VATICAN - Discours du Pape à l’audience générale : « le monde d’aujourd’hui a besoin de signes forts et clairs de dialogue et de collaboration et le Liban a été et doit continuer à être un exemple de cela »

jeudi, 20 septembre 2012

Cité du Vatican (Agence Fides) – Le « journées extraordinaires » du Voyage apostolique accompli au Liban, voyage fortement voulu, « malgré les circonstances difficiles, considérant qu’un père doit être toujours aux côtés de ses enfants lorsqu’ils rencontrent de graves problèmes » ont constitué le thème de la catéchèse du Saint-Père Benoît XVI lors de l’Audience générale du mercredi 19 septembre, qu’il a tenu dans la Salle Paul VI au Vatican, en provenance de Castel Gandolfo.
Après avoir rappelé que le but principal du voyage était la signature et la remise de l’Exhortation apostolique post-synodale Ecclesia in Medio Oriente, le Saint-Père a poursuivi : « Face aux souffrances et aux drames qui existent dans cette zone du Moyen-Orient, j’ai manifesté ma proximité sincère vis-à-vis des aspirations légitimes de ces chères populations, leur portant un message d’encouragement et de paix. Je pense en particulier au terrible conflit qui tourmente la Syrie, causant, outre à des milliers de morts, un flux de réfugiés qui se déverse sur la région à la recherche désespérée de sécurité et d’avenir. Je n’oublie pas non plus la difficile situation de l’Irak ».
Benoît XVI s’est attardé en particulier sur l’accueil des populations du Liban et du Moyen-Orient (catholiques, représentants des autres églises et communautés ecclésiales et des différentes communautés musulmanes) : « un accueil chaleureux, dans la célèbre tradition de l’hospitalité libanaise. Les musulmans m’ont accueilli avec un grand respect et une considération sincère. Leur participation constante m’a donné l’occasion de lancer un message de dialogue et de collaboration entre le Christianisme et l’islam : il me semble que le moment est venu de donner ensemble un témoignage sincère et décidé contre les divisions, contre la violence, contre les guerres. Les catholiques, venus aussi des pays voisins, ont manifesté avec ferveur leur profonde affection au Successeur de Pierre ».
Retraçant les étapes de son voyage, le Saint-Père a rappelé l’invitation lancée aux catholiques du Moyen-Orient « à fixer le regard sur le Christ crucifié pour trouver la force, y compris dans des contextes difficiles et douloureux, de célébrer la victoire de l’amour sur la haine, du pardon sur la vengeance et de l’unité sur la division » adressé à l’occasion de la signature de l’Exhortation apostolique. Par ailleurs, citant la rencontre avec les représentants des Institutions et du monde de la culture, avec le Corps diplomatique et les chefs religieux, il a repris l’exhortation à œuvrer afin que « les différences culturelles, sociales, religieuses conduisent à vivre un nouveau type de fraternité, où justement ce qui unit est le sens commun de la grandeur de toute personne, dont la vie doit être toujours défendue et protégée ». En rencontrant les chefs des communautés religieuses musulmanes, « dans un esprit de dialogue et de bienveillance réciproque », le Pape a souligné que « le monde d’aujourd’hui a besoin de signes forts et clairs de dialogue et de collaboration et le Liban a été et doit continuer à être un exemple de cela pour les pays arabes et pour le reste du monde ».
La rencontre avec des milliers de jeunes libanais et provenant des pays voisins a été particulièrement émouvante : « je les ai encouragés à être fermes dans la foi, confiants dans le Christ, source de notre joie – a déclaré le Pape – et à approfondir leur rapport personnel avec Lui dans la prière, mais aussi à être ouverts aux grands idéaux de la vie, de la famille, de l’amitié et de la solidarité. En voyant de jeunes chrétiens et musulmans faire la fête dans une grande harmonie, je les ai incités à construire ensemble l’avenir du Liban et du Moyen-Orient et à s’opposer ensemble à la violence et à la guerre. La concorde et la réconciliation doivent être plus forts que les élans de mort ».
Le Dimanche matin, au cours de la Messe, en présence de nombreux Evêques et d’une grande foule de fidèles provenant de tout le Moyen-Orient, « j’ai voulu tous les exhorter à vivre la foi et à en témoigner sans peur – a rappelé Benoît XVI – conscients du fait que la vocation du chrétien et de l’Eglise est celle de porter l’Evangile à tous, sans distinction, à l’exemple de Jésus. Dans un contexte marqué par d’âpres conflits, j’ai attiré l’attention sur la nécessité de servir la paix et la justice en devenant des instruments de réconciliation et des constructeurs de communion ». (SL) (Agenzia Fides 20/09/2012)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network