ASIE/INDE - Sarathi Jhalak : radio communautaire donnant chaque matin la parole à monsieur tout le monde

mercredi, 24 février 2016

DFID - UK Department for International Development

Anugondanahalli (Agence Fides) – Tôt chaque matin, des agriculteurs du village indien d’Anugondanahalli écoutent attentivement Sarathi Jhalak, une radio communautaire qui transmet un programme relatif au changement climatique. Le groupe de travailleurs d’Anugondanahalli, à 70 Km de Bangalore, se met à l’écoute de conseils simples que les experts donnent sur la manière dont minimiser l’impact du climat sur leurs cultures. Fondée en 2012, la radio Sarathi Jhalak est l’une des 200 stations communautaires présentes en Inde. Le contenu des émissions de cette typologie de radio est innovant en ce qu’il recueille les problématiques locales et implique tous les habitants : enseignants, femmes, enfants, agriculteurs, petits entrepreneurs, avocats et étudiants. Les programmes radiodiffusés évoquent le développement, la santé publique, l’agriculture, le folklore, les problèmes légaux et sociaux.
Chaque jour, ont lieu des émissions en direct et des programmes enregistrés produits par des animateurs, en majorité des femmes. Hors d’Anugondanahalli, sur les collines de Chamba, dans l’Etat himalayen d’Uttarakhand, une animatrice de la station Hewal Vani invite à écouter la nouvelle série sur l’instruction des fillettes. Lancée par une vingtaine de jeunes, la radio communautaire est l’une des cinq présentes dans cet Etat pauvre. Elle analyse des thèmes tels que la santé, la superstition, l’éducation et les thèmes civiques. Les animateurs sont recrutés dans leurs villages mais la programmation a été conçue pour attirer les auditeurs de l’ensemble de la zone rurale environnante.
De 10 à 15 personnes se rendent chaque jour à la station radiophonique, pour prendre part à l’un des programmes interactifs dans lesquels s’échangent des idées, des connaissances sur des techniques de création, des activités entrepreneuriales, des politiques de l’Etat ou des questions économiques et légales. L’ouverture du gouvernement en matière de radiodiffusion communautaire non commerciale a permis à des groupes de bénévoles d’exploiter le pouvoir de la communication en vue du développement communautaire. En outre, les experts soutiennent qu’en Inde, où l’analphabétisme continue à représenter un obstacle important au développement, la radio communautaire pourrait être le seul moyen au travers duquel la population la plus pauvre peut acquérir des connaissances attendu que les appareils utilisent peu d’électricité. (AP) (Agence Fides 24/02/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network