AMERIQUE/MEXIQUE - Levain de paix, de justice et de promotion de la dignité au sein des Communautés ecclésiales du Michoachan

mercredi, 7 septembre 2016 eglises locales   violence   pauvreté  

CEM

Morelia (Agence Fides) – Face à la triste constatation du fait que « la réalité du Michoachan continue à fournir des données préoccupantes », les Evêques de la Province ecclésiastique de Morelia exhortent « tous les catholiques et les personnes de bonne volonté à s’unir dans la promotion de lois et d’initiatives populaires qui portent à résoudre cette situation », demandant à tous « de promouvoir la réconciliation et le dialogue en tant que voie sûre pour parvenir à la paix », invitant en outre « à prier avec insistance Jésus Christ » afin qu’il nous concède le don de la paix et nous aide à être des artisans de paix dans la vérité et la justice.
Dans leur message parvenu à l’Agence Fides, ils soulignent la réalité quotidienne, faite d’extorsions téléphoniques et d’intimidations sur les réseaux sociaux, d’homicides en plein jour y compris dans les lieux publics, d’interruption de la voie publique à cause de manifestations, de vols de voitures, de disparition de personnes, de manque de travail poussant les jeunes à la délinquance, de pots-de-vin imposés par des groupes criminels, de nombreuses familles étant contraintes, suite à des menaces, à abandonner leurs champs et leurs maisons… « Les citoyens manifestent leur défiance envers les autorités au moment de dénoncer un délit ou de solliciter leur protection » écrivent les Evêques qui rappellent les précédentes prises de position de la Conférence épiscopale du Mexique et du Pape François lui-même au cours de sa récente visite de février dernier.
Malgré tout, des signes d’espérance sont signalés. Même s’ils demeurent insuffisants à eux seuls pour résoudre la situation, ils démontrent que la résignation ne paralyse pas l’action, En particulier, les Evêques citent la naissance d’organismes civils qui, après l’observation et le discernement de la réalité, proposent aux autorités des solutions ; certaines expériences d’organisations civiques d’autodéfense de la communauté, qui ont permis de faire diminuer le nombre des crimes ; le renforcement de l’attention envers les victimes de violences au sein des structures paroissiales et la promotion de cours de construction de la paix destinés aux opérateurs pastoraux au sein des Diocèses, afin que ces derniers puissent, à leur tour, les divulguer dans leurs communautés respectives. Ils mentionnent aussi la constitution de groupes de personnes dénommés « Ferments de levain » qui peuvent constituer un levain de paix, de justice et de promotion de la dignité humaine dans leurs Paroisses respectives. (SL) (Agence Fides 07/09/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network