ASIE/TADJIKISTAN - Soutien de l'Eglise aux personnes pauvres et vulnérables dans le cadre de la crise migratoire et de la pandémie de Covid-19

jeudi, 21 janvier 2021 caritas   pauvreté   migrants   corona virus   pandémie  

Douchanbé (Agence Fides) – L'Eglise au Tadjikistan se trouve en première ligne dans la réponse à la crise de l'emploi ayant explosé dans le pays suite au Covid-19. Chaque année, selon des données fournies par le Central Asian Bureau for Analytical Reporting, quelque un million de personnes quittent le pays pour trouver du travail, principalement en Russie. Le phénomène s'est totalement arrêté en 2020 à cause de la fermeture des frontières due à la pandémie, ce qui a contraint de nombreux travailleurs ayant leur visa arrivant à échéance à rapatrier, privant ainsi leurs familles de leur principale source de revenus, constituée par les flux de devises provenant de leurs parents immigrés.
Dans ce cadre, vient se placer l'engagement de la communauté catholique au travers de la Caritas du Tadjikistan qui, dans une note envoyée à l'Agence Fides, explique : « Nous cherchons à aider les personnes rapatriées en créant de nouvelles opportunités de travail et dans le processus de réintégration à l'intérieur de leur communauté d'origine. Nous fournissons une aide dans la recherche d'un emploi mais également vis-à-vis de la bureaucratie liée aux demandes de financement. Nous nous occupons en outre d'apporter un soutien initial en vue de la création de petites entreprises ».
Comme l'indique la note, « au cours de 2020, le nombre des rapatriements a notablement augmenté. De nombreuses personnes à la recherche d'un emploi dans le cadre de l'émigration sont en attente mais pour 15 d'entre eux, nous avons déjà achevé une réinsertion ». Parmi ceux-ci est cité le cas de Farhod Islomov, revenu d'un long séjour en Europe : « Lorsqu'il est revenu d'Allemagne, il avait prévu de reprendre son commerce de détail d'habillement et accessoires. Au début, il a dû faire face à des coûts très lourds pour rapatrier et se réintégrer dans sa communauté. Avec la collaboration de la Caritas Internationalis et de la Caritas de Belgique, l'organisation caritative tadjike l'a soutenu en l'aidant à élaborer une feuille de route et à soutenir les dépenses initiales. Ainsi, il est parvenu à ouvrir son magasin au sein du marché central de Kulyab, sa ville natale ».
L'Eglise au Tadjikistan représente une petite communauté religieuse dans un contexte à 98% musulman. Les fidèles sont actuellement une centaine répartis en deux Paroisses, situées à Douchanbé et à Qurǧonteppa. La présence catholique dans le pays est enregistrée depuis les années 1970. Les premiers fidèles étaient en majorité des allemands provenant de Russie, d'Ukraine et de Lituanie, déportés là par le régime soviétique. A cause du régime communiste, pendant des années, les communautés du Tadjikistan furent totalement isolées de l'Eglise universelle. Cette présence locale fut structurée par le Saint Pape Jean Paul II, lequel institua le 29 septembre 1997, la Mission sui iuris, Dans ce contexte, les actions caritatives avaient débuté dès 1983 au sein de petits groupes qui confluèrent officiellement dans la Caritas nationale à partir de 2004. (LF-PA) (Agence Fides 21/01/2021)


Partager:
caritas


pauvreté


migrants


corona virus


pandémie