ASIE/LIBAN - Commentaires du Patriarche d’Antioche des Maronites à propos de la poursuite de la paralysie institutionnelle libanaise

jeudi, 28 juillet 2016 politique internationale   eglises orientales  

Youtube

Beyrouth (Agence Fides) – « Il est honteux que les libanais doivent attendre des années pour que les autres pays de la région choisissent pour eux un Président ». C’est ainsi que le Patriarche d’Antioche des Maronites, S.Em. le Cardinal Boutros Bechara Rai, a stigmatisé pour la énième fois la paralysie institutionnelle, les veto croisés des forces politiques nationales et les interférences étrangères qui, depuis plus de deux ans, empêchent l’élection d’un nouveau Chef de l’Etat, charge institutionnelle que le système libanais réserve à un chrétien maronite. Le Patriarche a exprimé son avis mardi dernier, 26 juillet, à l’occasion d’une rencontre avec une délégation du Conseil de l’Ordre des Avocats du Liban septentrional.
Au cours de ces derniers jours, une série de rencontres – comme celle entre le Cardinal et le candidat Suleiman Franjieh, responsable du parti Marada, suivi par celle entre le candidat en question et une délégation du parti chiite Hezbollah – a relancé dans la presse libanaise les rumeurs sur une possible sortie de l’impasse, les jeux étant appelés à se rouvrir d’ici le mois de septembre. Demeure actuellement la candidature à la présidence du Général Michel Aoun, responsable du Mouvement patriotique libre, formellement appuyée également par les Forces libanaises de l’ancien adversaire Samir Geagea mais rejetée par le parti sunnite Avenir de Saad Hariri. (GV) (Agence Fides 28/07/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network