ASIE/IRAQ - Appel en faveur de l’autonomie et de la protection internationale des chrétiens de la plaine de Ninive de la part de trois Archevêques

lundi, 15 mai 2017 eglises orientales   onu   géopolitique   proche-orient  

SaintAdday

Mossoul (Agence Fides) – La déclaration diffusée le 12 mai par trois Archevêques – un syro catholique et deux syro orthodoxes – du nord de l’Irak est actuellement cause d’embarras. Le texte demandait en effet la création d’une zone protégée réservée aux chrétiens dans la plaine de Ninive, à placer sous protection internationale, afin de soustraire les baptisés irakiens aux persécutions et violences sectaires.
La province de Ninive, parsemée de petites villes et de villages à majorité chrétienne, avait été conquise par les djihadistes du prétendu « Etat islamique » entre le printemps et l’été 2014. Au cours de ces mois, des dizaines de milliers de chrétiens irakiens avaient fui leurs villages face à l’avancée des milices djihadistes, pour trouver refuge en grande partie au sein de la Région autonome du Kurdistan irakien.
La déclaration de vendredi dernier s’adressant aux autorités régionales et nationales ainsi qu’aux organismes internationaux, a été signée par deux Archevêques de Mossoul – S.Exc. Mgr Boutros Moshe, syro catholique, et Nicodemus Daud Matti Sharaf, syro orthodoxe – ainsi que par Timotheos Musa al Shamany, Archevêque syro orthodoxe de Bartellah. Les trois Archevêques demandent à ce que la plaine de Ninive soit transformée en zone autonome, placée sous la protection internationale des Nations unies pour la soustraire à conflits et querelles et protéger les droits des communautés chrétiennes qui ont sur ces terres leur lieu d’enracinement traditionnel. La déclaration revendique également le droit à l’autonomie administrative pour les communautés chrétiennes de la plaine de Ninive, au sein des villages depuis peu arrachés au joug des djihadistes.
Au cours de la journée du 13 mai, par surprise, le Patriarcat de Babylone des Chaldéens a diffusé un communiqué officiel pour faire savoir que la déclaration de la veille ne reflète pas la position de l’Eglise chaldéenne et ne la représente pas. Le communiqué du Patriarcat, diffusé par S.Exc. Mgr Shleimun Warduni, renvoie à une récente déclaration du Patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako. Dans ce texte, ainsi que le rapportait l’Agence Fides (voir Fides 06/05/2017), le Patriarche soulignait qu’au cours de cette phase critique la priorité des nombreux chrétiens évacués est de tenter de retourner dans leurs villes d’origine et à leur domicile. Ceci implique l’urgence de reconstruire les infrastructures détruites y compris en profitant des aides internationales. Ce n’est qu’après le retour de la stabilité dans le pays que pourront être lancés des processus visant à demander la création de nouvelles unités administratives autonomes, comme instruments pour protéger les droits et la continuité de la présence des groupes ethniques et religieux minoritaires. Aux chrétiens – avait répété le Patriarche – il convient maintenant « d’éviter de se mettre en tranchée contre d’autres, en exprimant le cas échéant des requêtes impossibles à réaliser ». (GV) (Agence Fides 15/05/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network