Dépêches de Fides en Françaishttp://www.fides.org/Les Dépêches de l'Agence Fidesen-usAMERIQUE/ ETATS UNIS - Dernière Messe en la maison de Cleveland des Petites Sœurs des Pauvreshttp://www.fides.org/fr/news/39795-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Derniere_Messe_en_la_maison_de_Cleveland_des_Petites_Soeurs_des_Pauvreshttp://www.fides.org/fr/news/39795-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Derniere_Messe_en_la_maison_de_Cleveland_des_Petites_Soeurs_des_PauvresShaker Heights – Ce Dimanche des Rameaux a vu la dernière Messe être célébrée dans l’antique maison des Petites Sœurs des Pauvres sise dans la périphérie de Cleveland . Les religieuses sont en effet contraintes de quitter cette maison en l’absence de vocations suffisantes pour assurer la pérennité de cette structure de Warrensville Heights, où elles ont assisté les pauvres et les personnes âgées depuis 1960. La structure a été vendue à une société privée qui assiste les personnes âgées. Dans une déclaration à la chaîne de télévision locale WOIO-TV de Cleveland, Sœur Robert Francis Marie a déclaré qu’elle estime cette décision comme la seule juste même s’il est difficile de quitter les résidents qu’elles ont soignés au fil des ans. Les religieuses continueront dans tous les cas à œuvrer dans d’autres maisons de leur institut dans l’Ohio, sises dans les environs de Toledo et de Cincinnati. Mon, 30 Mar 2015 00:00:00 +0200AMERIQUE/CHILI - 12 morts et des milliers d’évacués suite à des inondations et des glissements de terrainhttp://www.fides.org/fr/news/39794-AMERIQUE_CHILI_12_morts_et_des_milliers_d_evacues_suite_a_des_inondations_et_des_glissements_de_terrainhttp://www.fides.org/fr/news/39794-AMERIQUE_CHILI_12_morts_et_des_milliers_d_evacues_suite_a_des_inondations_et_des_glissements_de_terrainCopiapò – Sous la conduite de S.Exc. Mgr Celestino Aós Braco, O.F.M. Cap., Evêque de Copiapó, un groupe d’experts de la Caritas et du Diocèse est parvenu dans les zones touchées par les glissements de terrain et les inondations afin de faire le point de la situation des communautés et de les soutenir en ces moments difficiles.<br />Selon des données recueillies par Fides, après les fortes pluies, les inondations et les glissements de terrain dans la zone, le bilan est de 12 morts et d’une vingtaine de disparus. En outre, le Ministère de l’Intérieur indique qu’au moins 748 personnes sont actuellement sans abri et plus de 5.000 autres ont dû abandonner leurs maisons à cause des glissements de terrain.<br />Selon la note transmise à Fides par une source locale, dans la ville d’El Salado, des camps de toile ont été improvisés dans des champs ou des zones plus sûres pour accueillir en particulier les enfants et les personnes âgées.<br />Mgr Aos, après la visite faite à différents groupes de sans abri, a dénoncé des saccages et des escroqueries sur les prix de la part de certains commerçants. A ce propos, il a déclaré : « Je ne parviens pas à comprendre comment certaines personnes, au milieu de la tragédie, puissent vouloir profiter de la situation et demander des prix exorbitants pour des articles nécessaires. Il s’agit d’un comportement méprisable. En tant que société, nous devons être très strict et considérer l’honnêteté en premier lieu. Nous devons être unis et être honnêtes, sans priver les plus vulnérables des biens matériels parce que, ce faisant, nous les privons de l’espérance, ce qui est bien pire ».<br />Il semble que les zones les plus touchées soient celles d’Antofagasta et d’Atacama, où, dans de nombreuses petites villes de la zone, l’eau potable et l’énergie électrique font encore défaut. Le Saint-Père François, au travers de la Secrétairerie d’Etat, a exprimé sa proximité à ces populations et a demandé aux institutions des aides urgentes. Mon, 30 Mar 2015 00:00:00 +0200AMERIQUE/BOLIVIE - Les mineurs, strate oubliée de la populationhttp://www.fides.org/fr/news/39793-AMERIQUE_BOLIVIE_Les_mineurs_strate_oubliee_de_la_populationhttp://www.fides.org/fr/news/39793-AMERIQUE_BOLIVIE_Les_mineurs_strate_oubliee_de_la_populationCochabamba – En Bolivie vivent plus de 4 millions d’enfants et d’adolescents, qui représentent 44% de la population totale. Malgré cette consistance, à cause de multiples facteurs, les mineurs continuent à représenter un secteur de la société particulièrement vulnérable. Parmi ceux-ci, se trouvent le manque de politiques garantissant leurs droits, des structures sanitaires inadaptées ou totalement inexistantes et l’instruction scolaire. A Cochabamba par exemple, le seul hôpital pédiatrique existant est très précaire et ne parvient à faire que 180 visites par jour, traitant quelques 350 urgences par semaine. Par ailleurs les services ORL, ophtalmologique, d’orthodontie, de psychologie, de cardiologie et de psychiatrie font défaut.<br />Depuis plusieurs années, le taux de mortalité néonatale demeure l’une des principales causes de mort pour les enfants de moins d’un an. Selon les autorités sanitaires locales, les enfants naissent prématurément parce que de nombreuses femmes ne font pas de contrôles prénataux et arrivent ainsi au moment de l’accouchement. Le phénomène est aggravé par le nombre d’accouchements à domicile et par les grossesses précoces. En effet, en Bolivie, 18% des adolescentes de 15 à 18 ans sont mères de famille. En ce qui concerne l’instruction, la Direction didactique départementale a indiqué que des modifications sont en cours dans les programmes, afin de les adapter à la situation sociale et communautaire. En 2014, 54.572 enfants ont été inscrits pour la première fois et l’abandon a concerné seulement 802 élèves. Mon, 30 Mar 2015 00:00:00 +0200AFRIQUE/NIGERIA - Témoignage de l’Evêque de Maiduguri relatif aux électionshttp://www.fides.org/fr/news/39792-AFRIQUE_NIGERIA_Temoignage_de_l_Eveque_de_Maiduguri_relatif_aux_electionshttp://www.fides.org/fr/news/39792-AFRIQUE_NIGERIA_Temoignage_de_l_Eveque_de_Maiduguri_relatif_aux_electionsAbuja – « Les élections à Maiduguri se sont déroulées dans le calme, sans violences ou crises provoquées par Boko Haram » déclare à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Oliver Dashe Doeme, Evêque de Maiduguri, la capitale de l’Etat de Borno, l’une des zones du nord du Nigeria les plus touchées par les violences de Boko Haram, la secte islamiste née justement dans cette ville, en décrivant le climat dans lequel se sont tenues les élections présidentielles et législatives le 28 mars.<br />« Malgré les attaques menées par Boko Haram dans différentes localités, en majorité rurales, du nord du Nigeria, attaques qui ont malheureusement fait plusieurs victimes, la secte islamiste n’est pas parvenue à empêcher le déroulement des élections dans une grande partie du Nigeria » souligne l’Evêque.<br />Selon la presse nigériane, des dizaines de personnes ont été tuées dans le cadre d’attentats commis par la secte islamiste alors que l’armée nigériane a continué à frapper Boko Haram, y compris au travers de bombardements aériens.<br />« Le seul problème sérieux a dérivé du système de reconnaissance électronique des empreintes digitales des votants, qui n’était pas parfaitement au point, ce qui a obligé les électeurs à revenir plusieurs fois aux bureaux de vote pour pouvoir accomplir leur devoir » commente Mgr Doeme. Le problème a été rencontré un peu partout sur le territoire, au point que, dans certaines zones, les opérations électorales ont été prolongées au Dimanche 29 mars pour permettre aux électeurs de voter.<br />Malgré ces problèmes, Mgr Doeme conclut sur une note d’optimisme : « En général, on peut être satisfaits parce que les élections ont été libres et qu’elles n’ont pas été conditionnées par la violence de Boko Haram. Ceci constitue déjà un bon résultat ». Mon, 30 Mar 2015 00:00:00 +0200ASIE/PAKISTAN - Alourdissement du bilan des attentats contre les églises de Youhanabadhttp://www.fides.org/fr/news/39791-ASIE_PAKISTAN_Alourdissement_du_bilan_des_attentats_contre_les_eglises_de_Youhanabadhttp://www.fides.org/fr/news/39791-ASIE_PAKISTAN_Alourdissement_du_bilan_des_attentats_contre_les_eglises_de_YouhanabadLahore – Le bilan des victimes des attentats contre les églises de Youhanabad du 15 mars dernier s’est alourdi, passant à 20. Hier la communauté chrétienne a célébré les obsèques d’un autre des blessés, Shamim Bhatti. Entre temps, dans la communauté de Youhanabad règne une grande consternation suite aux nouvelles concernant Sohail Johnson et son frère Yousaf, engagés au sein de l’ONG Sharing Life Minister Pakistan, accusés du lynchage de deux musulmans après le double attentat. L’ONG pakistanaise est partenaire de groupes internationaux tels que Open Doors et Barnaba Funds. La police a émis les mandats d’arrêt grâce aux vidéos réalisées en ces moments tragiques par un certain nombre de témoins oculaires.<br />« A cause de cet acte barbare et illégal, les ONG qui s’occupent des pakistanais chrétiens se trouvent aujourd’hui dans la souffrance » remarque pour Fides l’avocat chrétien Sarda Mushtaq Gill. « L’action des ONG et des défenseurs des droits fondamentaux est constitutivement non violente et pacifique. Nous promouvons la paix, l’amour, la vérité et la patience » rappelle Maître Gill, qui travaille au sein de l’ONG LEAD .<br />Selon des sources officielles de la police, les chrétiens arrêtés comme suspects du lynchage sont au nombre de 106. Par le biais de l’enquête en cours, certains sont relâchés progressivement. Dans une note envoyée à Fides, Ataurehman Saman, coordinateur de la Commission nationale Justice et Paix des Evêques du Pakistan affirme : « La nation a payé un tribut de 60.000 vies à cause du terrorisme et de l’extrémisme. Dans le monde, le Pakistan est considéré comme un repaire de terroristes. La seule voie de salut est de garantir la sécurité aux personnes innocentes et de mettre fin à une politique qui nie ou couvre les maux du pays ». Mon, 30 Mar 2015 00:00:00 +0200AMERIQUE/COLOMBIE - Joie dans la souffrance : Sincelejo accueille son nouvel Evêque en commémorant le Curé assassinéhttp://www.fides.org/fr/news/39790-AMERIQUE_COLOMBIE_Joie_dans_la_souffrance_Sincelejo_accueille_son_nouvel_Eveque_en_commemorant_le_Cure_assassinehttp://www.fides.org/fr/news/39790-AMERIQUE_COLOMBIE_Joie_dans_la_souffrance_Sincelejo_accueille_son_nouvel_Eveque_en_commemorant_le_Cure_assassineSincelejo – Le Nonce apostolique en Colombie, S.Exc. Mgr Ettore Balestrero, a demandé à la communauté diocésaine de Sincelejo de prier pour le Père Fernando Meza Luna, brutalement assassiné par des voleurs le 21 mars ainsi que pour ses meurtriers. Mgr Balestrero a également demandé à ne pas avoir peur de la vérité, et de ne pas nourrir de désir de vengeance durant la célébration de prise de possession du nouvel Evêque du Diocèse de Sincelejo, S.Exc. Mgr José Crispiano Clavijo Méndez.<br />Mgr Clavijo Méndez a été nommé Evêque de Sincelejo le 19 février dernier et samedi 28 mars, par une célébration en la Cathédrale Saint François d’Assise, à laquelle ont participé des Evêques, des prêtres et de nombreux fidèles arrivés des Diocèses de Cartagena, Valledupar, Monteria et Barranquilla, il a fait son entrée officielle dans le Diocèse.<br />Le Nonce apostolique a déclaré que l’arrivée du nouveau Pasteur de Sincelejo constitue un moment de joie dans la souffrance qui enveloppe encore la communauté suite à l’assassinat du Père Meza Luna. Il a demandé aux autorités d’aller au fonds des choses pour trouver la vérité. Par suite, il a conclu son homélie en disant que « la paix est un défi et un besoin pour tous, mais surtout dans les régions où l’on souffre le plus ». Mon, 30 Mar 2015 00:00:00 +0200VATICAN - Requête du Pape lors de la Messe du Dimanche des Rameaux en faveur des chrétiens persécutés, « martyrs d’aujourd’hui »http://www.fides.org/fr/news/39783-VATICAN_Requete_du_Pape_lors_de_la_Messe_du_Dimanche_des_Rameaux_en_faveur_des_chretiens_persecutes_martyrs_d_aujourd_huihttp://www.fides.org/fr/news/39783-VATICAN_Requete_du_Pape_lors_de_la_Messe_du_Dimanche_des_Rameaux_en_faveur_des_chretiens_persecutes_martyrs_d_aujourd_huiCité du Vatican – Au cours de l’homélie de la Messe du Dimanche des Rameaux, 29 mars, célébrée Place Saint-Pierre, le Pape François a fait particulièrement mention des chrétiens persécutés. Rappelant qu’au cours de la Semaine Sainte, qui nous conduit à Pâques, « nous irons sur ce chemin de l’abaissement de Jésus », le Souverain Pontife a déclaré : « Pensons aussi à l’abaissement de tous ceux qui, en raison de leur comportement fidèle à l’Évangile, sont discriminés et paient de leur personne. Et pensons à nos frères et sœurs persécutés parce que chrétiens, les martyrs d’aujourd’hui – il y en a beaucoup : ils ne renient pas Jésus et supportent avec dignité des insultes et des outrages. Ils le suivent sur son chemin. Nous pouvons parler en vérité d’“une nuée de témoins” : les martyrs d’aujourd’hui ». Mon, 30 Mar 2015 00:00:00 +0200AFRIQUE/NIGERIA - Démission de l’Evêque de Makurdi et succession au siège épiscopalhttp://www.fides.org/fr/news/39782-AFRIQUE_NIGERIA_Demission_de_l_Eveque_de_Makurdi_et_succession_au_siege_episcopalhttp://www.fides.org/fr/news/39782-AFRIQUE_NIGERIA_Demission_de_l_Eveque_de_Makurdi_et_succession_au_siege_episcopalCité du Vatican – Le Saint-Père François, en date du 28 mars 2015, a accepté la renonciation au gouvernement pastoral du Diocèse de Makurdi , présentée par S.Exc. Mgr Athanasius Atule Usuh, conformément au canon 401 §2 du Code de Droit canonique.<br />Lui succède S.Exc. Mgr Wilfred Chikpa Anagbe, C.M.F., Coadjuteur de ce même Diocèse. Mon, 30 Mar 2015 00:00:00 +0200ASIE/JAPON - Démission de l’Evêque de Nagoya et nomination de son successeurhttp://www.fides.org/fr/news/39781-ASIE_JAPON_Demission_de_l_Eveque_de_Nagoya_et_nomination_de_son_successeurhttp://www.fides.org/fr/news/39781-ASIE_JAPON_Demission_de_l_Eveque_de_Nagoya_et_nomination_de_son_successeurCité du Vatican – Le Saint-Père François, en date du 29 mars 2015, a accepté la renonciation au gouvernement pastoral du Diocèse de Nagoya, au Japon, présentée par S.Exc. Mgr Augustinus Jun-ichi Nomura, conformément au canon 401 § 1 du Code de Droit canonique. Le Saint-Père a nommé Evêque de Nagoya S.Exc. Mgr Michael Goro Matsuura, jusqu’alors Evêque titulaire de Sfasferia et auxiliaire d’Osaka. Mon, 30 Mar 2015 00:00:00 +0200AMERIQUE/ETATS UNIS - Déclaration des Evêques après leur visite au Texashttp://www.fides.org/fr/news/39789-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Declaration_des_Eveques_apres_leur_visite_au_Texashttp://www.fides.org/fr/news/39789-AMERIQUE_ETATS_UNIS_Declaration_des_Eveques_apres_leur_visite_au_TexasSan Antonio – « Après cette visite, ma question principale est : pourquoi ? Pourquoi mettre en détention ces personnes vulnérables, jeunes mères traumatisées qui, avec leurs enfants, ont fui la persécution dans leurs pays d’origine ? ». C’est ce qu’a déclaré S.Exc. Mgr Garcia-Siller, Evêque de San Antonio après qu’un groupe d’Evêques catholiques accompagné par d’autres responsables religieux – évangéliques et luthériens – ait visité le 27 mars le centre de rétention Dilley sis dans la ville homonyme au Texas .<br />« Une grande nation comme la nôtre n’a pas besoin d’emprisonner les plus vulnérables comme forme de dissuasion. Le caractère moral d’une société se juge dans la manière dont elle traite les plus vulnérables. Notre politique de détention des familles est honteuse et je prie les institutions de mettre un terme à cette pratique » a-t-il ajouté.<br />S.Exc. Mgr Elizondo, Président de la Commission pour les Migrations de la Conférence des Evêques américains , a déclaré après la visite : « La détention des familles n’a pas de sens et affaiblit. Elle résulte particulièrement dommageable pour les enfants, qui subissent des dommages émotifs et psychologiques après l’arrestation. Cette politique est une tache dans l’histoire de l’administration américaine en matière d’immigration ».<br />Selon S.Exc. Mgr James Tamayo, Evêque de Laredo , il existe des alternatives à la détention, des actions humanitaires qui peuvent être utilisées en faveur des personnes impliquées.<br />Depuis l’été dernier, le Département de la Sécurité nationale a arrêté des centaines de familles, les conduisant dans les centres de rétention sis au New Mexico, au Texas et en Pennsylvanie, comme conséquence de la nouvelle politique de rétention s’adressant à ceux qui fuient l’Amérique centrale et traversent illégalement la frontière des Etats-Unis. Sat, 28 Mar 2015 00:00:00 +0100AFRIQUE/EGYPTE - Lutte contre l’analphabétisme conduite de concert par le gouvernement et l’Eglise copte orthodoxehttp://www.fides.org/fr/news/39788-AFRIQUE_EGYPTE_Lutte_contre_l_analphabetisme_conduite_de_concert_par_le_gouvernement_et_l_Eglise_copte_orthodoxehttp://www.fides.org/fr/news/39788-AFRIQUE_EGYPTE_Lutte_contre_l_analphabetisme_conduite_de_concert_par_le_gouvernement_et_l_Eglise_copte_orthodoxeLe Caire – Le Département de l’Eglise copte orthodoxe chargé des services et des activités sociales a souscrit le 27 mars le protocole du projet national de lutte contre l’analphabétisme, prédisposé par le gouvernement égyptien. C’est ce qu’indiquent des sources égyptiennes consultées par l’Agence Fides. Le protocole a été signé en la résidence patriarcale, en présence du Patriarche copte Tawadros II et de l’Evêque Yoannis, responsable des initiatives sociales et d’assistance de l’Eglise copte orthodoxe. A la cérémonie de signature, ont également assisté des représentants politiques et académiques particulièrement impliqués dans les programmes d’instruction au profit de la population adulte analphabète. Sat, 28 Mar 2015 00:00:00 +0100ASIE/PAKISTAN - Demande d’institution d’une Commission d’enquête à propos du massacre de Youhanabad de la part d’un groupe de responsables chrétienshttp://www.fides.org/fr/news/39787-ASIE_PAKISTAN_Demande_d_institution_d_une_Commission_d_enquete_a_propos_du_massacre_de_Youhanabad_de_la_part_d_un_groupe_de_responsables_chretienshttp://www.fides.org/fr/news/39787-ASIE_PAKISTAN_Demande_d_institution_d_une_Commission_d_enquete_a_propos_du_massacre_de_Youhanabad_de_la_part_d_un_groupe_de_responsables_chretiensLahore – Responsables politiques et religieux demandent au gouvernement du Pendjab d’instituer une Commission d’enquête ad hoc sur le massacre de Youhanabad, chargée tant du double attentat terroriste du 15 mars contre une église et un temple protestant – qui a fait 18 morts et 91 blessés – que de l’identification des responsables du lynchage ayant suivi le premier massacre, lorsqu’une foule de chrétiens a tué deux présumés terroristes.<br />Ainsi que l’a appris Fides, un groupe de responsables chrétiens remarque la négligence dans la prévention de la violence terroriste et les tumultes qui ont suivi. Colère et frustration ont monté à cause de l’impunité que l’on enregistre dans de nombreux cas de violences à l’encontre des chrétiens, ont-ils fait remarquer. Au cours de ces jours derniers, la police a arrêté plus de 150 suspects dans le cadre de l’enquête liée au lynchage dont beaucoup « accusés injustement ».<br />Les responsables chrétiens ont critiqué le Premier Ministre du Pendjab, Shahbaz Sharif, pour ne pas avoir rendu visite aux familles chrétiennes après le double attentat. Au cours des jours qui ont suivi, de nombreux résidents chrétiens avaient abandonné leurs maisons de Youhanabad par crainte de représailles, déclenchées à l’instigation des mosquées voisines pour se venger du lynchage. « Le gouvernement doit s’occuper davantage des chrétiens et des minorités religieuses » ont-ils déclaré.<br />« La population revient progressivement à Youhanabad » déclare à Fides Joseph Nadeem, chrétien résidant dans le faubourg se trouvant à la tête de la Renaissance Education Foundation, qui s’occupe de l’instruction des familles pauvres. « La police relâche actuellement de nombreuses personnes précédemment arrêtées. La situation est désormais tranquille. Espérons pouvoir vivre Pâques dans la sérénité et la paix ». Sat, 28 Mar 2015 00:00:00 +0100ASIE/PHILIPPINES - Crise humanitaire à Mindanao et examen de la loi instituant la région autonome musulmanehttp://www.fides.org/fr/news/39786-ASIE_PHILIPPINES_Crise_humanitaire_a_Mindanao_et_examen_de_la_loi_instituant_la_region_autonome_musulmanehttp://www.fides.org/fr/news/39786-ASIE_PHILIPPINES_Crise_humanitaire_a_Mindanao_et_examen_de_la_loi_instituant_la_region_autonome_musulmaneCotabato – Il existe une crise humanitaire en cours dans l’île de Mindanao, au sud des Philippines. C’est pourquoi un cessez-le-feu est urgent. C’est ce que demande un forum d’ONG et d’associations locales qui racontent, dans une note envoyée à Fides, comment se poursuit l’offensive de l’armée philippine dans les provinces de Maguindanao et de Cotabato contre les militants du groupe Bangsamoro Islamic Freedom Fighters . « L’alarme arrive un an après l’accord de paix signé entre le gouvernement et le Front islamique de libération moro, le 27 mars 2014, actuellement devant le Congrès en vue d’être ratifié. L’offensive de l’armée constitue la réponse au massacre intervenu le 25 janvier dernier à Mamasapano dans le cadre duquel 44 agents de police ont trouvé la mort.<br />En un mois environ d’intenses combats, 139 militants du BIFF ont été tués mais avec de graves conséquences pour les civils. En effet, les évacués sont plus de 125.000, nombre d’entre eux ne disposant d’aucune assistance humanitaire alors que 63 écoles ont été directement touchées.<br />A la situation sur le terrain, est lié le scénario politique. L’opinion publique est actuellement divisée. Selon le Président Benigno Aquino, « le pays est à un carrefour ». La loi fondamentale qui institue la nouvelle région autonome musulmane « est le résultat de 17 ans de négociations intensives » et « le sacrifice de ceux qui ont donné leur vie pour la paix serait inutile si le Congrès ne devait pas l’approuver ». Récemment, S.Em. le Cardinal Orlando Quevedo a, lui aussi, publié une lettre ouverte aux Sénateurs et aux membres de la Chambre des Représentants afin de les encourager à voter en faveur du projet de loi qualifié de « espérance la plus significative pour parvenir à une paix juste et durable à Mindanao ». Sat, 28 Mar 2015 00:00:00 +0100ASIE/IRAK - Discours du Patriarche chaldéen à l’ONUhttp://www.fides.org/fr/news/39785-ASIE_IRAK_Discours_du_Patriarche_chaldeen_a_l_ONUhttp://www.fides.org/fr/news/39785-ASIE_IRAK_Discours_du_Patriarche_chaldeen_a_l_ONUNew York – Ce qu’il est convenu d’appeler « printemps arabes » ont eu un « impact négatif » sur la condition des communautés chrétiennes du Proche-Orient, provoquant des exodes massifs, similaires à ceux causés voici un siècle par les massacres de chrétiens ayant débuté en 1915 en territoire ottoman. Telle est l’une des considérations les plus fortes et les plus douloureuses contenues dans le discours que le Patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako, a tenu hier à New York au cours de la session dédiée au drame des chrétiens du Proche-Orient près le Conseil de Sécurité de l’ONU sur initiative française. « En toute sincérité – a déclaré le Patriarche – ce qu’il est convenu d’appeler « printemps arabes » a eu un effet négatif pour nous. Si seulement nous avions pu travailler en harmonie avec la mosaïque de religions et de groupes ethniques qui composent notre région, nous aurions vu se développer une force en mesure de guider la région vers la paix, la stabilité et le progrès ».<br />Se référant à la situation de l’Irak, le Patriarche a demandé « un soutien plein et entier au gouvernement central et au gouvernement régional kurde en ce qui concerne la libération de toutes les villes irakiennes et en ce qui concerne en particulier les chrétiens, les yézidis, et les Shabaks, la ville de Mossoul et toutes les petites villes et les villages de la plaine de Ninive ». Selon lui, « il est nécessaire de garantir une protection internationale à ses habitants, contraints à abandonner leurs maisons » et « approuver une loi sur la propriété immobilière qui garantisse leurs droits sur leur terre et leur permette de rentrer chez eux et de reprendre leur vie dans des conditions de normalité ». A propos du phénomène djihadiste, le Patriarche a répété avec décision que « ces actes terroristes ne doivent pas être généralisés et associés à tous les musulmans », parce que la majorité de ces derniers « rejette une telle politisation de la religion. Ils acceptent de vivre une vie normale avec les autres, à l’intérieur de l’Etat civil et selon les dispositions du droit ». En outre, selon le Patriarche, « la paix et la stabilité ne peuvent être atteintes au seul moyen d’interventions militaires. Ces dernières à elles seules ne peuvent en effet pas éradiquer cette manière totalisante de penser » qui détruit les êtres humains et la civilisation elle-même. Parmi les mesures concrètes à adopter pour endiguer les conflits qui déchirent le Proche-Orient, le Patriarche a également invoqué l’adoption de lois internationales en mesure de condamner « des nations ou des personnes qui soutiennent des groupes terroristes au niveau financier, intellectuel ou avec les armes » en poursuivant leurs actions comme des crimes contre la paix sociale. Sat, 28 Mar 2015 00:00:00 +0100AFRIQUE/NIGERIA - Pour le Directeur exécutif de la Caritas Nigeria, « il existe l’espoir de faire revenir les réfugiés à leur domicile même si les destructions sont énormes »http://www.fides.org/fr/news/39784-AFRIQUE_NIGERIA_Pour_le_Directeur_executif_de_la_Caritas_Nigeria_il_existe_l_espoir_de_faire_revenir_les_refugies_a_leur_domicile_meme_si_les_destructions_sont_enormeshttp://www.fides.org/fr/news/39784-AFRIQUE_NIGERIA_Pour_le_Directeur_executif_de_la_Caritas_Nigeria_il_existe_l_espoir_de_faire_revenir_les_refugies_a_leur_domicile_meme_si_les_destructions_sont_enormesRome – « Il a été émotionnant de voir la joie avec laquelle les réfugiés ont accueilli leurs Evêques qui venaient leur rendre visite » déclare à l’Agence Fides le Père Evaristus Bassey, Directeur exécutif de Caritas Nigeria, qui se trouve à Rome pour la réunion promue par Caritas Internationalis à propos du drame du million de réfugiés et d’évacués causés par les violences de Boko Haaram . Le Père Bassey faisait partie de la délégation des Evêques nigérians qui, au début du mois de mars, a rendu visite à quelques 40.000 réfugiés accueillis au camp de Maroua, et dans d’autres lieux du nord du Cameroun .<br />« Nous avons été accueillis par des chants et des danses de joie – raconte le prêtre. Les mêmes scènes de joie, nous les avons vécues ensuite lorsque nous avons rencontré les évacués accueillis à Yola, à Abuja et dans d’autres parties du Nigeria. Nombre des réfugiés et des évacués sont accueillis dans des structures de l’Eglise – souligne le Père Bassey. Par exemple, la Cathédrale Sainte Thérèse de Yola accueille environ 270 personnes à l’Evêché, dans l’oratoire et dans l’école. En d’autres lieux, les évacués sont hôtes d’églises et de familles qui leur ont ouvert les portes de leurs maisons, malgré le lourd fardeau économique que cela comporte ».<br />« Boko Haram est une secte qui combat tous ceux qui, même musulmans, n’adhèrent pas à son idéologie » explique le prêtre, remarquant que « parmi les réfugiés, 20% environ sont musulmans, plus de 40% chrétiens et le reste appartient à la religion traditionnelle africaine. Pour éviter des tensions et surtout par peur de la présence d’infiltrés de Boko Haram, les responsables des camps d’accueil ne permettent pas de tenir des initiatives à caractère religieux à l’intérieur de ces structures ».<br />Le Directeur exécutif de Caritas Nigeria raconte « avoir recueilli des témoignages bouleversants à propos des violences de Boko Haram, comme celui d’une femme qui a vu son mari être tué brutalement, demeurant traumatisée, ou encore ceux des personnes ayant vu couper la tête de leur frère ou encore de personnes contraintes à marcher pendant des kilomètres pour trouver refuge au Cameroun. Il existe par ailleurs le drame des enfants séparés de leurs parents, au cours de fuites chaotiques. Nous avons recueilli des témoignages de recrutements forcés dans les rangs de Boko Haram, parfois en ayant recours à des drogues pour affaiblir la volonté des jeunes chrétiens à recruter. Nombre de ceux-ci cherchent, à la première occasion, de s’enfuir ».<br />« Maintenant que l’armée nigériane libère les zones occupées par Boko Haram, il existe l’espérance de faire retourner chez eux les évacués mais il faudra du temps parce que les destructions sont énormes » conclut le Père Bassey. Sat, 28 Mar 2015 00:00:00 +0100ASIE/TURQUIE - Vers l’ouverture d’une nouvelle enquête relative à l’assassinat du Père Andrea Santoro ?http://www.fides.org/fr/news/39780-ASIE_TURQUIE_Vers_l_ouverture_d_une_nouvelle_enquete_relative_a_l_assassinat_du_Pere_Andrea_Santorohttp://www.fides.org/fr/news/39780-ASIE_TURQUIE_Vers_l_ouverture_d_une_nouvelle_enquete_relative_a_l_assassinat_du_Pere_Andrea_SantoroTrabzon - L'assassinat du Père Andrea Santoro pourrait de nouveau faire l’objet d’une enquête de l’autorité judiciaire turque. C’est ce qu’indiquent des sources locales consultées par l’Agence Fides. L’homicide du prêtre, intervenu à Trabzon le 5 février 2006, avait conduit à la condamnation d’un turc âgé de 16 ans à l’époque des faits, Oguzhan Akdin, à une peine de 18 ans de réclusion. Les organes de la justice turque pourraient reprendre les doutes concernant la capacité d’un adolescent isolé ayant des problèmes de myopie à commettre ce meurtre par balles, sans jamais manquer sa cible.<br />Selon la presse turque, des éléments confirmeraient la négligence avec laquelle a alors été conduite l’enquête. Le cas devait être assigné aux départements judiciaires chargés des enquêtes relatives au terrorisme et à la criminalité organisée alors qu’il a été suivi par celui chargé de l’ordre public. Il résulte par ailleurs que la recherche d’indices au domicile du condamné a été conduite de manière superficielle, les déclarations de l’inculpé lors du procès résultant vagues et confuses.<br />A l’époque du procès, le Parquet avait déclaré ne pas avoir trouvé de preuves quant aux nouvelles ayant circulé dans la presse faisant état de l’appartenance du meurtrier à un groupe d’extrémistes nationalistes et fondamentalistes conduits par un maître âgé. La piste accréditée par l’enquête et par la conclusion du procès décrivit l’homicide comme le geste isolé d’un déséquilibré fanatique. Le Parquet demanda la réclusion à perpétuité mais l’accusé se vit appliquer la loi turque selon laquelle un mineur ne peut se voir infliger une peine supérieure à 20 ans de réclusion. Le Père Andrea Santoro, prêtre Fidei donum du Diocèse de Rome, fut tué, à 61 ans, alors qu’il priait dans l’église Sainte Marie. Fri, 27 Mar 2015 00:00:00 +0100AFRIQUE/SIERRA LEONE - Limitations des déplacements pendant trois jours à cause du virus Ebolahttp://www.fides.org/fr/news/39779-AFRIQUE_SIERRA_LEONE_Limitations_des_deplacements_pendant_trois_jours_a_cause_du_virus_Ebolahttp://www.fides.org/fr/news/39779-AFRIQUE_SIERRA_LEONE_Limitations_des_deplacements_pendant_trois_jours_a_cause_du_virus_EbolaFreetown – Du 27 au 29 mars, le gouvernement de la Sierra Leone a déclaré trois jours d’arrêt des déplacements. Les habitants pourront sortir de chez eux seulement avant 08.00 pour aller prendre de l’eau alors que les autorités procéderont à des contrôles porte-à-porte. La seule exception sera constituée par le Dimanche des Rameaux lorsque les déplacements seront possibles jusqu’à 14.00. Il s’agit de trois jours difficiles pour la population pour laquelle a déjà été planifiée une série d’interventions de distribution de nourriture et de biens de première nécessité. Est ainsi prévue la distribution de trois repas par jour pour les enfants et de sacs de riz et d’huile fournis par le Ministère et par le Programme alimentaire mondial, et des activités de mobilisation sociale conduites par plus de 8.500 équipes impliquant plus de 26.000 personnes. D’autres activités porte-à-porte associées à des messages et à une distribution de détergents sont également prévues. L’idée se trouvant la base de l’intervention est d’écouter les besoins des communautés afin de réagir au mieux à l’urgence. Fri, 27 Mar 2015 00:00:00 +0100VATICAN - Annonce d’un nouveau voyage du Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples en Irak afin d’exprimer la proximité et l’affection du Pape aux familles évacuéeshttp://www.fides.org/fr/news/39778-VATICAN_Annonce_d_un_nouveau_voyage_du_Prefet_de_la_Congregation_pour_l_Evangelisation_des_Peuples_en_Irak_afin_d_exprimer_la_proximite_et_l_affection_du_Pape_aux_familles_evacueeshttp://www.fides.org/fr/news/39778-VATICAN_Annonce_d_un_nouveau_voyage_du_Prefet_de_la_Congregation_pour_l_Evangelisation_des_Peuples_en_Irak_afin_d_exprimer_la_proximite_et_l_affection_du_Pape_aux_familles_evacueesCité du Vatican – « La sollicitude du Pape François est constante envers la situation des familles chrétiennes et d’autres groupes, victimes de l’expulsion de leurs maisons et de leurs villages, en particulier dans la ville de Mossoul et dans la pleine de Ninive, nombre desquelles s’étaient réfugiées dans la région autonome du Kurdistan irakien. Le Pape prie pour eux et espèrent qu’elles pourront retourner et reprendre leur vie sur les terres et dans les lieux où, pendant des centaines d’années, elles ont vécu et tissé des relations de bonne coexistence avec tous ». C’est ce qu’affirme le communiqué publié aujourd’hui par le Bureau de Presse du Saint-Siège.<br />Le texte continue : « Au cours de la Semaine Sainte, désormais toute proche, ces familles partagent avec le Christ la violence injuste dont elles sont victimes, et participent à la douleur du Christ Lui-même. Voulant être aux côtés des familles, S.Em. le Cardinal Fernando Filoni retourne en Irak en signe de proximité, d’affection et en union de prière avec elles. Les familles du Diocèse de Rome, unies à leur Evêque dans les sentiments de proximité et de solidarité avec ces familles, au travers d’une collecte spéciale dans les Paroisses, leur envoient un gâteau de Pâques afin de partager la joie de Pâques et en tant que vœux basés sur la foi en la Résurrection du Christ ».<br />Le communiqué se conclut ainsi : « Le Saint-Père se fait en outre présent de manière concrète au travers d’un signe tangible de solidarité. Et ne voulant pas oublier la souffrance des familles du nord du Nigeria, le Souverain Pontife a envoyé à elles aussi, par le biais de la Conférence épiscopale locale, un signe de solidarité identique ».<br />Déjà en août dernier, suite à la grave situation en Irak, le Saint-Père avait nommé le Cardinal Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, son Envoyé personnel dans le pays « pour exprimer Sa proximité spirituelle aux populations qui souffrent et leur porter la solidarité de l’Eglise » . Fri, 27 Mar 2015 00:00:00 +0100AMERIQUE/ARGENTINE - Message de Pâques des Evêques de la Région Patagonie-Cornahuehttp://www.fides.org/fr/news/39777-AMERIQUE_ARGENTINE_Message_de_Paques_des_Eveques_de_la_Region_Patagonie_Cornahuehttp://www.fides.org/fr/news/39777-AMERIQUE_ARGENTINE_Message_de_Paques_des_Eveques_de_la_Region_Patagonie_CornahueNeuquèn – Les Evêques argentins de la Région Patagonie-Cornahue, dans leur Message de Pâques intitulé « Voyez mes mains et mes pieds ! C’est bien moi » , invitent tout un chacun à vivre une vie nouvelle avec les yeux grands ouverts sur la vérité et la justice, « avec la force et l’audace de l’Esprit, pour Le rendre présent dans la boue de notre vie et dans notre monde ».<br />Conscients de la réalité faite de violence, d’égoïsme, d’indifférence, de négligence et d’exclusion, les Evêques proposent « la révolution de la tendresse pour décider le bien commun et construire une société qui s’occupe et se préoccupe du bonheur de tous ».<br />Par une invitation à « ne pas demeurer indifférents », ils soutiennent que le monde serait meilleur si tous, selon le lieu et la responsabilité de chacun, travaillaient pour le bien et le bonheur de tous. A la fin, les Evêques rappellent que celui qui écoute Jésus ne peut demeurer indifférent, occupé seulement par son seul bien-être.<br />La zone de la Patagonie argentine est l’une des plus complexe à comprendre parce que s’y trouvent une population indigène, des projets miniers devenus un problème social et une conformation géographique du territoire limitant les possibilités de déplacement. L’Eglise en cette région a toujours encouragé et soutenu l’engagement de la population en vue d’un développement intégral et de la défense des droits fondamentaux . <br/><strong>Link correlati</strong> :<a href="http://www.fides.org/spa/attachments/view/file/argentina_patagonia_25032015.doc">Texte intégral du Message (en espagnol)</a>Fri, 27 Mar 2015 00:00:00 +0100AMERIQUE/NICARAGUA - Enfants bénéficiant du soutien de groupes de bénévoles catholiques espagnolshttp://www.fides.org/fr/news/39776-AMERIQUE_NICARAGUA_Enfants_beneficiant_du_soutien_de_groupes_de_benevoles_catholiques_espagnolshttp://www.fides.org/fr/news/39776-AMERIQUE_NICARAGUA_Enfants_beneficiant_du_soutien_de_groupes_de_benevoles_catholiques_espagnolsLeón – Voici environ 10 ans, un groupe de fidèles d’une Paroisse espagnole de Madrid s’est rendu dans la ville de Leon, au Nicaragua. Là, ils ont rencontré des enfants malnutris, des familles marquées par des problèmes d’alcool et des disputes continuelles. Face à cette situation, ils ont commencé à aider le prêtre du cru et ses deux collaborateurs laïcs dans le cadre des initiatives pastorales et pour donner à manger aux mineurs les plus nécessiteux. Une fois rentrés en Espagne, ils ont décidé de créer l’association « Pain de vie pour le Nicaragua » formée de 100 membres qui, par le biais de brocantes, de représentations théâtrales et autres petites initiatives, recueillent des fonds pour les enfants du Nicaragua et, chaque mois, les envoient à la mission du quartier de Leon. Actuellement, ce sont 180 enfants qui mangent chaque jour à la cantine de Leon. Par ailleurs 25 fréquentent une école diurne de soutien pour les mères au travail et 110 autres fréquentent un institut d’enseignement secondaire. Fri, 27 Mar 2015 00:00:00 +0100