ASIE/INDE - Violences et abus envers les chrétiens à l’approche de Noël

jeudi, 15 décembre 2016 persécutions   minorités religieuses   liberté religieuse   christianisme   violence   justice   noel   hindouisme   fondamentalisme religieux  

Facebook

New Delhi (Agence Fides) – De nouvelles violences à l’approche de Noël suscitent la préoccupation et le trouble au sein de la communauté chrétienne indienne. Selon des informations recueillies par Fides, le 14 décembre, un groupe de quelques 30 militants hindouistes a attaqué un groupe de catholiques à Tikariya, village sis juste en dehors de la ville de Banswara, dans l’Etat du Rajasthan, frappant le Père Stefphan Rawat, les femmes et les autres membres du groupe. Ainsi que cela a été indiqué à Fides par le Président du Conseil global des chrétiens indiens (GCIC), Sajan K George, les catholiques, comme ils le font traditionnellement, parcouraient les rues du village en chantant des chants de Noël, en une mini procession ayant débuté à la fin de la Messe. Les extrémistes, armés de bâtons et de matraques, les ont rejoints et roués de coup avec violence, au mépris de la liberté de culte garantie par la Constitution.
Parmi les autres récents actes de violence injustifiés, se trouve celui perpétré au début du mois de décembre sur une chrétienne de 55 ans, Samari Kasabi, habitante du village de Dokawaya, dans l’Etat de Chhattisgarh. Cette dernière a été tuée dans le cadre d’une attaque brutale ayant contraint d’autres chrétiens à se convertir à l’hindouisme par crainte d’être assassinés. Samari Kasabi a été dénudée, frappée à mort puis brûlée par ses voisins au cours d’une nuit de terreur. La foule de militants était à la recherche de son fils, Sukura, âgé de 35 ans, et de sa famille mais, ne les trouvant pas, elle a décidé de tuer Samari Kasabi. La police locale a arrêté le chef du village pendant deux jours avant de le relâcher sans même l’inculper. Par le passé, d’autres membres de cette même famille avaient été enlevés par les guérilleros maoïstes alors qu’ils priaient pour les malades et les nécessiteux dans leur village. Les membres de la famille racontent avoir été persécutés de manière répétée.
Dans l’Etat du Madhya Pradesh également, dans le centre de l’Inde, des extrémistes hindous ont également attaqué ces jours derniers une église protestante et frappé à l’aide de pierres les fidèles rassemblés au cours d’une liturgie. Par ailleurs, des statues dont celles de Saint Antoine et de Saint Laurent de l’église Notre-Dame de la Santé, sise dans le district d’Udupi de l’Etat de Karnataka ont été profanées et détruites par des vandales dans la nuit du 11 décembre.
Le Conseil global des chrétiens indiens (GCIC) documente actuellement une série d’incidents et de violences perpétrée sur des chrétiens en Inde, en particulier dans les Etats de Karnataka et de l’Orissa, justement à l’approche de Noël. C’est pourquoi il demande aux forces de sécurité de garantir la protection nécessaire afin que « la petite communauté chrétienne, par ailleurs vulnérable, puisse prier et célébrer en paix et dans la sécurité ce saint temps de Noël ».
En Inde, les chrétiens représentent 2,5% de la population alors que 80% des 1,3 milliards d’habitants du pays se professent hindous. La conversion au Christianisme est expressément interdite par la loi dans cinq Etats de la fédération. Le gouvernement fédéral, guidé par le Bharatiya Janata Party (BJP), parti nationaliste hindou, est accusé de fermer un œil sur les attaques perpétrées à l’encontre des minorités religieuses dans le pays. (PA) (Agence Fides 15/12/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network
persécutions


minorités religieuses


liberté religieuse


christianisme


violence


justice


noel


hindouisme


fondamentalisme religieux