AFRIQUE/ RD CONGO -Participation massive à la Marche de l’Espérance pour s’opposer à la division du pays

jeudi, 2 août 2012

Kinshasa (Agence Fides) – La Marche de l’Espérance, qui a eu lieu hier, 1er août dans les 47 Diocèses congolais (voir Fides 01/08/2012) dans le cadre des initiatives visant à s’opposer à la balkanisation de la République démocratique du Congo dont l’intégrité territoriale est menacée par une nouvelle révolte armée dans le Nord Kivu (voir Fides 25/07/2012) a été caractérisée par une forte participation.
Dans la capitale, Kinshasa, la Marche est partie des différentes Paroisses aux alentours de 06h30 locales après la Messe du matin, pour converger vers les 14 Doyennés de l’Archidiocèse. Chaque délégation paroissiale portait une banderole avec le même message : « Non à la balkanisation de la RDC – Non au saccage de nos ressources ». Les participants ont confié le pays et en particulier sa partie orientale à l’intercession de la Très Sainte Vierge Marie.
Selon le quotidien Le Potentiel, les manifestants étaient 200.000 alors que selon la police de Kinshasa, ils auraient été un peu plus de 100.000. La Marche s’est déroulée sans incidents notamment grâce à la forte présence de la police.
Selon Radio Okapi, le 31 juillet à Kisangani (chef lieu de la province orientale), les représentants de différentes confessions religieuses et de la société civile ont lancé « un chaleureux appel » à la conversion du Rwanda et de ses responsables afin qu’ils « redécouvrent dans la RDC, dans la personne des congolais, des frères et des sœurs à aimer et non pas à agresser ». On se souviendra que le Rwanda est accusé d’appuyer les actions du M23, le mouvement de guérilla qui a jeté le Nord Kivu dans le chaos et le désespoir, un fait désormais reconnu y compris par les principaux partenaires internationaux de Kigali tels que les Etats-Unis et la Grande-Bretagne qui ont suspendu l’ensemble de leurs aides au régime de Kagamé. (L.M.) (Agence Fides 02/08/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network