VATICAN - Intervention du Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples à propos des Ordinariats militaires dans les territoires missionnaires

samedi, 30 avril 2016 filoni   conférences épiscopales  

Cité du Vatican (Agence Fides) – Les communautés ecclésiales connues sous le nom d’Ordinariats militaires « réalisent, dans le milieu spécifique des militaires, avec la mobilité particulière qui le caractérise, une présence et une activité s’accordant parfaitement avec la finalité missionnaire de notre Dicastère ». C’est ce qu’a souligné S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, dans l’intervention qu’il a prononcé hier à Rome dans le cadre des initiatives liées au Jubilé des Militaires et de la Police, qui a eu pour thème : « La situation des Ordinariats militaires dans les territoires dépendant de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples », à l’occasion du XXX° Anniversaire de la Constitution apostolique « Spirituali militum cura ».
Le Préfet du Dicastère missionnaire a rappelé que dépendent de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples six Ordinariats militaires : deux en Asie (Corée du Sud et Indonésie), trois en Afrique (Kenya, Afrique du Sud et Ouganda) et un en Océanie (Nouvelle Zélande). L’Ordinariat le plus ancien est celui de l’Indonésie, constitué le 25 décembre 1949, alors que le plus récent est celui de Corée du Sud (23 octobre 1989). Le Cardinal Filoni a souligné que, « en aucun cas, n’a été signé un accord formel avec les gouvernements respectifs en ce qui concerne l’assistance spirituelle aux forces armées » et ceci les expose « à l’incertitude des situations sociopolitiques changeantes qui peuvent se vérifier ». L’assistance spirituelle aux militaires est toutefois également assurée dans d’autres pays se trouvant sous la juridiction de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples,, selon différentes formes et modalités choisies par les Eglises locales.
S’attardant sur les motifs du faible nombre des Ordinariats militaires (6) par rapport à l’importance des territoires confiés au Dicastère missionnaire (1.111), le Cardinal Filoni a souligné que « ne sont pas toujours présentes les conditions politiques qui constituent les présupposés nécessaires en vue de la création de circonscriptions ecclésiastiques militaires ». En outre, leur création « dépend de la maturité politique, du régime en place, tout comme des rapports entre l’Eglise et les autorités de l’Etat ». Entre autre raisons se trouvent l’instabilité gouvernementale et, dans certains cas, la crainte des Evêques que « le pouvoir politique puisse se servir de l’Ordinaire militaire pour apprivoiser et bâillonner l’Eglise et l’Episcopat ».
Les Ordinariats militaires dépendant de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, à l’exception de celui de Corée, « présentent, la plupart du temps, une structure plus ou moins embryonnaire » a souligné le Cardinal, rappelant que les six Ordinaires sont tous Evêques et que trois d’entre eux sont également Ordinaires d’Archidiocèses. Les aumôniers militaires, un peu plus de 170, appartiennent presque tous au clergé séculier alors que les religieuses sont un peu plus d’une quarantaine, la majorité étant concentrée au sein de l’Ordinariat de Corée du Sud. « En majorité, les aumôniers ne sont pas encadrés militairement et, en général, ils ne sont pas incardinés au sein de l’Ordinariat militaire » a précisé le Cardinal.
Le Cardinal Filoni a conclu son intervention en citant les paroles du Saint-Père François adressées aux participants du IV° Cours de formation des aumôniers militaires en matière de droit international humanitaire, lesquelles « indiquent avec force la conviction qui doit animer et l’engagement que doit prendre en particulier ce qu’il est convenu d’appeler l’Eglise en uniforme pour être une authentique Eglise artisane de paix ». (SL) (Agence Fides 30/04/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network