ASIE/TERRE SAINTE - Commentaires du Directeur de la Caritas Jérusalem sur les nouvelles colonies dans les territoires occupés

jeudi, 2 février 2017 géopolitique   zones de crise   caritas  

thenewobserveronline.com

Jérusalem (Agence Fides) – Le gouvernement israélien a depuis peu rendu public les plans de construction de 3.000 nouveaux logements destinés à des colons juifs dans les territoires de Cisjordanie occupés par l’armée israélienne. Au cours de ces deux dernières semaines, et précisément depuis le jour de la prestation de serment du nouveau Président américain, Donald J. Trump, c’est la quatrième fois que le gouvernement de l’Etat d’Israël annonce des programmes de construction de nouvelles colonies destinées aux colons dans les territoires palestiniens occupés, alors qu’il procède à l’expulsion d’une vingtaine de familles de la colonie « spontanée » d’Amona, non loin de Ramallah, imposée aux autorités politiques israéliennes par une décision de la Haute Cour de Justice.
Depuis le 20 janvier, Israël a approuvé la construction de 566 logements pour les colons en trois zones du territoire de Jérusalem et de 5.502 nouveaux logements répartis entre différentes zones de Cisjordanie. Le Ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, a annoncé le début d’une « nouvelle ère dans le cadre de laquelle la vie en Judée Samarie reprend son cours normal ».
« De cette manière – déclare à l’Agence Fides le Père Raed Abusahliah, Directeur de Caritas Jérusalem – la politique des faits accomplis se poursuit, politique qui a de facto saboté les accords de paix d’Oslo. Le slogan de ces accords était la terre en échange de la paix. En 1993, la signature des accords prévoyait le retrait d’Israël des territoires palestiniens dans les trois ans. Vingt-trois ans plus tard, ils continuent à construire. Les colonies construites dans les territoires palestiniens sont plus de 400. Elles ont entouré Jérusalem et sont construites autour de Bethléem, à Hébron, à Ramallah, à quelques kilomètres de la maison d’Abu Mazen. Y habitent 650.000 colons orientés idéologiquement pour lesquels la Samarie et la Judée sont la Terre que Dieu leur a promis, à eux qui sont le Peuple élu. Tout cela veut dire simplement que la proposition de deux Etats pour deux peuples est déjà morte. Cela est la réalité face à laquelle nous nous trouvons ».
Le Père Abusahliah commente également les indiscrétions selon lesquelles la nouvelle administration américaine se préparerait à réduire ses contributions à l’ensemble des organismes internationaux reconnaissant comme membre à part entière l’Autorité palestinienne ou l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). « Si cela devait arriver – soutient le Père Abusahliah – ce sera le signe que l’on félicite l’agresseur et que l’on punit l’agressé ». (GV) (Agence Fides 02/02/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network