http://www.fides.org

Dépêches

2013-09-05

ASIE/INDE - Record de violences à l’encontre des chrétiens dans l’Etat du Karnataka

Bangalore (Agence Fides) – L’Etat indien du Karnataka continue à être au centre de l’attention en ce qui concerne les épisodes de violence perpétrés à l’encontre des communautés chrétiennes. Après les cas signalés ces derniers jours par l’Agence Fides, ont eu lieu d’autres épisodes de flagrante violation de la liberté religieuse. Ainsi que l’indique à Fides le Global Council of Indian Christians, les victimes en sont deux pasteurs protestants tous deux provenant de l’hindouisme. Les convertis semblent en effet constituer des cibles privilégiées pour les extrémistes hindous. Le pasteur Samson, 33 ans, se trouve depuis 10 ans à la tête de la Jahve Shalom Prayer House, une église sise à Basavanagar, dans le nord du Karnataka. Ces jours derniers, Samson a été prélevé alors qu’il se trouvait à l’église et roué de coups par un groupe de 30 fondamentalistes hindous, qui lui a provoqué des blessures graves à un œil et à une oreille, l’accusant de pratiquer des « conversions forcées ». La police, qui a été avertie, a refusé d’accepter le dépôt d’une plainte contre les radicaux hindouistes.
Dans le cadre d’un second épisode, le pasteur Devu Kanu Pale Gowli, responsable de la Blessing Ministry Church sise dans le district de Karvar, a été arrêté par un groupe de radicaux, qui l’ont frappé ainsi que son épouse, leur enjoignant de se reconvertir à l’hindouisme. Ne parvenant pas à ses fins, le groupe les a chassé du village et a déposé plainte devant les autorités de police pour « conversions forcées ». La famille n’a pu revenir dans le village, pas même pour y prendre ses biens.
Ainsi que l’a appris Fides, les Eglises chrétiennes au Karnataka font appel au nouveau gouvernement de l’Etat, demandant un avenir de respect des droits, de dialogue, de justice et d’harmonie pour les chrétiens. Lors des élections de mai dernier au Karnataka, le parti extrémiste hindou, Bharatiya Janata Party (BJP, parti du peuple indien) a perdu le pouvoir et la majorité est passée au parti du Congrès, ce qui laissait présager un changement.
Selon un récent rapport de l’ONG Catholic Secular Forum, le Karnataka est au sommet des cas de violence intercommunautaire et interreligieuse, avec plus de 1.000 attaques contre des chrétiens en 2011 soit une moyenne de 3 à 5 par jour. (PA) (Agence Fides 05/09/2013)

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network