AMERIQUE/VENEZUELA - Requête d’intervention de l’Eglise de la part des médecins pour faire approvisionner les hôpitaux en médicaments

jeudi, 9 juin 2016 santé   zones de crise   démocratie   evêques  
Médecins de Maracay en compagnie de S.Exc. Mgr Raf

carabobeño

Médecins de Maracay en compagnie de S.Exc. Mgr Rafael Ramón Conde Alfonzo

Maracay (Agence Fides) – La crise qui frappe l’hôpital central de Maracay à cause du manque de fournitures sanitaires et de matériels chirurgicaux, a contraint les médecins spécialistes du principal hôpital public d’Aragua à demander expressément l’intervention de l’Eglise catholique.
Les médecins ont préparé une pétition adressée au Pape François et à l’Evêque de Maracay, S.Exc. Mgr Rafael Ramón Conde Alfonzo, demandant d’intervenir, pétition qu’ils ont remise hier à l’Evêque au cours d’une rencontre à l’Evêché. Selon les informations parvenues à Fides, le Dr. Martín Graterol, traumatologue, s’est fait le porte-parole de ses collègues et a déclaré qu’au travers de ces missives, ils veulent exprimer leurs sentiments et la volonté de voir intercéder le Saint-Père et Mgr Conde en faveur des patients, « afin de permettre le plus rapidement possible et avec l’aide de Dieu, la résolution du grave problème de carence de matériel médical dont nous souffrons dans les hôpitaux ».
En recevant ces lettres, Mgr Conde a mis en évidence l’initiative des vénézuéliens dans le monde, disposés à commencer des campagnes de collecte de médicaments, pour les faire arriver dans leur patrie. Il a souligné toutefois que le problème serait bientôt résolu si le gouvernement national permettait que ces médicaments entrent dans le pays, « parce que, jusqu’ici, l’obstacle a été constitué par l’interdiction faite par le gouvernement d’accepter des aides étrangères ». Il a ensuite qualifié la situation de « très déplaisante » et a rappelé que l’organisation internationale Caritas a voulu intervenir en tant qu’instrument de médiation, afin que les ressources nécessaires puissent arriver dans le pays et être distribuées équitablement sur la base des besoins et avec un contrôle efficace. « Nous comptons sur le fait que le cœur des gouvernants ne soit pas aussi dur qu’il maintienne l’interdiction d’entrée de cette aide qui nous est offerte » a conclu l’Evêque de Maracay. (CE) (Agence Fides 09/06/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network