AFRIQUE/MALAWI - Un Noël dans la pauvreté : le seul espoir de la population est la loterie

mercredi, 28 décembre 2011

Lilongwe (Agence Fides) – « Le blé à peine levé a en vain attendu la rosée de la nuit pour survivre encore quelques jours puis tout a séché. Ici et là, survivent quelques plants de coton plus robustes, le reste a littéralement été réduit à néant. Il faudra tout recommencer. De nombreuses familles n’ont plus même les semences pour le moment où les pluies arriveront. Trois mois après le début de la saison des pluies, il n’y a rien dans les champs. Comment vivre Noël dans cette pauvreté ? » indique à l’Agence Fides le Père Piergiorgio Gamba, missionnaire montfortain qui vit au Malawi depuis plus de 30 ans.
A cela vient s’ajouter la mauvaise gestion politique de l’économie nationale. « Jamais le pays n’était tombé aussi bas. « Malawi is sinking », il sombre, déclare le Comité Justice et Paix de l’Eglise catholique » indique le Père Gamba.
Avec un taux de change de la monnaie locale tenu artificiellement élevé pour des motifs politiques, l’électricité manque et l’on ressent fortement la carence de carburant : « à elles seules, ces carences mettent à genoux même un petit pays à 80% agricole et dont la population vit dans les villages » affirme le missionnaire. En ville, de longues files de voitures se forment, littéralement abandonnées à proximité des stations service.
« Les prix sont désormais incontrôlables et personne ne présente de devis valable même pour quelques jours. Les matières acquises à l’étranger et transformées sur place ne peuvent plus être achetées sinon au marché noir. Le ciment est introuvable et le fer est toujours plus rare… »
Le régime utilise par ailleurs les manières fortes pour conserver le contrôle de la situation et empêcher que n’explose la contestation sociale. La police se vante d’avoir arrêté plus de 4.000 personnes sous le prétexte de garantir un Noël serein à la population.
« Un autre signal de la dérive de ce pays est l’ouverture du Loto qui promet chaque semaine 10 millions de Kwacha à un vainqueur qui pourra « rêver une nouvelle vie ». Depuis cette semaine, a été également introduit la loterie instantanée patronnée par un homme d’affaires chinois » raconte le Père Gamba.
« Les prochaines élections sont prévues en 2014. Trop lointaines même si on ne peut compter sur elles aux vues des fraudes… Comment lancer le changement politique ? L’Eglise doit-elle se charger de cette mission ? » se demande en conclusion le missionnaire. (L.M.) (Agence Fides 28/12/2011)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network