ASIE/JAPON - Visite du Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples à Nagasaki (2)

mardi, 19 septembre 2017 evangélisation   mission  

Wikipedia

Nagasaki (Agence Fides) – Les missionnaires qui introduisirent l’Evangile au Japon ne mirent pas en danger leur propre vie « seulement pour annoncer le Christ en tant que sage extraordinaire ou gourou de la vie morale ou encore promoteur de bien-être social ». Ils étaient prêts à sacrifier leur existence seulement parce qu’ils voulaient faire connaître « le mystère de Jésus, Fils de Dieu, qui offre Sa vie pour racheter l’homme de sa solitude existentielle, de la pauvreté du péché et de l’esclavage qui l’humilient ». C’est ce qu’a rappelé S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, au cours de l’homélie prononcée durant la Messe qu’il a célébré le 19 septembre en la Cathédrale de Nagasaki, au troisième jour de son voyage au Japon. « Des décennies après que l’Evangile ait été porté au Japon – a relevé le Cardinal – nous voyons aujourd’hui un danger, à savoir celui de relativiser tant la mission de l’Eglise, qui est de porter l’Evangile, que la personne même du Christ. Par exemple, certains préfèrent parler du Christ comme d’un sage qui montre une juste règle de vie ou comme d’une personne bonne, qui aidait les pauvres et les marginalisés de la société de son temps. En voulant voir la figure du Christ comme celle d’un philanthrope, on risque de percevoir également la mission de l’Eglise comme celle d’une grande organisation humanitaire mondiale ».
Les œuvres caritatives et la diffusion des enseignements moraux – a rappelé le Cardinal – sont des manifestations indispensables de la vocation missionnaire de l’Eglise mais ne peuvent être séparées de leur source. « Si nous réfléchissons sur l’histoire de plus de quatre siècles depuis l’arrivée de Saint François Xavier à Kagoshima – a ajouté le Préfet du Dicastère missionnaire, faisant référence à la première arrivée du Message évangélique au Japon – nous comprenons que, pour ce grand missionnaire, annoncer le nom de Jésus au Japon répondait au profond désir de porter sur cette terre l’annonce de l’amour et de la compassion de Dieu, parce que le peuple japonais, bien que noble et cultivé, était privé de la révélation de Dieu ». Aujourd’hui encore – a ajouté le Cardinal Filoni – « nous sommes appelés à une grande mission envers cette humanité pauvre, souffrante, détruite par la haine, l’envie, les avortements, les guerres les plus atroces, les violences à l’encontre des plus pauvres, la drogue et la dépendance mortelle du succès et de l’argent ». (GV) (Agence Fides 19/09/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network