ASIE/INDE - L’Eglise de Bombay reste prudente à propos du Crucifix ruisselant de sang

lundi, 5 novembre 2012

Mumbai (Agence Fides) – « L’Eglise catholique n’a jamais affirmé que le phénomène des gouttes de sang ou d’eau trouvées sur le Crucifix à Irla constitue un miracle. Dans ces cas-là, l’Eglise est toujours prudente. Chaque événement extraordinaire est étudié attentivement. Il est demandé conseil aux experts et des normes rigoureuses sont observées avant qu’un jugement ne soit prononcé » : c’est ce qu’affirme un communiqué officiel envoyé à l’Agence Fides par l’Archidiocèse de Bombay, sur le territoire duquel un phénomène qualifié de « surnaturel » crée actuellement l’émoi au sein des communautés chrétienne et civile.
Un certain nombre de fidèles en effet avait remarqué des gouttes d’eau et de sang qui jaillissaient d’un Crucifix de l’église d’Irla, dans la périphérie de Bombay. Ce « phénomène extraordinaire » a créé un afflux de personnes, de moyens de communication et aussi les commentaires sarcastiques de certains commentateurs. L’intellectuel athée Sanal Edamaruku a fait des déclarations offensantes à cet égard, affirmant : « Il existe la possibilité concrète que les chrétiens aient pratiqué un trou dans la statue de Jésus. Le clergé chrétien produit régulièrement des miracles pour amasser de l’argent à utiliser pour construire des églises plus grandes ». Et encore : « les chrétiens disent ne pas être des adorateurs d’idoles mais dans de tels cas, ils se comportent comme des idolâtres… Les chrétiens recourent à des expédients de ce genre pour éviter que les églises ne se vident ».
Suite à ces déclarations, les mouvements catholiques Cathlic Secular Forum, Association of Concerned Catholics et Maharashtra Christian Youth Forum ont officiellement porté plainte contre l’intellectuel en question, l’accusant d’outrage à la religion chrétienne, de diffamation envers l’Eglise et de blasphème ».
L’épisode a été porté à l’attention de S.Em. le Cardinal Oswald Gracias, Archevêque de Bombay, qui se trouvait au Synode au Vatican lorsque l’affaire est venue sur le devant de la scène médiatique. Le communiqué officiel de l’Archidiocèse remarque que « la plainte est l’œuvre d’un groupe de fidèles qui s’est senti blessé et non pas de l’Eglise institutionnelle de Bombay ni de l’Archevêque de Bombay ». Dans l’esprit chrétien de paix et de réconciliation, le Cardinal Gracias a demandé à Sanal Edamaruku de « présenter ses excuses pour avoir blessé les sentiments du peuple » et aux chrétiens qui ont porté plainte « d’accepter ces excuses et de retirer la procédure légale ». (PA) (Agence Fides 05/11/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network