AFRIQUE/EGYPTE - Condamnation des 7 assassinats ciblés de coptes dans le Sinaï septentrional de la part des salafistes d’Al Nur

lundi, 27 février 2017 eglises orientales   djihadistes   terrorisme   islam   persécutions  

CoptsUnited.com

Al Arish (Agence Fides) – La vague annoncée d’homicides qui s’est abattue au cours de ces dernières semaines sur les coptes au Sinaï septentrional a provoqué la fuite de plus de 100 familles chrétiennes, qui se sont transférées du chef-lieu al Arish à la ville d’Ismaïlia, à 120 Km à l’est du Caire. Le transfert précipité des familles chrétiennes a débuté après qu’un plombier copte ait été tué jeudi dernier par un commando terroriste alors qu’il se trouvait à son domicile. Depuis lors, se sont également multipliées les prises de position d’institutions islamiques concernant la nouvelle spirale de violence s’étant abattue sur les coptes égyptiens. La Maison de la fatwa, organisme égyptien présidé par le grand mufti d’Egypte chargé de diffuser des mesures d’orientations et de mettre un terme aux doutes et controverses concernant l’application des préceptes coraniques, a diffusé un communiqué condamnant la vague d’assassinats, soulignant que la campagne orchestrée par des groupes djihadistes contre les chrétiens autochtones d’Egypte vise explicitement à saboter l’unité nationale. Les porte-parole d’al-Nur, parti salafiste ultraconservateur, ont, eux aussi, exprimé publiquement leur condamnation suite aux meurtres ciblés de chrétiens coptes dans le Sinaï septentrional, réaffirmant qu’ils « vont à l’encontre des enseignements de l’islam ». De la condition des chrétiens évacués et de l’urgence de protéger les chrétiens de la région de nouvelles attaques, ont également parlé, dans le cadre d’une conversation téléphonique, le Patriarche copte orthodoxe, Tawadros II, et le Premier Ministre égyptien, Sherif Ismail.
Le Sinaï septentrional est, depuis des années, l’épicentre des opérations violentes perpétrées par des groupes djihadistes contre l’armée, les forces de police et la population civile.
Lorsque la vague de meurtres de chrétiens au Sinaï avait déjà débuté, de soi-disant affiliés égyptiens au prétendu « Etat islamique » ont diffusé un message vidéo dans lequel ils revendiquaient une nouvelle campagne de violence ciblée à l’encontre des coptes, qualifiés par les djihadistes de « proie préférée ». Le message exaltait également la figure d’Abu Abdullah al-Masri, le jeune auteur de l’attentat suicide du 11 décembre dernier qui avait fait 29 morts dans l’église de Botrosiya, au sein du complexe d’édifices ecclésiastiques adjacents la Cathédrale copte orthodoxe du Caire. (GV) (Agence Fides 27/02/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network