ASIE/TERRE SAINTE - Commentaires de l’ancien Directeur de Caritas Jérusalem face à la requête du Likoud d’annexer les colonies juives de Cisjordanie

mardi, 2 janvier 2018 jérusalem   proche-orient   zones de crise   lieux saints   géopolitique  

lpj

Jérusalem (Agence Fides) – La motion appuyée à l’unanimité par le Comité central du Parti israélien Likoud visant à demander l’annexion à Israël de toutes les colonies juives de Cisjordanie confirme que, « désormais la solution deux peuples deux Etats et tous les objectifs fixés par les accords d’Oslo ont été annulés », et représente « un effet du feu vert que l’Administration américaine a donné aux responsables israéliens en reconnaissant Jérusalem comme capitale de l’Etat d’Israël ». C’est ce qu’affirme le Père Raed Abusahliah, ancien Directeur de Caritas Jérusalem.
La motion du Parti du Premier Ministre, Benjamin Netanyahu, bien que n’étant pas coactive pour le gouvernement vise à soumettre les colonies juives sises dans les territoires palestiniens à la loi civile et non plus à la supervision du Ministère de la Défense, facilitant ainsi leur expansion. « Au cours de ces dernières semaines, après la déclaration du Président américain sur Jérusalem, capitale de l’Etat d’Israël – remarque le Père Abusahliah dans un entretien accordé à l’Agence Fides – nous avons assisté à une véritable escalade. Hier, le Parlement israélien a réaffirmé l’unité de Jérusalem en tant que capitale éternelle et indivisible d’Israël, établissant qu’à l’avenir tout éventuel débat sur le futur statut de la Ville Sainte devra être approuvé par au moins 80 des 120 parlementaires de la Knesset ». Les Etats-Unis –ajoute le prêtre du Patriarcat latin de Jérusalem – « après les choix posés par l’Administration Trump ne constituent plus des médiateurs crédibles dans le cadre des négociations de paix. Cependant c’est tout le processus de paix construit autour de la formule deux peuples deux Etats qui se trouve de fait archivé et il faudra en prendre acte également dans le cadre du prochain Comité central de l’OLP, convoqué pour le 14 janvier prochain ». (GV) (Agence Fides 02/01/2018)


Partager:
jérusalem


proche-orient


zones de crise


lieux saints


géopolitique