AFRIQUE/RD CONGO - Alarme des Evêques : « les négociations de Kampala ne doivent pas compromettre la souveraineté nationale »

vendredi, 7 décembre 2012

Kinshasa (Agence Fides) – « Un accord qui hypothèquerait la souveraineté nationale est inacceptable » indiquent les membres du Comité permanent de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) dans un message rédigé au terme d’une session extraordinaire dédiée à la crise au Nord Kivu, parvenu à l’Agence Fides.
« La chute de la ville de Goma a plongé tous les Congolais dans la consternation » écrivent les Evêques, se référant à la conquête du chef-lieu du Nord Kivu de la part des rebelles du M23, le 20 novembre. Par la suite, le M23 a abandonné la ville et lancé des négociations avec le gouvernement de Kinshasa dans la capitale ougandaise, Kampala. « Nous attirons l’attention de tous ceux qui se rendront à Kampala sur les pièges de ces négociations » affirme le message. « Qu’ils n’hypothèquent pas l’unité de la nation congolaise, qu’ils n’avalisent pas des accords qui consacreraient la balkanisation de la RD Congo ».
Les Evêques, rappelant leurs précédents message sur le sujet, réaffirment la nécessité de défendre l’unité nationale et l’intangibilité des frontières du pays, « issues de la colonisation et reconnues par la communauté internationale le 30 juin 1960 ». Ils adressent donc aux gouvernants congolais un appel pressant à œuvrer en faveur de l’intérêt de la nation et à rechercher le bien de tous. « L’état actuel de la nation congolaise doit vous interpeller, vous nos gouvernants. Il vous incombe en premier de garantir la sécurité de la population et l’intégrité du territoire national. C’est en prenant en charge les aspirations légitimes de la population à la paix interne et externe, à la dignité et au développement que vous consoliderez l’unité nationale ».
Le message rappelle les responsabilités des pays limitrophes en ce qui concerne le soutien et l’appui des différents mouvements de guérilla qui agissent dans l’est du pays, mais critique ces hommes politiques congolais qui, « privilégiant leurs intérêts, se font complices avec les désintégrateurs de notre unité nationale ». S’adressant enfin à la communauté internationale, les Evêques demandent une révision du mandat de la MONUSCO (Mission de l’ONU en RDC) afin de mettre en mesure les Casques bleus de défendre efficacement la population civile.
« Nous recommandons à la miséricorde de Dieu les victimes de cette guerre. Nous exprimons notre proximité spirituelle à Son Excellence Mgr Théophile Kaboy, évêque de Goma, et notre compassion à toute la population du Nord-Kivu. Nous continuons à prier pour que le Seigneur ouvre à la paix du Christ les cœurs de ceux qui font la guerre. Que la Très Sainte Vierge Marie, Notre Dame du Congo et Reine de la paix, obtienne à notre pays et à tous ses habitants, la grâce de l’unité et de la paix » conclut le message. (L.M.) (Agence Fides 07/12/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network