http://www.fides.org

Asia

2003-10-14

ASIE / CHINE - OUVERTURE AU MARCHE, DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE, BIEN-ETRE VOYAGENT ENSEMBLE SUR INTERNET, QUI EN EST COMME UN MOTEUR FORMIDABLE

Hongkong (Agence Fides) – Il y a eu à Pékin, le 14 octobre, le procès contre un dissident chinois accusé de subversion pour avoir publié sur Internet des articles favorables aux réformes démocratiques. Le « China Human Rights Information Centre » qui a son siège à Hongkong en prend acte ; c’est un organisme qui défend les droits et les libertés fondamentales dans la région chinoise.
Au banc des accusés, s’est trouvé He Depu, 47 ans, arrêté il y a un an pour avoir diffusé sur Internet une sorte de programme politique d’un Parti Démocratique Chinois en voie de formation. Ce serait la première tentative depuis 50 ans pour construire un parti d’opposition. He et 200 autres personnes avaient signé un appel pour la réhabilitation du Mouvement de la Place Tien An Men (1989), et pour la demande d’élections démocratiques au plan national.
La préoccupation du gouvernement chinois, en raison de la vaste diffusion sur Internet en Chine, s’est exprimée l’an dernier par l’interdiction sur les moteurs de recherche « Altavista » et « Google ». Au mois de juin 2002, tous les Cafés Internet chinois ont dû installer un « software » qui enregistre les visites sur les 500.000 sites étrangers interdits en Chine. Chaque jour, tous les ordinateurs des Cafés Internet envoient au Centre de la police, pour le contrôle sur l’information, le bon nombre des personnes qui visité les sites interdits. Tous ceux qui veulent se servir d’un ordinateur dans un Café Internet, doivent se faire enregistrer avec leur carte d’identité.
« Les cyber dissidents en Chine sont arrêtés et mis en jugement ». Cette situation est dénoncée par le « Rapport 2003 de « Reporters Sans frontières », qui cite des épisodes qui se sont produits dans des Pays comme la Chine, Cuba, le Vietnam, les Maldives.
D’après les statistiques officielles, à la fin du mois d’avril 2002, le nombre de navigateurs sur Internet en Chine a atteint le chiffre de 56.600.000. Les Cafés Internet sont devenus très populaires en Chine, et beaucoup restent ouverts 24 heures sur 24, les jeunes vont « naviguer » jour et nuit les fins e semaine. A Pékin, plus de 300.000 jeunes fréquentent les Cafés Internet.
Dans les sociétés vraiment libérées des préjugés idéologiques, la personne est responsable de ses choix. Et la Chine se libère toujours plus du préjugé idéologique ; on ne comprend donc pas pourquoi elle se laisse intimider par une réalité immense toujours plus rapide de développement et de progrès comme l’est Internet. Un pays qui s’ouvre avec un pas toujours plus rapide aux réformes démocratiques, au marché, à la propriété privée, ne peut marquer le pas face aux nouvelles technologies. Mais les autorités de Pékin, alors qu’elles réalisent le premier lancement spatial, continuent malheureusement à empêcher la libéralisation d’Internet.
(Agence Fides, 14 octobre 2003, 37 lignes, 483 mots

Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network