http://www.fides.org

Dépêches

2014-04-09

ASIE/PAKISTAN - Nouveau rapport sur le phénomène des jeunes filles des minorités chrétienne et hindoue enlevées et contraintes à contracter un mariage islamique

Lahore (Agence Fides) – Chaque année, ce sont environ 1.000 jeunes filles des minorités religieuses chrétienne et hindoue qui sont enlevées, converties et contraintes à contracter un mariage islamique. Il s’agit là d’un phénomène déconcertant existant au sein de la société pakistanaise. Un nouveau rapport envoyé à l’Agence Fides, élaboré par le Mouvement pour la Solidarité et la Paix – coalition d’ONG, d’associations et d’organismes dont fait partie la Commission Justice et Paix de la Conférence épiscopale du Pakistan – confirme les chiffres diffusés au cours de ces dernières années par l’Agence Fides. Selon les estimations, 700 cas par an concernent des chrétiennes et 300 des hindoues. Par ailleurs, si ces cas sont ceux qui sont officiellement recensés, « la portée authentique du problème est probablement plus vaste, vu que de nombreux cas ne font pas l’objet de plaintes » explique le rapport intitulé « Mariages forcés et conversions forcées dans la communauté chrétienne du Pakistan », envoyé à l’Agence Fides.
Le texte reprend des cas emblématiques de chrétiennes surtout au Pendjab et d’hindoues dans le Sindh. Il s’agit de jeunes filles de 12 à 25 ans, appartenant à des familles pauvres et à des strates sociales défavorisées. Les plaintes des familles se heurtent souvent à un mur constitué par les forces de l’ordre ou par les menaces des parents des ravisseurs. Dans le cadre des rares cas qui arrivent devant un tribunal, les jeunes filles, intimidées et violées, affirment s’être converties et s’être mariées librement, ce qui clôt le dossier. « Sous la garde de leur ravisseur, la jeune fille peut subir des violences sexuelles, une prostitution forcée, des coups et des abus domestiques, sinon être victime d’un trafic d’êtres humains » remarque le texte. Le rapport décrit le contexte historique et social du problème et fait mention de l’appel lancé par la communauté chrétienne au Pakistan qui se plaint « de garanties juridiques, politiques et procédurales inexistantes en matière de sauvegarde des droits fondamentaux des minorités religieuses ».
Le Père James Channan, OP, Directeur du Peace Centre de Lahore, se livre au commentaire suivant pour Fides : « Le phénomène est prouvé. Il est véritablement très alarmant et préoccupant pour les chrétiens et les hindous qui se sentent dans un état de grande insécurité et de grande vulnérabilité. Nous avons traité directement différents cas de mariages forcés. Les jeunes (filles) appartiennent aux strates sociales les plus pauvres et souvent les riches propriétaires fonciers musulmans en profitent pour (perpétrer) de tels abus. Au Pakistan, il me semble que les chrétiens et les hindous subissent une discrimination sociale, religieuse et politique qui va en empirant ». (PA) (Agence Fides 09/04/2014)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network