AFRIQUE/KENYA - Elections et affrontements malgré les appels au dialogue des Evêques

jeudi, 26 octobre 2017 elections   evêques   violence  

Nairobi (Agence Fides) – La tension demeure forte au Kenya où a lieu aujourd’hui la réitération des élections présidentielles après que le scrutin du 8 août dernier ait été annulé par la Cour Suprême. Des affrontements ont eu lieu dans les fiefs électoraux du responsable de l’opposition, Raila Odinga, qui a décidé de retirer sa candidature et a invité ses partisans à ne pas se rendre aux urnes. Certains d’entre eux ont cependant décidé de bloquer les bureaux de vote, empêchant l’entrée des scrutateurs et des votants. La police a tiré en l’air et fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants qui ont répliqué par des jets de pierres.
Les affrontements les plus graves ont été enregistrés à Kisumu, dans l’ouest du pays, ainsi que dans le bidonville de Kibera, au sein de la capitale, Nairobi.
A la veille du scrutin, les responsables religieux du Kenya ont cherché jusqu’à la dernière minute à amener à une même table le Président sortant, Uhuru Kenyatta – qui avait remporté les élections du mois d’août, annulées par la suite – et Raila Odinga. C’est ce que révèle le Message des Evêques du Kenya publié hier, 25 octobre et envoyé à l’Agence Fides. « Jusqu’à hier (24 octobre NDR), nous avons frénétiquement cherché à ce que le Président Uhuru Kenyatta et S.E. Raila Odinga, se rencontrent et nous avions l’espoir de pouvoir trouver une solution à l’impasse politique » affirme le Message.
En rappelant les polémiques relatives à la Commission électorale indépendance (IEBC), accusée par R. Odinga de ne pas être impartiale – motif du retrait de sa candidature – les Evêques affirment : « Nous avons rendu public et nous désirons que soit enregistré ce qui était notre désir, à savoir que tous les problèmes pertinents soient résolus avant les élections ». La Conférence épiscopale considérait qu’il était préférable de reporter le vote, dans le respect de la procédure constitutionnelle, pour préparer une élection au-dessus de tout soupçon de fraudes, « afin d’éviter de diviser ultérieurement le pays ». « Malgré cela, il a été décidé de procéder aux élections le 26 octobre » écrivent les Evêques qui lancent par suite un appel « au Président Uhuru Kenyatta et à S.E. R. Odinga afin qu’ils placent l’intérêt du pays au-dessus leurs dures positions ». Les Evêques font en outre appel à tous les kenyans, afin qu’ils se respectent réciproquement et qu’ils recherchent la paix.
« Kenyans, nous nous trouvons à un moment très difficile et nous devons toutefois passer outre aux appels ethniques et politiques au conflit. Embrassons le dialogue dans la responsabilité politique de guider le pays de l’avant. Encore une fois, nous sollicitons tous nos compatriotes à s’unir à nous pour prier intensément pour notre pays » conclut le Message. (L.M.) (Agence Fides 26/10/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network