ASIE - Synergies entre Eglise et communautés chrétiennes pour protéger la dignité et les droits des enfants en Asie

vendredi, 21 septembre 2018 enfance   enfants   solidarité   christianisme   violence   eglises locales   droits fondamentaux  

Djakarta (Agence Fides) – « En Asie, les enfants continuent à être victimes de phénomènes et de situations toujours plus difficiles qui endommagent leur dignité et leurs droits. C’est pourquoi il faut travailler tous ensemble en synergie » déclare à l’Agence Fides l’archevêque protestant, modérateur de la Christian Conference of Asia (CCA).
Au cours d’une conférence de trois jours portant sur le thème « Soutien à la dignité et aux droits des enfants : le rôle des églises en Asie », organisée ces jours derniers à Djakarta par la CCA, Willem T. P Simmermata a affirmé que « nos églises et congrégations doivent être des lieux accueillants pour les enfants. Les églises asiatiques doivent coopérer avec les gouvernements, les institutions nationales, régionales et intergouvernementales ainsi qu’avec les organisations de la société civile pour protéger les droits des enfants ». A la rencontre ont participé 56 délégués représentants des églises, organismes religieux, institutions intergouvernementales et organisations de la société civile d’Asie.
Le Secrétaire général de la CCA, Mathews George Chunakara, a affirmé en outre que, « malgré les progrès technologiques caractérisant l’actuel monde numérisé et globalisé, des millions d’enfants du monde entier sont maltraités et exploités et l’Asie ne fait pas exception à la règle. A une époque numérique comme la nôtre, des millions d’enfants n’ont la possibilité d’avoir aucun privilège ou accès aux biens de première nécessité, alors que d’autres deviennent dépendants de la technologie moderne et, dans le même temps, sont emprisonnés par les progrès technologiques ».
Mathews George Chunakara a en outre fait des exemples et cité des statistiques sur la manière dont les enfants sont toujours davantage victimes de la pauvreté, de la violence, des conflits ethniques, de la guerre, des trafics, du travail et de l’évacuation forcés en Asie ou encore son apatrides et par suite souffrent de l’absence de toute reconnaissance minimale de la part d’un Etat.
Dans la présentation du rapport dédié aux « Enfants en situations de conflit », Budi Soehardi, de l’orphelinat de Rosalin à Kupang (Timor Est) a affirmé qu’il est « urgent de promouvoir dans les communautés asiatiques l’idée selon laquelle tout enfant a le droit de ne pas être soumis à la torture ou à d’autres traitements cruels, à des punitions inhumaines ou dégradantes ».
De son côté, Yuyum Fhanhni Paryani, du Comité asiatique pour la protection des droits des enfants, a déclaré que « la Convention de l’ONU sur les droits de l’enfance en Asie vise à transformer la vie des enfants. La société civile et les organisations religieuses ont, elles aussi, des rôles clefs à jouer pour persuader les gouvernements asiatiques à appliquer les obligations contraignantes pour les Etats ».
La CCA est une organisation œcuménique qui promeut l’union, la fraternité et la solidarité entre chrétiens de toutes les dénominations à laquelle participe l’Eglise catholique en Asie. (SD) (Agence Fides 21/09/2018)


Partager: