ASIE/PROCHE ORIENT - Défense des chrétiens au Proche-Orient et querelles géopolitiques

jeudi, 26 janvier 2017 proche-orient   persécutions   eglises orientales   géopolitique  

Haroutunian

Beyrouth (Agence Fides) – La condition et l’avenir des communautés chrétiennes du Proche-Orient continuent à être au centre d’approches différentes et de véritables polémiques à valeur géopolitique de la part de responsables politiques de niveau international. Les dernières manifestations de cette tendance concernent la France et la Russie. Dans le cadre d’un long entretien accordé au quotidien libanais L’Orient-Le Jour, l’ancien Ministre de l’Economie français et candidat « indépendant » aux prochaines élections présidentielles, Emmanuel Macron, a rejeté la thèse selon laquelle la permanence au pouvoir du Président syrien, Béchar el-Assad représenterait une sorte de garantie pour la survie des communautés chrétiennes en Syrie.
Emmanuel Macron a qualifié cet argument « d’erreur diplomatique et morale », affirmant que le Président syrien est « un dictateur sanguinaire ». « Je ne soutiens pas l’idée – a ajouté le candidat – de mettre comme pré condition le retrait de B. el-Assad mais je ne suis pas non plus complaisant envers lui ». Emmanuel Macron a revendiqué le rôle de la France en ce qui est de « garantir que les intérêts des chrétiens d’Orient soient défendus », ajoutant cependant que « cet objectif n’est en aucune manière lié à B. el-Assad ». Les propos d’Emmanuel Macron constituent une réponse directe à certaines déclarations de François Fillon, sorti vainqueur des primaires du centre-droit en France, qui, en novembre dernier, durant un débat en vue de cette consultation, avait présenté la permanence au pouvoir de B. el-Assad comme un facteur nécessaire pour garantir la survie des communautés chrétiennes en Syrie, affirmant que, si en lieu et place de l’actuel régime syrien, « les sunnites arrivent au pouvoir, les chrétiens auront le choix entre la valise ou le cercueil ».
Le 25 janvier, le Ministre des Affaires étrangères russe, Sergej Lavrov, s’est de nouveau exprimé sur la condition des chrétiens au Proche-Orient. Intervenant à la 25ème édition de la Revue internationale de Noël sur l’éducation, en cours au Kremlin, le Ministre a fait référence à l’alarme et aux préoccupations suscités au Proche-Orient notamment par les cruelles souffrances et par l’élimination volontaire infligées aux communautés chrétiennes de la région. « Malheureusement – a-t-il ajouté – l’Union européenne élude la discussion sur les problèmes des chrétiens au Proche-Orient, se cachant sous le masque bien connu du politiquement correct ». (GV) (Agence Fides 26/01/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network