ASIE/THAILANDE - Ultimes préparatifs pour les funérailles du « plus grand Roi de l’histoire du Siam »

mercredi, 4 octobre 2017 eglises locales   politique   société civile  

AdB

Bangkok (Agence Fides) – Plus de 500 officiers de la Marine thaïlandaise ont participé aux préparatifs de la crémation du Roi Bhumibol Adulyadej, mort en octobre de l’an dernier à l’âge de 88 ans. Les funérailles se tiendront – après près d’un an – le 26 octobre prochain à Bangkok et prévoient cinq jours de rites. Pour honorer le défunt souverain, a été construit un complexe pour la crémation à l’extérieur du palais royal, qui comprend des pavillons et des statues représentant des divinités. Son successeur, Maha Vajiralongkorn, fils du défunt roi, sera couronné immédiatement après la fonction religieuse.
« Après une année de préparatifs, la Thaïlande s’organise pour vivre la dernière phase des fastueuses obsèques de son bien-aimé Roi Bhumibol Adulyadej. Le Roi, IX° de sa dynastie, est mort à 89 ans le 3 octobre (2016) » écrit à Fides le Père Attilio De Battisti, prêtre fidei donum oeuvrant sur place. « Sa dépouille a reçu pendant un an la visite de millions de thaïlandais qui ont exprimé l’incroyable affection envers le sage souverain qui a régné plus de 70 ans. Le 30 septembre dernier, les portes du palais accueillant la dépouille se sont fermées au public et les phases conclusives ont été lancées, sachant qu’elles atteindront leur comble le 27 octobre prochain avec la crémation solennelle » poursuit le Père De Battisti. « Le lieu de la crémation, à savoir la place royale située à côté du Palais Royal, est strictement surveillée depuis un an afin de permettre à l’ensemble des meilleurs artistes, artisans, ingénieurs et constructeurs de l’Etat de construire un bûcher digne de sa réputation. Les photographies qui circulent déjà montrent le caractère imposant, raffiné et élégant de la structure et, encore une fois, elles font voir au monde l’âme et la culture de cette terre. A compter du 1er octobre dernier, ont été envoyées différentes circulaires au niveau civil, militaire et religieux. Toutes les strates sociales, les entreprises, les églises et agences d’éducation, publiques et privées, se défient pour organiser localement des cérémonies en parallèle avec la cérémonie nationale qui verra sûrement une participation océanique malgré des rumeurs alarmistes faisant état de possibles actes perturbateurs. L’Eglise catholique a déjà émané les dispositions relatives aux célébrations durant l’ensemble du mois d’octobre. Les églises protestantes ont également proposé à leurs fidèles une série d’attentions. Les bureaux administratifs font actuellement des réunions continues afin de préciser les détails des événements organisés au sein de chacun des districts. Les chaînes télévisées nationales, les journaux et l’ensemble des moyens de communication ont recommencé à transmettre leurs programmes en noir et blanc – comme cela avait été le cas pendant la première période ayant suivi la mort du monarque. La population commence à s’habiller de noir en signe de deuil et, dans les occasions publiques, le noir est de règle. Le long des rues, en face de tous les édifices importants – écoles, universités, temples, édifices administratifs, centres commerciaux et banques – font leur apparition des portraits géants du Roi, les citoyens étant invités à planter et à faire usage de fleurs jaunes en tout lieu. Le jaune est en effet la couleur du jour où Rama IX est né. La date de l’anniversaire du Roi défunt, le 5 décembre, qui était fête des Pères au niveau national, a été déclarée Fête nationale du Roi. Naturellement, le régime militaire, qui gouverne le pays depuis le coup d’Etat de 2014, veille attentivement à l’application de l’ensemble des dispositions, à la correcte interprétation des ordonnances et au respect des formalités. Rappelons que la loi sur le lèse majesté thaïlandaise est l’une des plus stricte de la planète » ajoute le prêtre.
« Sans doute, ce mois-ci, la Thaïlande montrera au monte le caractère imposant de sa culture et de son art outre à faire connaître à toutes les nations une figure de monarque digne de beaucoup de respect à cause de sa sagesse, de son dévouement, de sa prudence et de son autorité. Le Roi Bhumibol Adulyadej sera qualifié de « plus grand Roi de l’histoire du Siam » et, à ce que j’en sais, il s’agit d’un titre plus que mérité » conclut le Père De Battisti. (AdB/AP) (Agence Fides 04/10/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network