ASIE/INDE - Rejet de la polarisation au sein de la société de la part de la plus antique organisation de laïcs catholiques d’Asie

mardi, 26 mars 2019 politique   elections   droits fondamentaux   minorités religieuses   hindouisme   extrémisme  

Varanasi (Agence Fides) – « Il faut éviter la polarisation des communautés ethniques et religieuses en vue des élections ». Tel est l’appel diffusé par la All India Catholic Union (AICU), la plus antique organisation de laïcs catholiques d’Asie qui, dans une note envoyée à l’Agence Fides, exprime sa profonde préoccupation pour la manière dont, en campagne électorale, le phénomène du communautarisme est renforcé, se traduisant par une opposition entre communautés de foi différente, souvent manipulée afin de s’accaparer les faveurs d’une communauté plutôt que d’une autre.
Alors que les élections générales prévues pour avril et mai s’approchent, le Président de l’AICU, Lancy D'Cunha, et le porte-parole de l’organisation, John Dayal, rappellent dans un message que « musulmans et dalits sont victimes de violences ciblées. La violence à l’encontre de la communauté chrétienne dans le district de Jaunpur, en Uttar Pradesh, est également préoccupante, sachant que l’Etat en question est gouverné par Yogi Adityanath, Premier Ministre appartenant au Bharatiya Janata Party ». L’Uttar Pradesh – signale l’AICU – a enregistré, de septembre à décembre derniers 109 cas de violences à l’encontre de pasteurs chrétiens, d’églises et d’assemblées de fidèles perpétrées dans de petites villes et dans des villages. Au cours des premiers mois de cette année, la région a enregistré 15 nouveaux cas de violence.
L’AICU remarque la violence des activistes du Sangh Parivar (mouvement nationaliste hindou) dans toutes les parties du pays, alors que, « dans la majeure partie des cas, la police se rend complice ou demeure spectatrice, l’impunité encourageant les foules à agir ».
L’association réaffirme sa requête visant la reconnaissance pour les dalits chrétiens et musulmans des mêmes droits que la Constitution reconnait aux dalits de religion hindoue.
L’Union critique en outre l’insensibilité de la Commission électorale qui a programmé des scrutins le Jeudi Saint – 18 avril – en diverses parties du pays. Célébrant sn centenaire en septembre de cette année, l’AICU rappelle la difficile condition socioéconomique de la communauté chrétienne et en particulier les faibles opportunités en termes d’emplois pour les jeunes et la condition difficile des dalits chrétiens et des personnes issues des populations tribales dans différents Etats indiens.
Les élections se tiendront en sept phases suivant les différents Etats de la Fédération, les 11, 18, 23 et 29 avril ainsi que les 6, 12 et 19 mai. Le dépouillement est prévu pour le 23 mai. L’électorat indien compte quelques 900 millions d’ayants droit. Les opérations électorales concerneront, outre le Parlement fédéral, quatre Assemblées d’Etat, à savoir celles de l’Andhra Pradesh, du Sikkim, de l’Arunachal Pradesh et de l’Orissa. (SD) (Agence Fides 26/03/2019)


Partager:
politique


elections


droits fondamentaux


minorités religieuses


hindouisme


extrémisme