AMERIQUE/MEXIQUE - Prise de position de l’Evêque de Zacatecas à propos de la violence à l’école

lundi, 23 janvier 2017 droits fondamentaux   violence   famille  
Famille sûre avant cartable sûr

Famille sûre avant cartable sûr

Zacatecas (Agence Fides) – Après le cas tragique de violence survenu à Monterrey, dans le cadre duquel un jeune de 15 ans s’est suicidé après avoir ouvert le feu à l’intérieur d’une école sur un enseignant et trois élèves, les Evêques des Diocèses de la région se sont prononcés pour inviter la communauté mexicaine à réfléchir, alors qu’elle est encore choquée par l’événement.
A propos de l’opération « Cartable sûr » qui permet, depuis 2004, à la police de contrôler les sacs des élèves, l’Evêque de Zacatecas, S.Exc. Mgr Sifgifredo Noriega Barceló, a souligné, au cours de la Messe d’hier, que « la campagne « cartable sûr » aide mais ne résout pas le problème de la violence en ce que devrait être mise en œuvre l’opération « famille sûre » ». « Nous sommes remplis de tristesse par ce qui s’est passé à Monterrey, mais cela peut arriver également ailleurs et nous fait réfléchir sur ce qui se vit dans les écoles, à l’intérieur des familles et de la société. Nous devons penser à la manière dont nous éduquons les nouvelles générations » a réaffirmé l’Evêque.
L’opération « Cartable sûr » fait l’objet de nombreuses discussions en ce qu’il n’est pas toujours possible de l’appliquer et en ce qu’elle requiert l’accord des parents. De plus, il existe une différence de traitement entre les écoles publiques et privées. Dans le cas intervenu le 18 janvier, le jeune avait introduit un pistolet au Collège américain du nord-est, au sud de la ville de Monterrey, Nuevo León, et une enquête est actuellement en cours, laquelle porte sur trois points : la manière dont l’arme a été introduite, le fait que l’élève ait ou non été dépressif et la diffusion de vidéos reprenant les faits. En outre, les autorités ont informé que les forces de l’ordre sont déjà intervenues à de nombreuses autres reprises mais que la nouvelle n’a pas été diffusée pour ne pas susciter l’alarmisme.
Selon Mgr Noriega Barceló, ce sont les parents qui devraient être in primis proches de leurs enfants afin de prévenir les cas de violence. « Il ne s’agit pas de contrôler les sacs de leurs enfants mais de bien les connaître. Il faut unir les efforts de tous : autorités, enseignants, Eglise et parents ». (CE) (Agence Fides 23/01/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network