AFRIQUE/RD CONGO - Pétition de différentes Congrégations religieuses présentes à Rome réclamant une enquête internationale indépendante sur les massacres de civils dans l’est du pays

samedi, 13 février 2016 zones de crise   ordres religieux  

Kinshasa (Agence Fides) – « Nous faisons nôtre le cri de douleur de ces populations massacrées. Nous pensons que serait bienvenue et opportune toute initiative particulière permettant de faire connaître les événements du Kivu et de faire participer à la souffrance de la population au travers de moments de réflexion, de prière selon sa propre foi, de journées de jeûne ou d’autres initiatives telles que la collecte de signatures dans des lieux publics » affirme un communiqué envoyé à l’Agence Fides par le Réseau Paix pour le Congo, qui adhère à la pétition organisée par les membres congolais des Conseils généraux de différentes Congrégations présentes à Rome en faveur d’une enquête internationale indépendante sur les massacres de civils dans l’est de la République démocratique du Congo.
« Les habitants du territoire de Beni, dans la province du Nord Kivu, ont vécu un Noël 2015 sanglant ! Plus de 10 personnes ont été tuées dans le village de Malolu, à 15 Km de Beni… un certain nombre ont été décapitées et deux brûlées vives. La nuit du 26 décembre, trois autres personnes ont été tuées dans la Paroisse de Paida, à 4 Km du centre ville et les meurtres se poursuivent » peut-on lire dans le texte de la pétition.
« Si les groupes qui exécutent de telles actions macabres sont souvent indiqués, il est stupéfiant que personne d’entre eux ne revendique ou ne motive ces actions. Pourquoi prennent-ils pour cible des paysans pauvres ? Quel message communiquent-ils en agissant ainsi ? Nombreuses sont les questions sans réponse… » poursuit la pétition.
Jusqu’à ce jour – rappellent les religieux – outre les personnes tuées, on compte plus d’un millier de personnes enlevées sans laisser de trace, dont trois prêtres Assomptionnistes enlevés le 19 octobre 2012. Plus de 750 personnes ont été tuées violemment, certaines décapitées, d’autres éventrées alors que d’autres encore ont subi des tortures en tout genre ».
« Seule une enquête internationale, sérieuse et neutre, peut répondre à toutes ces questions, expliquer l’acharnement à l’encontre des populations sans défense et imposer des solutions efficaces pour mettre un terme à ce drame » concluent les religieux congolais. (L.M.) (Agence Fides 13/02/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network