AMERIQUE/VENEZUELA - Appel de l’Archevêque de Caracas en faveur du respect du V° Commandement après les lynchages et la violence diffuse

mardi, 12 avril 2016 evêques   violence   politique   pauvreté  
Violence au Venezuela

Violence au Venezuela

Caracas (Agence Fides) – L'Archevêque de Caracas, S.Em. le Cardinal Jorge Urosa Savino, a publié hier une lettre également signée par les quatre Evêques auxiliaires de l’Archidiocèse, dans laquelle il condamne comme péché le lynchage des criminels. « C’est avec une profonde horreur et une profonde tristesse – écrit-il – que nous avons appris qu’au cours de ces dernières semaines se sont vérifiés à Caracas différents lynchages de personnes. Cela est absolument inacceptable et va à l’encontre du V° Commandement de la loi de Dieu, qui dit de ne pas tuer. Il s’agit également d’une grave injustice parce qu’il punit de mort les délits mineurs et parfois ôte la vie à des personnes innocentes ».
Le texte parvenu à Fides continue : « Nous sommes conscient du fait que les citoyens honnêtes et travailleurs sont en colère à cause de l’impunité dont jouissent de nombreux criminels dans la situation actuelle. Cela est en partie de la responsabilité des différents organismes publics qui ont pour obligation la plus grave de protéger la vie et les propriétés des vénézuéliens ».
Le texte s’achève sur un appel urgent à l’exécutif, aux forces de l’ordre et aux juges afin qu’ils arrêtent les délinquants et qu’ils les punissent conformément à la Constitution. L’Archevêque demande à la population de ne pas se laisser transporter par la haine et de ne pas devenir des assassins.
Le Venezuela devient en ces mois non seulement le pays le plus pauvre d’Amérique mais aussi le plus violent, à cause de la criminalité organisée locale et des groupes armés qui contrôlent certaines zones de la capitale. La sécurité n’existe pas dans les rues. Le Cardinal Urosa lui-même avait dénoncé la corruption et la violence il y a peu de temps (voir Fides 21/03/2016), mais dernièrement ont eu lieu des lynchages visant à bloquer la petite délinquance et la situation dégénère. (CE) (Agence Fides 12/04/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network