ASIE/PAKISTAN - Pour les responsables religieux, « il est urgent de modifier la loi sur le blasphème et de condamner ceux qui ont incendié l’église de Mardan »

lundi, 8 octobre 2012

Lahore (Agence Fides) – « Il ne doit pas y avoir d’affrontement entre les civilisations à cause du péché d’une seule personne. Si quelqu’un profane l’islam ou commet un crime en Occident ou en Amérique, aucun chrétien au Pakistan ne doit être impliqué ou considéré comme responsable. Tous doivent respecter les religions du monde » : c’est ce qu’ont affirmé solennellement les responsables religieux chrétiens et musulmans réunis ces jours derniers à Lahore dans le cadre d’un colloque organisé par le Conseil national pour le dialogue interreligieux. Dans un message envoyé à Fides, le Père Francis Nadeem, OFM Cap, Coordinateur dudit Conseil explique : « Chaque fois qu’une personne commet un acte blasphématoire en Occident ou en Amérique, les chrétiens au Pakistan sont considérés comme coupables. Un chrétien pakistanais ne pourrait en revanche pas même penser commettre de tels actes ». Le religieux rappelle les cas de chrétiens accusés de blasphème : « Ils sont faux et basés sur des conspirations visant à résoudre des disputes personnelles ». De là l’appel à « améliorer l’usage de cette loi » afin d’en prévenir les abus. « Si de tels cas se produisent, tous devraient réfléchir avant de prendre une initiative quelconque et d’accuser de blasphème. Cela est très important afin d’éviter des situations déplaisantes qui lèsent la vie et les propriétés des chrétiens au Pakistan » ajoute le Père Nadeem.
Les responsables religieux présents au Colloque (chrétiens, musulmans, hindous, sikhs et farsis) ont condamné l’incendie de l’église de Saint Paul, de la Bible et d’autres livres sacrées intervenu à Mardan demandant « le respect entre musulmans et chrétiens et le respect de tous les lieux de culte ». Parmi les responsables musulmans s’étant déclarés d’accord sur de tels sujets, s’unissant à l’appel commun à l’harmonie, se trouvaient le mufti Syed Hussain Ashiq, Qari Muhammad Zawar Bahadur, Pir Akhtar Rasolo et des membres de diverses factions islamiques tels que Allama Naeem Badshah (salafiste), Quaid Ahl-e-Hadis et Allama Muhammad Mumtaz Awan (du mouvement Deobandi). Tous les participants, après avoir fermement condamné l’incendie de l’église de Mardan, ont approuvé à l’unanimité une résolution demandant au gouvernement pakistanais d’en arrêter les coupables et de les punir selon les lois en vigueur dans le pays. (PA-FN) (Agence Fides 08/10/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network