ASIE/PAKISTAN - Accaparement de terrains et agressions contre des chrétiens pakistanais dans le Sindh

mardi, 3 janvier 2017 accaparemment des terrains   minorités religieuses   droits fondamentaux   islam   pauvreté  

P.A.

Colonie chrétienne au Pakistan

Hyderabad (Agence Fides) – Pour les chrétiens au Pakistan, la nouvelle année s’ouvre sur une douloureuse question : des membres de la criminalité organisée avec la complicité de la police de Sukkur, dans le district d’Hyderabad, au sein de la province du Sindh, dans le sud du pays, ont planifié une agression contre les habitants chrétiens de Sukkur, cherchant à les chasser de leurs propriétés, telles que maisons et terrains.
Les chrétiens sont victimes d’un phénomène répandu au Pakistan, à savoir l’accaparement indu de terrains, dans le cadre duquel un certain nombre de puissants grands propriétaires terriens, disposant d’appuis politiques, séquestrent arbitrairement des terrains appartenant à des paysans pauvres et vulnérables. Le phénomène est plutôt répandu dans le Sindh, les terrains ainsi séquestrés étant revendus contre de très forts profits.
Ainsi que l’a appris Fides, Munawar Gill, un chrétien résidant dans la zone, ancien salarié du diocèse anglican d’Hyderabad, a expliqué qu’au cours de ces dernières semaines, des hommes se sont présentés dans la zone de la colonie chrétienne de Sukkur, montrant de faux documents et revendiquant ainsi des droits de propriété. « Il n’est pas difficile d’acheter de faux documents au Pakistan – affirme Munawar Gill. Le 21 décembre, des agents de police ont demandé aux familles chrétiennes d’exhiber leurs certificats de propriété, en l’absence desquels elles auraient dû quitter leurs maisons.
Le 31 décembre, une vingtaine d’hommes portant des uniformes de la police et des habits civils ont commencé à frapper aux portes des chrétiens et ceux qui leur ont ouvert ont fait l’objet d’intimidations et ont été roués de coups. « Des femmes et des enfants ont été maltraités et environ 20 personnes ont été blessées, certaines grièvement » indique Munawar Gill à Fides.
Après l’agression, le 1er janvier, les résidents chrétiens se sont rendus devant les autorités de police pour déposer plainte, demandant une protection adéquate. Par mesure de protestation, quelques 4.500 personnes se sont réunies devant le Press Club de Sukkur afin de dénoncer l’arbitraire subi par les chrétiens de Sukkur. Dans une note envoyée à Fides, l'ONG Centre for Legal Aid, Assistance and Settlement (CLAAS) a condamné « l’action horrible et brutale » et l’incident intervenu « alors que les chrétiens se préparaient à célébrer la nouvelle année », invitant les autorités responsables à faire respecter l’Etat de droit afin de bloquer « la mafia des terres » qui prend pour cible les communautés les plus vulnérables, en foulant aux pieds les droits fondamentaux de citoyens pakistanais. (PA) (Agence Fides 03/01/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network