ASIE/SYRIE - Témoignage de l’Evêque chaldéen d’Alep à propos de la situation dans la ville et de l’information occidentale manipulée

vendredi, 7 octobre 2016 enfance   prière   guerres   moyens de communication  

Facebook

Alep (Agence Fides) – Plusieurs centaines d’enfants et de jeunes d’Alep, chrétiens et musulmans, se sont rassemblées au cours de la journée d’hier, 6 octobre, afin de demander, par la prière et par le chant, le retour de la paix dans toute la Syrie. Le rassemblement s’est déroulé dans le vaste espace situé devant l’édifice de l’ancienne école franciscaine de Terre Sainte. Des manifestations analogues auront lieu aujourd’hui dans les écoles de Damas, Homs Yabroud, et Tartous. Au cours des rencontres, les enfants signeront une pétition destinée à l’Union européenne et à l’ONU. L’appel en faveur de la paix avec toutes les signatures des enfants et des jeunes sera remis dans les prochains jours aux représentants de l’UE et de l’ONU à Bruxelles et à Genève par trois Patriarches orientaux portant le titre d’Antioche : S.B. Grégoire III Lahham, Patriarche d’Antioche des grecs melkites, Yohanna X, Patriarche grec orthodoxe, Ignace Ephrem II, Patriarche syro-orthodoxe.
A Alep, y compris durant la journée de l’initiative des enfants en faveur de la paix, des tirs d’artillerie sont tombés en abondance y compris sur les quartiers contrôlés par l’armée syrienne, provoquant des morts et des blessés. « Depuis des semaines – indique à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Antoine Audo SJ, Evêque chaldéen d’Alep – nous sommes de nouveau dans une situation de terreur généralisée même si l’on cherche à maintenir ouvertes les institutions publiques telles que l’université. Des quartiers contrôlés par les rebelles arrivent chaque jour des tirs d’artillerie effectués à l’aide d’armes sophistiquées, qui sèment la mort, même si les rebelles n’ont pas d’avions. Parmi les seuls chrétiens, on a compté plus de vingt morts au cours de deux dernières semaines. A nous qui sommes ici, tout le système médiatique global semble manœuvré par des intérêts géopolitiques qui manipulent l’information. Tout devient un prétexte de propagande et l’on continue à cacher le rôle et les opérations menées par des pays tels que la Turquie, le Qatar et l’Arabie saoudite ». (GV) (Agence Fides 07/10/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network