EUROPE/ITALIE - Témoignage du Vicaire général de Fermo après la mort d’un demandeur d’asile nigérian

jeudi, 7 juillet 2016 violence  

Gianni Dominici

Fermo (Agence Fides) – « Jusqu’à ce jour, à Fermo, ne s’étaient jamais vérifiés de cas de violence raciste. La ville saura démontrer ce qu’il y a de bon, ce qui est beaucoup plus important ». Tel est le commentaire fait à l’Agence Fides par Mgr Pietro Orazi, Vicaire général du Diocèse de Fermo, à propos de la mort suite à une agression d’un demandeur d’asile nigérian, Emmanuel, de la part d’un résident de la ville de Fermo. La victime, un jeune chrétien, était seulement coupable d’avoir défendu son épouse d’insultes racistes. Le couple avait fui le Nigeria après avoir perdu presque tous les membres de leur famille dans un attentat de Boko Haram. « Ici, à Fermo – poursuit le Vicaire général – les étrangers sont nombreux et sont tous bien intégrés. Souvent, les demandeurs d’asile sont appelés à raconter leurs histoires dans les écoles et dans le cadre des rassemblements des associations catholiques ».
« Hier soir – ajoute Mgr Orazi – à la veillée de prière pour Emmanuel, a pu être constatée une forte participation des autorités politiques, civiles outre que religieuses. Y ont participé des associations catholiques et laïcs, ainsi que des groupes de jeunes arrivés des villages voisins qui, par le passé, avaient participé à des rencontres au cours desquelles le jeune couple nigérian avait raconté son expérience ».
Dans les locaux du Séminaire épiscopal de Fermo vivent 124 personnes, en majorité d’origine sub-saharienne, provenant du Nigeria, du Mali et de Gambie. L’engagement du Diocèse en faveur des demandeurs d’asile ne se limite pas à cet accueil au sein du Séminaire. Au travers de la Fondation Sagrani, liée au Diocèse, sont également assistées des migrantes enceintes et avec enfants. (AP) (Agence Fides 07/07/2016)



Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network