ASIE/CHINE - Mortalités pandémiques, décès prématurés, déclin des vocations : le vieillissement du clergé chinois s'intensifie

lundi, 3 avril 2023 eglises locales   prêtres   séminaires   religieuses   vie consacrée   vocations  

Beijing (Agence Fides) - La "fête de Quingming", jour de commémoration des ancêtres et des défunts selon la tradition chinoise, tombe chaque année le 4 ou le 5 avril. Ce jour-là, l'Église catholique en Chine se souvient également des prêtres et des religieuses décédés au cours des douze mois précédents. Cette année, la commémoration des communautés catholiques doit tenir compte du nombre élevé de religieuses et de prêtres, pour la plupart âgés, fauchés par la pandémie de Covid-19. Et même cet événement incite à considérer d'autres données et phénomènes, comme le vieillissement du clergé catholique et la diminution des vocations sacerdotales et religieuses.
En 2022, l'Église catholique de Chine a perdu au moins 13 prêtres et 7 religieuses, selon des données partielles fournies par Xinde (un journal catholique en ligne de langue chinoise qui fait autorité). La plupart des décès sont survenus dans le contexte du "massacre des personnes âgées" qui a touché l'ensemble du pays lorsque les mesures strictes de lutte contre la pandémie de Covid-19 ont été radicalement abandonnées. Parmi les évêques et les prêtres décédés, 7 avaient plus de 75 ans et 6 moins de 65 ans. Quatre des sept religieuses décédées avaient également plus de 75 ans, tandis que les trois autres avaient moins de 65 ans.
Les années qui passent, mais aussi des phénomènes imprévisibles comme la pandémie, privent progressivement les générations de prêtres et de religieuses nées avant 1949. Peu à peu, des figures de pasteurs et de religieuses quittent cette terre qui, jeunes, avaient traversé les tribulations de l'époque de la révolution culturelle et avaient ensuite représenté, avec leur foi et leur force spirituelle, des points de référence précieux et aimés dans le redémarrage de nombreuses communautés catholiques. Aujourd'hui, les prêtres et les religieuses qui ont connu leur période de formation dans les années 1980, après la "Réforme et l'ouverture" menée par Deng Xiaoping, commencent également à rejoindre les rangs des personnes âgées. Ainsi, la question du vieillissement progressif du clergé catholique en Chine devient de plus en plus évidente et pressante, à un moment où les vocations au sacerdoce et à la vie consacrée semblent diminuer.
La foi chrétienne reconnaît et confesse que la mort n'est pas la fin de la vie, mais le début d'une vie nouvelle. La communion avec ceux qui sont retournés à la maison du Père accompagne les jours de l'Église pèlerine sur la terre. Cette expérience console et remplit de paix la douleur des communautés locales, où la disparition des prêtres et des religieux, âgés ou non, est perçue comme une grande perte.
Chaque vocation sacerdotale et religieuse est précieuse. Beaucoup se souviennent de l'énergie matérielle et spirituelle déployée dans les années 1980 et 1990 pour encourager et accompagner de nouvelles vocations au sacerdoce et à la vie consacrée. À l'époque, la réouverture des séminaires et des noviciats a alimenté l'enthousiasme et l'espoir. Les jeunes prêtres et religieuses, ainsi que les laïcs, ont caractérisé la vie des communautés par leur élan juvénile, tout en gardant précieusement la sagesse chrétienne des prêtres et religieuses âgés avec lesquels ils partageaient ce "redémarrage" missionnaire.

Aujourd'hui, le temps présent est marqué par de nouvelles urgences et de nouvelles fragilités. Et dans ces nouvelles circonstances, la prière des communautés demande que la foi simple et courageuse qui a été ressentie chez tant de moniales et de prêtres au cours des décennies passées soit donnée au clergé et aux religieux d'aujourd'hui également.

Ces dernières années, les décès prématurés d'évêques, de prêtres et de religieuses nous ont également rappelé l'urgence de prendre soin de la condition physique et spirituelle de personnes qui parfois négligent leur santé alors qu'elles passent leur vie dans le travail apostolique, ou se retrouvent seules face à la maladie et à la fragilité.
Au cours des deux dernières années, plusieurs décès prématurés de religieuses et de prêtres ont marqué la vie de plusieurs communautés. Dans le diocèse de Yixian, province de Hebei, tout le monde pleure et regrette Sœur Maria Yang Huilin, de la Congrégation du Sacré-Cœur de Jésus, et déplore que sa mort prématurée (elle avait 50 ans) soit due à une maladie intestinale mal soignée. Le 10 mars 2022, Wu Junwei, 59 ans, Evêque de Yuncheng (Shanxi), a été terrassé par une crise cardiaque, après des années épuisantes au cours desquelles il n'a pas ménagé ses efforts pour promouvoir les cours de catéchisme, accompagner la construction de nouvelles églises et aider de toutes les manières possibles à maintenir les initiatives pastorales et communautaires ordinaires, même dans la période difficile de la pandémie. Quant à la communauté catholique du Tibet, tout le monde se souvient que le père Joseph Ma Zhaxi, homme de solitude et de prière, est lui aussi décédé prématurément en janvier 2020, à l'âge de 39 ans seulement, après avoir passé sa courte vie dans une extrême pauvreté. Il n'a jamais rechigné à l'effort de traverser le froid et les intempéries de la montagne sur sa moto, pour aller apporter le réconfort et les sacrements aux familles les plus éloignées de sa paroisse. (NZ) (Agence Fides 3/4/2023)


Partager:
eglises locales


prêtres


séminaires


religieuses


vie consacrée


vocations