AMERIQUE/VENEZUELA - Médiation de l’Eglise demandée par des groupes politiques en vue d’un authentique dialogue

vendredi, 4 novembre 2016 démocratie   violence   pauvreté   evêques  
S.Exc. Mgr Fernando José Castro Aguayo

eluniversal.com

S.Exc. Mgr Fernando José Castro Aguayo

Margarita (Agence Fides) – Les membres du parti Volonté populaire, accompagnés par les partisans et les responsables du groupe politique Table ronde de l’Unité démocratique (MUD), ont rencontré hier, 3 novembre, l’Evêque de Margarita, S.Exc. Mgr Fernando José Castro Aguayo, auquel ils ont remis un document dans lequel ils dénoncent l’attitude intimidatrice du gouvernement national à leur égard.
Le groupe a été accueilli par l’Evêque après une marche partie de la place Bolivar de La Asuncion en direction de la Curie. Mgr Castro Aguayo, a souligné, en recevant le groupe, que l’Eglise, au travers de ses représentants, y compris du Saint-Siège, joue le rôle de facilitateur du dialogue mais que ceci n’est ni bien vu ni accepté par tous les secteurs politiques du pays. « Il s’agit d’un parcours épineux mais il faut le traverser parce que nous devons savoir que la vie de chacun d’entre vous a une grande valeur » a déclaré l’Evêque aux personnes présentes.
Juan Bautista Mata, responsable régional de Volonté populaire, a remercié l’Eglise et le Saint-Siège tout en rappelant que le gouvernement national continue à agresser verbalement le groupe au travers d’attaques politiques : « Le Président de la République, Nicolas Maduro, nous a qualifiés de terroristes seulement parce que nous pensons différemment. Mais nous ne sommes pas des terroristes. Nous remettons donc ce document à notre Evêque, S.Exc. Mgr Fernando Castro Aguayo, afin qu’il informe ses supérieurs ».
L’Envoyé du Saint-Père, S.Exc. Mgr Claudio Maria Celli, rencontre ces jours-ci les autorités afin d’ouvrir un dialogue et d’abaisser la tension qui règne dans le pays entre les différents groupes sociaux et politiques. Le 30 octobre a eu lieu une première rencontre visant à fixer un calendrier mais la route se présente longue et dure. L’Eglise, au travers de son appel à mettre fin à cette situation de confrontation et d’affrontement entre deux secteurs du peuple vénézuélien, semble constituer la référence pour un dialogue définitif (voir Fides 25 et 27/10/2016). (CE) (Agence Fides 04/11/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network