AMERIQUE/BRESIL - Augmentation du nombre des homicides liés à la terre onze ans après le meurtre de Soeur Dorothy Stang

vendredi, 19 février 2016 martyrs   persécutions   pauvreté  
Soeur Dorothy Stang

Soeur Dorothy Stang

Anapu (Agence Fides) – De nombreuses familles d’agriculteurs d’Anapu, dans le sud de l’Etat du Parà (Brésil) se sont réunies le 12 février et les jours suivants pour commémorer l’assassinat de Sœur Dorothy Stang, intervenu il y a onze ans. La religieuse était une amie fidèle et proche de leurs problèmes outre à être connue pour son courage et sa disponibilité.
Sœur Dorothy Stang, 73 ans, née aux Etats-Unis et naturalisée brésilienne, de la Congrégation de Notre-Dame, a été tuée au matin du 12 février 2005 de cinq balles tirées à bout portant dans une localité sise à 40 Km de la commune d’Anapu, dans la région occidentale de l’Etat du Parà. Depuis plus de 20 ans, le religieuse était engagée au sein de la Commission pastorale de la Terre (CPT), accompagnant avec fermeté et passion la vie des travailleurs des champs, en particulier dans la région transamazonienne de l’Etat du Parà. A cause de sa dénonciation de l’action violente des « fazendeiros et grileiros », la religieuse avait reçu, à compter de 1999, de nombreuses menaces de mort (voir Fides 16/02/2015).
Au cours des rencontres et des célébrations organisées pour l’anniversaire qui, selon la note envoyée à Fides par les Œuvres pontificales missionnaires du Brésil, ont duré une semaine, ont été évoqués également les derniers crimes intervenus en janvier dernier à Eldorado do Carajás, qui ont comme base les mêmes motifs que ceux qui portèrent à l’assassinat de Sœur Dorothy Stang.
Selon la Commission pastorale de la Terre (CPT), en 2015, le nombre d’homicides liés aux conflits dans les zones rurales a été le plus élevé des 12 dernières années au Brésil, avec un total de 49 décès enregistrés, en majorité dans la région du nord. La CPT indique toutefois que les données sont encore partielles et peuvent être revues à la hausse en ce qu’est encore en cours la collecte des informations sur place. Au cours de la seule année passée, le nombre des morts liées aux conflits pour la terre a été le plus élevé depuis 2003, lorsque furent dénombrés 73 homicides. (CE) (Agence Fides 19/02/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network