VATICAN - « Il est important pour tous, professeurs et étudiants, de ne jamais perdre de vue la fin à poursuivre, c’est-à-dire d’être un instrument de l’annonce évangélique » : Discours du Pape Benoît XVI aux professeurs et aux étudiants des Universités Pontificales Romaines

vendredi, 20 novembre 2009

Rome (Agence Fides) – « Votre engagement de servir la vérité que Dieu nous a révélée fait partie de la Mission évangélisatrice que le Christ a confiée à l’Eglise : c’est donc un service ecclésial… Il est important pour tous, professeurs et étudiants, de ne jamais perdre de vue la fin à poursuivre, c’est-à-dire d’être un instrument de l’annonce évangélique ». Telles sont les recommandations que le Pape Benoît XVI a faites aux professeurs et aux étudiants des Universités Pontificales Romaines, et aux participants à la 23° assemblée Générale de la Fédération Internationale des Universités Catholiques, reçus en audience le 19 novembre en fin de matinée.
Le Saint-Père rappela deux « événements significatifs » : le 30° anniversaire de la Constitution Apostolique « Sapientia Christiana », et le 60° anniversaire de la reconnaissance par le Saint-Siège des Statuts de la Fédération Internationale des Universités Catholiques (FIUC). Puis le Saint-Père a souligné « le rôle irremplaçable des Facultés Ecclésiastiques et des Universités Catholiques dans l’Eglise et dans la société ». « Le Concile Vatican II l’avait déjà bien souligné dans la Déclaration ‘Gravissimum Educationis’, quand il invitait les Facultés Ecclésiastiques à approfondir les différents secteurs des Sciences Sacrées, pour avoir une connaissance toujours plus profonde de la Révélation, pour explorer le trésor de la Sagesse chrétienne, pour faciliter le dialogue œcuménique et interreligieux, et pour répondre aux problèmes qui naissent dans le domaine culturel ». Il y a actuellement plus de 1.300 Universités Catholiques, et environ 40 Facultés Ecclésiastiques, répandues dans tous les continents, et nombre d’entre elles ont été fondées dans ces dernières décennies.
« La Constitution Apostolique ‘Sapientia Christiana’, dès ses toutes premières origines, note l’urgence, toujours actuelle, de dépasser la différence existant entre foi et culture, en invitant à un engagement plus grand d’évangélisation, avec la ferme conviction que la Révélation Chrétienne est une force transformante ; destinée à imprégner les modes de penser, les critères de jugement, les normes d’action. Elle est en mesure d’éclairer, de purifier et de renouveler les coutumes des hommes et leurs cultures ». Le Saint-Père a souligné aussi la nécessité pour ceux qui aiment les disciplines sacrées de maintenir « les contacts avec les autres domaines du savoir, pour un dialogue fructueux, dans le but surtout d’apporter une contribution précieuse à la Mission que l’Eglise est appelée à exercer dans le monde… En effet, l’homme est incapable de se comprendre soi-même pleinement, ainsi que le monde, sans Jésus-Christ : Lui seul éclaire sa vraie dignité, sa vocation, sa destinée finale, et ouvre le cœur à une espérance solide et durable ».
« L’étude des sciences sacrées, a souligné le Saint-Père, ne doit jamais être séparée de la prière, de l’union avec Dieu, de la contemplation, autrement, les réflexions sur les mystères divins risquent de devenir une exercice intellectuel vain ». Et le Saint-Père termina par ces paroles : « Le service que vous rendez est précieux pour la Mission de l’Eglise » (S.L.)
(Agence Fides, 20 novembre 2009)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network