la responsabilité de leur mission, dans l’Eglise et dans le contexte social dans lequel nous vivons en tant que nation, les jeunes sont allés partager leur foi et leur espérance dans toutes les zones missionnaires ». Chaque zone de mission pouvait compter sur le soutien de prêtres et de religieuses engagés dans les différents secteurs de la pastorale et en divers lieux, renforçant ainsi la dimension spirituelle et la rencontre avec Jésus-Christ comme fondement de tout ce qui a été réalisé pendant ces journées. Sat, 15 Feb 2020 10:28:10 +0100