AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Accusations d’un évêque anglican contre l’armée sud-soudanaise

mercredi, 15 février 2017 violence   crimes de guerre  

Juba (Agence Fides) – Un évêque anglican a accusé l’armée sud-soudanaise (SPLA) de viols de masse et de violences à l’encontre des civils dans l’Etat d’Equatoria Orientale. « Nous ne connaissons pas le nombre exact de femmes qui ont été violées mais nous avons cinq femmes et jeunes filles qui ont été hospitalisées au Juba Teaching Hospital » a déclaré Paul Yugusuk, du diocèse anglican de Lomega.
Selon les témoignages recueillies sur place, les auteurs des violences seraient des militaires du poste de garde de Nesitu, dans l’extrême périphérie sud de la capitale, Juba, qui sont chargés de protéger la circulation le long de la route reliant Juba à Nimule, à la frontière avec l’Ouganda.
L’attaque aurait été conduite contre le village de Kubi, se trouvant sur l’axe Juba-Nimule. Outre à avoir violé des femmes et des jeunes filles, dont certaines très jeunes, les militaires ont arrêté et torturé 46 hommes, « dont 42 ont ensuite été remis en liberté alors que les quatre autres ont disparu » indique l’évêque anglican. Le village a été quant à lui complètement mis à sac alors que la population s’est enfuie.
L’ONU et les églises chrétiennes présentes au Soudan du Sud multiplient actuellement les cris d’alarme suite aux violences croissantes à base ethnique et tribale qui caractérisent la guerre civile en cours entre le gouvernement du Président, Salva Kiir, et les forces fidèles à l’ancien Vice-président, Riek Machar. Un haut responsable de la SPLA a récemment démissionné, accusant le Président de nettoyage ethnique à l’encontre de tous ceux qui n’appartiennent pas à son ethnie, les Dinkas (voir Fides 14/02/2017). (L.M.) (Agence Fides 15/02/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network