AFRIQUE/MADAGASCAR - Reboisement et soin de la Création pour offrir un avenir à la nation sous le signe de l’Encyclique Laudato si’

vendredi, 20 avril 2018 environnement   laudato si'   formation   jeunes   eglises locales   développement  

Fianarantsoa (Agence Fides) – Planter des arbres et soutenir le soin de la Création pour offrir un avenir à Madagascar : tel est l’objectif du projet de reboisement et de formation à l’économie durable mené à Ikalamavony et Solila, sur le territoire du Diocèse de Fianarantsoa en compagnie de Foi et Joie, organisation née dans les années 1950 pour promouvoir l’éducation selon la tradition ignacienne, et de Magis, l’ONG des Jésuites italiens.
Madagascar est une île disposant d’un vaste patrimoine forestier. S’étant séparée du continent africain voici 140 millions d’années et de l’Inde depuis 80 millions d’années, les espèces peuplant l’île ont évolué en parallèle à celles du continent et s’en sont progressivement différenciées. Le taux d’endémisme qui dérive de cet isolement approche les 85% ce qui rend la plupart des espèces animales et végétales uniques au monde.
La majeure partie des espèces qui vit en milieux forestiers est cependant menacée. Chaque année, les zones de forêt se réduisent en effet de 20.000 ha. Certains scientifiques estiment que les 4/5 de la forêt qui occupait l’île par un temps ont désormais disparu.
Responsable de ce déboisement ont été certaines pratiques agricoles traditionnelles. Pour cultiver en effet, les malgaches pratiquent le tavy, à savoir une technique agricole au travers de laquelle les arbres sont abattus et brûlés pour laisser place aux champs, La terre ainsi libérée ne peut être cultivée que pour une durée limitée et les agriculteurs sont ainsi contraints à se transférer ailleurs pour trouver d’autres terrains à cultiver après déboisement.
A cela vient s’ajouter le trafic de bois précieux – par exemple le palissandre – favorisé par la corruption et la désertification progressive liée au changement de climat.
Pour faire face à ces phénomènes, dans l’esprit de l’Encyclique Laudato si’, le Diocèse de Fianarantsoa a lancé un projet de reboisement à Ikalamavony et Solila, dans une zone où les forêts se réduisent actuellement. L’initiative mêle l’action sur le terrain et la formation théorique. Il est en effet prévu que les élèves de trois écoles pilotes de la zone plantent chacun, avec leurs enseignants, leurs parents et leurs amis, un total de 700 arbres. Seront introduits des manguiers, des orangers, des eucalyptus, plantes qui pourront offrir des fruits et du bois qui, à leur tour, pourront être consommés sur place ou vendus, alimentant ainsi un cercle économique vertueux. Dans le même temps, les 370 élèves seront formés en matière de thèmes environnementaux conformément aux enseignements de l’Encyclique Laudato si’.
« En janvier et en février – remarque le Père Emile Ranaivoarisoa, SI, oeuvrant dans la région – les pluies intenses nous ont contraint à ralentir l’application du projet. Nous avons maintenant repris. Le reboisement a débuté fin 2017 et durera trois ans au cours desquels nous espérons parvenir à diffuser une sensibilité écologique chez les jeunes. Nous désirons transmettre quelque chose de plus qu’un simple environnementalisme. Nous voulons que les jeunes comprennent qu’une attention générale envers la Création peut représenter une croissance économique et humaine parce que la protection de l’environnement constitue une forme de respect non seulement envers la nature mais également envers Dieu et l’homme, qui coexiste avec elle ». (EC) (Agence Fides 20/04/2018)


Partager: