AMERIQUE/COSTA RICA - Mise en place de dizaines de structures d’accueil en faveur des quelques 5.000 évacués à cause de la tempête Nate

mercredi, 18 octobre 2017 ecologie   caritas   société civile   catastrophes naturelles   aides humanitaires   environnement  

Internet

San José (Agence Fides) – La furie de la tempête tropicale Nate ne se calme pas en Amérique centrale. Le Costa Rica compte au moins 8 morts suite à son passage et quelques 5.000 évacués, ainsi que l’a indiqué le Chef de l’Etat, Luis Guillermo Solis. Selon le responsable de la National Emergency Commission (CNE), Ivan Brenes, quelques 80 refuges ont été mis en place pour accueillir les personnes évacuées.
Le bilan provisoire de ce qui devrait, selon les experts, devenir un ouragan de classe 1 qui a frappé le Costa Rica, le Nicaragua et le Honduras est ce 23 morts et plus de 20 disparus.
Nate a causé de fortes pluies, des glissements de terrain et des inondations, qui ont bloqué des routes, détruit des ponts et endommagé des centaines de maisons dans ces trois pays qui ont déclaré l’Etat d’urgence.
Au Costa Rica, 400.000 personnes sont privées d’eau et des milliers ont abandonné leurs habitations. Onze personnes ont perdu la vie en tentant de se rendre au Nicaragua pour fuir la furie de la tempête alors que trois autres sont mortes au Honduras dont deux jeunes, noyés dans un fleuve.
« Voici quelques deux semaines, le pays était gravement touché par une tourmente tropicale, plus dévastatrice que l’ouragan Otto qui, en novembre 2016, avait causé des milliers d’évacués au Costa Rica » a déclaré à Fides le Père Edwin Aguiluz Milla, Secrétaire exécutif de la Pastorale sociale Caritas Costa Rica. « Comme cela est souvent le cas avec les équipes de la Caritas, sans négliger notre travail quotidien, nous avons dû concentrer toute notre attention sur cette grave situation d’urgence nationale » a ajouté le Père Milla.
« L’intervention de l’Eglise se concentre sur la phase de la réponse, par le biais de l’organisation d’espaces d’accueil, tant dans des structures ecclésiales qu’ailleurs. Une collecte nationale a été réalisée dans les Paroisses, accompagnée d’une campagne dans les moyens de communications de laquelle nous ne connaissons cependant pas encore les résultats parce que nous devons attendre que toutes les Paroisses déposent leurs contributions » continue le Secrétaire exécutif de la Pastorale sociale. « En outre, nous avons réalisé un réseau pour les donations de biens en nature aux personnes ayant subi de dommages, pour l’ouverture de routes endommagées et nous attendons actuellement que le gouvernement trouve un mécanisme légal pour acheminer les fonds visant à aider les petits agriculteurs. Nous envisageons également actuellement un potentiel appel d’urgence à la Caritas Internationalis » conclut le prêtre. (EM/AP) (Agence Fides 18/10/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network