VATICAN - Discours du Pape au premier groupe d’Evêques français : « l'évangélisation demande, en revanche, de partir de la rencontre avec le Seigneur »

samedi, 22 septembre 2012

Castel Gandolfo (Agence Fides) – « La France possède une longue tradition spirituelle et missionnaire… Les défis d’une société largement sécularisée invitent désormais à rechercher une réponse avec courage et optimisme, en proposant avec audace et inventivité la nouveauté permanente de l’Évangile ». Telles sont les paroles que le Saint-Père Benoît XVI a adressé hier, 21 septembre, au premier groupe d’Evêques de France venus à Rome pour la visite Ad Limina Apostolorum. Dans son discours, le Pape a souligné les aspects essentiels de la figure de l’Evêque, dont le ministère s’inspire à l’image du Bon Pasteur « qui connaît ses brebis, part à la recherche de celle qui est perdue, et les aime jusqu’à donner sa vie pour elles ». « L’Evêque diocésain – a souligné le Souverain Pontife – est donc appelé à manifester une sollicitude particulière à l’égard de ses prêtres, plus particulièrement ceux qui sont d’ordination récente et ceux qui sont dans le besoin ou âgés… De nos jours sans doute, les ouvriers de l’Évangile sont en petit nombre. Il est donc urgent de demander au Père d’envoyer des ouvriers à sa moisson. Il faut prier et faire prier pour cette intention et je vous encourage à suivre avec la plus grande attention la formation des séminaristes ».
Se référant ensuite aux problèmes pastoraux des Diocèses, le Saint-Père a affirmé qu’il faut éviter de « se limiter à des questions d’organisation, pour importantes qu’elles soient… avec une sorte de « bureaucratisation de la pastorale », en se focalisant sur les structures, sur l’organisation et les programmes ». Benoît XVI a souligné ensuite que « l'évangélisation demande, en revanche, de partir de la rencontre avec le Seigneur, dans un dialogue établit dans la prière, puis de se concentrer sur le témoignage à donner afin d’aider nos contemporains à reconnaître et à redécouvrir les signes de la présence de Dieu ».
A propos du généreux engagement des fidèles laïcs dans la vie de l’Eglise, le Souverain Pontife a rappelé que leur mission spécifique « est l’animation chrétienne des réalités temporelles… Il est donc nécessaire de veiller au respect de la différence entre le sacerdoce commun de tous les fidèles et le sacerdoce ministériel de ceux qui ont été ordonnés au service de la communauté, différence qui n’est pas seulement de degré, mais de nature ». Enfin, face aux nombreuses menaces qui pèsent sur la famille, « par suite d’une conception de la nature humaine qui s’avère défectueuse », le Pape a rappelé que « défendre la vie et la famille dans la société n’est en rien rétrograde, mais plutôt prophétique car cela revient à promouvoir des valeurs qui permettent le plein épanouissement de la personne humaine, créée à l’image et à la ressemblance de Dieu. Nous avons là un véritable défi à relever ». Enfin, Benoît XVI a recommandé aux Evêques de s’engager dans la défense de l’unité de l’Eglise au sein de la portion du Peuple de Dieu qui leur a été confiée, « bien qu’en son sein, s’expriment légitimement des sensibilités différentes qui méritent de faire l’objet d’une égale sollicitude pastorale » et de garantir « une catéchèse appropriée » aux nouvelles générations « afin qu’elles trouvent toute leur place dans la communauté croyante ». (SL) (Agence Fides 22/09/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network