ASIE/THAILANDE - L’Eglise en Thaïlande et le développement des femmes

samedi, 8 juillet 2017 femmes   développement   eglises locales   discrimination   violence  

Bangkok (Agence Fides) – « L’Eglise en Thaïlande s’engage à œuvrer en faveur de l’émancipation et du développement des femmes dans le pays ». C’est ce que déclare à l’Agence Fides Sœur Siphim Xavier, Secrétaire exécutif de la Commission pour les femmes de la Conférence épiscopale de Thaïlande.
« Les femmes en Thaïlande – explique la religieuse de l’Ordre des Ursulines – affrontent différentes difficultés et divers défis tels que la pauvreté, le manque d’une instruction adéquate et de qualité, le fait d’être impliquées dans la prostitution et ce qu’il est convenu d’appeler le « tourisme sexuel ». Il existe par ailleurs des questions sociales telles que celles des filles mères, l’importante diffusion de la violence domestique, la discrimination sur base sexuelle, l’exclusion sociale, l’exploitation du travail, sans oublier la pratique de la maternité subrogée ».
Sœur Siphim Xavier, qui est responsable de la Commission pour les femmes de la Conférence épiscopale de Thaïlande depuis 2008, remarque que, « pour affronter ces préoccupations, l’Eglise en Thaïlande – qui compte 350.000 baptisés pour une population totale de 65 millions d’habitants – a lancé, à compter de 2015, grâce à la collaboration de différentes Congrégations religieuses, des programmes pastoraux au travers desquels elle s’engage à œuvrer spécifiquement en faveur de la promotion, du développement et de la dignité des femmes, en tant que partie intégrante de l’esprit de la nouvelle évangélisation ».
Selon la religieuse, l’une des urgences consiste à faire grandir chez les femmes de Thaïlande la conscience de leurs droits fondamentaux et de leur dignité de personne, ce qui signifie leur fournir une instruction adéquate et leur assurer une croissance professionnelle permettant d’ouvrir des voies de développement socioéconomique.
« L’Eglise catholique en Thaïlande met à disposition toutes les ressources humaines et matérielles possibles afin de permettre aux femmes du pays de prendre confiance, de manière à ce qu’elles puissent sortir du cercle vicieux fait de pauvreté, de soumission et d’exploitation. Nous visons à valoriser leur vie, tout comme celle de leurs familles et de leurs enfants » indique Sœur Siphim Xavier.
Différentes Congrégations religieuses féminines présentes en Thaïlande organisent des colloques et des séminaires de formation concernant des questions sociales touchant en particulier la condition de la femme et ce en collaboration avec les Commissions diocésaines et d’autres organismes, issus de la société civile. Au sein de tels programmes de formation, ne fait pas défaut l’enseignement des principes de la Doctrine sociale de l’Eglise et du Magistère du Pape François, comme Evangelii gaudium et Laudato si’ ». (PA-SD) (Agence Fides 08/07/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network