AFRIQUE/ALGERIE - La canonisation des martyrs d’Algérie à l’occasion du 150ème anniversaire de la fondation des Pères Blancs

vendredi, 23 novembre 2018 martyrs   sainteté   saints   dialogue   islam   ordres religieux   instituts missionnaires   evangélisation  

Alger (Agence Fides) – « La canonisation des martyrs d’Algérie constitue pour notre Congrégation un signe de la bénédiction du Seigneur à l’occasion du 150ème anniversaire de sa fondation. La Société des Missionnaires d’Afrique (Pères Blancs), fière et reconnaissante pour son passé peut espérer un avenir comblé de la grâce de Dieu. Notre aventure missionnaire n’est pas encore terminée ». C’est ce que déclare à l’Agence Fides le Père Gaetano Cazzola, Provincial d’Italie des Pères Blancs, en rappelant que, le 8 décembre prochain, débuteront les célébrations du 150ème anniversaire de la fondation de la Société des Missionnaires d’Afrique. Du 8 décembre 2018 au 8 décembre 2019, l’événement comptera différentes initiatives dans l’ensemble des communautés, en Afrique, en Amérique latine, en Asie et en Europe.
L’histoire des Pères Blancs est constellée de martyrs. En 150 ans, ont été tués in odium fidei 50 membres de la Société. Les premiers, en 1876m furent trois missionnaires tués au Sahara et les derniers en date ont été, le 27 décembre 1994, toujours en Algérie, les Pères Jean Chevillard, Alain Dieulangard, Christian Chessel et Charles Deckers, frappés à mort par des fondamentalistes islamiques. Le 8 décembre prochain marquera le jour de la canonisation de ces quatre Pères Blancs, en compagnie d’autres martyrs d’Algérie.
La Société fut instituée en 1868 en Algérie par S.Em. le Cardinal Charles-Martial Allemand de Lavigerie, alors Archevêque d’Alger. A l’origine de cette fondation se trouva une situation d’urgence humanitaire. En Algérie était en cours un terrible sécheresse qui avait causé une famine et de nombreuses épidémies. Les personnes mouraient par milliers et le Diocèse d’Alger dut prendre en charge plus de deux mille orphelins. Ce fut ce qui poussa le Cardinal à créer une Société de religieux pour s’occuper des orphelins, en majorité musulmans. Le 19 octobre 1868 débuta le premier noviciat, comptant 12 aspirants missionnaires. Leur mission était l’accueil, mais aussi le dialogue avec le monde musulman dans lequel ils vivaient – ce n’est pas un hasard qu’il leur ait été demandé de s’habiller en blancs, comme les musulmans – et avec le monde africain. Le Cardinal déclarait en effet : « Vous êtes les initiateurs, la véritable évangélisation sera l’œuvre des africains ».
A partir de l’Algérie, les Pères Blancs créèrent des communautés dans l’ensemble de l’Afrique du Nord puis en Afrique sub-saharienne et en Amérique latine, en Asie et en Europe. De la fondation jusqu’à ce jour, ont travaillé au sein de la Société un total de 5.228 Pères et Frères, dont 138 italiens. « Nous sommes actuellement au nombre de 1.210 de 36 nationalités différentes dont 30 en Italie. En 2018, se sont unis à nous 38 jeunes qui sont ainsi devenus missionnaires. La Société a désormais 507 jeunes en formation. En pensant à l’avenir, nous pouvons donc être sereins. Le plus grand nombre de vocations provient justement d’Afrique, comme l’avait prédit le Cardinal de Lavigerie » souligne le Père Cazzola. En Europe aussi, la Société grandit. De nouvelles communautés sont sur le point d’ouvrir en effet à Berlin et Karlsruhe (Allemagne), à Liverpool (Grande-Bretagne), à Toulouse et à Marseille (France), à Roquetas de Mar (Espagne), à Bruxelles (Belgique) et à Modica (Italie). Dans ces communautés, sont présents ensemble des prêtres européens et africains se dédiant aux immigrés et au dialogue avec les musulmans, une activité conduite également à haut niveau au travers de la gestion de l’Institut pontifical d’études arabes et islamistes. (EC) (Agence Fides 23/11/2018)


Partager:
martyrs


sainteté

saints


dialogue


islam


ordres religieux


instituts missionnaires


evangélisation