AMERIQUE/PARAGUAY - Document de la Conférence épiscopale sur l’action en faveur de la justice et de la paix sociale

vendredi, 30 novembre 2018 droits fondamentaux   violence   paix   situation sociale   femmes  

Twitter

Document de la Conférence épiscopale sur l’action en faveur de la justice et de la paix sociale

Asunción (Agence Fides) – Sous le titre « La Paix sociale, fruit de la conversion et de la justice », la Conférence épiscopale du Paraguay a publié un document dénonçant les « faits graves de violence criminelle » que connaît le pays. « Notre conscience nous dit de ne pas demeurer indifférents et indolents face à de telles situations. Ces faits mettent en danger la coexistence fraternelle et affaiblissent les fondements qui garantissent la paix sociale » indique le texte transmis à Fides.
Le communiqué, portant la date du 28 novembre, concerne certains événements présents de violence qui ont été relancés par les moyens de communication gouvernementaux ces jours-ci. Parmi ceux-ci se trouvent le passage par les armes d'un entrepreneur brésilien qui travaillait dans le commerce du bois et qui avait eu quelques problèmes avec la répression des fraudes. La vidéo de son exécution, laissée sur un téléphone portable à coté de son cadavre par le groupe de guérilleros Armée du peuple paraguayen (EPP) a été commenté également par le Ministre de l'Intérieur pour informer du dernier en date des 200 actes de terrorisme perpétrés par ce groupe en cette année 2018.
« Nous avons été choqués, scandalisé, horrifiés mais nous devons nous demander si ces faits ne sont pas un symptôme de problèmes moraux et sociaux plus profonds » écrivent les Evêques. « De nombreuses voix identifient différentes causes : l'injustice, l'impunité, le machisme, les déséquilibres sociaux et environnementaux, la faible cohésion de la famille et de la société, le consumérisme, la diffusion médiatique de la violence... » continue l'analyse des Evêques qui, de manière directe, vont au-delà du fait de violence de l'EPP.
Voici seulement trois jours, a eu lieu à Asunción, une marche contre la violence envers les femmes. Des milliers de personnes ont crié « Assez ! Nous ne demeurons plus en silence ! Défendons les femmes ! ». Le même jour, la Direction de la Politique de sécurité citadine du Ministère de l'Intérieur a publié un rapport sur la violence contre les femmes au Paraguay qui est en hausse. En 2017, 41.661 plaintes pour violence en famille ont été déposées contre 30.000 l'année précédente.
Voila pourquoi les Evêques du Paraguay écrivent dans leur communiqué : « Parmi ces communautés humaines frappées par la détérioration morale, se trouve également la famille... Pour assainir et renforcer la cœxistence pacifique et promouvoir la réduction de la violence, nous devons travailler en faveur de l’équité sociale, afin de permettre à tous les citoyens, en particulier ceux qui appartiennent à des strates vulnérables, d’avoir accès aux soins médicaux complets, à une instruction de qualité, à des sources de travail digne, à des logements et des infrastructures qui visent à garantir les conditions d’une vie digne et saine ».
« Nous invitons donc tous les citoyens, catholiques et personnes de bonne volonté – concluent les Evêques – à s’engager fermement en faveur d’une profonde conversion personnelle, communautaire et ecclésiale et à travailler inlassablement en faveur de la justice et de la paix sociale au Paraguay ». (CE) (Agence Fides 30/11/2018)


Partager:
droits fondamentaux


violence


paix


situation sociale


femmes