AFRIQUE/AFRIQUE DU SUD - Prise de position de la Conférence épiscopale contre l’enregistrement des ministres des cultes

jeudi, 20 juillet 2017 evêques  

Johannesburg (Agence Fides) – « La proposition de loi visant à enregistrer pasteurs et ministres des cultes est excessive et constitue une réponse qu’il est possible de s’attendre de la part d’un Etat totalitaire plus que d’une démocratie constitutionnelle » a affirmé S.Exc. Mgr Brislin, Archevêque du Cap et Président de la Southern African Catholic Bishops’ Conference (SACBC), en répondant à la proposition avancée le 11 juillet dernier par la Commission pour la Promotion et la Protection des Droits des communautés culturelles, religieuses et linguistiques en Afrique du Sud visant à enregistrer les ministres des cultes de toutes les religions présentes dans le pays. Le registre des ministres des cultes devrait être rempli par les différentes confessions religieuses qui, à leur tour, devraient être reconnues par l’Etat. Ledit registre devrait également être sujet à révision de la part d’un comité ad hoc.
« Nous comprenons pleinement la préoccupation du gouvernement face à certaines pratiques mises en œuvre au nom de la religion, comme celle consistant à demander aux adhérents de boire de l’essence ou de manger de l’herbe. Cependant, nous croyons que la législation existante est suffisante pour faire face à la majeure partie des pratiques dangereuses » a souligné Mgr Brislin. D’autres confessions ont, elles aussi, critiqué la proposition de loi visant à enregistrer les ministres des cultes. (L.M.) (Agence Fides 20/07/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network