AMERIQUE/BRESIL - Campagne de fraternité et nécessité d’une participation plus active des laïcs à la vie de la société en tant qu’exercice de l’amour du prochain

vendredi, 15 mars 2019 laics   situation sociale   politique   santé   indigènes   pauvreté  

Fides

Campagne de fraternité et nécessité d’une participation plus active des laïcs à la vie de la société en tant qu’exercice de l’amour du prochain

Brasilia (Agence Fides) – Les chrétiens « doivent chercher à réaliser une participation plus active au sein de la société en tant que forme concrète d’amour du prochain » a écrit le Pape François aux fidèles brésiliens à l’occasion de l’inauguration de la Campagne de Carême qui a cette année pour thème « Fraternité et politiques publiques », se basant sur le verset biblique « Sion sera rachetée par la droiture, et ceux qui reviendront, par la justice » (Is 1, 27) (voir Fides 25/02/2019). Nous reportons ci-après le témoignage de trois laïcs engagés parvenues à Fides portant sur le thème en question.
Le Dr. Geniberto Paiva Campos, cardiologue et membre fondateur de l’Observatoire de la Santé du District fédéral, a retracé brièvement l’histoire de l’Etat providence introduit par l’Allemagne entre 1883 et 1889 sous le gouvernement d’Otto von Bismarck. Auparavant, il n’existait que l’idée et la praxis de la charité qui fut « pendant longtemps une action essentiellement privée, très souvent soutenue par des subventions de l’Etat et de l’Eglise ». Selon le Dr Campos, la réforme de la prévoyance en cours de discussion au Brésil déjà sous le précédent gouvernement et fortement critiquée par l’Eglise, constituerait une régression historique au XIX° siècle et impliquerait la perte de droits des travailleurs. La campagne de cette année est par suite « opportune » afin de « discuter à un niveau plus élevé » de la défense des citoyens les plus menacés par cette nouvelle norme.
Vânia Lúcia Ferreira Leite, Responsable de la Pastorale de l’Enfant et de la mère enceinte, fondée par Zilda Arns, représente la Conférence épiscopale au Conseil national de la Santé publique. « Pour nous catholiques – affirme-t-elle – la Campagne de fraternité est un appel à l’exercice de l’amour du prochain, à la fraternité et à la solidarité ». Elle rappelle que de nombreux laïcs ont des difficultés à transformer en actions concrètes l’appel à la participation et, comme exemple d’une possible stratégie gagnante, elle invite à participer à la Conférence nationale de la Santé. « Cette année, nous pouvons contribuer directement à l’amélioration des politiques publiques dans ce secteur ». La Conférence de cette année aura en effet pour thème « Démocratie et santé » et constituera une opportunité pour renforcer le Système unique de la santé, bien affaibli, qui assiste 75% de la population et a été créé grâce à l’effort de la société civile organisée. Vânia Lúcia Ferreira Leite sollicite également la participation active aux Conseils nationaux, 40 instances qui réunissent l’Etat et la société civile, les principaux étant ceux de l’éducation, de la santé, de l’environnement, du développement économique et de l’assistance sociale.
Selon le Pr. Gilberto Vieira dos Santos, Secrétaire adjoint du Conseil indigène missionnaire (CIMI), il est nécessaire de partir de la situation actuelle de rétrocession des politiques publiques, provoquée par le 95ème amendement constitutionnel, qui a gelé pour 20 ans la dépense sociale. Le Professeur rappelle en particulier la souffrance des peuples indigènes, qui attendent encore la démarcation légale de 503 territoires, constituant la base des politiques publiques en leur faveur. « Seule la participation des citoyens aux processus de création et de réalisation des politiques publiques peut assurer leur mise en œuvre effective » affirme le représentant du CIMI, qui conclut : « la participation en question commence par le fait de connaitre les politiques publiques en question et leurs processus historiques et devient effective lorsque nous relevons en tant que chrétiens le défi consistant à faire en sorte qu’elle arrivent aux plus pauvres et aux plus nécessiteux ». (SM) (Agence Fides 15/03/2019)


Partager: