ASIE/SYRIE : Le moine Jacques Mourad : le monastère de Mar Elian, dévasté par les djihadistes, peut renaître

mardi, 28 décembre 2021 proche-orient   eglises orientales   djihadistes   sanctuaires   monachisme   saints  

Ora pro Siria

Quaryatayn (Agence Fides) - L'ancien monastère de Mar Elian, situé à la périphérie de la ville syrienne de Quaryatayn, et qui en 2016 a été dévasté et profané par des miliciens djihadistes, pourrait bientôt redevenir un lieu de prière et de paix pour les chrétiens syriens mais aussi pour leurs compatriotes musulmans. Le père Jacques Mourad, le moine de la communauté de Deir Mar Moussa qui a été enlevé le 21 mai 2015 par un commando de djihadistes de l'autoproclamé État islamique, et a passé de longs mois en captivité, d'abord en isolement puis avec plus de 150 chrétiens de Qaryatayn, eux aussi pris en otage dans les territoires alors conquis par le Califat noir, l'annonce joyeusement en cette période de Noël.
La renaissance du monastère de Mar Elian - rapporte le Père Jacques dans le message également envoyé à l'Agence Fides - sera rendue possible grâce à un accord entre l'Archiéparchie syriaque catholique de Homs, Hama et Nabk et la communauté monastique de Deir Mar Moussa, fondée par le Père Paolo Dall'Oglio, le jésuite romain dont on a perdu les traces le 29 juillet 2013, alors qu'il se trouvait à Raqqa, à l'époque capitale syrienne de Daesh.
Dans son message, le père Mourad demande à tous de prier pour qu'en ce moment les paroissiens de Qaryatayn discernent également quelle est " de la volonté de Dieu pour le futur de cette zone géographique importante de notre pays la Syrie".
Le plan de renaissance de Mar Elian, décrit dans ses grandes lignes par le moine de Deir Mar Musa, prévoit dans un premier temps la replantation des vignes et des oliviers sur les terres entourant le monastère, ainsi que la reconstruction dles murs de clôture et des portes. Elle cherchera ensuite à aider les chrétiens de Quaryatein a retourné dans leurs maison par des moyens concrets: restaurer leurs maisons. aider les a replanter leurs terrain et reprendre leurs chantier de travail qu’ils avait avant. La deuxième étape si la première avance avec courage, c’est la reconstruction du monastère de Mar Elian et l’Eglise de la paroisse, et reprendre le travail de fouille archéologique qui ne sera pas facile après toute la destruction qu’ils ont fait."
La nouvelle du projet de renaissance du monastère de Qaryatayn est partagée par le Père Jacques, confiant qu'elle apportera joie et consolation dans la connaissance du lien spirituel tenace entre ce monastère et la vocation de la communauté monastique de Deir Mar Moussa.
Actuellement, moins de 10 000 musulmans vivent dans la région de Qaryatayn, tandis que les chrétiens ne sont que 26. Mais des expériences similaires, comme celles des chrétiens qui sont retournés, au moins en partie, dans les villages irakiens de la plaine de Ninive - d'où ils avaient fui devant l'avancée des milices djihadistes - encouragent à "suivre leurs pas", et à ne pas céder aux processus qui sont en train d'éteindre la présence des communautés chrétiennes autochtones dans des pays entiers du Moyen-Orient.
Dans les années précédant le conflit, l'ancien sanctuaire de Mar Elian, datant du Ve siècle, avait été affilié à la communauté monastique de Deir Mar Moussa et avait connu une période de renaissance, entouré de la sympathie de la population majoritairement musulmane. Sous la direction du père Jacques Mourad, qui était alors prieur. Puis, en février 2015, le père Jacques a été enlevé par des djihadistes, qui ont pris le contrôle de toute la zone au mois d'août suivant. Depuis les premiers jours de l'occupation djihadiste, la tombe de Mar Elian avait été brutalement profanée, pour effacer ce qui, même aux yeux des affiliés de l'État islamique, représentait le cœur du complexe monastique. Mais les reliques de Mar Elian, dispersées autour de la tombe du saint, n'avaient pas été perdues : en particulier, les ossements du saint ont été retrouvés, recueillis et transférés sous bonne garde à Homs en avril 2016, après la fin de l'occupation djihadiste de la zone (cf. Fides 5/4/2016).Même alors, le père Jacques Mourad confie à Fides quel est son espoir : " Nous savons que l'ancien sanctuaire a été rasé, que le site archéologique a été dévasté, tandis que la nouvelle église et le monastère ont été brûlés et partiellement bombardés. Lorsque nous reviendrons travailler à Mar Elian à l'avenir, nous remettrons également les reliques du saint à leur place. Autour de la mémoire des saints, la vie de la grâce s'épanouira à nouveau. Et ce sera un grand signe de bénédiction pour toute notre Église". (GV) (Agence Fides 28/12/2021).


Partager: