ASIE/IRAQ - Réactions du Patriarche de Babylone des Chaldéens aux tentatives visant à réduire l’Eglise au silence en vue des élections

mardi, 8 mai 2018 proche-orient   eglises orientales   politique   géopolitique   elections   doctrine sociale  

Rudaw

Bagdad (Agence Fides) – L’Eglise n’intervient pas directement dans le domaine politique mais elle ne peut être réduite au silence lorsqu’elle intervient à propos de questions et de situations d’urgence cruciales pour la vie du peuple et du pays. C’est ce qu’a réaffirmé avec force le Patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako, en répondant à certaines critiques qui l’avaient accusé ces jours derniers d’intervenir indûment à propos de questions politiques dans le climat incandescent qui précède les prochaines élections législatives du 12 mai. Dans un message diffusé par les canaux officiels du Patriarcat, le Patriarche a réaffirmé le droits des hommes d’Eglise d’intervenir à propos de questions touchant la vie de la collectivité, exerçant ainsi un rôle positif « pour soutenir la cohésion nationale, protéger les droits et les libertés de la personne », pour favoriser l’enracinement d’un authentique Etat de droit et du principe de citoyenneté.
Ces jours derniers, le Patriarche de Babylone des Chaldéens avait déclaré publiquement que nombre des petites formations politiques animées par des dirigeants et des militants chrétiens qui prendront part aux prochaines élections sont en réalité dirigés de l’extérieur par des groupes politiques kurdes ou chiites bien plus influents. Certains représentants locaux des petites listes d’inspiration chrétienne avaient réagi négativement face aux déclarations du Patriarche de Babylone des Chaldéens, les qualifiant d’ingérence cléricale indue dans les questions temporelles. S.B. Louis Raphaël I Sako fait remarquer, dans son message, que de telles critiques finissent par avoir comme cible réelle la sensibilité et la sollicitude sociale que l’Eglise a toujours manifesté pour la vie concrète des peuples et des nations. (GV) (Agence Fides 08/05/2018)


Partager:
proche-orient


eglises orientales


politique


géopolitique


elections


doctrine sociale