AFRIQUE/RD CONGO - Rejet du dialogue national de la part de l’opposition et annonce d’une journée de mobilisation de la part de cette dernière

lundi, 22 août 2016 elections   evêques  

Kinshasa (Agence Fides) – La coalition de l’opposition congolaise dénommée Rassemblement a annoncé qu’il ne participera pas au dialogue national organisé pour le 23 août par le médiateur de l’Union africaine afin de faciliter le déroulement d’élections pacifiques en République démocratique du Congo.
Qualifiant l’invitation du médiateur de « provocation », l’opposition a organisé pour ce même 23 août une journée de mobilisation.
De son côté, l’Eglise catholique cherche à inviter au dialogue toutes les parties pour éviter que la crise politique ne dégénère en violence.
« Il y a des petits pas qui se font et qui pourraient encore se faire d’un côté comme de l’autre, en espérant que, par le dialogue, on lève des malentendus », a rassuré le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), le Père Léonard Santedi au terme de la rencontre du 15 août entre les Evêques et une délégation de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) visant à relancer le dialogue national inclusif lancé par le Président Joseph Kabila.
La RDC traverse actuellement une grave crise politique suite à de forts retards dans la préparation des élections présidentielles, législatives et locales. En particulier, les deux premières devraient se tenir selon la Constitution d’ici la fin de cette année mais la CENI n’a pas encore établi la date de la consultation et a en revanche présenté un calendrier portant sur la révision des listes électorales, d’une durée d’au moins 11 mois ce qui fait que les élections ont été de facto repoussées d’un an environ.
Le Père Santedi a invité la majorité présidentielle et l’opposition « à privilégier l’intérêt supérieur de la Nation et chacun pourrait mettre un peu d’eau dans son vin et faire tout ce qui possible pour éviter le chaos au pays », affirmant par ailleurs que « il faut maintenir cet espoir, car, s’il n’y a pas d’espoir, il ne reste plus que la confrontation violente ».
Le Président de la CENI, Corneille Naanga, a promis aux Evêques que, d’ici une semaine, sera publié le timing de la révision des listes électorales et s’est félicité pour la contribution de l’Eglise en ce qui concerne la recherche d’élections pacifiques. (L.M.) (Agence Fides 22/08/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network